25 novembre 2022

Comment prendre des photos nettes sans flou de bougé

Par Gaëtan Berthouly

25 novembre 2022


« Clic »

La photo est floue

« Clic »

La photo est toujours floue

« Clic « 

La photo est encore floue

« Clic ? »

ENCORE FLOUE

« Mais pourquoi mes photos sont floues ?« 

Il y a plusieurs possibilités, mais généralement il s’agit d’un temps de pose trop long.

« Ah ?« 

Si vous prenez vos photos à main levé en mode automatique ou en mode priorité à l’ouverture c’est votre boîtier qui décide de votre temps de pose. Et il ne prend pas en compte le mouvement de l’appareil photo, uniquement la lumière qu’il capte.

À partir d’un certains temps de pose, la photo affichera du flou de bougé. Toute le photo est impactée par un même flou directionnel car vous étiez entrain de bouger, et que votre appareil photo a enregistré ce mouvement !

« Ah ok je comprends mieux, je dois donc raccourcir mon temps de pose ?« 

Exactement !

« Mais comment je sais quel temps de pose je dois utiliser ? Je dois tout retenir de tête ?« 

Heureusement : non. On peut utiliser « la règle de la distance focale inversée ».

« Wow, ça claque comme nom c’est quoi ?« 

Son utilisation est rapide, simple et permet d’obtenir de très bons résultat. C’est une formule qui permet de déterminer le temps de pose limite au-delà duquel vote photo sera floue, cette formule se base sur la distance focale de votre objectif.

Alors qu’est-ce que la règle de de la distance focale inversée ? Comment fonctionne-t-elle ? Comment est-elle affectée par les facteurs de recadrage et la stabilisation d’image ?

Eh bien c’est le sujet du jour ! En avant Guingamp !

Version vidéo ici :

L’ESSENTIEL

Pas le temps ? 

Téléchargez le résumé de l’article à emporter partout avec vous !

Rappel sur le temps de pose

Le temps de pose est la durée pendant laquelle l’obturateur de votre appareil photo reste ouvert. Quand l’obturateur est ouvert il laisse passer de la lumière qui frappe le capteur.

On exprime le temps de pose en fraction de seconde, ou en seconde pour les temps de pose les plus longs.

  • Plus le temps de pose est long, plus l’appareil laisse entrer de lumière, mais plus le mouvement des objets et de votre appareil sont susceptibles d’être enregistrés. On obtient alors une photo floue ou partiellement floue.
  • Plus le temps de pose est court, moins l’appareil laisse passer de lumière et plus il fige le mouvement des objets ou de votre appareil photo. La photo sera donc plus nette.

En fonction du sujet, vous pouvez avoir besoin d’un temps de pose plus court ou plus long. Par exemple, si vous photographiez un match sportif, vous aurez probablement besoin d’un temps de pose très court pour capturer un moment précis.

Qu’est-ce que le flou de bougé ?

Chaque fois qu’un objet change de position par rapport au capteur lorsque l’obturateur est ouvert : l’appareil photo enregistre toutes les positions dans lesquelles il se trouve. Sur la photo ça se traduit par l’affichage d’un effet de flou : c’est le flou de mouvement (voir la première photo ci-dessous). On a UNIQUEMENT du flou de mouvement si l’appareil photo est bien stable.

Flou de mouvement
https://unsplash.com/photos/Tyqek1L8ldI

Lorsque l’ensemble de l’appareil photo bouge alors que l’obturateur est ouvert : tout ce qui se trouve dans la scène semble bouger du point de vue du capteur. On obtient ainsi une photo totalement et uniformément floue. C’est le flou de bougé (voir photo ci-dessous).

Ce type se produit souvent lorsque vous tenez votre appareil photo à la main avec un temps de pose trop lent.

Flou de bougé
https://unsplash.com/photos/LyW7pqsP81k

Utiliser le flou de bougé de manière artistique ?

Oui on peut utiliser le flou de bougé provoquer par le mouvement de l’appareil photo de manière créative : c’est la technique du mouvement intentionnel de la caméra.

Le cas typique c’est quand on prend des photos très tôt ou très tard dans la journée. À ces moments la luminosité est faible. L’appareil photo compense ce manque de lumière en allongeant le temps de pose (pour faire rentrer plus de lumière et exposer correctement). Dans ces conditions, à main levée, on a de forts risques d’enregistrer du flou de bougé.

Et même si vous pensez être très stable, naturellement vous oscillez un peu, vos mains vont trembler un peu, ou vous avez cette mauvaise manie de respirer, ce qui va vous faire bouger un peu.

Pour éviter le flou de bougé, vous devez vous assurer que votre temps de pose est suffisamment court pour que ces micromouvements ne soient pas perceptibles dans la photo finale.

Mais comment connaître ce temps de pose limite ? C’est là que la règle de la distance focale inversée entre en jeu.

https://unsplash.com/photos/S3zrZrKUelc

Qu’est-ce que la règle de la distance focale inversée ?

La règle dit que : pour prendre des photos nettes à main levée, vous devez utiliser un temps de pose plus court ou égale à l’inverse de la distance focale de votre objectif.

Si vous utilisez un temps de pose plus long : vous risquez d’obtenir des photos floues en raison du mouvement de l’appareil (le flou de bougé comme on l’a vu juste avant).

On peut traduire cette règle par une formule ULTRA SIMPLE (ne partez pas en courant) :

Formule de la règle de la distance focale inversée

« Un exemple ?« 

Imaginons que vous avez équipé votre boîtier (un canon 5D) d’un superbe objectif 50 mm. La distance focale de l’objectif est donc de… ?

« 50 mm !« 

Exactement, c’était dans le titre. Si on regarde notre formule, pour déterminer notre temps de pose le plus long possible, on met « 50 » sous la barre de fraction. On obtient donc…

« 1/50 ?« 

Oui, exactement. 1/50 s. Vous reconnaissez maintenant un temps de pose. Votre repère sera donc : « Je peux obtenir des photos nettes jusqu’à 1/50 s avec mon objectif 50 mm. Et si j’utilise un temps de pose plus long que 1/50 s à main levée, la photo sera probablement floue.« 

Si vous utilisez un objectif de 200 mm, vous devrez allonger votre temps de pose au maximum à 1/200 s.

Remarque

En utilisant la formule, si vous tombez sur un résultat qui ne tombe pas sur un réglage disponible : il est toujours plus sûr « d’arrondir au plus court ».

Exemple : vous obtenez 1/55 s avec la formule, vous « arrondissez » à 1/60 s (plus court) et non 1/50 s (plus long).

Dîtes-vous qu’à main levé vous faîtes TOUJOURS bouger votre appareil photo. Cette règle vous permet de déterminer un temps de pose court pour ne pas enregistrer ces micromouvements.

Plutôt simple donc.

Pour vous simplifier la vie je vous laisse aussi mon calculateur de temps de pose.

« Et d’ailleurs, peux-tu faire un rappel sur les différentes manières de raccourcir son temps de pose ?« 

Au niveau des réglages :

  • ouvrir plus grand (donc diminuer le chiffre f/);
  • augmenter les ISO (1600 maximum sur APS-C et 3200 maximum sur 24×36)

Sinon, utiliser un trépied pour ne plus vous souciez du temps de pose. Mais un trépied empêchera juste le flou de bougé pas le flou de mouvement.

https://unsplash.com/photos/F8xnZbVMcMo

Les limites de la règle de la distance focale inversée

  • Cette règle s’applique aux boîtiers avec des capteurs 24×36 (« full frame »), et non aux boîtiers APS-C (je vous explique plus après comment faire avec les APS-C).
  • Cette règle considère que vous êtes relativement stable et que la prise de vue est réalisée dans des conditions calmes (faible vent au maximum). Si vous tenez mal votre appareil, la règle pourrait ne pas fonctionner : le temps de pose calculé serait trop long.
  • Cette règle ne concerne que la prise de vue à la main. Avec un trépied, vous pouvez déclenchez avec des temps de poses aussi long que vous souhaitez, si le trépied est parfaitement stable.
  • Malgré son nom, ce n’est pas vraiment une règle. Mais plutôt un repère, une ligne directrice ! En fonction de votre matériel, de votre niveau de tremblement et des conditions climatiques il se pourrait que vous puissiez utiliser un temps de pose plus long, ou qu’au contraire, vous soyez obligé d’utiliser un temps de pose plus court
  • Les appareils photo à haute résolution (notamment à partir de 20-30 Mpx) sont plus intolérants au flou de bougé que leurs homologues à faible résolution. Avec un appareil photo haute résolution, vous devrez peut-être diminuer votre temps de pose à une valeur inférieure que celle suggérée par la formule.
  • Vous pouvez disposer d’un superbe boîtier très cher, mais s’il n’est pas assorti d’un objectif très performant et très piqué, vous ne pourrez pas obtenir de photo bien nettes, peu importe le temps de pose.
  • Photographier un petit oiseau à une grande distance et vouloir préserver chaque détail des plumes nécessite généralement un temps de pose plus court que celle recommandée par la formule, surtout si le sujet doit être très net à un zoom de 100 % (au niveau des pixels).
  • La stabilisation de l’image : est aussi un facteur important (je reviens sur le sujet plus après).
  • Si vous avez un objectif zoom réglé sur 20 mm, on pourrait théoriquement utiliser un temps de pose de 1/20 s (si on suit la règle). Mais en pratique, sous 1/50-1/60 s, quel que soit l’objectif utilisé, le flou bougé apparaîtra facilement.
https://unsplash.com/photos/cWcuKut1RAE

Pourquoi le temps de pose varie en fonction de la distance focale ?

Les objectifs avec de longues distances focales donnent un angle de champ plus restreint (voir schéma ci-dessous). Autrement dit, on a un champ de vision plus limité : « on voit moins » mais plus proche. Et si vous êtes plus proche : vous voyez plus le flou bougé de l’appareil.

Schéma des distances focales et de l’angle de champ obtenu

Avec un objectif très long, votre champ de vision peut être de 1,5 m d’un côté à l’autre, tandis qu’un objectif très court peut avoir un champ de vision de 30 m de large.

Si un objet se déplace sur une distance de 30 cm, cela représente 20 % du trajet dans le champ de vision de l’objectif long, mais seulement 1 % du trajet dans celui de l’objectif court. Plus l’objectif est long, plus tout mouvement sera amplifié.

« Mhm, je suis moyennement convaincu« 

Utilisons deux analogies pour mieux comprendre.

L’analogie du trempoline :

imaginez que vous faîtes du trempoline face à un mur de brique. Si il est à 1 m de vous, l’ensemble des motifs des briques vont vous paraître flou quand vous sauterez de haut en bas.

Mais si le mur de brique est à 10 m, les mouvements de haut en bas impacterons bien moins votre vision des motifs du mur.

L’analogie de la perche :

imaginez 2 perches relativement légères, dont les longueurs représenteraient votre distance focale.

  • L’une des perches ne fait que 1 m de long
  • tandis que l’autre fait 5 m de long.

Vous allez soulever chacune des 2 perches l’une après l’autre. Vous remarquer qu’il est facile de garder la perche de 1 m stable. Tandis que la perche de 5 m bougerait un peu dans tout les sens, le moindre mouvement de vos mains est amplifié, cette perche est plus instable.

Avec les objectifs c’est le même principe. En faisant un zoom avant, vous augmentez la longueur de votre  » perche « . Tout mouvement effectué à la base de la perche (objectif) est amplifié. Ainsi, plus le zoom est long, plus le temps de pose maximal doit être être court.

Toujours pas convaincu ? Je vous mets 2 petites animations qui devraient vous aider à mieux visualiser le phénomène.

Mouvement de l’appareil photo avec une courte focale et mouvement perçu : on perçoit moins le mouvement.
Mouvement de l’appareil photo avec une longue focale et mouvement perçu : on perçoit plus le mouvement.

Pour ceux qui aiment un peu les maths, les graphiques, je me suis amusé à faire le graphique du temps de pose nécessaire en fonction de la distance focale. En gros on voit qu’assez rapidement on doit avoir un temps de pose très court.

Schéma du temps de pose à régler en fonction de la distance focale utilisée
https://unsplash.com/photos/vgnQZ4DMI6g

La règle de la distance focale inversée et la stabilité du corps

La règle de la distance focale inversée suppose que votre corps est relativement stable et elle suppose également que vous utilisez une bonne technique de prise de vue. Elle ne s’applique donc pas si :

  • vous vous tenez sur une jambe,
  • vous sautez de haut en bas,
  • vous êtes déséquilibré,
  • vous tombez dans le vide,

« Mais c’est quoi avoir une bonne technique de prise de vue ?« 

C’est avoir une bonne position :

  • se tenir debout avec les genoux légèrement pliés,
  • les jambes légèrement écartées au niveau des épaules,
  • avoir un pied légèrement devant l’autre apporte aussi un peu plus de stabilité,
  • avoir les deux mains tenant l’appareil photo et les coudes repliés sur le côté ou sur la poitrine.

Remarque

Si vous utilisez une courroie d’appareil photo, réglez-la de manière à ce qu’il y ait un peu de tension lorsqu’elle est au niveau de votre œil. Cela limitera le nombre de directions dans lesquelles l’appareil photo peut dériver et provoquer des tremblements.

La stabilité peut être compromise si vous utilisez l’écran LCD de votre appareil photo pour composer : vos bras s’éloignent de votre corps, ce qui accroit les tremblement, et déstabilise l’appareil.

Des facteurs externes peuvent également affecter la stabilité de votre corps et de l’appareil photo. Par exemple si vous frissonnez à cause du froid, ou si vous êtes bousculé dans tous les sens par un vent violent : la règle de la distance focale inversée vous donnera un temps de pose trop long.

Par conséquent, je vous recommande de raccourcir votre temps de pose au-delà de ce qu’indique la formule si vous :

  • êtes déséquilibré,
  • travaillez dans le vent,
  • tenez votre appareil photo loin de votre corps.

« Je dois utiliser quel temps de pose exactement ?« 

Impossible à dire. Faîtes quelques tests. Prenez des photos en utilisant l’écran LCD, prenez des photos en étant mal équilibré, etc. Travaillez à différents temps de pose et vérifiez les résultats. Ensuite, élaborez une règle modifiée pour chaque scénario.

Et au contraire, certains scénarios vous permettent d’assouplir la règle de la distance focale inversée :

  • appuyé sur une surface solide (comme un arbre ou un mur de briques),
  • à genoux,
  • allongé au sol.

Ces positions augmentent votre stabilité, vous pouvez alors allonger le temps de pose au-delà de la valeur indiquée par la formule.

https://unsplash.com/photos/DhoCVkssJjs

Combiner la règle de la distance focale inversée avec les ISO

Vous avez probablement la fonction « ISO auto ». L’appareil photo règle automatiquement la sensibilité ISO en fonction des conditions lumineuse et des autres réglages (temps de pose et ouverture).

Seule, cette fonction est dangereuse : nos ISO peuvent EXPLOSER, et on peut découvrir (trop tard) avec horreur énormément de bruit numérique sur nos photos.

Une version plus élaborée de cette fonction vous permet de spécifier les ISO minimum et maximum.

D’autres version permettent de spécifier non seulement des limites ISO, mais aussi quelle doit être le temps de pose maximal avant que les ISO ne changent.

Par exemple si je prends des photos avec une distance focale de 100 mm (et un boîtier 24×36), je peux régler le temps de pose maximal sur 1/100 s (si on suit la formule). En réglant « 1/100 s » comme temps de pose limite : l’appareil augmentera automatiquement la sensibilité ISO de sorte à ne jamais être plus long que 1/100 s en temps de pose.

De cette manière on est sûr de toujours avoir un temps de pose suffisant pour avoir une photo nette, et ça, dans la limite de la plage ISO définie au début.

Pour les plus intéressés je parle de la méthode complète ici.

https://unsplash.com/photos/lmClF825VYI

Taille du capteur et règle de la distance focale inversée

La formule de la distance focale inversée s’applique uniquement aux capteurs 24×36 (dit « plein format » ou « full frame »). Les capteurs plus petits que 24×36 (APS-C, 4/3…), recadrent la photo avec un angle de vue plus restreint (pour une même distance de prise de vue la longueur focale) et allongent donc visuellement la distance focale obtenue. Cela « zoom » dans la photo en quelque sorte.

Ce que des capteurs de taille différente – Full Frame, APS-C, MFT, 1 pouce, 2/3 de pouce, 1/2,3 pouce, 1/3,2 pouce – auraient capturé en utilisant le même objectif pour prendre cette photo.

On dit que les capteurs plus petit que les 24×36 ont un facteur de recadrage (c’est un nombre). Ce facteur permet de déterminer la distance focale effective (= l’équivalence visuelle de la longueur focale) de votre objectif. Pour se faire il suffit de multiplier la distance focale réelle par le facteur de recadrage.

C’est cette longueur focale effective que vous devez utiliser avec la formule.

Donc, pour appliquer la règle de la distance focale inversée aux capteurs à crop factor (facteur de recadrage), on rajoute une étape :

  1. déterminez la distance focale effective (distance focale réelle X facteur de recadrage)
  2. calculez votre temps de pose maximal avec la formule (1 / distance focale équivalente).

La formule devient :

Avec un capteur à crop factor, on utilise la distance effective et non la distance focale

Exemple :

  1. si votre boîtier a un capteur 4/3 ou Micro 4/3 avec un facteur de recadrage de 2 et que vous utilisez un objectif de 50 mm, il vous suffit de multiplier 50 par 2 pour obtenir une longueur focale effective de 100 mm.
  2. votre temps de pose au plus long sera de 1/100 s (et non 1/50 s).

« Mais comment je peux connaître ce facteur de recadrage ?« 

Si vous n’êtes pas certain du recadrage de votre appareil photo, vous pouvez effectuer une recherche rapide sur internet en tapant « crop factor [nom de votre boîtier] », mais voici quelques facteurs de recadrage communs :

  • Canon APS-C : x1,6
  • Nikon APS-C : x1,5
  • Fujifilm APS-C : x1,5
  • Sony APS-C : x1,5
  • 4/3 et Micro 4/3 : x2

Vous pouvez retrouver un tableau des différents capteurs et facteurs de recadrage associés ici.

Remarque

Par sécurité et pour ne pas trop se prendre trop la tête de nombreux photographes préfèrent multiplier la distance focale par 2 quand ils sont sur des capteurs plus petits que des 24×36 (à crop factor).

Remarque

Vous devez faire de même lorsque vous utilisez des capteurs de taille supérieure à un 24×36. Mais dans ce cas vous utiliserez un facteur de recadrage inférieur à 1 (comme x0,8, x0,5, etc.).

Les appareils photo moyen et grand format offrent de plus grands angles de champs, ce qui permet d’allonger le temps de pose à main levée.

Ci-dessous je vous mets un tableau avec les distances focales à gauche, les capteurs et leurs facteurs de recadrage en haut, et à la croisé vous avez le temps de pose le plus long possible pour avoir une photo nette.

24×36
Crop x1
APS-C
Crop x1.5
Micro 4/3
Crop x2
10 mm1/10 s1/15 s1/20 s
18 mm1/20 s1/30 s1/40 s
28 mm1/30 s1/40 s1/60 s
35 mm1/35 s1/50 s1/70 s
50 mm1/50 s1/80 s1/100 s
85 mm1/85 s1/120 s1/200 s
200 mm1/200 s1/300 s1/400 s
300 mm1/300 s1/500 s1/600 s
Tableau des temps de poses maximaux basés sur la règle de la distance focale inversée

https://unsplash.com/photos/wRcuI89O-_Q

Les effets de la stabilisation de l’image

Certains appareils photo et objectifs sont dotés d’un système de stabilisation de l’image (également appelé « réduction des vibrations » ou « compensation des vibrations »).

Cette technologie permet de compenser les vibrations subies par l’appareil à main levée en déplaçant les composants internes d’un objectif ou le capteur de l’appareil photo. Son impact varie considérablement d’un appareil photo à l’autre et d’un objectif à l’autre.

Remarque

Sur trépied, pensez bien à désactiver la stabilisation de l’image, ou vos photos seront floues.

« Donc on peut utiliser un temps de pose plus long que ce qu’indique la règle?« 

Tout juste !

« Cool, mais jusqu’où je peux aller ?« 

Les appareils photo et les objectifs à stabilisation d’image sont livrés avec une valeur de stabilisation, généralement de l’ordre de trois à cinq diaphragmes. Vous pouvez l’utiliser pour calculer une règle corrigée.

Donc, comme d’habitude vous déterminez votre temps de pose repère avec la formule. Puis vous la rallongeait en fonction du nombre de diaphragmes indiqué pour le système de stabilisation.

Rappel

Les diaphragmes (ou stops) sont une échelle qui permettent d’exprimer des changements dans les variables d’exposition (ouverture, temps de pose et ISO).

Un diaphragme correspond à un doublement ou à une division par deux d’un paramètre d’exposition.

J’explique tout ça plus en détail dans ma formation gratuite.

Exemple : si vous avez déterminé 1/60 s en temps de pose et que votre système de stabilisation a une valeur de 2 diaphragmes, vous allez allonger le temps x2 puis x2 soit x4. Ce qui donne 1/15 s.

Si vous souhaitez obtenir des repères plus précis : vous devez tester chaque objectif et chaque boîtier. Prenez une série de photos à main levée en allongeant le temps de pose. Voyez jusqu’où vous pouvez allonger le temps de pose tout en produisant des photos nettes, puis mémorisez ce chiffre.

Remarque

Les objectifs récents revendiquent deux ou trois diaphragmes, mais ce n’est pas toujours le cas en pratique. Si vous n’avez pas fait de tests au préalable il est plus sûr de considérer cette réduction à un diaphragme.

https://unsplash.com/photos/AHYqbZwkIXY

Quand la règle de la distance focale inversée échoue totalement

Il existe quelques situations dans lesquelles la règle de la distance focale inversée échoue complètement. Et par complètement j’entends qu’elle inutilisable et à oublier.

Avec un trépied

Un bon trépied stabilise tellement votre appareil photo que peu importe votre temps de pose vous obtiendrez toujours une photo nette.

Bien entendu, vous devez utiliser un trépied solide et l’installer sur une surface stable. Vous devrez également utiliser le retardateur de votre boîtier ou un déclencheur à distance pour éviter les vibrations mécaniques de l’appareil.

Prise de vue d’action (flou de mouvement)

La formule de la distance focale inversée est conçue pour éviter le flou de bougé (dû au mouvement de l’appareil). Pas pour éviter le flou causé par des sujets en mouvement, comme des personnes qui marchent, des voitures qui roulent ou des oiseaux qui volent.

Lorsque vous capturez une action, vous devez utiliser un temps souvent bien inférieur à celui obtenu avec la formule.

Quelques temps de pose repères :

  • 1/250 s pour les sujets lents
  • 1/1000 s pour les sujets rapides
  • 1/2000 s pour les sujets très rapides (comme les oiseaux en vol).

Remarque

Oui, vous devrez toujours diminuer votre temps de pose à mesure que vous augmentez la distance focale de votre objectif. Mais la règle de la distance focale inversée sera totalement inutile ici.

https://unsplash.com/photos/4-2OULpxdMc

Conclusion

Vous voilà maintenant totalement équipé en connaissance pour ne plus jamais avoir une photo de floue dû à un mauvais réglage de votre temps de pose !

Moi je vous laisse à votre règle de la distance focale inversée et je vous dis à bientôt sur les internets MONDIAUX !

J’ai aussi une chaîne YouTube ici !

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Inscrivez-vous à une formation vidéo GRATUITE de plus de 8 heures sur les bases de la photographie

La formation est organisée en 7 modules + 1 bonus, avec de nombreuses ressources, schémas et tableaux.

Module 1 : fonctionnalités & boutons

Module 2 : prise de vue

Module 3 : composition

Module 4 : matériel

Module 5 : post-traitement

Module 6 : impression

Module 7 : créativité

Bonus : conseils en paysage, conseils en portrait, le plan de 16 semaines, preset

>
%d blogueurs aiment cette page :