fbpx

octobre 18

0 comments

Comment prendre une goutte d’eau en photo ?

Par Gaëtan Berthouly

octobre 18, 2021


Parfois on a ce qu’on appelle techniquement : une bonne grosse flemme.

Mais d’un autre côté on a cette flamme photographique en nous qui nous dévore : JE VEUX PRENDRE UNE PHOTO.

Vous êtes peut-être en manque ?

Alors parmi les nombreuses possibilités qui s’offrent à vous je vais vous présenter : la photo de goutte d’eau ! (N’oubliez pas : l’eau c’est la vie).

Sujet simple que vous devriez avoir chez vous. Ça demande une petite installation je l’avoue et aussi un peu de matériel, mais vous pourrez rester tranquillement de votre foyer bien aimé !

Quels réglages ? Quel matériel ? Comment faire ? Et bien c’est ce qu’on va voir dans cet article.

Allez en avant Guingamp !

Version vidéo ici :

Le matériel nécessaire pour photographier une goutte d’eau

  • Appareil photo (sinon pas de photo)
  • Trépied
  • Flash(s) externe(s) cobra déclenchable à distance (le flash intégré est à éviter)
  • Un téléobjectif (éventuellement un objectif macro 100 mm), un objectif standard zoomé au maximum peut aussi être ok
  • Un grand récipient (le mieux serait qu’il soit noir)
  • Eau (oui pour la goutte d’eau)
  • Lait (optionnel mais mieux)
  • Colorant alimentaire (optionnel mais mieux)
  • Un compte-gouttes / une pipette, ou quelque chose pour faire goutter de l’eau. Éventuellement un sac plastique accroché ou une bouteille en l’air et troué avec une épingle.
  • Fond et support (optionnel)
  • Un stylo ou un couteau(optionnel, pour aider à la mise au point)

https://www.pexels.com/fr-fr/photo/photogrpahy-de-rosee-d-eau-932322/

L’installation

Déjà où ?

En général votre cuisine ou votre salle de bains feront l’affaire !

Si vous avez suivi on va manipuler de… l’EAU ! Donc il est fort probable qu’on en foutte un peu partout !

Donc il vaut mieux se positionner à un endroit où vous pourrez rapidement nettoyer.

Bon maintenant passons à l’installation en elle-même.

1-Remplissez votre récipient d’eau presque entièrement (jusque là c’est simple). D’ailleurs L’eau est plus dense à 4 °c, il est donc préférable d’utiliser de l’eau plutôt froide (ajoutez quelques glaçons).

2-Ajoutez quelques gouttes de lait jusqu’à troubler l’eau.

« Mais pourquoi donc ?« 

Pour 3 raisons :

  • De 1 : l’eau laiteuse absorbe mieux la lumière que l’eau claire. Cela vous permet d’utiliser votre flash à une puissance plus faible, et du coup de n’éclairer que votre goutte d’eau.
  • De 2 : un liquide non transparent offre un arrière-plan plus uniforme et plus agréable à votre photo. Les yeux du spectateur se dirigeront vers les gouttes et non vers un arrière-plan possiblement désordonné.
  • De 3 : on obtient une viscosité plus élevée que l’eau, ce qui permet de capturer plus facilement une éclaboussure en forme de parapluie.

En plus du lait vous pouvez également ajouter de la gomme de guar ou de la gomme de xanthane pour améliorer la consistance de l’eau.

La gomme de guar est idéale pour épaissir l’eau (1/8 de cuillère à café dans une tasse d’eau chaude, battre avec un mixeur manuel, laisser refroidir et filtrer) MAIS elle peut laisser des grumeaux dans le liquide (il faut vraiment bien filtrer). La gomme de xanthane est plus chère mais permet d’obtenir de meilleurs résultats.

Vous pouvez aussi essayer du liquide vaisselle (élasticité), du sirop ou du sucre (élasticité).

« Je suis obligé de rajouter tout ça ?« 

NON pas du tout, c’est comme le latin au collège : facultatif.

MAIS si vous ne pouvez pas mettre de lait et que votre récipient est transparent : pensez à rajouter quelque chose de sombre en-dessous.

3-Après le lait, ajoutez un peu de colorant alimentaire dans votre récipient pour créer un fond unique et coloré.

N’ajoutez rien à l’eau que vous allez faire tomber (du moins pas encore…).

Conseil

Une fois l’installation terminée, vous pouvez utiliser des couleurs différentes pour l’eau de votre récipient et le liquide que vous allez verser dans le récipient.

Cela créera un contraste intéressant visuellement.

4-Pour verser le liquide, vous pouvez utiliser un compte-gouttes pour médicaments par exemple. C’est plus pratique pour contrôler le débit. Si vous pouvez le fixer à un support, c’est mieux, cela évitera que les gouttes ne changent de position.

Il existe même des systèmes électronique qui vous permettent de contrôler l’écoulement goutte par goutte…

« Mais je n’ai pas ça, comment je fais ?« 

Dans ce cas vous pouvez aussi utiliser votre doigt ou du papier absorbant que vous imbibez. Ça sera moins facile de contrôler la coulée, mais ça peut fonctionner !

Sinon vous pouvez aussi utiliser un petit sachet zip (ou une bouteille) en plastique que vous allez remplir d’eau, l’accrocher en l’air (à une lampe, un placard, un meuble), il faudra faire un petit trou (avec une épingle à cheveux par exemple), sur le côté du sachet pas à la pointe (voir ci-dessous). Il . Là non plus vous ne pourrez pas contrôler l’écoulement mais ça peut le faire !

D’ailleurs vous pouvez aussi récupérer les gouttes qui suivent une première goutte avec un verre, pour ne pas avoir de gouttes qui s’entrechoquent.

https://www.youtube.com/watch?v=bUI_OiNPC6Y

Lorsque vous versez votre eau : visez la partie du récipient la plus proche de l’appareil photo. De cette façon, vous ne pourrez inclure dans votre photo UNIQUEMENT l’eau du récipient et la goutte. Sans distractions en arrière-plan, comme votre réceptacle par exemple.

« Et je dois positionner tout ça à quelle hauteur ?« 

La distance va influer sur la forme et l’impacte de la goutte. Entre 30 cm et 60 cm est une bonne hauteur en général.

5- Rajouter un fond (optionnel)

En fonction de comment vous allez orienter votre appareil photo (on va voir ça juste après) vous aurez la possibilité de rajouter un fond. Vous pouvez par exemple coller votre fond sur une boîte de céréales pour le tenir à la verticale.

https://unsplash.com/photos/ALZb2Gv20TY

Positionnez votre appareil photo

Positionnez votre appareil photo sur le trépied.

« Oui mais j’oriente comment exactement ?« 

Orientez votre appareil photo de manière à ce que l’endroit où les gouttes arrivent se trouve dans la partie inférieure de la photo, le dernier tiers.

Vous aurez besoin de beaucoup d’espace au-dessus pour capturer la partie de la gouttes « en vol ».

Choisissez votre objectif

Pour le choix de l’objectif, si vous avez un objectif kit type 18 à 55 mm ça peut le faire ! Mais il faudra zoomer à fond !

Si vous avez un téléobjectif ou un objectif macro vous pourrez obtenir un angle de champ (champ de vision) restreint.

« Et c’est bien ?« 

Oui car vous prendrez en photo uniquement la partie où vos gouttes d’eau arrivent. Les éléments d’arrière-plan (possiblement gênants comme la tête de votre chien) ne seront pas pris en compte.

Un téléobjectif a aussi l’avantage d’agrandir la distance entre le sujet et votre matériel : pour éviter tout risque d’éclaboussure. Bon une goutte ne va pas faire grand chose, mais ça évite de nettoyer !

L’objectif macro vous permettra d’obtenir des photos plus spectaculaires ! Non pas que vos gouttes se mettront à faire des claquettes mais vous serez optiquement encore plus proche du sujet, permettant de capturer plus de détails et d’avoir un cadre plus serré. Un objectif macro 100 mm permettra d’avoir une bonne distance de sécurité.

https://unsplash.com/photos/K3QzGdnKoyo

Configurer le(s) flash(s) et régler son appareil photo

Pour ce type de photo vous aurez besoin d’un flash.

« Celui intégré à mon appareil photo ?« 

Non, il vous faudra un flash :

  • Qui se déclenche à distance.
  • Déporté (donc pas intégré à votre appareil photo.

N’importe quel flash standard avec un déclencheur à distance fera l’affaire. Si vous n’en avez pas encore, le kit Godox TT600 est pas mal par exemple.

Vous n’aurez pas besoin de modeleur pour photographier des gouttes d’eau qui tombent. Ce qu’il vous faut c’est juste de la… LUMIÈRE !

Pour les plus audacieux, vous pouvez utiliser des gels de couleur pour modifier la couleur de la lumière. Mais c’est comme les sièges en cuir : optionnel.

1-Lumières ambiante et réglages

  1. Pour que l’effet soit spectaculaire et intéressant, vous devez supprimer toute lumière ambiante. La seule chose qui restera sera la lumière de votre flash.
  2. Activez la fonction « Live View » de votre appareil photo (donc votre viseur apparaît sur votre écran LCD).
  3. Assurez-vous que la simulation d’exposition est activée, afin que les modifications que vous apportez à l’exposition soient visibles.
  4. ISO au plus bas : 100 ISO (Il y a souvent un problème de bruit lorsque vous utilisez des arrière-plans sombres et des réglages ISO élevés.)
  5. Temps de pose : 1/200 (si vous vous demander pourquoi le temps de pose est aussi lent, c’est parce que ce n’est pas lui qui va figer le mouvement mais notre flash qui sera autour des 1/800 s -1/1000 s)
  6. Une ouverture assez fermée comme f/11 ou f/16. Si vous ne voulez pas trop fermer votre ouverture vous pouvez aussi utilisez un filtre ND filtrer davantage de lumière.
  7. Mettez vous en mode rafale
  8. Déclenchez vérifiez votre histogramme. Si vous avez effectué le processus correctement, vous devriez voir un pic unique sur le côté gauche.

2-Mise au point

Passez votre objectif en mise au point manuelle (généralement sur l’objectif « MF »).

Faites la mise au point à l’endroit où les gouttelettes vont tomber. Faîtes couler quelques gouttes et vérifiez que ça soit bien nette. Vous pouvez aussi utiliser un stylo ou un couteau, le mettre au niveau des gouttes qui coulent et faire la mise au point dessus.

Conseil

Aidez-vous de votre écran LCD en zoomant dessus en mode « Live View »

3-Mise en place du flash

  1. Connectez le déclencheur de votre flash à l’appareil photo.
  2. Allumez le flash et le déclencheur.
  3. Placez votre flash juste à côté du récipient et dirigez-le vers l’endroit où les gouttelettes arrivent.
  4. Si votre flash en a un : zoomez assez serré afin de concentrer le faisceau sur un petit point. Un zoom supérieur à 100 mm serait l’idéal.
  5. Veillez à ce que la tête du flash soit légèrement penchée au-dessus du bord du récipient et ne disperse pas la lumière sur ce dernier. Sinon, le bol entier s’illuminera (et c’est pas ce qu’on veut mon neveu).
  6. Passez le flash en mode manuel (pour ne pas qu’il change ses réglages d’une photo à une autre).
  7. Prenez quelques photos d’essai et réglez l’exposition correcte avec le flash seul. Généralement une puissance entre 1/128 et 1/64 fonctionne bien.

Remarque : il existe aussi des version 2 flashs, un flash sur le côté (comme ici) et un flash derrière. ou 2 flashs derrière mais pas à la même hauteur. Vous pouvez mettre une plaque de verre ou un diffuseur entre le ou les flahs arrières et le récipient pour diffuser la lumière. Si vous avez un fond vous pouvez aussi mettre un flash à 4 h et un à 7 h et les diriger un peu vers le fond.

TADAAAAAA normalement vous êtes ok.

Conseil

Il est possible que vous ayez accidentellement modifié la mise au point pendant cette dernière étape vérifiez-la à nouveau.

« Ok mais tu aurais un petit exemple visuel d’installation ?« 

Oui en gros ça peut ressembler à ça :

The Time Machine
https://www.diyphotography.net/the-comprehensive-water-drop-photography-guide/

Ici on a un flash derrière une vitre opaque qui diffuse la lumière. Un flash sur la gauche. L’appareil photo en face de la vitre opaque. Et le compte goutte au-dessus.

https://www.pexels.com/fr-fr/photo/gros-plan-photographie-goutte-d-eau-33263/

Prendre des photos (enfin ?!)

La partie la plus difficile est maintenant terminée. Maintenant on s’amuse !

Faites quelques essais en ne versant que de l’eau claire au début. Pour bien vérifier à nouveau que votre installation est correcte.

Ensuite, vous pouvez ajouter le colorant alimentaire et un peu de lait à l’eau que vous versez. Essayez de prendre autant de photos que possible des gouttes avant que les gouttes de couleurs différentes ne se mélangent.

Lorsque vous commencez à faire tomber le liquide, continuez jusqu’à ce que votre pipette ne contienne plus de liquide.

« Oui mais je déclenche quand pour bien capturer la goutte ?« 

Si vous vous êtes bien mis en mode rafale, vous n’aurez pas à vous prendre la tête à ce sujet. Versez simplement les gouttes et déclenchez.

Finalement la plus grande difficulté n’est pas de photographier les gouttes, mais de préparer la scène. Une fois que vous avez fait vos devoirs, la prise de vue est un jeu d’enfant.

Conseil

Vous pouvez également verser les gouttes plus rapidement pour créer différents effets. Lorsque le liquide commence à tomber plus rapidement, la goutte qui atterrit peut éclabousser la suivante, et les deux gouttes créent différentes formes.

Vous pouvez vous retrouver avec des formes de tours, de couronnes ou de champignons.

https://unsplash.com/photos/7GAhoV8fL4E

Peaufiner ses photos de gouttes d’eau en post-traitement

Si vous avez l’habitude de photographier en format brut et de faire quelques bidouilles sur Lightroom (je fais notamment pas mal de tuto sur Youtube), je vous conseille de développer vos photos pour de meilleurs résultats.

Recadrez-les s’il y a quelque chose qui ne convient pas à la composition. Ajustez le contraste, la luminosité et les hautes lumières si nécessaire.

Vous pouvez également effacer les bulles ou les éléments indésirables de vos photos. Ou cloner deux gouttes pour créer des formes différentes. Vous pouvez augmenter la saturation si le colorant alimentaire n’est pas assez vif. Si vous n’aimez pas les couleurs, vous pouvez même transformer les photos en noir et blanc.

https://www.pexels.com/fr-fr/photo/photo-en-gros-plan-de-goutte-d-eau-989959/

Conclusion

Et voilà, vous savez maintenant comment faire de magnifique photos de gouttes d’eau ! Ce sont des photos très sympa au niveau du rendu visuel.

Il faut un peu de matériel et passer un peu de temps à installer tout ça mais une fois que c’est fait ça s’enchaîne très vite !

Je vous laisse ici et je vous dis à bientôt sur les internets mondiaux !

Je fais aussi des vidéos sur Youtube ici !

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Inscrivez-vous à une formation vidéo GRATUITE de plus de 8 heures sur les bases de la photographie

La formation est organisée en 7 modules + 1 bonus, avec de nombreuses ressources, schémas et tableaux.

Module 1 : fonctionnalités & boutons

Module 2 : prise de vue

Module 3 : composition

Module 4 : matériel

Module 5 : post-traitement

Module 6 : impression

Module 7 : créativité

Bonus : conseils en paysage, conseils en portrait, le plan de 16 semaines, preset

>