janvier 12

0 comments

Comment faire des photos de forêt ?

Par Gaëtan Berthouly

janvier 12, 2021


Vous aimez bien vous promenez dans les bois pendant que le loup n’y est pas ?

Vous êtes aussi probablement photographe si vous êtes sur ce blog !

Ça tombe bien nous allons aujourd’hui à nous atteler à la photographie de forêt !

Se perdre dans la nature, seul.

Entendre les bruits de la nature : un cours d’eau qui se faufile, une brise qui secoue des branches ou un animal qui… vous fuit (probablement).

Voir la lumière passer à travers les branches.

Être au pied de grands être vivants, pour certains centenaires qui ont eu des DIZAINES de vies avant vous !

C’est tout ça la forêt !

Et maintenant vous voulez retranscrire tout ça avec le meilleur outil que l’homme est inventé : votre enregistreur d’image.

Et bien c’est ce que l’on va voir dans cet article.

Comme d’habitude, à travers cet article le but est d’écrire une véritable ressource sur ce sujet.

Vous allez donc trouver beaucoup d’informations. Que je mettrai à jour, et remettrai en forme avec le temps !

Repérez-vous aux grands titres ou utilisez la commande “ctrl+f” pour activer la fonction recherche de votre navigateur !

Allez, en avant Guingamp !

Photos gratuites de arbres, bois, brillant
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/paysage-nature-soleil-foret-240040/

Matériel

Objectifs : macro objectif (pour les détails), téléobjectif (compression et isolation), grand-angle (montrer l’ensemble) sont possibles. Je déaille juste après chaque choix.

Un filtre polarisant : pour enlever les possibles reflets.

Un trépied : bien que la prise de vue à main levée soit une option, il est probable que vous soyez confronté à des vitesses d’obturation légèrement plus lentes en raison des épais feuillages qui masquent la lumière. Un trépied, en particulier un trépied à tête dentée, vous aidera à prendre votre temps, à affiner votre composition et à vous assurer que tous les niveaux sont droits.

Une télécommande : pareil qu’au-dessus.

De bonnes chaussures : parce que, à moins que vous soyez un hobbit, il va falloir protéger vos pieds des éléments naturels qui pourraient blesser votre fragile petit corps d’humain.

Des vêtements corrects : pareil qu’au-dessus.

Chiffons micro-fibre : des saletés peuvent rapidement venir s’installer sur vos objectifs, alors quelques chiffons micro-fibre vous aideront à garder vos objectif en bon état !

Un casse-croûte : parce qu’on est toujours plus créatif et ouvert le ventre plein !

De l’anti-moustique : surtout en été et dans des zones humides avec des étendues d’eau !

aerial shot of road surrounded by green trees
Geran de Klerk @gerandeklerk

Gros point sur les objectifs

Prenez votre objectif macro

Si vous en avez un, assurez-vous d’ apporter votre objectif macro.

Les forêts et les terrains boisés sont remplis de petits détails, de textures et de couleurs fascinants.

Tout ça peut vous échapper si vous vous concentrez UNIQUEMENT sur une vue dENSEMBLE.

Un petit réflecteur portable peut vous être utile avec cet objectif.

En vous concentrant sur des petites zones précises : les conditions de luminosité seront sombres.

Votre objectif grand-angle pour les paysages vient-il aussi ?

Oui.

Les meilleurs objectifs de paysage ont tendance à être les plus courts : ils vous donnent un angle de vue plus large.

Cet angle dépend aussi facteur de crop du capteur de votre appareil photo (la plupart le sont si ils ne sont pas full frame).

Choisissez un petit zoom, par exemple : 16-35, 17-40 ou 24-105 mm.

L’avantage le plus évident d’un objectif grand angle est de donner une vue plus large de la zon.

De faire ressortir les détails de l’arrière-plan. Donnant à votre zone une impression plus « étendue ».

Une bonne option créative avec votre grand-angle consiste à pointer vers la cime des arbres.

Cela créera des lignes convergentes et donnera l’impression que la cime des arbres est plus éloignée et qu’elle s’étend vers tous les angles du cadre.

Et le téléobjectif… Aussi ?

Et ba oui lui aussi il rejoint l’équipe.

Il peut sembler évident au premier abord de vouloir en montrer le plus possible.

Et donc de prendre un grand-angle.

Mais un téléobjectif pourrait aussi se révéler être un bon choix si vous voulez comprimer votre scène et mettre en avant vos éléments d’arrière-plan.

Cela permet de garder une composition serrée et de remplir le cadre.

Un téléobjectif vous aidera également à garder toutes vos lignes verticales droites.

Objectifs et compression

Bon ça fait beaucoup à transporter donc vous allez sans doute faire un choix.

Choisissez donc bien l’objectif qui vient avec vous.

Car le choix de distance focale est bien plus qu’une histoire d’angle de vue.

Des distances focales différentes modifient AUSSI la compression de la scène et donc la relation entre les sujets proches et éloignés.

Pour les compositions en forêt, cette relation peut faire toute la différence.

N’installez votre trépied que lorsque vous êtes sûr que la scène est bonne et que vous avez trouvé la meilleure composition possible.

Vous pouvez ensuite vous attaquer aux détails techniques.

Dans tous les cas : E-X-P-É-R-I-M-E-N-T-E-Z

Lumière, ça tourne !

Si le grand paysage bénéficie le plus souvent d’une lumière spectaculaire.

Les forêts sont moins exigeantes en terme de lumière.

Un ciel gris et terne et même la pluie adoucissent la lumière et permettront de simplifier la scène.

La lumière directe du soleil ou la lumière dure de midi créeront un résultat beaucoup très contrasté :

  • Point négatif : un contraste de luminosité avec des hautes lumières et des ombres bouchées.
  • Point positif : un contraste saisissant de couleur entre la lumière chaude du soleil et l’ombre froide.

Les contrastes lumineux sont très difficilement interprétables par votre ami l’appareil photo en un seul cliché.

Une solution, pour capter cette large plage dynamique est d’utiliser la technique du HDR (je l’évoque plus après).

Un temps couvert peut être idéal pour s’aventurer dans les bois.

Un temps clair reste loin d’être inadapté !

Si vous y allez par temps clair, assurez-vous simplement de visiter votre forêt très tôt ou très tard.

Ce sont durant ces heures que le soleil est bas dans le ciel et où la lumière n’est pas trop forte.

Les arbres dans la douce et chaude lumière du soleil du matin peut vous permettre d’obtenir un rendu incroyable !

Autre élément intéressant : le brouillard.

Si vous avez la chance de vous retrouver dedans, cela ajoute une atmosphère éthérée.

Le brouillard va aussi simplifier la scène et renforce la profondeur de la composition.

Et la profondeur : c’est un ingrédient essentiel dans la photographie forestière.

Les conditions idéales pour capturer des scènes de forêt est probablement le combo ultime : brouillard matinal qui se dissipe lentement +apparition du soleil.

De telles conditions peuvent donner lieu à une lumière spectaculaire, y compris des faisceaux lumineux : digne d’un film fantastique.

C’est bien beau tout ça tout ça.

Mais malheureusement : c’est rarement le cas.

Donc, au cours de vos ballades forestières, mémorisez les lieux et compositions qui vous semblent pertinents.

En anticipant, cela facilitera grandement la tâche de courir capturer cette image étonnante que vous avez en tête lorsque les conditions se présentent.

Comme pour la plupart des photographies de paysages : la planification est la clé du succès.

Tenez compte de l’endroit où se trouve et où se trouvera la lumière

Une scène qui ne vous intéresse pas beaucoup maintenant peut devenir beaucoup plus belle plus tard ou même le lendemain.

À mesure que le soleil se déplace dans le ciel, l’éclairage d’une forêt changera radicalement.

Les matins peuvent apporter une brume épaisse, le soleil luttant pour la transpercer.

Peut-être que le soleil de l’après-midi crée une scène de forêt très éclairée.

Et le soir, les rayons rouges du coucher de soleil peuvent filtrer ou peut-être une ombre portée due à l’absence de lumière lunaire.

Certains des meilleurs moments pour des images de forêt spectaculaires sont lorsque le soleil est plus bas sur l’horizon.

Cela nous donne la possibilité de capturer plus facilement les rayons lumineux entre les arbres, ainsi que d’utiliser les arbres pour capturer les formes de rafales du soleil par occlusion.

Mais le manque de lumière est tout aussi important que sa présence.

Considérez comment les ombres imprègnent la scène et modifient l’ambiance.

Nous pouvons également exposer les parties de l’image les plus éclairées, ce qui rendra nos ombres extrêmement sombres.

Cela permet de mettre l’accent exactement là où nous le voulons, qu’il s’agisse d’un sujet très éclairé ou d’un bois sombre et profond.

La compensation de l’exposition et la sensibilité ISO affectent également les niveaux d’éclairage sans qu’il soit nécessaire de régler l’ouverture/profondeur de champ ou la vitesse d’obturation.

photography of tall trees at daytime

Steven Kamenar@skamenar

Profitez de l’heure dorée

La lumière de l’heure dorée est souvent atténuée sur le sol de la forêt.

Les arbres bloquent la plupart des rayons du soleil, laissant derrière eux des faisceaux qui traversent le sol et les branches.

Cette lumière chaude crée une juxtaposition de tons froids et ombragés et de la lumière jaune chaude du soleil.

Ce peut être un moment magnifique de la journée.

Si vous avez la chance vous trouverez un peu de brouillard enveloppant les arbres.

Il faudra vous lever tôt pour avoir cette heure dorée (vous obtiendrez peut-être en bonus de la brume !) ou vous coucher tard.

green leafed trees

Irina Iriser @iriser

Il y a-t-il de bon réglages pour l’heure dorée ?

Pas vraiment.

Les bons réglages de l’appareil photo vont beaucoup varier pendant ce moment.

Il faudra vous mettre dans un mode semi-automatique ou manuel.

Et jouer constamment avec votre vitesse d’obturation et votre ouverture en fonction de ce que vous voulez créer.

Si vous photographiez à la main : essayez de maintenir votre vitesse d’obturation autour de 1/60e de seconde ou plus, en particulier lorsque vous utilisez un téléobjectif.

Une ouverture d’environ f/8 donne généralement des images nettes tout en conservant une profondeur de champ agréable.

Comme souvent expliqué dans mes articles, il y a des réglages-repères mais vous donner LE BON RÉGLAGE es impossible, cela va dépendre de votre matériel et des conditions de prise de vue.

N’en restez pas qu’à l’heure doré

L’heure dorée et l’heure bleue étant des classiques de la photo de paysage.

On pourrait tomber dans le piège de ne prendre notre chère forêt qu’à ces moments de la journée.

En forêt, vous avez plus de possibilités qui s’offrent à vous !

Quand on est photographe de paysage on évite généralement LE MILIEU de la journée.

Car le soleil a tendance à aplanir la photo (pas d’ombres, pas de reliefs, pas terrible).

MAIS dans les bois, ce n’est pas la même histoire.

Cela peut fonctionner car la lumière est diffusée par la voûte des arbres et vous donnera une belle lumière tachetée sur le sol de la forêt.

Photos gratuites de arbre, arbres, bois
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/arbres-bois-fond-d-ecran-hd-fond-d-ecran-nature-38136/

Profitez du temps couvert pour photographier les forêts

Les nuages sont comme une boîte à lumière de studio pour le soleil, ils :

  • adoucissent la lumière dure
  • atténuent les ombres
  • fournissent un éclairage homogène

C’est une formule parfaite pour photographier les forêts.

Le fort contraste causé par la lumière du soleil disparaît.

Les motifs complexes des sous-bois, des troncs d’arbres, des branches et des feuilles apparaissent.

Bien que loin d’être parfaite pour les paysages grandioses, la couverture nuageuse est parfaite pour les forêts.

Photos gratuites de arbres, bois, brouillard
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/arbres-bois-brouillard-brumeux-173388/

Trouver « le truc qui fait que »

Aussi belle qu’une simple scène forestière puisse être sous le bon éclairage.

Vous pouvez tout de même rester sur votre faim.

Alors mangez.

Si vous êtes toujours sur votre faim.

C’est parce que quelque chose cloche.

La photo forestière a souvent besoin d’un élément spécial qui attire l’attention dans sa composition.

Cela peut être n’importe quoi, tant que c’est un détail qui ressort d’une manière ou d’une autre.

Il peut s’agir :

d’un arbre particulièrement noueux (ou simplement en biais), bref le mouton noir.

d’un petit étang

d’un chasseur mort

d’un ruisseau

de quelques fleurs

de feuilles

d’une étoile en forme d’étoile (effet starburst) provenant d’un soleil à angle bas.

Rechercher « ce trui qui fait que » va avoir 2 avantages

  1. faciliter la recherche de compositions
  2. donner plus de cachet à votre photo

La prochaine fois que vous vous promènerez dans les forêts lancez vous à la recherche de la perle rare.

Et essayez ensuite de comprendre le reste de la composition qui l’entoure, son histoire…

trees in forest
Karl Anderson @karlkiwi90

Valoriser « le truc qui fait que »

Lorsque vous vous mettez à photographier dans les bois, vous allez commencer par chercher le « truc qui fait que » (qui attire l’attention).

Dès que vous l’avez trouvé, faîtes une longue promenade autour de ce sujet, en considérant attentivement

  • la lumière
  • la profondeur
  • tous les autres éléments qui l’entoure

Prenez soin de ne pas marcher sur tout ce qui pourrait être inclus dans la composition par la suite.

red and white mushroom

Florian van Duyn @flovayn

Ou… saisissez un détail

Si vous n’arrivez pas à trouver un élément particulier, qui ressorte réellement.

Vous pouvez vous concentrer juste sur un ou des détails qui vous intéresse(nt).

La façon la plus simple de créer une photographie de forêt réussie est d’enlever tout l’encombrement que les bois peuvent montrer.

C’est un peu comme-ci chez vous c’était le bordel et que vous vouliez prendre quelqu’un en photo.

Et bien bous allez éviter d’inclure tout le bordel autour et vous concentrer sur votre sujet.

Regardez au-delà des branches, de la myriade (oui, myriade) de troncs d’arbres, du fouillis de feuilles sur le sol de la forêt.

Concentrez-vous sur une partie spécifique.

Avec la lumière douce du matin, cela peut avoir un très bon rendu.

Vous l’aurez remarqué mais des parties de la forêt sont éclairées.

Regardez où se situe ces trou de lumières (ou où ils seront).

Avec un peu de réussite ils pourront éclairer un endroit intéressant ou un détail comme une fleur ou une feuille.

Photos gratuites de à feuilles persistantes, arbres, bois
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/a-feuilles-persistantes-arbres-bois-centrales-338936/

L’ingrédient génial : la profondeur

Bien que la profondeur d’une personne importe peu de nos jours.

Dans la photo de forêt c’est aussi un ingrédient essentiel !

Alors, trouvez une composition où l’on voit PLUS LOIN dans la forêt.

Pour donne l’impression que la forêt continue et que ce que l’on photographie n’est qu’un petit élément dans un ensemble plus grand.

Oui c’est bien gentil mais comment faire Jean-Michel photographe ?

Les facteurs qui peuvent vous aider à augmenter le sentiment de profondeur peuvent être :

  • Placer l’élément « le truc qui fait que » au premier plan
  • Utiliser les lignes de fuite créées par les branches
  • Utiliser les lignes de fuites des arbres tombés en arrière-plan.
  • La lumière
  • Les ombres

La lumière et l’atmosphère contribuent de manière importante au sentiment de profondeur.

Comme déjà vu, le brouillard donne un merveilleux flou de sujets plus éloignés (effet de profondeur).

Mais même si vous n’avez pas de brouillard : la lumière peut être utilisée.

Les petites clairières dans les forêts denses sont toujours plus lumineuses.

Lorsque vous avez trouvé une zone que vous aimeriez capturer, essayez de composer vers une zone plus lumineuse pour renforcer le sentiment de profondeur.

trees on forest with sun rays
https://unsplash.com/photos/sp-p7uuT0tw

Les ombres

Les ombres peuvent jouer un rôle clé dans n’importe quelle image de paysage.

Comme évoqué elles ajouteront de la profondeur.

Mais aussi un aspect dramatique à votre scène.

Pensez à la façon dont elles vont se déplacer et s’allonger ou se raccourcir pendant la journée.

En fonction : planifiez votre temps autour du moment où les ombres qui vous conviennent apparaîtront pour obtenir l’effet que vous voulez.

landscape photography of brown trees
Daniel Peters @danee

Se préparer en amont

Comme déjà évoqué, la planification est un ingrédient important de la réussite de vos photos de paysages.

C’est ce que les professionnels font.

Il est essentiel de passer du temps dans la zone que vous souhaitez immortaliser à JAMAIS.

Il en va de même pour les photographes animalier qui vont étudier et observer leur(s) sujet(s).

Pour mieux le connaître : où habite-t-il ? Quand est-ce qu’il est le plus actif ?

Et tout ça AVANT de prendre son appareil photo.

Pour vous c’est pareil : vous devez prendre le temps de vous rendre simplement dans la forêt ou le bois de votre choix.

Cela peut se faire naturellement au cours de quelques promenades habituelles ou non.

Vous allez pouvoir observez tranquillement : les formes et les couleurs.

Remarquer comment chaque zone réagit et change à différents moments de la journée et selon les différents types de temps.

Prenez un carnet avec vous et notez vos observations. Ou prenez des petits clichés avec votre smartphone.

Certains disent qu’il faut toujours avoir son appareil photo sur soit, mais dans ce cas présent ne pas l’avoir sera un avantage.

Si vous l’avez sur vous, vous risquez de passer directement à la prise de vue sans trop prendre le temps d’observer.

Ce n’est pas obligatoire, mais si vous voulez « passer au niveau supérieur » ou que vous êtes professionnels : songez-y sérieusement !

brown wooden bridge beside green leafed trees during daytime
Amos G @amosg

Explorez !

En plus de vous promener et de faire du repérage.

PERDEZ-VOUS !

Bon, pas littéralement, mais l’idée c’est de sortir des sentiers battus.

Ne vous contentez pas de rester sur les chemins tout tracés.

Essayez de trouver des zones que d’autres photographes pourraient peut-être avoir négligé.

Chaque partie d’une forêt a ses propres qualités.

Cherchez des arrangements étranges de feuillages et d’arbres !

Des compositions uniques !

grey calm body of water near green leaf trees at daytime
Bryce Evans @artofbryce

Patience

La photographie de forêt n’est pas simple.

Votre cerveau peut avoir besoin de temps pour bien saisir la scène.

Si vous trouvez cela difficile, une petite pause avec une collation vous aidera à voir s’il y a vraiment quelque chose d’intéressant que vous souhaitez immortaliser avec votre boîtier de haute technologie.

Prenez votre temps.

La patience est la clé.

Si vous trouve toujours la scène intéressante.

C’est bon signe.

Dégainez votre appareil photo et essayez différentes images et différentes longueurs focales dans le viseur.

low angle photography of trees during daytime
Ed van duijn @eddyvanduijn

Réglages

Comme vous avez pu le voir dans la partie « matériel » il y avait « filtre polarisant ».

C’est en effet bien utile quand on photographie dans les bois.

Cela permet :

  • d’éliminer les reflets indésirables
  • de limité la désaturation du feuillage
  • de mieux faire ressortir les couleurs (le vert des feuillages, et à l’automne le orange et le rouge seront éclatants)

De manière générale on conseille de photographier avec l’ISO le plus bas possible.

En photo de bois ce n’est pas forcément évident, et les ISO peuvent monter assez facilement.

Ce qui n’est finalement pas dramatique avec les boîtiers récents qui peuvent monter à 800 ISO sans trop d’encombre.

Pourquoi doit on monter en ISO alors ?

Car la lumière est souvent faible dans les bois et le filtre va aussi diminuer un peu la lumière captée.

Par ailleurs, vous vouz rappellez de l’un des ingrédients pour une bonne photo de forêt ?

La profondeur.

Il vous faudra une bonne netteté sur une profondeur assez importante.

Et donc une ouverture petite.

Tout cela contribue à limiter finalement une quantité de lumière bien diminuée arrivant à votre capteur.

Et pour compenser ? Il faut alors de longs temps d’obturation.

Oui ça paraît être une bonne solution au premier abors qui peut tout à fait fonctionner.

Mais le problème que vous pouvez rencontrer c’est : le mouvement.

Le mouvement causé par le vent ou même une petit brise qui déplacera malicieusement les fougères et les branches.

ET brouillera les détails que vous voulez (probablement) garder nets.

Donc si vous ne pouvez jouer sur la vitesse d’obturation il va falloir jouer sur les ISO.

La sensibilité ISO doit donc être suffisamment élevée pour donner une vitesse d’obturation suffisante pour figer ces détails.

Et ça tout en ayant une ouverture suffisamment petite pour avoir la bonne profondeur de champ.

Avec les capteurs modernes, il n’y aucun problème à utiliser un ISO jusqu’à environ 800 (voire plus).

De plus, les scènes forestières assez contrastée et hétérogènes sont plutôt clémentes en ce qui concerne le bruit.

brown trees on brown grass field during daytime
Niklas Veenhuis @niklasveenhuis

Bords et coins

Lorsque l’on compose des scènes de forêt, il est important de prendre un soin particulier aux bords de la photo.

Regardez toujours plus attentivement ces zones dans votre viseur pour vous assurer qu’elles contribuent à la composition et ne la contrarient pas.

Méfiez-vous des éléments distrayants qui peuvent détourner l’attention de votre sujet principal et sur ce que vous voulez transmettre.

À moins qu’il n’est un réel intérêt, essayez d’éviter d’inclure quoi que ce soit du ciel dans les scènes de forêt.

green grass field with trees
Jocelyne Yvonne @ledi777

Empilement et profondeur

En ce qui concerne la profondeur de champ, vous avez aussi une alternative.

Utilise la mise au point par empilement.

Mais il faut l’utiliser avec prudence !

Ce processus n’est pas toujours parfait et peut rendre les branches et le feuillage bizarres.

Il existe bien sûr des solutions de rechange.

Mais, ne soyez pas obsédé par le fait d’avoir une netteté parfaite sur TOUTE la photo.

Cela risque de produire l’inverse de l’effet escompter.

Une netteté uniforme tout au long de la scène peut voler une partie de la profondeur de la composition.

Un premier plan et des éléments principaux nets suffisent.

Les compositions peuvent en fait bénéficier d’un très léger flou des éléments distants : ça ne sera pas plus mal.

Une bonne ouverture de départ est se situe entre f/8 et f/16.

Essayez de garder une vitesse d’obturation aussi rapide que possible, en fonction du vent (et du mouvement et de ce que vous voulez figer).

Vous finirez souvent par bracketer jusqu’à +/- 2 stop.

La lumière est difficile dans la forêt avec des hautes lumières et des ombres sombres et bien que l’histogramme soit d’une grande aide, vous ne pourrez pas vraiment savoir comment vous voulez votre exposition avant de la regarder sur un écran plus grand et calibré.

brown trees on brown field during daytime
Graphicc.ru @graphicc

Post-traitement

Il est assez difficile d’avoir des réglages prédéfinis pour toutes vos images de forêt.

Il faudra donc bien les traiter individuellement.

Cependant, quelques indications que je vais évoquer ici peuvent vous servir.

Pour le bruit représente rarement un problème.

Le curseur  » sharpening » ou « netteté » doit être utilisé avec soin, comme toujours, pour éviter les artefacts.

Le contraste et la clarté doivent également être utilisés avec prudence, car il est très facile d’obtenir très vite un résultat TROP dur.

Vous pouvez réduire légèrement la clarté à environ -5 et laisser le contraste à 0.

Parfois, une scène peut bénéficier d’une touche d’effet Orton.

Vous pouvez aussi utiliser cet effet dans les hautes lumières uniquement pour ajouter une sensation de douceur et de flou dans les zones les plus claires.

Faites très attention aux couleurs, et ajustez la teinte, la saturation et la luminosité séparément, avec soin.

Portez une attention particulière aux verts et aux jaunes et essayez différents équilibrages.

Bien que la scène forestière avec toutes ses lignes et ses détails rendra un assemblage cohérent difficile à réaliser.

De manière basique il est conseillé de ne réaliser « qu’une image » de votre scène (surtout si vous débutez).

Mais des techniques telles que l’assemblage de panoramas, le mélange des perspectives, la superposition des mises au point ou même la superposition des longueurs focales peuvent être utilisées

Si vous souhaitez supprimer de petits détails dérangeants (comme des branches bizarres et des taches de lumière dans le ciel) :

  • Le correcteur de défaut de Lightroom peut faire l’affaire
  • L’outil de réparation des taches dans Photoshop fonctionne bien aussi
  • Ou éventuellement l’outil de clonage

Ce ne sont que des suggestions de retouches.

Ça dépend du rendu que vous souhaitez, de votre interprétation et de votre sensibilité.

Photos gratuites de arbres, automne, bois
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/bois-lumineux-paysage-rouge-1547813/

Et les saisons dans tout ça ?

Les forêts c’est la nature.

Et comme vous le savez la nature change au fil du temps.

Et notamment au fil des saisons.

Pour les plus chanceux, il y a peut-être 4 saisons qui remplissent votre année.

Ces saisons vont changer les espèces réveillées (et mises en avant) et les feuillages, les couleurs etc.

Bref ça change tout !

Une forêt aura aussi autant de visage différents que de saisons !

Une composition hivernale austère en janvier

Une scène estivale chaude en juin

Une merveille automnale joyeuse et colorée en octobre.

Ainsi, non seulement les forêts méritent d’être explorées.

Mais elles méritent aussi de l’être plusieurs fois par an !

La fonte des neiges en hiver peut également entraîner le gonflement des cours d’eau au printemps, ce qui mettra en valeur vos paysages forestiers.

Et peut être l’occasion de faire des longues poses !

Photos gratuites de arbres, bois, centrales
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/arbres-bois-centrales-ecorce-d-arbre-142497/

Se renseigner sur les arbres

Mieux connaître le terrain que vous vous apprêtez à arpenter peut vous aider à trouver un sujet plus facilement.

Par exemple, il existe un phénomène peu connu des arbres, la timidité de la la couronne.

C’est quoi ?

Et bien en grandissant, les arbres peuvent en quelque sorte sentir quand leurs voisins s’approchent.

De ce fait, ils adapteraient leur développement par rapport à leurs congénères pour éviter de se toucher.

Le résultat est que si vous levez la tête vous pourrez observer des limites bien définis entre les arbres.

exemple ci-dessous :

Photos gratuites de arbres, arbres verts, auvent
Timidité de la couronne

Et toutes les espèces d’arbres ne présentent pas ce phénomène.

Connaître cet info peut permettre de faire des photos étonnantes sous un bon éclairage.

Pouvoir identifier les arbres signifie également que vous pouvez choisir les espèces qui présentent un intérêt particulier pour une région.

Photos gratuites de arbres, bois, caillou
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/arbres-bois-caillou-cailloux-460621/

Soyez créatif dans la composition

Les forêts offrent un éventail stupéfiant de LIGNES DIRECTRICES et de CADRES naturels.

Et ça, nous en photo, on adore !

Ça nous sert à composer nos clichés.

Les lignes directrices sont des lignes et des chemins dans une composition qui attire naturellement le regard.

Et oui, naturellement, l’œil humain suit les lignes !

Dans les images de villes et d’architecture, les routes, les lignes électriques et les bords des bâtiments peuvent tous être utilisés pour guider le regard d’un spectateur vers des parties d’une image ou vers le sujet principal.

Dans la forêt, nous pouvons utiliser des lignes lignes directrices naturelle pour :

  • suivre des chemins
  • mener vers le ciel
  • mettre l’accent sur les montagnes et d’autres éléments du paysage

Utilisez le tronc d’un arbre comme premier plan et laissez l’arbre pointer vers le ciel ou même se tenir au milieu d’un bosquet.

Voyez à quel point la scène est différente grâce à un « pointeur » naturel plutôt qu’en utilisant simplement vos yeux et sans lignes de guidage.

D’ailleurs un même endroit peut créer des lignes directrices intéressantes.

Comme il peut ne pas en avoir, en fait votre positionnement va BEAUCOUP jouer.

Donc comme évoqué plus au-dessus, quand vous avez trouvé votre élément intéressant.

C’est pour cette raison qu’il faut un petit peu rôder autoir de votre sujet.

Pour composer avec les lignes et cadres naturels.

Je parle aussi de cadre, comme son nom l’indique cela va cadrer votre image.

Le cadre peut-être partiel, il peut s’agir là aussi de branches ou de troncs !

Photos gratuites de arbres, arbres verts, auvent
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/nature-foret-arbres-branches-957024/

Prenez des photos à des angles bas en vous orientant vers la cime des arbres

Un titre bien long.

C’est ce qu’on appelle finalement : la contre-plongée.

Lorsque vous prenez une photo des arbres en contre-plongée, cela place le spectateur dans la forêt.

Mais plus encore.

Les éléments pris en contre plongée auront l’air plus imposants.

Plus grand.

Vos arbres auront l’air IMMENSES !

Cela souligne l’énormité de ces puissantes plantes.

Ce qui donne au spectateur l’impression d’être humble et petit par rapport à leur taille.

Vous pouvez renforcer cet effet en utilisant un grand-angle.

Testez aussi de vous rapprocher complètement d’un tronc.

C’est un petit peut l’effet église ou cathédrale.

Quand vous y rentrez et que vous levez la tête, le bâtiment est tellement grand qui vous donne l’impression d’être petit.

Et on le ressent d’autant plus en regarder vers le plafond (le ciel).

Et c’est voulu !

aerial view of green forest
Nathan Anderson @nathananderson

Envolez-vous : utiliser la photographie aérienne

Grâce aux progrès modernes, il est désormais possible de prendre d’impressionnantes photos aériennes avec un drone.

Cette technique est très pertinente pour photographier les forêts.

D’en haut, votre forêt semblera encore plus vaste et interminable (si elle est assez grande et/ou que vous choisissez le bon angle !).

D’ailleurs, si vous prenez des photos parfaitement du dessus cela peut donner des compositions avec des motifs très abstraits.

Il est préférable de prendre des photos aériennes par temps clair, pour avoir une vue complète de la cime des arbres.

Par temps brumeux, vous pouvez également créer de superbes clichés.

Qui donneront un effet très fantastique (type Harry Potter et la forêt interdite) voire horreur à votre forêt !

full moon behind a tree silhouettes
Aron Visuals@aronvisuals

Utilisez le clair de lune pour des rendus uniques !

Les forêts sont des endroits sombres.

Surtout la nuit.

Et notamment pendant l’heure bleue !

À ces moments-là, la lumière pâle des étoiles et la faible lueur du ciel luttent pour atteindre le sol.

Dans une forêt ouverte, il y a bien plus de potentiel.

La photographie des forêts éclairées par la lune est une chance de réaliser des images que peu de monde aura dans sa besace.

La lune, lorsqu’elle est pleine, projette une quantité surprenante de lumière sur le paysage (ceux qui prennent des photos de lune le savent : la lune c’est lumineux !).

C’est aussi un sujet potentiel.

La photographie de forêts sombres ressemble beaucoup à la photographie de nuit.

Lorsque vous composez vos photos de nuit, pensez à faire en sorte que les arbres viennent compléter le ciel et non l’obstruer !

Une simple phrase, une pratique plus compliquée sur le terrain !

low angle photography of trees
Michael L@mjliao

Prendre des photos nocturnes en forêt !

Si vous regardez vers le haut vous observez que les arbres « encadrent » le ciel nocturne.

C’est donc l’occasion de prendre des photos du ciel entouré par la nature.

Les plus chanceux auront la possibilité de photographier les aurores boréales à travers les arbres.

Cependant, vous le remarquerez très vitre mais la faible lumière qui vous est offerte rendra les prises de vue compliquées à réaliser.

Les arbres, déjà sombres, deviennent des silhouettes noires.

Dans la forêt, les choses sont encore plus sombres, ce qui rend difficile la prise d’images.

La solution c’est tout simplement de faire avec ce qu’on vous présente !

Vous avez des silhouettes, faîtes des photos de silhouettes !

Notamment si vous arrivez à positionner la lune derrière vos arbres, on peut très vitre arriver à résultat : nuit de loup-garou !

person holding fireworks in the middle of the forest
Jonathan Klok @mostly_brave

Quel matériel et réglages pour la photo de nuit en forêt ?

L’équipement

Le trépied : devient ici inévitable dans ces conditions de basse lumière. Notamment si vous faîtes des longs temps d’exposition rendent impossible la prise de vue à la main.

Un objectif grand angle rapide : comme un f/2,8 ou plus, sera également utile dans l’obscurité. (c’est quoi un objectif rapide ? J’en parle ici)

Les réglages

Adoptez des expositions longues et des ISO plus élevés pour les photos de forêt de nuit.

Si la lune n’est pas votre sujet et que la nuit est sombre, une exposition de départ peut être :

  • Ouverture : f/2.8
  • Temps d’exposition : 3 ou 4 secondes
  • ISO : 1600

Grâce à ces premiers réglages-repères, vous allez pouvoir par la suite régler votre vitesse d’obturation ou la sensibilité ISO jusqu’à trouvez l’exposition que vous souhaitez !

Laissez votre ouverture grand ouverte.

worms eyeview of green trees
Steve Halama @steve3p_0

Raconter une histoire

C’est aussi un conseil un peu général que vous pourrez sans doute lire.

Sur une photographie, quelque chose qui fonctionne bien : c’est de raconter quelque chose.

Et la photo de bois ne déroge pas à la règle.

Cherchez des petites parties de forêts qui racontent une histoire plus sur l’endroit.

Par exemple : quelle est la saison ?

Pouvez-vous le dire avec une seule image détaillée ?

Comme une feuille d’automne ou un bourgeon de printemps…

Pour ce type d’image, un téléobjectif court ou même un macro objectif est un excellent choix.

Les images avec une faible profondeur de champ qui transforme l’arrière-plan en un flou agréable seront plus efficaces.

Une profondeur de champ plus importante peut entraîner un effet rideau avec le décore : ce qui donne la sensation que tout est sur le même plan.

Cela va détourner l’attention de la scène que vous voulez mettre en valeur.

green moss on brown tree trunk
Alberto Bigoni @albertobigoni

Créer des compositions intéressantes avec différents éléments de la forêt

Les forêts sont pleines de chaos.

Désorganisées.

Et insaisissables (surtout en un seul coup d’œil).

Il se passe souvent trop de choses pour isoler efficacement une composition propre et intéressante.

C’est là que la perspective compte.

Dans la section précédente sur les détails, j’ai suggéré de rechercher l’élément unique qui renseignera un peu le spectateur sur le lieu.

Ici, lorsque vous essayez d’aller un peu plus loin, de montrer davantage le paysage forestier, vous voudrez garder ces détails à l’esprit.

Dans les bois, trouvez un détail, une branche, une fleur ou une feuille que vous trouvez fascinant.

Puis, à l’aide d’un objectif grand angle, faites porter votre attention sur le détail, tout en montrant les environs.

C’est une pratique courante dans de nombreux types de photographie de paysage.

Dans les bois, la méthode est plus compliquée.

Vous devez trouver la bonne combinaison de détails et d’arrière-plan qui offre une perspective plus large sur la forêt.

C’est délicat, mais la composition peut être un défi agréable.

Les images qui montrent la forêt dans toute sa gloire, tout en conservant les détails fins du lieu sont quelques-unes de mes images préférées de la forêt.

Photos gratuites de arbres, bois, ciel
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/arbres-bois-ciel-environnement-459225/

Utilisez les formations naturelles de la région pour guider votre composition

Les forêts et les zones boisées sont, en termes de formation, relativement simples.

Regardez n’importe quelle scène et vous verrez qu’elles sont constituées d’une série de lignes, qu’il s’agisse des formes fortes des arbres ou du chemin qui vous mène à travers la forêt.

Cherchez des lignes de guidage pour guider votre œil à travers la scène, comme dans l’exemple ci-dessous.

Soyez attentif à un bon premier plan fort, comme une étendue d’herbe ou, à certaines périodes de l’année, un lit de clochettes bleues.

Photos gratuites de arbres, automne, érable
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/arbres-automne-erable-espace-exterieur-1114896/

La sécurité d’abord

Comme pour tout projet de photographie en extérieur, vous devez tenir compte de l’environnement dans lequel vous vous engagez. Assurez-vous d’apporter un sac d’appareil photo ou un sac à dos pour y ranger vos objets et de garder votre matériel et vos accessoires supplémentaires à l’abri des intempéries. Les articles à apporter peuvent comprendre des collations, une boussole, une carte (une carte topographique est toujours préférable si elle est disponible), de la crème solaire, un insecticide et une serviette ou un chiffon sec pour éliminer l’humidité, la saleté ou la pluie de tout matériel exposé.

trees reflecting on body of water
Samuel Ferrara @samferrara

Essayez l’orientation portrait !

Les photographes paysagistes ont l’habitude d’utiliser principalement l’orientation horizontale ou paysage pour la majorité de leurs images.

Mais lorsque vous êtes en forêt, l’orientation portrait peut parfois mieux fonctionner.

Comme les grands arbres sont votre élément principal, les photos grand angle permettent de capturer une scène plus importante lorsque vous prenez des photos verticales.

Et va donner à l’image une impression d’échelle et de hauteur grandioses.

Photos gratuites de arbres, bois, brouillard
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/paysage-nature-rochers-foret-1083515/

Le contraste des couleurs est essentiel

L’une des caractéristique de la prise de vue en milieu forestier est…

…le manque de contraste des couleurs.

Et j’insiste bien sur les couleur, pas la lumière.

En effet, on a une majorité de feuilles vertes et de troncs d’arbres bruns.

Est-ce pour autant terrible ?

Bien évidemment non.

En fait au contraire vous pouvez vous en servir à votre avantage en repérant des éléments DIFFÉRENTS.

Par exemple, la flore peut aider à contraster en ajoutant de la couleur à la scène.

Recherchez des taches de fleurs aux couleurs vives, jaunes ou rouges (ou blanches).

Jouer avec le soleil en dehors de l’environnement peut également suffire à ajouter de la couleur.

La lumière de l’heure dorée et l’éblouissement du soleil placés dans votre photo peuvent injecter la chaleur des oranges et des rouges, et donner à votre image un aspect plus vibrant (colorimétriquement parlant).

Ensuite en fonction de l’idée de votre photo, le fait d’avoir peu de contraste peut aussi fonctionner, notamment pour les photos abstraites (mais pas que).

Photos gratuites de arbres, bois, brouillard
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/paysage-nature-rochers-foret-1083515/

Post-traitement des résultats

Voici quelques suggestions de développement de vos photos.

Bien sûr, ce ne sont que des suggestions, pour vous guider, notamment si vous êtes totalement pommé.

Comme évoqué la lumière a tendance à apparaître sous forme de rayons lumineux.

Vous pouvez les mettre en valeur en utilisant un peu de contraste sur ces zones.

Vous pouvez également ajouter un peu de vibration à l’image dans son ensemble.

Jouer aussi avec la teinte/saturation des couleurs individuelles du vert et du marron, pour faire ressortir la sensation naturelle de la prise de vue.

Ici en fonction de vos goûts, vous pouvez adoucir l’image dans son ensemble grâce au curseur de Clarté vers la gauche dans Lightroom

Pour donner une dimension fantastique à vos photos.

Puis cibler le sujet ou d’autres zones importantes de la photo et y ajouter de la clarté (vers la droite) et de la netteté (vers la droite) grâce à un ajustement local.

La clarité positive et négative doivent se compenser.

Par exemple : si vous mettez -30 de clarté sur l’ensemble de la photo, si vous rajoutez +30 sur les zones cibles vous obtiendrez 0.

Donc mettez +50 de clarté, pour obtenir finalement +20 Clarté sur la zone ciblée: utilisez l’outil « pinceau » pour les zones.

Si vous n’aimez pas du tout ce tyle.

Et que vous voulez faire ressortir les détails du bois vous pouvez mettre la clarté sur la droite et pareil pour le curseur texture (curseur récent) sur l’ensemble de la photo.

Si votre sujet est bien identifié, ça peut fonctionner.

Photos gratuites de abandonné, balustrades, chemin de fer
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/abandonne-balustrades-chemin-de-fer-envahi-par-la-vegetation-34950/

Le message éco-responsable : laissez la zone telle que vous l’avez trouvée

Et si je vous disais que je venais chier dans votre jardin, pisser sur vos fauteuils et cracher dans votre réfrigérateur ?

Ça vous plairait ?

Non.

Et bien c’est pareil avec la forêt.

Le but n’est pas d’être moralisateur ou de faire la leçon ou de vous faire culpabiliser comme on a tendance à faire avec l’écologie.

Je ne suis moi-même pas irréprochable sur ce plan la.

Mais simplement d’être conscient de certaines choses et de faire un petit message de rappel.

Ayez la même attention que vous avez sur vos photos que sur votre environnement

Assurez-vous de ramasser après vous.

Essayez de ne pas déranger l’endroit que vous visitez.

Et ne cassez pas des branches parce qu’elles interfèrent avec votre composition… Déplacez-vous ou attendez !

Ne vous approchez trop près des animaux sauvages et ne déranger pas les plantes ou les arbres sensibles.

Photos gratuites de allemagne, arbres, arc
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/allemagne-arbres-arc-bois-814499/

Les effets qui fonctionnent en photographie de forêts

L’effet star burst (avec le soleil)

S’il fait grand soleil, essayez de l’utiliser à travers une feuille ou sur le côté d’un tronc d’arbre pour créer ce fameux effet.

Oui mais comment faire ?

  1. Placer le soleil derrière un tronc
  2. Déplacez lentement votre appareil photo horizontalement
  3. Quand le soleil commence à se pointer, arrêtez-vous (il suffit qu’il dépasse à peine d’un bord
  4. Changer votre ouverture jusqu’à obtenir l’effet désiré

L’effet du panoramique vertical

Il existe une technique assez populaire que vous pouvez utiliser en forêt aussi.

C’est le panoramique vertical.

Comment faire ?

  1. Installez votre appareil photo sur un trépied
  2. Sélectionnez une vitesse d’obturation lente
  3. Incliner lentement votre appareil vers le haut bien verticalement

Vous obtiendrez un effet très sympa.

Le panoramique

Les images panoramiques peuvent être très impressionnantes en forêt.

Le revers de la médaille c’est qu’elles sont difficiles à réaliser à cause des conditions d’éclairages variables.

2 solutions :

  • Votre appareil photo (ou smartphone) a un réglage « panoramique »
  • Vous le réalisez manuellement

Avec le réglage :

Passez sur « Pano » puis apprenez à déplacer votre appareil photo régulièrement lorsque vous prenez votre photo.

Manuellement :

Si vous n’avez pas d’option panoramique sur votre appareil photo : c’est ok.

Vous devez juste prendre une suite d’images.

  1. Mettez votre appareil photo sur votre trépied
  2. Faites pivoter la caméra à l’aide de la tête de trépied
  3. Prenez 5 photos par exemple du paysage que vous souhaitez
  4. Faîtes en sorte que chaque prise de vue se chevauche avec la précédente d’environ 10 %
  5. En post-production : utilisez un programme informatique qui fusionne les images entre elles.
  6. Par exemple vous pouvez faire votre post-traitement sur Adobe Lightroom (essayez d’équilibrer vos photos)
  7. Puis vous pouvez cliquer sur photomerge

Vous pouvez aussi utiliser un logiciel gratuit en ligne comme : Photo Stitch, PhotoJoiner ou Zippy Photo Stitcher.

Le HDR

Le contraste des images de paysage peut être très élevé et difficile à contrôler, surtout dans les bois sombres avec un ciel clair.

Vérifiez si votre appareil photo a un réglage HDR (High Dynamic Mode).

Si c’est le cas, lisez votre manuel et apprenez comment il fonctionne.

Si ce n’est pas le cas, vous pouvez toujours faire des images HDR.

Vous devez prendre en photo la même scène 3 fois.

Vous devez avoir l’appareil photo sur un trépied et il ne doit pas bouger du tout entre les trois prises de vue.

Une image sera prise à l’exposition correcte.

La deuxième à -1 : sous-exposée.

la troisième à +1 : surexposée.

Vous pouvez utiliser le bracketing pour réaliser cette tâche.

Si vous n’avez pas cette fonctionnalités ou ne savez pas vous en servir.

Vous pouvez utiliser votre télécommande pour minimiser les mouvements et vous devrez changer de réglage à chaque prise de vue.

Votre programme de montage peut comporter un mode HDR.

Utilisez-le pour fusionner les 3 images.

Si vous n’avez pas de logiciel vous avez aussi des solutions gratuites en ligne comme fotor.com (si vous avez du mal à lire l’anglais vous pouvez utiliser l’extension Google Chrome « Google Traduction » qui peut traduire vos pages).

Les effets du HDR peuvent être vraiment spectaculaires pour ce type de photo.

Passer en noir et blanc

Parfois, quand on est en pleine séance photo.

Rien ne semble aller.

La lumière n’arrive pas comme vous le souhaiteriez.

Les couleurs semblent fades.

Ou vous n’avez tout simplement pas l’impression que votre photo a un bon rendu final.

Bref quelque chose cloche et c’est chiant.

Cela peut notamment arriver dans un environnement forestier.

En effet : beaucoup de verts et de bruns peuvent rendre difficile la mise en valeur d’un sujet.

La prise de vue en noir et blanc en supprimant la couleur peut vous permettre de vous concentrer sur l’effet de la lumière dans votre scène.

Assurez-vous de passer en RAW + JPEG dans les réglages de votre appareil (ou juste RAW), de cette façon vous aurez un fichier RAW non traité et un JPEG noir et blanc pour chaque image que vous prendrez.

Les troncs d’arbres dépouillés sur des fonds sombres et ombragés donnent des compositions convaincantes en noir et blanc.

Mais il n’est pas évident de « voir » si une composition va bien rendre en noir et blanc

Voici quelques conseils pour réussir cet effet :

  • Recherchez le contraste : les scènes avec une mosaïque de zones brillantes et sombres ont tendance à bien fonctionner en noir et blanc.
  • Profitez du contre-jour : la lumière provenant de l’arrière de votre sujet peut être difficile à utiliser en photographie couleur. Elle est très efficace dans le monde des contrastes du noir et blanc.
  • Les ombres deviennent vos alliés : l’exposition des parties claires de votre cliché fera souvent passer les ombres sombres à un noir presque total. Cela peut vous aider à éliminer les éléments gênants dans votre cadre.
brown dried leaves on ground
Vladyslav Prokopenko @wirarro

Conclusion

C’est la fin de cet article assez complet, je l’espère (touchons du bois).

Pour résumer :

On peut utiliser différents objectifs pour la photo de bois.

Ces scènes sont souvent très chaotiques : essayez de vous concentrer sur une partie, voire un sujet intéressant qui contraste bien !

On peut photographier les forêts avec toutes les lumières (pas uniquement l’heure dorée), différentes saisons, de jour comme de nuit.

A chaque fois, vous redécouvrirez les lieux !

Un certain nombre d’effets fonctionnent sur les forêts : le noir et blanc, le hdr, le panoramique, le star burst etc

Faire des repérages, explorer et être patients sont 3 clefs simple à dire, difficile à appliquer mais qui vous donneront le plus de résultat.

Enfin, prenez soin de votre environnement et faîtes attention à vous !

Amusez-vous bien dans les bois et profitez aussi de votre ballade.

Et surtout : ATTENTION AU LOUP !

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Recevez votre guide gratuit

Plus de 20 pages réparties en 6 axes : exposition, composition, créativité, matériel, post-production et conseils en vrac :

>