fbpx

25 avril 2022

Comment utiliser le mouvement intentionnel dans ses photos ?

Par Gaëtan Berthouly

25 avril 2022


Si vous utilisez la technique du mouvement intentionnel de l’appareil photo en public, il est fort probable qu’on vous demande « Mais qu’est-ce que vous faîtes ? » , ou encore qu’on vous fasse une remarque du genre « Vous savez que vous êtes censé garder l’appareil bien stable, n’est-ce pas ?« 

Et rien que pour ça, ça vaut le coup d’essayer le mouvement intentionnel ! On utilise aussi le sigle ICM ,qui signifie Intentional Movement Camera, pour désigner cette technique.

Alors qu’est-ce que le flou intention de l’appareil photo ? Quels réglages utiliser ? Quels mouvements faire ? Quels sujets sont les plus intéressants ? C’est ce qu’on va voir ensemble aujourd’hui !

Allez en avant Guingamp !

Version vidéo ici :

Qu’est-ce que la photographie par mouvements intentionnels ?

La netteté est un concept bourgeois.

Henri Cartier-Bresson

En général, en photographie on cherche à obtenir une photo LA PLUS NETTE possible. Du moins, au moins le sujet. Ce qui implique un temps de pose suffisamment court pour figer la scène et un matériel parfaitement immobile.

Avec la technique de mouvement intentionnel de l’appareil photo, on envoie tout ces principes à la poubelle, et on les broie puis on brûle le tout (pour être sûr).

On va intentionnellement :

  • bouger notre matériel pour créer du flou de bougé,
  • allonger le temps de pose, pour enregistrer plus facilement du flou de mouvement.

Finalement, la technique du mouvement intentionnel est une sorte de photo à longue exposition.

Ces 2 paramètres vont nous permettre de produire des effets de flous directionnels. Dans certains cas les résultats sont comparables à de la peinture (comme vous pourrez l’observez avec les photos présentes dans ce somptueux article).

Comme pour l’angle hollandais, il n’y a pas vraiment règles strictes pour cette technique, et il n’y a pas de bons ou de mauvais réglages, de bons ou de mauvais mouvements etc. Vous allez devoir expérimenter, comprendre comment ça fonctionne et ajuster en fonction de vos goûts.

Cette technique bouscule nos habitudes de compositions : en réduisant le nombre de détails nets dans un paysage, elle vous permet de vous concentrer sur les lignes, les formes, les couleurs, les textures et le contraste de vos photos. Bref, elle nous fait voir la composition sous un nouvel angle (et c’est sympa).

En déplaçant l’appareil photo, les couleurs, les textures, etc., se mélangent, créant ainsi une transition douce de l’un à l’autre.

La transition dépend de la direction dans laquelle vous déplacez l’appareil photo et de la vitesse à laquelle vous vous déplacez.

Le résultat final dépend largement du temps de pose et de la rapidité ou de la lenteur avec laquelle vous déplacez l’appareil photo.

Il existe de nombreuses façons de déplacer l’appareil photo, que nous détaillerons plus après. Mais pour résume : la technique consiste à se déplacer en douceur dans n’importe quelle direction, sans arrêts brusques, afin d’obtenir un motif lisse et homogène sur la photo.

Avec la technique du flou intentionnel, une scène que vous auriez normalement considérée comme trop encombrée, peut fonctionner grâce au mélange des couleurs et les formes pour obtenir une photo abstraite ou picturale intéressante.

Ernst Hass, Chris Friel, Douglas Barkey, Andrew S. Gray et Erik Malm sont des photographes maîtrisant très bienc le mouvement intentionnel de l’appareil photo. N’hésitez pas à aller jeter un œil à leurs photos !

https://unsplash.com/photos/EkDQ7B7lXKo

Quel est le meilleur moment pour utiliser le mouvement intentionnel de l’appareil photo ?

Le meilleur moment pour photographier des mouvements intentionnels est lorsque la lumière est plus faible, au crépuscule, à l’aube, la nuit, les jours nuageux. En effet, on réalise des photos en longue pose, donc une plus grande quantité de lumière atteindra le capteur, et la surexposition nous guette !

Les zones lumineuses peuvent très vite être surexposées, et ces zones blanches peuvent attirer l’œil du spectateur et donc compromettre la photo finale.

S’il fait beau, essayez de commencer ou de terminer vos mouvements sous la ligne d’horizon, en vous concentrant davantage sur le chemin à travers les arbres, par exemple, ou en utilisant des mouvements plus petits vers le bas.

Mais vous pouvez pratiquer cette technique à tout moment si vous utilisez les bons outils pour compenser le surplus de lumière (avec des filtres ND ou polarisant comme on le verra dans la section matériel).

https://unsplash.com/photos/P8b9gxH7lOs

Couleur VS noir & blanc

La couleur et le noir et blanc fonctionnent bien lorsqu’on utilise le mouvement de caméra intentionnel. C’est parce que la technique elle-même introduit un important niveau d’abstraction, ce qui donne à l’utilisation du noir et blanc ou de la couleur une signification plus symbolique, puisqu’ils ne sont pas utilisés pour représenter les objets tels qu’ils sont, mais pour créer une impression et déclencher une réaction chez le spectateur.

Le noir et blanc est déjà une façon d’abstraire la réalité, et en appliquant le mouvement à une scène en couleur, la couleur devient également abstraite, de sorte que la façon dont nous expérimentons le mouvement en couleur est similaire à la façon dont nous expérimentons le mouvement en noir et blanc.

La couleur est l’un des éléments qui nous ancrent dans la réalité en l’associant à des formes, donc si nous supprimons les formes en utilisant le mouvement, et ne gardons que la couleur, la photo devient plus abstraite, la réalité s’estompe, et l’imagination peut prendre place.

Enfin le noir et blanc et la couleur peuvent tous deux bien fonctionner avec cette technique car c’est le mouvement qui devient l’aspect le plus important dans la photo, que nous remarquons et expérimentons en premier.

https://unsplash.com/photos/J8YdBYlqPt8

Matériel pour le mouvement intentionnel de l’appareil photo

Le mouvement intentionnel de l’appareil photo est une technique qui peut être réalisée avec presque n’importe quel matériel que vous avez sous la main main. Même un smartphone !

Boîtier : avec un mode manuel ou priorité à la vitesse (si vous n’êtes pas à l’aise en mode manuel). Cela vous permettra de contrôler le temps de pose qui est LE réglage sur lequel on va jour.

Objectif : tout objectif, à l’exception d’un ultra grand angle, peut convenir. Les longueurs focales comprises entre 18 mm et 135 mm fonctionnent bien. Cela dépend de ce que vous photographiez et des résultats que vous attendez. Mais en général, plus la distance focale est grande, plus les effets sont prononcés, et le mouvement plus difficilement contrôlable).

Trépied ou monopode : l’utilisation ou non d’un trépied dépend de ce que vous photographiez et de la durée de l’exposition. Si vous avez les mains stables pour prendre des photos avec une exposition de 1 à 2 secondes, alors restez à main levée.

Mais certains peuvent avoir du mal à maintenir l’appareil photo stable lorsqu’ils se déplacent. Dans ce cas un trépied ou un monopode vous aidera à réaliser des mouvements fluides (si la rotule l’est) et à éviter les mouvements dans des directions indésirables (qui viendraient parasiter vos mouvements).

Pour les photos rapprochées des sujets, les petites secousses involontaires sont plus visibles, le trépied est d’autant plus pertinent dans cas.

Il serait utile d’avoir au moins un monopode à portée de main pour les situations délicates.

L’utilisation d’un trépied est aussi idéale pour photographier des mouvements panoramiques verticaux, horizontaux ou diagonaux.

Filtres : même avec une faible lumière, vous aurez sans doute besoin de réduire la lumière qui atteint votre capteur pour exposer correctement votre longue pose. Dans ce cas, il sera utile d’avoir quelques filtres avec vous.

1-Filtre polarisant : il permet de filtrer un peu la lumière. Il améliore également les couleurs et le contraste de la photo. Si cela ne suffit pas et que la lumière est toujours trop forte, vous pouvez utiliser un filtre ND.

2-Filtre à densité neutre (ND) : c’est le meilleur choix lorsque la lumière est trop forte. La plupart du temps, un filtre ND de 3 ou 6 stops sera suffisant (en fonction de la quantité de lumière présente). Gardez les filtres ND puissants de 6 à 16 stops pour les expositions vraiment longues ou les journées très lumineuses.

3-Filtre à densité neutre graduée : lorsque vous utilisez des filtres ND, il peut arriver que l’intensité de la lumière varie énormément entre le ciel et le paysage de la scène. Un filtre à densité neutre gradué permet de rééquilibrer ce type de situation.

https://unsplash.com/photos/PBKWzc7JWVI

Réglages pour le mouvement intentionnel de l’appareil photo

Les réglages de l’appareil photo pour cette technique sont similaires à ceux de la photographie à longue exposition. Ces réglages varient selon les scénarios et le résultat que vous cherchez à obtenir. Disons que ce sont des réglages repères..

Mise au point : pour les photos de paysage vous pouvez utiliser la mise au point automatique (puis la désactiver pour la bloquer éventuellement), car vous ne recherchez pas nécessairement une zone de netteté précise, juste de quoi faire l’effet. Pour les sujets situés à une distance plus proche, la mise au point manuelle est la meilleure solution.

Stabilisation de l’image : si vous utilisez un objectif ou un boîtier doté d’un stabilisateur d’image, pensez à le désactiver.

Mode de prise de vue : le temps de pose est le principal paramètre décisif pour cette technique, vous pouvez choisir le mode « Priorité à la vitesse« . Réglez le temps de pose sur la valeur souhaitée et l’appareil photo se chargera des autres réglages. Vous pouvez aussi utiliser le mode « Manuel » si vous êtes à l’aise avec.

Balance des blancs : vous pouvez utiliser l’un des préréglages de l’appareil photo (lumière du jour, nuageux, ombre…) ou régler manuellement la température. Si vous êtes confus, laissez-la sur automatique (AWB) et ajustez lors du post-traitement (si vous prenez vos photos au format RAW).

Mode de mesure d’exposition : la mesure matricielle devrait bien fonctionner, mais si vous craignez qu’une partie de la scène soit plus lumineuse que le reste, vous pouvez essayer la mesure pondérée centrale ou spot pour vous concentrer sur un sujet/une zone précise..

Temps de pose : à la main : de 1/20 s à 1 ou 2 s, selon la stabilité de vos mains. Pour les longues expositions (1 s et plus), afin d’obtenir un mélange lisse et homogène de la scène, il est conseillé d’utiliser un trépied pour enregistrer aucun autre mouvement que dans la direction où vous déplacez l’appareil photo.

Commencez à 1/20 s ou plus et faîtes vos premiers mouvements à main levée. Une fois que vous vous sentez à l’aise, essayez des poses plus longues (et installez votre appareil photo sur trépied si il y a des directions parasites) . Avec des temps d’exposition plus longs, les textures commencent à s’adoucir.

ISO : on garde généralement des ISO le plus bas possible pour commencer (100 ISO généralement). Puis ajustez en fonction de la situation, vous pouvez monter jusqu’à 800-1600 ISO sur A-PSC et 1600-3200 ISO sur 24×36.

Ouverture : on utilisera de petites ouvertures (grands chiffres f/) pour compenser le long temps de pose qui laissent entrer beaucoup de lumière jusqu’au capteur. Comme f/22 ou f/32 en fonction de ce que l’objectif permet et le temps de pose. D’ordinaire, un réglage aussi extrême aurait un impact important sur la netteté (à cause du phénomène de diffraction). Mais vu que notre technique est basée sur le flou, ça n’aura pas d’importance ici. Par temps clair ou lorsque le soleil est haut dans le ciel, vous devrez peut-être utiliser un filtre polarisant ou un filtre ND pour filtrer la lumière (voir la partie matériel).

Mode rafale : beaucoup de vos photos seront ratées. Je préfère vous prévenir… Activer le mode rafale peut vous donner plus de chances d’obtenir une bonne photo. C’est loin d’être un conseil obligatoire, car cela entraînera aussi BEAUCOUP de tri après la séance !

Format de prise de vue : RAW, cela donne plus de flexibilité pour jouer avec le fichier au développement (et notamment la balance des blancs).

https://unsplash.com/photos/Z6947sM5wac

8 techniques de mouvements intentionnels de l’appareil photo

Essayez de prendre quelques photos d’essai pour voir de quoi les photos ont l’air avec votre temps de pose actuel.

Remarque

Chaque combinaison temps de pose/vitesse de mouvement de l’appareil aura un rendu particulier.

Vous devrez également décider dans quelle direction et comment vous allez déplacer l’appareil photo. Chaque scène et chaque situation donnera un résultat spécifique, et cela dépend surtout de votre vision créative (car il n’y pas de règles précises !).

Pour que cette technique soit réussie, le plus important est de veiller à faire suffisamment de mouvement. La photo finale doit clairement montrer l’intention et ne pas rassembler à une image floue par erreur.

Pour la composition, faîtes comme si vous preniez un paysage traditionnel. Vous avez besoin d’un élément proéminent ou d’un point d’intérêt autour duquel travailler l’abstraction. Donc, cadrez la scène comme vous le feriez normalement.

1-Panoramique vertical, horizontal et diagonal

Vous pouvez déplacer la caméra verticalement, horizontalement ou diagonalement en un seul mouvement fluide. Si vous recherchez un effet lisse, vous devez vous assurer qu’il n’y a pas de mouvements de haut en bas pour le mouvement horizontal et de gauche à droite pour le mouvement vertical.

Un temps de pose de 1/20 s peut suffire .

Tenez votre appareil photo à la hauteur des yeux avec les deux mains, rentrez vos coudes et pivotez. Si vous n’avez pas les mains stables, un trépied ou un monopode avec une tête fluide vous aidera.

Si vous recherchez un résultat légèrement ondulé, vous pouvez tenir l’appareil photo à la main et le secouer légèrement lors du panoramique. Vous pouvez aussi essayer un mouvement de va-et-vient avec un temps de pose suffisamment long.

Astuces

Pour la première partie de votre exposition, vous pouvez garder votre appareil photo immobile pendant les premiers instants. Et lorsque l’exposition est sur le point de se terminer, déplacez rapidement l’appareil photo pour créer le flou de mouvement dont vous avez besoin.

Vous pouvez aussi commencer à déplacer l’appareil photo et d’appuyer sur le déclencheur pendant que vous vous déplacez. Cela permet un balayage en douceur, sans interruption ni à-coup.

Remarque

Il est inutile d’appliquer cette technique à un arrière-plan uni. Recherchez plutôt des endroits présentant des lignes naturelles et des différences de tons et de couleurs. Un endroit idéal à essayer est une forêt avec de nombreuses lignes d’arbres.

Remarque

Il est intéressant de faire un panoramique vertical si on a des lignes horizontales dans notre scène, et un panoramique horizontal pour suivre des lignes horizontales.

Bien sûr, il n’y pas vraiment de règles avec cette technique, donc essayez aussi d’autres choses !

https://unsplash.com/photos/9vAZxE3CABE

Vous pouvez, en plus du mouvement horizontal, suivre un sujet, pour faire un effet de panning horizontal (ou panoramique). On obtient l’effet ci-dessous.

https://unsplash.com/photos/Xck6cu2nUmc

2-Rotation

Vous pouvez également essayer de faire tourner l’appareil photo autour d’un axe pendant la prise de vue. Cette rotation peut être une rotation complète de 360 degrés ou partielle, selon ce que vous cherchez à obtenir. Pour une rotation parfaite autour d’un axe, vous aurez certainement besoin d’un trépied.

Vous pouvez essayer avec des arbres lorsque vous voulez mettre en valeur le vent ou le mouvement dans la canopée plutôt que les troncs (attention aux « trous de lumière » qui créent des bandes brillantes et dures).

https://unsplash.com/photos/SVxlf9Wawfk

3-Zoomer

Pour cette technique vous pouvez avoir besoin d’un rail sur lequel vous pouvez rapprocher ou éloigner l’appareil de la scène pendant l’exposition. Le rail vous aidera à obtenir un effet bien lisse.

Vous pouvez également essayer de le faire vous-même en avançant ou reculant un pied (c’est bien moins cher !).

Une autre façon ENCORE PLUS SIMPLE pour obtenir un effet de zoom est d’utiliser, à main levée, un objectif à focale variable (zoom) qui vous permet de faire un zoom avant ou arrière pendant la prise de vue.

Cet effet fonctionne mieux avec un sujet central fort sur lequel vous allez zoomer.

  1. Sélectionnez un sujet central pour la photo. Il ne doit pas être trop grand. Une personne, une statue ou un petit bâtiment feront l’affaire.
  2. Choisissez un endroit où les niveaux de lumière sont mélangés sur les deux côtés et au-dessus de vous. La cime d’un arbre conviendrait bien à cet effet.
  3. Zoomez maintenant sur la longueur focale finale que vous allez photographier. Vous devez faire une mise au point préalable de votre objectif à cette distance focale.
  4. Réglez le temps de pose à environ 1/20 s.
  5. Lorsque vous êtes prêt, déclenchez et zoomez sur votre sujet principal. Ralentissez le zoom au fur et à mesure que vous vous approchez de la longueur focale maximale de la rafale de zoom. Cela permet de rendre le sujet principal plus net.

Remarque

Utiliser un trépied permet de créer des lignes de flou plus nettes. Utiliser le flash sur le sujet principal peut également fonctionner, surtout si votre sujet est petit (et suffisamment proche). Utilisez la synchronisation sur le second rideau pour que le flash se déclenche à la fin de la rafale de zoom.

Voir l’article détaillé sur l’effet zoom burst.

https://unsplash.com/photos/eH_ftJYhaTY

4-Essai libre / aléatoire

Déplacer l’appareil photo dans n’importe quelle direction, mais de manière significative.

Cette méthode est la plus difficile à utiliser efficacement. C’est le moyen le plus facile de produire une photo désordonnée, sans réel point d’attention.

Quelques suggestions :

  • Cherchez à produire des formes connues, comme des cercles ou des cœurs. Cela vous aidera à donner un sens à votre photo, et ces formes se répéteront dans le cadre.
  • Les mouvements fluides et les lignes courbes peuvent également être utiles. Les courbes douces, par opposition aux gribouillages seront probablement plus belles.
  • Les expositions courtes (1/20 s comme point de départ) sont préférables. Un mouvement court et défini est plus facile à produire. Plus l’exposition est longue, plus le mouvement risque de ressembler à un gribouillage.
https://unsplash.com/photos/TpG2TBiclik

5-Arrêt et panoramique

La méthode d’arrêt et de panoramique peut donner des résultats intéressants si vous avez un seul sujet dans la scène.

Pour cette méthode, faites la mise au point sur le sujet principal manuellement, déclenchez et restez dans cette position pendant une fraction de seconde, puis effectuez un panoramique. Vous pouvez le faire une fois ou autant de fois que vous le souhaitez : faire un panoramique puis arrêter, refaire un panoramique, puis arrêter, etc.

Vous pouvez également faire un panoramique, vous arrêter pendant une fraction de seconde, puis faire un panoramique. Chacune de ces méthodes donnera un effet différent.

Cette technique permet obtenir des photos qui rappellent les doubles expositions.

https://unsplash.com/photos/dNoGNxFGfIo

6-Photographiez depuis un véhicule en mouvement

Prenez des photos depuis une voiture ou d’autres véhicules en mouvement. Tant que la route n’est pas trop cahoteuse, ça devrait bien fonctionner.

Les réglages sont similaires à ceux des mouvements ci-dessus, la seule différence étant que c’est la voiture qui déplace votre appareil photo (et non vous !). Il est très important de ne le faire que depuis le siège du passager, après avoir pris toutes les mesures de sécurité pour vous-même, les autres et l’appareil photo.

Remarque

Vous pouvez aussi utiliser un rail pour faire des mouvements intéressants. Mais ce matériel est assez onéreux (surtout si c’est juste pour faire ça !)

https://photzy.com/mastering-intentional-camera-movement/ – Voici un exemple de photo des lumières de la ville prise depuis une voiture en mouvement. Photographie de Leanne Cleaveley

7-Tremblement

Une autre approche consiste à faire de petits mouvements tremblants avec l’appareil photo (à essayer assis sur une machine à laver !).

https://photzy.com/mastering-intentional-camera-movement/ – Voici une image « tremblée » de livres colorés sur une étagère de bibliothèque. Photographie de Leanne Cleaveley

8-Combinaison de deux ou plusieurs des techniques ci-dessus

Une fois que vous êtes sûr de vous avec les techniques ci-dessus, faites passer vos mouvements intentionnels au niveau supérieur en combinant une ou deux méthodes ci-dessus. Il peut s’agir de zoom et de panoramique, de rotation et de zoom, etc.

https://unsplash.com/photos/LF0SvuzO9nU

Remarque générale

Vous pouvez intensifier la force du flou en déplaçant lentement l’appareil photo. C’est un excellent moyen de créer des photos différentes en utilisant la même technique.

Vous aurez besoin d’un temps de pose plus long si vous déplacez l’appareil photo plus lentement, il est donc préférable de le faire sur un trépied.

Remarque générale

Ce type de photo étant très expérimental vous devrez faire de nombreux essais et erreurs. Donc si vous n’arrivez pas à obtenir de résultats concluants au début : c’est normal, ne vous découragez pas !

Vous découvrirez rapidement ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, ce qui vous aidera à développer votre propre style.

Ne vous empressez pas de supprimer les photos qui vous semblent ratées. Il est possible qu’au bout de quelques jours (sur un écran plus grand), vous regardiez à nouveau et que vous trouviez quelque chose qui vous plaise, après tout !

https://unsplash.com/photos/nTGmsU6kzQA

Sujets intéressants pour la photographie par mouvements de caméra intentionnels

Vous pouvez photographier tout et n’importe quoi à l’aide de la technique ICM, mais voici quelques suggestions de sujets intéressants pour cette technique :

  • Les paysages : les prairies, des champs, un arbre seul, les jungles, les forêts (notamment en orientation verticale), herbe, rivières, chutes d’eau, nuages… Tout ce qui présente des couleurs contrastées et frappantes.
  • Recherchez des motifs, des couleurs, des textures, des formes, des lumières et des ombres
  • Le printemps et l’automne sont les saisons les plus propices pour les photos paysages avec la technique flou intentionnel.
  • Les plages et paysages marins, en particulier pendant l’heure dorée et l’heure bleue. Les vagues qui s’écrasent sur le rivage (protégez bien l’appareil photo de l’eau salée), la mer dans son ensemble, rochers dans la mer, navires ou bateaux flottant sur l’eau, lever ou coucher de soleil sur la mer
  • Oiseaux en vol, chevaux
  • Les situations de faible luminosité, crépuscule ou tôt le matin. Les jours sombres et couverts.
  • Les lignes horizontales ou verticales fortes, et balayer dans le sens de la ligne.
  • Les lumières nocturnes des ville. Comme une rue animée ou de rues avec une certaine activité, cela peut aider à créer un effet fantomatique. Faites attention aux lumières vives et évitez-les dans le cadre, car elles peuvent créer des bandes lumineuses et gâcher la photo.
  • Les natures mortes comme des fleurs, des jouets.
  • Architecture : paysages urbains, détails architecturaux, architecture abstraite, motifs répétés
  • Voitures, trains ou autres véhicules
  • Humanoïdes : personnes individuelles sur un fond uniforme, groupes de personnes ou foules, portraits.
  • Feux d’artifice
  • N’importe quoi !
https://pixabay.com/zh/illustrations/waves-background-template-abstract-683417/

Arrière-plans pour les mouvements de caméra intentionnels

Lorsque vous avez un ou plusieurs sujets dans le cadre, recherchez le contraste et des couleurs intéressantes. Ces éléments permettent d’obtenir des photos intéressantes avec une certaine profondeur.

Lorsque vous choisissez des couleurs, recherchez des couleurs contrastées ou complémentaires, afin de créer un contraste et un intérêt dans la photographie. Recherchez également des variations de tons et d’intensité lumineuse. Cela vous aidera à créer une photo qui a de la profondeur et une bonne ambiance.

Les textures et les motifs géométriques sont d’autres facteurs intéressants qui peuvent être incorporés dans des photos avec un mouvement intentionnel de l’appareil photo. Ils peuvent donner lieu à des photos présentant des textures douces et des variations dans l’image.

https://unsplash.com/photos/DFl1XrJE07k

Le mouvement intentionnel avec un Smartphone

On peut aussi bouger et utiliser un long temps de pose avec un smartphone. Et on peut aussi le fixer sur un trépied. Donc on peut utiliser cette technique !

La plupart des applications d’appareil photo natives pour smartphones proposent des options d’exposition longue, mais si votre téléphone ne dispose pas de cette fonction, il existe des applications qui peuvent vous débloquer la fonction.

  • Appareil photo FV-5 Lite : application gratuite et disponible pour Android.
  • Slow Shutter Cam : application payante et disponible pour iOS.
  • Camera+ 2 : application payante et disponible pour iOS.
  • ProCamera : application payante et disponible pour iOS.
https://pixabay.com/photos/bluebells-icm-forest-trees-blur-4912835/

Conclusion

Si vous avez du mal à trouver l’inspiration pour votre prochain projet photographique, ou si vous voulez faire jaillir votre créativité, le mouvement intentionnel de l’appareil photo est définitivement une technique que vous devriez essayer au moins une fois.

Moi je vous laisse ici à vos photos floues intentionnellement et je vous dis à bientôt sur les internets MONDIAUX !

J’ai aussi une chaîne YouTube ici !

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Inscrivez-vous à une formation vidéo GRATUITE de plus de 8 heures sur les bases de la photographie

La formation est organisée en 7 modules + 1 bonus, avec de nombreuses ressources, schémas et tableaux.

Module 1 : fonctionnalités & boutons

Module 2 : prise de vue

Module 3 : composition

Module 4 : matériel

Module 5 : post-traitement

Module 6 : impression

Module 7 : créativité

Bonus : conseils en paysage, conseils en portrait, le plan de 16 semaines, preset

>