fbpx

15 avril 2022

Comment utiliser l’angle hollandais dans ses photographies ?

Par Gaëtan Berthouly

15 avril 2022


Habituellement on cadre nos photos avec une orientation portrait (donc verticalement) ou avec une orientation paysage (donc horizontalement).

Mais il existe un monde à la croisée des 2 : pencher son cadre.

« Mais c’est une erreur de ne pas avoir son horizon bien droit ! Une hérésie !« 

C’est vrai que c’est assez inhabituel, et que ça va à contre courant du fameux horizon bien droit qu’on nous martèle à la moindre occasion.

Et pourtant c’est bien une technique reconnue et utilisée, cette technique a même un petit nom : l’angle hollandais.

Quelles sont ses origines ? Quand l’utiliser ? Comment bien l’appliquer ? Avec quoi l’angle hollandais fonctionne bien ? C’est ce qu’on va voir aujourd’hui dans cet article.

En avant Guingamp !

Version vidéo ici :

Les origines de l’angle hollandais

Pour vous dire la vérité : cet angle n’est pas originaire des Pays-Bas, bien que son nom suggère le contraire !

L’angle hollandais puise ses origines dans le cinéma expressionniste allemand des années 1920. Le terme utilisé à l’époque était « Deutsch tilt ». Deutsh signifie « allemand » en allemand, et tilt signifie « incliné ». L’expression s’est transformée en « Dutch tilt » ( qui signifie « Hollandais incliné »).

Photogramme de  » L’Aurore  » de F.-W. Murnau, 1927 (Capture DVD)
Charles Rosher et Karl Strüss, directeurs de la photographie

« Et coup ça consiste en quoi ?« 

Le concept est simple : utiliser un angle incliné de la caméra par rapport à l’horizon. C’est un style de composition qui brise les codes. En effet,: habituellement on cadre en orientation portrait ou paysage, mais pas entre les 2.

En cadrant de manière penchée les lignes verticales et horizontales de la photo ne sont plus parallèles aux bords du cadre. C’est exactement la vision qu’a votre chien lorsqu’il penche la tête pour essayer de vous comprendre.

Qu’est-ce qu’il dit ?

« Ok, mais pourquoi faire ça ?« 

L’inclinaison hollandaise était utilisée par les cinéastes pour transmettre un sentiment de malaise, d’agitation, afin de désorienter le spectateur.

L’une des premières utilisations enregistrées de l’angle hollandais a été faite par Dziga Vertov dans son documentaire « The Man With A Movie Camera« .

Dziga Vertov – « The Man with the Movie Camera »

L’angle hollandais est également désigné par d’autre petits noms comme « l’inclinaison hollandaise », « le cadre incliné » ou encore « l’angle oblique ».

L’angle est toujours utilisé de nos jours dans le cinéma (Terry Gilliam ADORE l’utiliser). Et cette technique est aussi adoptée par les photographes.

L’Armée des 12 singes – Terry Gilliam

L’angle hollandais à Hollywood

Parmi les réalisateurs hollywoodiens, Alfred Hitchcock est sans doute le plus célèbre et le premier adepte de l’angle incliné. Il a utilisé l’angle hollandais dans un certain nombre de ses premiers films, mais s’il y a un film qui a porté l’angle hollandais à un niveau supérieur, c’est « Le troisième homme« .

Hitchcock a utilisé ces angles de prise de vue sur son principal protagoniste. Il voulait donner le sentiment d’être un étranger dans un monde qu’il ne comprenait pas (hey mais c’est moi ça !).

Le Troisième Homme – Alfred Hitchcock

Les premières séries télévisées Batman utilisée très (trop ?) souvent l’angle oblique dans ses épisodes. Les méchants étaient souvent filmés sous un angle incliné pour montrer leurs mauvaises intentions. C’est pourquoi, l’angle hollandais était parfois désigné sous le nom « d’angle Batman ». Marrant.

Série Batman

Quand utiliser l’angle hollandais ?

Déjà, mettons les choses au clair : l’inclinaison hollandaise est davantage une technique qu’une règle de composition. C’est un outil supplémentaire à votre arsenal de composition, une cordelette en plus à votre arc.

Bref, c’est une option. D’ailleurs, vous ne verrez pas très souvent ce type de cadrage dans les photos. C’est un peu comme les insultes : si on en dit à chaque phrase, elles perdent de leur impact !

Eh bien l’angle hollandais c’est pareil : c’est sympa quelques fois pour faire des photos un peu créatives mais n’en abusez pas !

« Et du coup à quelles occasions je devrais utiliser l’angle hollandais ?« 

Alors, comme nous l’avons vu, au cinéma, l’angle hollandais est utilisée pour donner un sentiment de malaise, pour indiquer au spectateur qu’il doit se sentir troublé ou appréhender les événements à venir. Un peu comme quand la musique prend une tonalité spécifique et que vous sentez qu’il va se passer un truc.

Bon alors en photo on a qu’une image fixe mais on peut l’utiliser pour la même raison, pour donner ce sentiment désorientant, de peur, d’ivresse ou d’agitation.

Mais on peut aussi utiliser l’angle incliner pour créer un sentiment de liberté, de légèreté, d’excitation et d’amusement. Ce n’est pas forcément négatif donc !

« Des exemples ?« 

En portrait, lorsque les sujets sont de tailles différentes, ou pour donner un côté moins posé, plus léger et fun.
Dans les photos de mode pour briser les règles, et le côté « fashion ».
En photo d’architecture pour des compositions plus abstraites.
Dans les photos de voyage, la photographie de rue ou les photos « life style » : pour retranscrire le mouvement, l’action, le fait de prendre des photos à la volée

Dans les photos évènementielles : pour retranscrire l’excitation d’une fête, le côté chaotique, le dynamisme ou la désorientation
Les selfies : pour obtenir une photo où le photographe et un élément d’arrière-plan se trouvent dans le cadre, ainsi que le côté spontané et léger de ce type photo.
Pour éliminer des distractions d’une scène en les recadrant, et ainsi mieux attirer l’attention sur un sujet. Par exemple ici le groupe est constitué de 3 personnes, avec une personne à droite plus proche et plus grande, et une à gauche un peu plus éloignée et petite. Pencher un peu le cadre est plus adapté à la forme du groupe et correspond bien à son côté léger, dynamique et fun. Mais le cadrage est raté et trop haut.
Pour mieux adapter le cadrage à une scène ou faire entrer plus de choses dans votre cadre.
Par exemple en photo d’architecture, si vous avez de grands bâtiments, pencher son cadre permet de faire rentrer de faire rentrer plus d’élément dedans (la diagonale est plus grande que la hauteur et la largeur), et crée aussi des lignes verticales convergentes.
Pour rendre un sujet banal moins chiant. Utiliser l’angle hollandais seul, ou combiné avec d’autres techniques, peut donner des photos plus originales, ou nous présenter un élément banal sous un nouveau jour. Les fortes lignes verticales des bâtiments et des arbres fonctionnent souvent bien avec un cadre incliné.

Évitez les zones grises

La zone grise est un concept de productivité : soit vous travaillez, soit vous vous reposez, mais ne faîtes pas les 2 en même temps. En zone grise : vous perdez votre temps et votre énergie.

En d’autres termes : soit vous faîtes les choses à 100%, soit vous ne les faîtes pas. Pour l’angle hollandais ce concept s’applique PARFAITEMENT !

Le plus important quand on utilise un angle hollandais c’est qu’il soit bien appuyé. Votre intention de pencher le cadre doit sauter aux yeux ! Ne soyez pas dans un entre deux timide, faîtes le franchement sinon : l’effet passera inaperçu. On aura juste l’impression d’une erreur de composition. Et vous ne récolterez que des « attention ça penchouille hihi« .

TERRIBLE !

Dans cette photo l’horizon est trop légèrement penchée, le bateau semble simplement descendre une douce pente. C’est raté !
Dans cette photo, on voit bien que l’horizon est penché, ainsi que le rivage. L’inclinaison est prononcée, on comprend que l’angle hollandais est clairement voulu.

Comment réaliser une photo avec un angle hollandais

Ce qui est marrant avec l’angle hollandais c’est qu’il va à l’encontre des bases : avoir un horizon bien droit. Et si nous avons le malheur d’avoir un horizon en biais, en tant que photographe consciencieux, nous devons redresser les lignes en post-traitement.

Mais avec l’angle hollandais, oubliez tout ça : on cherche VOLONTAIREMENT à pencher l’horizon. On peut voir cette technique comme un moyen de rompre avec les règles traditionnelles.

Attention : rompre avec es règles ne veut pas dire s’en passer pour autant. Appliquer vos règles de composition habituelles, puis incliner l’appareil pour obtenir l’angle hollandais.

Quand vous appliquez l’angle hollandais, 3 situations peuvent vous arriver :

  1. L’angle fonctionne bien avec la composition que vous avez choisie : parfait !
  2. L’angle rompt la composition mais la photo fonctionne toujours : c’est bien !
  3. L’angle casse totalement la composition. Dans ce cas, il faut revoir sa copie.

Maintenant quelques conseils pour appliquer l’angle hollandais :

  • Le degré de rotation : il n’y a pas de règle définie. Comme on l’a déjà vu, une légère inclinaison ressemblera à une erreur, et à l’inverse, un angle trop prononcé peut rendre une photo trop chaotique. Appliquez vos règles habituelles, penchez suffisamment pour que l’effet soit visible mais pas juqu’à détruire totalement votre composition.
  • Pour l’objectif : généralement le grand angle est plus appréciés que le téléobjectif. L’angle de champ plus large, et la plus grande profondeur de champ d’un grand angle permet de mettre en valeur plus efficacement (et facilement) l’angle hollandais.
  • L’arrière-plan : si rien ne suggère l’inclinaison, pencher son appareil photo est inutile. Une bonne photo d’angle hollandais aura des lignes définies en arrière-plan. Par exemple un horizon ou les lignes verticales d’un bâtiment pour avoir un point de référence.
  • Essayez différentes inclinaisons plus ou moins prononcées à la prise de vie.
  • Réalisez cet effet à la prise de vue plutôt qu’en post-traitement. Recadrer en diagonal va enlever très rapidement une grande partie de la photo.
  • Prendre la photo à main levé pour un rendu plus spontané. Photographiez à l’aide d’un trépied pour un angle plus précis et/ou si vous souhaitez faire une longue pose.

Avec quelles autres techniques de composition combiner l’angle hollandais ?

Règle des tiers : gardez votre sujet sur l’un des tiers et appliquer ensuite l’angle hollandais permet de garder une composition équilibrée classique, tout en appliquant les effets de l’angle hollandais.

L’Armée des 12 singes – Terry Gilliam

Les lignes directrices sont très efficaces, en particulier en contre-plongée. Se baisser et utiliser le sol comme ligne directrice pour votre angle hollandais est un excellent moyen d’interpeller le spectateur. Transformer des lignes verticales ou horizontales en diagonales traversant le cadre créera du dynamisme dans votre photo.

Les longues expositions : comme les nuages, l’eau ou les véhicules en mouvement, peuvent très bien fonctionner. L’angle peut renforcer le côté dynamique produit par les tracés des longues poses. Pareil pour l’effet zoom burst.

Conclusion

On arrive à la fin de cet article sur l’angle hollandais (enfin allemand). C’est une nouvelle petite technique simple que vous pouvez utiliser parfois pour changer un peu de vos cadrages habituels

Moi je vous laisse ici à pencher votre appareil photo et je vous dis à bientôt sur les internets MONDIAUX !

J’ai aussi une chaîne YouTube ici !

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Inscrivez-vous à une formation vidéo GRATUITE de plus de 8 heures sur les bases de la photographie

La formation est organisée en 7 modules + 1 bonus, avec de nombreuses ressources, schémas et tableaux.

Module 1 : fonctionnalités & boutons

Module 2 : prise de vue

Module 3 : composition

Module 4 : matériel

Module 5 : post-traitement

Module 6 : impression

Module 7 : créativité

Bonus : conseils en paysage, conseils en portrait, le plan de 16 semaines, preset

>