fbpx

18 mai 2022

Qu’est-ce qu’un filtre polarisant et quand l’utiliser ?

Par Gaëtan Berthouly

18 mai 2022


Dans la photographie, il y a 2 aspects :

  • la technique (exposition, réglages, post-traitement, composition, lumière, pose etc)
  • et le matériel (boîtier, objectif, accessoires, éclairage etc)

Aujourd’hui on va parler d’accessoires, enfin plus particulièrement d’UN : le filtre polarisant circulaire.

Qu’est-ce que c’est ? Comment ça fonctionne ? Quand l’utiliser ? Quand NE PAS l’utiliser ? Eh bien c’est ce qu’on va voir ensemble dans cet article.

En avant Guingamp !

Version vidéo :

Remarque

L’article est plutôt long, alors n’hésitez pas à naviguer à travers via les grands titres ! Bonne lecture !

Qu’est-ce qu’un filtre polarisant et comment ça fonctionne ?

Un filtre polarisant est un accessoire en verre qui, généralement se visse à l’avant de l’objectif. On peut aussi retrouver l’abréviation CPL (circular polarizer/linear) en anglais pour polariseur circulaire/linéaire.

Si ça vous intéresse d’ailleurs il existe aussi des filtres à capteur.

« Mhm d’accord mais ça sert à quoi du coup un filtre polarisant ?« 

Les filtres polarisant servent à… polariser la lumière (comme son nom l’indique), pour limiter notamment reflets et éblouissements.

« Ok intéressant mais comment ça fonctionne alors ?« 

Remarque

Cette partie est très technique et non essentielle à la compréhension de l’intérêt d’un filtre polarisant en photo, vous pouvez donc la passer si la technique n’est pas votre passion.

La lumière est une onde. Et une onde peut être polarisée ou non polarisée. Une onde polarisée signifie qu’elle va toujours osciller dans la même direction.

Ici l’onde lumineuse est polarisée linéairement. L’onde est polarisée verticalement car le champ électrique est TOUJOURS vertical (de haut en bas).

Remarque

Pour plus de détails voir cet article sur la polarisation de la lumière.

Une lumière comme le soleil ou une lampe va générer plein de petites ondes. Chaque onde a une direction de polarisation aléatoire. En moyenne, on observe donc une lumière non polarisée : en gros ça part dans tous les sens et ça change avec le temps (voir le schéma plus en dessous).

Ainsi, la lumière d’une lampe ou du soleil n’est pas polarisée.

Remarque

L’intensité de la lumière non polarisée dépend de la nature de sa source.

MAIS !

Divers phénomènes naturelles peuvent partiellement polariser la lumière comme :

  • La réflexion : la lumière se réfléchit sur une surface lisse et plate comme une étendue d’eau, une surface asphaltée, montagne couverte de neige, une vitre…
  • La diffusion : la lumière interagit avec de fines particules comme des gouttes dans l’air, la pollution, des particules atmosphériques…

La réflexion produit une lumière qui sera partiellement polarisée de manière horizontale.

« Mais ça veut dire quoi polarisée de manière PARTIELLEMENT horizontale ?« 

Cela veut dire que la lumière aura une « polarisation dominante » horizontale mais que d’autres parties de la lumière oscilleront dans d’autre directions.

Ce qui nous intéresse, nous autres photographes, c’est que la lumière réfléchie partiellement polarisé horizontalement se traduit visuellement par des reflets et des éblouissements, ils sont généralement indésirables car ils vont cacher une partie de la photo (voir ci-dessous).

Remarque

L’intensité de la lumière polarisée dépend de la nature du polariseur utilisé.

Sans filtre polarisant – https://photzy.com/what-is-polarized-light-and-how-does-it-improve-images/

C’est là que notre filtre polarisant intervient, il va polariser la lumière en ne laissant passer qu’une partie des ondes :

  • à gauche du schéma, le faisceau de départ est fait de plein d’ondes polarisées dans toutes les directions représentées par des flèches bleues (avec une majorité d’ondes polarisées horizontalement),
  • à droite du schéma, le faisceau après le filtre ne contient que la polarisation verticale (de haut en bas). On peut changer cette direction en tournant le filtre.
https://fr.science-questions.org/comment_ca_marche/158/Polarisation_de_la_lumiere/ 

Pour simplifier on peut ne représenter que les ondes polarisées horizontalement qui passent ou pas à travers le filtre polarisant (schéma ci-dessous).

Un filtre polarisant est constitué d’une série de lignes minuscules ne laissant passer que la partie de la lumière qui oscille dans une certaine direction. Cette direction dépend de l’orientation du filtre ( c’est de haut en bas par exemple dans le schéma du dessus).

En position « polarisant », le filtre bloque donc la partie de la lumière qui oscille à l’horizontal (comme sur le schéma ci-dessous).

.

La lumière polarisée horizontalement est donc incapable de traverser le filtre, elle n’atteint pas votre capteur.

Pour nous, photographes, cela se traduit visuellement par l’élimination des reflets et des éblouissements, ce qui redonne à votre photo sa couleur et ses détails.

Avec filtre polarisant – https://photzy.com/what-is-polarized-light-and-how-does-it-improve-images/

Remarque

Les lunettes de soleil polarisantes fonctionnent de la même manière.

Remarque

Différents objets ou parties de votre scène peuvent émettre de la lumière polarisée à des angles légèrement différents. Cela signifie que votre filtre polarisant n’affectera pas l’ensemble de la scène de la même façon et avec la même intensité en fonction de son orientation.

C’est pourquoi les filtres polarisants peuvent pivoter. Lorsque vous faites pivoter le filtre polarisant, vous repositionnez les lignes à l’intérieur du filtre et bloquez une autre zone de lumière polarisée.

Matériel et technique

Filetage et diamètre

Achetez un filtre qui correspond au filetage (diamètre) de votre objectif, et assurez-vous qu’il est bien possible de visser un filtre sur votre objectif.

Un polariseur circulaire de 77 mm, par exemple, ne peut être monté que sur des objectifs de 77 mm. Vous avez besoin donc besoin d’un filtre polarisant pour chaque diamètre d’objectif (ou de plusieurs bagues d’adaptation).

Polariseurs circulaires hybrides

Si la plupart des polariseurs circulaires sont assez standard, certaines sociétés proposent des filtres qui offrent à la fois des capacités de densité neutre et de polarisation circulaire.

Par exemple, Breakthrough Photography vend un « Dark Circular Polarizer », qui polarise et bloque la lumière.

Perte de lumière

Les filtres polarisant bloquent une partie de la lumière qui pénètre dans l’objectif de votre appareil photo : entre -1 stop et -2 stops (voir -3 stops) en fonction du réglage du filtre.

Comme pour les filtres ND, les filtres polarisant sont identifiés en fonction de leur facteur de filtrage souvent représenté par un multiplicateur : x2, x4, etc. Un facteur de 2x réduit la lumière de 1 stop, un facteur de x4 réduit la lumière de 2 stops etc.

Mais contrairement aux filtres à densité neutre, le filtre polarisant ne filtre pas la même quantité de lumière en fonction de son réglage.

Bref, un filtre polarisant diminue la quantité de lumière arrivant au capteur, donc vous devrez donc compenser cette perte de lumière avec vos paramètres d’exposition :

  • allonger le temps de pose,
  • agrandir l’ouverture,
  • ou augmenter les ISO.

Marques intéressantes pour les filtres

  • Hoya
  • Tiffen
  • B+W

Types de filtres polarisants

Il existe deux types de filtres polarisants en photographie.

Le polariseur linéaire : il élimine la lumière polarisée à l’aide d’un seul plan de lignes minuscules dans tout le filtre. Lorsque vous faites tourner le filtre, vous réduisez ou éliminez tout éblouissement et toute réflexion causés par la lumière polarisée. Le problème votre appareil photo ce sert de la lumière polarisée pour effectuer une mise au point et mesurer la luminosité. Donc, dans certaines orientations, un polariseur linéaire rendra votre autofocus ou votre posemètre interne complètement inefficaces. Ce type de polariseur n’est pas recommandé pour les appareils fabriqués après 1970.

Le polariseur circulaire : il fonctionne de la même manière qu’un polariseur linéaire, sauf qu’il est composé de deux couches. La première couche contient les mêmes lignes minuscules qui empêchent la lumière polarisée de passer. La deuxième couche est constituée de lignes disposées en quart de grille, ce qui transforme la lumière en lumière polarisée circulairement.. Votre autofocus et le posemètre peuvent continuer à fonctionner normalement. La couche ajoutée rend le filtre efficace uniquement d’un côté. C’est pourquoi si vous avez déjà essayé de regarder à travers votre polariseur à l’envers, cela ne fonctionne pas. Si vous utilisez un appareil photo moderne doté d’un posemètre ou de fonctions autofocus, vous aurez besoin d’un polariseur circulaire.

Formule de Malus et polarisation maximale

La formule de Malus. est une formule mathématique indique dans quelle mesure le filtre polarisant atténue l’intensité de la lumière qui frappe le capteur.

  • Si l’angle entre la direction d’entrée du faisceau lumineux et la direction de sortie de ce même faisceau à travers le filtre est de zéro degré : la lumière traversera complètement le filtre de la lentille. Il n’y aura pas de polarisation (comme à gauche du schéma ci-dessous).
  • Si le même angle d’entrée et de sortie est de 90°, alors les deux directions forment un angle droit entre elles. Nous aurons l’absorption maximale du faisceau lumineux et la polarisation maximale (comme à droite du schéma ci-dessous).

La formule de Malus nous dit que la meilleure polarisation se produit lorsque les rayons entrants dans le filtre sont à 90° par rapport aux rayons qui sortent des polarités.

« Gné ?« 

Donc ça signifie que la polarisation est maximale lorsque le soleil est sur le côté par rapport à votre appareil photo. Si le soleil est devant ou derrière vous : l’effet de la polarisation sera minimal, voire nul.

Par exemple si le soleil est au-dessus de vous : vous obtiendrez très peu d’effet de polarisation dans la partie du ciel autour du soleil, mais la partie du ciel au loin à l’horizon (à 90 degrés du soleil), sera fortement polarisé, ce qui donnera un bleu beaucoup plus foncé. (voir le schéma ci-dessous).

Le disque rouge représente les directions de la capacité de polarisation maximale.
La ligne verte représente le sol/horizon. Source : https://www.cambridgeincolour.com/tutorials/polarizing-filters.htm

Si le soleil est bas, et positionné en face ou derrière vous, en revanche, il faudra se repositionner pour avoir le soleil sur votre gauche ou votre droite.

Le disque rouge représente les directions de la capacité de polarisation maximale.
La ligne verte représente le sol/horizon. Source : https://www.cambridgeincolour.com/tutorials/polarizing-filters.htm

« Mhm, ok pas facile à retenir…« 

Ça combe bien car il existe un astuce plutôt drôle à ce sujet. Vous aurez seulement besoin de votre index et de votre pouce !

Ouf, pas trop de matériel nécessaire pour une fois.

Vous allez former un « L » avec votre pouce et votre index. Dirigez votre index vers le soleil, et votre pouces vous donnera l’ensemble des angles où vous obtiendrez un ciel uniformément éclairé avec le maximum de polarisation du filtre en dirigeant votre appareil photo comme votre pouce.

Vous devez vraiment prêter une attention particulière à l’effet de polarisation sur votre ciel. Si vous incluez une trop grande partie du ciel dans votre photo, vous obtiendrez un dégradé de bleu moche. Veillez donc à faire attention à l’angle du soleil et à l’angle de champ de votre objectif (mais j’y reviendrai plus tard dans la section « quand ne pas utiliser un filtre polarisant »).

Attention

Un ciel irrégulièrement éclairé sera difficile à corriger plus tard au post-traitement.

Comment (bien) utiliser un filtre polarisant

Une fois le filtre acheté avec le bon filetage et vissé sur votre objectif, il suffit de faire tourner le filtre jusqu’à obtenir l’effet souhaité.

Les filtres polarisant n’ont pas de marquage vous indiquant où commence l’effet, et l’impact dépend de la nature des éléments devant vous et de la lumière.

Donc, pas de secret ou d’astuce : vous devrez le faire tourner et regarder ce qu’il se passe.

Enfin si, finalement il y a une astuce.

  • Si vous disposez d’un boîtier hybride, vous êtes équipé d’un viseur électronique qui permet de voir instantanément l’effet de votre ajustement.
  • Pour ceux qui ont un reflex numérique à viseur optique, vous pouvez activer le mode « liveview » pour voir comment le filtre affecte la scène en direct et l’ajuster en conséquence.
  • Pour ceux qui n’ont ni viseur électronique ni mode « liveview », il faudra prendre des photos et voir ce que ça donne.

Peu importe votre situation, rappelez-vous qu’il s’agit toujours d’un aperçu approximatif.

Attention

Si vous avez pris l’habitude d’utiliser un filtre polarisant pour protéger votre objectif :

-d’une part, je vous conseille plutôt d’utiliser un filtre UV qui est plus neutre,

-d’autre part, si le filtre est déréglé, vous risquez d’obtenir des ciels exposés de manière incorrecte, donc enlevez-le si vous n’en avez pas besoin, ou pensez à le régler, un accident est vite arrivé !

Par ailleurs, vous n’êtes pas obligé d’utiliser votre filtre polarisant à son maximum !

Vérifiez simplement les les effets produits (contraste, saturation, réflexion/éblouissement) à chaque degré de réglage afin d’obtenir le rendu souhaité.

L’utilisation du filtre polarisant au maximum peut même jouer contre vous :

  • en entraînant une variation des couleurs très marquée (et hideuse), notamment lorsqu’il est utilisé avec un objectif grand-angle.
  • en filtrant trop de lumière impliquant un réglage qui ne vous convient pas.

Il y a finalement très peu de cas où vous devez utiliser l’effet de polarisation totale de votre filtre.

La photo est une histoire de compromis. Réglez simplement le filtre suffisamment pour réduire reflet et éblouissement sans limiter l’exposition plus que nécessaire.

Remarques sur l’angle de rotation du filtre

Vous pouvez faire pivoter votre filtre de sorte que la direction de polarisation maximale soit perpendiculaire à la direction du soleil : l’effet polarisant sera aussi prononcé que possible.

Si vous faites ensuite pivoter légèrement votre filtre (de 10 à 20°), vous pouvez déplacer l’angle d’effet maximal légèrement vers ou à l’opposé du soleil, mais dans ce cas, l’effet polarisant ne sera pas aussi prononcé qu’avant.

Au fur et à mesure que cet angle se rapproche de la direction du soleil, l’effet polarisant sera de moins en moins prononcé.

Enfin, lorsque le filtre est tourné de 90°, aucun effet polarisant n’est visible. Si on continue la rotation, l’effet polarisant augmente à nouveau et le cycle se répète.

Quelle est la différence entre un filtre polarisant et un filtre à densité neutre ND ?

Comme on l’a vu, un filtre polarisant, laisse passer uniquement certaines ondes lumineuses, permettant de réduire les reflets et l’éblouissement, permettant ainsi d’augmenter la saturation et de regagner du détail et du contraste.

Le filtre à densité neutre filtre TOUTE la lumière, sans exception, il ne fait pas le trie. Son seul but est de réduire la quantité de lumière qui arrive jusqu’au capteur pour allonger le temps de pose sans surexposer ses photos. Une longue poser permet de réaliser des effets de filé (très utilisé en photo de cascade par exemple).

Un filtre ND de haute qualité ne modifiera donc pas la saturation ou le contraste de votre photo.

Attention

Les filtres ND bon marché à forte puissance, présentent souvent une dominante de couleur indésirable.

Le filtre ND gradué est une variante du filtre ND. Ce filtre permet rééquilibrer la luminosité dans une scène en réduisant la lumière reçue par une partie de la scène (comme un ciel gris trop lumineux), sans affecter le reste de la photo (par exemple, le premier plan). Cela permet diminuer la plage dynamique de la scène et de ne pas avoir de zone sous exposée ou surexposée.

Quand utiliser un filtre polarisant ?

Pour intensifier le bleu du ciel et faire ressortir les nuages

Assombrir un ciel est sans l’utilisation la plus classique d’un filtre polarisant.

Les filtres polarisant diminuent reflets et éblouissements, qui se produisent naturellement lors de la diffusion de la lumière dans l’atmosphère, délavant le ciel. Ainsi, vous pouvez récupérer de la couleur et du contraste les parties lointaine de la scène comme le ciel avec un filtre polarisant.

L’effet est particulièrement visible avec un ciel bleu, le filtre peut ajouter un ton plus profond au bleu, ou rendre les nuages ternes plus frappants visuellement.

Un bon filtre polarisant vous permettra d’y parvenir sans que le résultat ne paraisse artificiel, ce qui peut être utile si vous ne faîtes pas de développement.

Cela fonctionne aussi bien pour les paysages naturels que pour les villes.

Rappelez-vous que l’effet est plus important en plaçant le soleil à 90° par rapport à votre objectif.

Au lever et au coucher du soleil ou par temps très nuageux, il est difficile d’assombrir le ciel et de polariser la lumière. Dans ces conditions, le filtre polarisant est uniquement utile pour éliminer les reflets sur les surfaces.

Sans filtre polarisant
Avec filtre polarisant
Photo prise par Alain Audet avec filtre polrisant

Suppression des reflets

Bien que l’étang trouble, vous pouvez voir à quel point les reflets sont réduits. Dans une eau claire, il serait possible de voir jusqu’au fond.

Que vous photographiez une œuvre d’art dans un musée, à travers la vitre d’une voiture, le fond d’un lac ou d’un étang, vous le savez : les reflets peuvent totalement ruiner votre photo.

Et ça tombe bien, car un filtre polarisant permet de réduire fortement les reflets. Par exemple : si vous êtes en ville et que vous prenez des photos à travers la vitrine d’un magasin depuis l’extérieur, le filtre réduira les reflets sur la vitrine, ce qui vous permettra de plus voir clairement ce qui s’y trouve.

Mais le filtre polarisant n’est pas infaillible. Les reflets du verre resteront difficile à éliminer, il restera souvent un résidu de réflexion.

Les filtres polarisants peuvent aussi parfois créer un effet d’arc-en-ciel ou d’ondulation irréaliste sur des fenêtres inégales, teintées ou traitées avec des revêtements. Un bon exemple de ce phénomène (qu’on appelle le « biréfringement »), qui apparaît lorsqu’on prend une photo polarisée à travers une fenêtre d’avion :

https://www.cambridgeincolour.com/tutorials/polarizing-filters.htm

Et le filtre polarisant ne s’arrête pas là !

Tout photographe d’extérieur ne connaît que trop bien les reflets sur divers éléments d’une scène, en particulier les jours très clairs ou ensoleillés. Ces reflets peuvent facilement détourner l’attention du sujet d’une photo ou délaver les couleurs de vos photo.

Donc, un filtre polarisant permet aussi de réduire les reflets du soleil sur le bois (comme les arbres ou les meubles), les rochers, les peintures sur bois et sur métal (comme les véhicules ou les bâtiments) ou encore des objets recouverts d’une laque protectrice.

Remarque

Le filtre polarisant n’a aucun effet sur la lumière réfléchie par une surface métallique non peinte.

ET en particulier, si vous prenez des photos avec de grandes étendues d’eau, des surfaces humides, une route, une plage ou une surface couverte de neige, ou d’autres objets à la surface de l’eau. Cela permet de faire ressortir les détails de la surface sous l’eau et d’enregistrer sa véritable couleur.

Mais les filtre polarisant ne sont pas un remède miracle à tous les reflets de l’eau, il sera utile dans de nombreux cas, surtout à la lumière du jour, et vaut toujours la peine d’être essayé « au cas où ». Plus vous l’utiliserez, plus vous saurez quand il sera efficace et quand il ne le sera pas.

Bref, de manière générale, l’effet du filtre polarisant est toujours le même : il réduit la lumière diffusée (provoquant reflets et éblouissement) qui peut faire paraître les couleurs délavées. Ainsi, on regagne du contraste, du détail et de la couleur en capturant la surface elle-même plutôt que l’éclairage qui rebondit sur elle.

Sans filtre
Avec filtre (effet sur le bois)
Avec filtre polarisant
Sans filtre polarisant
Sans filtre polarisant
Avec filtre polarisant

Après la pluie… le filtre polarisant

Lorsqu’il pleut, des gouttelettes d’eau se forment partout dans le paysage (comme sur les arbres par exemple), provoquant de multiples reflets dans la scène.

Un filtre polariseur circulaire en fera son affaire, ce qui permettra d’obtenir de bien meilleures couleurs.

Supprimer la brume

https://www.bwillcreative.com/what-does-a-polarizing-filter-do/

Si vous êtes confronté à une atmosphère un peu brumeuse, la polarisation par diffusion fait que les objets éloignés ont l’air délavé sur vos photos. Un filtre polarisant peut vous aider en réduisant l’effet de la lumière réfléchie dans l’atmosphère. Ainsi, vous pouvez obtenir des photos plus nettes et contrastées.

Les photographes qui prennent des clichés de scènes lointaines, avec par exemple des chaînes de montagnes ou des paysages urbains, affirment qu’un filtre polarisant réduit la brume atmosphérique d’une manière similaire aux filtres UV. Les objets éloignés peuvent ainsi paraître plus nets, avec une clarté et une saturation des couleurs accrues.

Augmenter la saturation

https://photzy.com/what-is-polarized-light-and-how-does-it-improve-images/

Je pense que vous l’avez compris maintenant, les filtres polarisant ont l’avantage d’augmenter la saturation en « nettoyant » l’image de toute polarisation, aussi bien dans le ciel que dans le reste de la scène.

En effet, les reflets d’un ciel blanc ou bleu se mélangent aux vraies couleurs d’une scène, les délavant en une nuance plus pastel. En éliminant les reflets, vous éliminez le délavage.

Pour les photos de feuillages ou de forêts, le filtre polarisant peut ajouter de la saturation, et du contraste. Il peut transformer la nature en une nuance de couleurs plus riche et plus verdoyante.

Le filtre polarisant peut vraiment s’avérer utile en automne, lorsque les couleurs de la nature sont à leur apogée, il peut chasser les reflets et les éblouissements des feuilles, des arbres ou des plantes humides (notamment après une pluie), créant ainsi des scènes claires et sans distractions. La suppression des reflets permettra aux vraies couleurs de transparaître.

Certaines couleurs et certains détails sont plus proches de l’apparence des choses pour l’œil humain, car il y a moins de reflets et moins de lumière réfléchie qui est capturée par le capteur de l’appareil photo.

Cependant, la saturation n’est pas toujours augmentée de manière uniforme. Tout dépend de l’angle optimal d’un objet particulier par rapport au soleil et de la présence ou non d’un objet très réfléchissant.

En général, les objets plus réfléchissants verront une augmentation plus importante de la saturation lors de l’utilisation d’un polariseur. Les journées claires et ensoleillées sont également beaucoup plus influencées par les polariseurs que les journées couvertes ou pluvieuses.

Veillez à ne pas exagérer cet effet ; un ciel exceptionnellement sombre en milieu de journée ou un feuillage trop vif peuvent facilement donner un aspect irréaliste aux photos.

Contraste et reflets

Comme les polariseurs réduisent les réflexions directes, cela a souvent pour conséquence de réduire également le contraste. Cela peut faciliter la capture de scènes avec une large gamme dynamique, par exemple en essayant d’équilibrer un ciel lumineux avec un terrain relativement peu réfléchissant (ce qui peut même rendre moins importante l’utilisation d’un filtre à densité neutre gradué ou d’une gamme dynamique élevée).

Cependant, une diminution de l’éblouissement/du contraste est parfois indésirable. Dans l’exemple ci-dessous, l’intention artistique était de mettre en valeur la route sinueuse en la représentant dans un contraste avec son environnement. L’utilisation d’un polariseur nui à cet objectif :

Sans filtre polarisant
Avec filtre polarisant

Dans la plupart des autres situations, une diminution de l’éblouissement est souhaitable et crée généralement une photo plus agréable.

Dans d’autres situations, les filtres polarisants peuvent, au contraire, augmenter le contraste. Dans l’exemple suivant, le filtre a augmenté le contraste en filtrant la lumière réfléchie par la brume et les embruns. Cet effet est particulièrement marqué sur les collines et les nuages bouffants situés directement au-dessus de la tête :

Sans filtre polarisant
Avec polarisant

En général, l’utilisation d’un polariseur sur les nuages et les ciels augmentera presque toujours le contraste, mais si le sujet lui-même est très reluisant, le polariseur diminuera probablement le contraste.

Par ailleurs, les reflets sont parfois essentiels à une photographie. Comme pour les couchers de soleil et les arcs-en-ciel: avec un filtre polarisant la lumière colorée et réfléchie peut disparaître si le polariseur est tourné pour un effet maximal.

Sans filtre polarisant
Avec filtre polarisant

En photo de portrait

Même si on utilise en général des filtres polarisants pour la photographie de paysage, vous pouvez aussi le sortir pour améliorer une séance de photographie de portrait.

Lorsque vous photographiez des portraits en extérieur, la lumière naturelle peut provoquer des reflets sur la peau de votre modèle. Les surfaces réfléchissantes comme les lunettes ou les bijoux peuvent devenir problématiques. Un filtre polarisant éliminera ces problèmes, en plus de nettoyer vos arrière-plans (si ils ne sont pas plongés dans le flou).

Les reflets dans les yeux du sujet peuvent aussi être supprimés !

Réaliser de longues expositions

Ce n’est pas l’objectif premier d’un filtre polarisant, mais, comme on a pu le voir, le filtre polarisant filtre une partie de la lumière (entre 1 et 3 stops) et peut donc faire office de filtre ND si vous n’en avez pas avec vous pour faire de longues poses (35 idées de longues poses à découvrir).

Quand ne pas utiliser un filtre polarisant

  • Les photos de reflet : en effet, le filtre les diminue comme on l’a vue. Si vous voulez que le ciel ait un « effet polarisé », vous pouvez toujours l’ajouter plus tard en post-traitement. Et si vous souhaitez conserver les reflets mais perdre l’éblouissement tout en veillant à augmenter la saturation des couleurs : vous devrez prendre deux photos, l’une avec filtre et l’autre sans. Puis fusionner les deux photos en prenant les meilleurs éléments de chacune.
  • Garder un élément visuellement mouillé : l’eau est transparente et donc pas toujours facile à retranscrire en photo. Il peut être difficile de faire la différence entre un rocher sec et un rocher mouillé, et le fait de faire briller la lumière sur les gouttelettes le permet.
  • Le light painting.
  • Par faible luminosité : ce n’est pas un problème sur trépied. Mais à main levée, vous aurez peut-être besoin d’un court temps de pose qui évite tout flou de bougé ou de mouvement. Dans ce cas retirez le filtre pour économiser 1 ou 2 stops et garder un temps de pose court. De même, il n’est pas utile d’utiliser un filtre polarisant de nuit ou dans des zones complètement ombragées, car les reflets ne seront pas un problème.
  • Les reflets colorés : la lumière réfléchie peut parfois ajouter de l’intérêt à une photo, notamment quand la lumière prend une couleur différente. Par exemple, si le ciel est rouge le soir, cela peut créer un effet vibrant qu’il vaut mieux conserver.
  • Avec un objectif grand angle (plus de 24 mm) : le filtre peut donner lieu à une couleur de ciel inégale ou à des variations de couleur. En effet un objectif grand angle couvre généralement plus de 90 degrés qu’un filtre polarisant ne couvre pas totalement. On a une perte progressive de la polarisation vers les bords du cadre. Vous pouvez essayer de faire en sorte que la polarisation la plus prononcée coïncide avec le bord ou le coin du cadre. De cette façon, le changement de polarisation ressemblera davantage à un gradient naturel dans le ciel (tel que le ciel peut apparaître au crépuscule par exemple).
  • Ajouter de la profondeur : parfois, vous pouvez introduire des réflexions ou des ombres pour donner une impression de profondeur à un objet. Si vous prenez la photo d’une balle colorée, elle peut ressembler à un disque plat. L’ajout d’une légère réflexion sur la surface incurvée lui donne un effet tridimensionnel réaliste.
  • Arc-en-ciel : un arc-en-ciel n’est en fait que de la lumière réfléchie, donc avec un filtre polarisant, l’arc-en-ciel disparaîtra… À noter les filtres polarisants peuvent parfois rehausser la couleur et le contraste d’un arc-en-ciel en assombrissant les nuages derrière, mais uniquement si le filtre est orienté correctement.
  • Avec un filtre à densité neutre ND (voir ci-dessous).
N’oubliez pas de vérifier l’orientation de votre polariseur si vous l’avez toujours sur votre objectif. Sinon, des choses étranges pourraient se produire dans votre ciel – des effets très difficiles à corriger.
L’effet de halo classique causé par un filtre polarisant.

Inconvénients du filtre polarisant

  • Qualité de l’image : comme pour tout filtre, l’ajout d’un filtre polarisant réduira la qualité de l’image. Plus la qualité du filtre est élevée, moins le filtre affectera vos photos, mais il y aura toujours une certaine réduction de la qualité. Donc, achetez un filtre de haute qualité, ou n’en achetez pas. Et veillez à ce qu’il soit bien propre !
  • Réduction de la lumière : vous perdez de 1 à 3 stops de lumière lorsque vous utilisez un filtre polarisant (en fonction du réglage et du filtre). Même si la perte n’est pas énorme (parfois juste 1 stop), vous devrez compenser avec vos réglages et faire attention au temps de pose à main levée.
  • Impossible à utiliser avec un pare-soleil : dans la plupart des cas, le filtre est presque, voire totalement, impossible à utiliser avec un pare-soleil à cause de sa taille et surtout sa profondeur (note : il existe des pare-soleils, comme le Lee Filters LEE 100, amovibles qui permettent d’utiliser les deux, certains objectifs comme le 16-50 mm, 70-200 mm et le 55-300 mm chez Pentax le permettent aussi).
  • Vignettage à certaines focales : plus vous utilisez des objectifs grand angle ou ultra grand angle, plus vous verrez les effets du vignettage sur les bords de vos photos. La meilleure façon d’éviter le vignettage, dans la plupart des cas, est d’acheter un filtre fin.
  • Variation de la luminosité : lorsque vous utilisez des objectifs grand angle pour de grandes étendues de ciel, vous verrez que la polarisation n’est pas uniforme au centre et sur les bords de la photo. Ceci est dû à votre orientation par rapport au soleil et au champ de vision très large de votre objectif,
  • Coût : les filtres polarisants de bonne qualité ne sont pas bon marché. Plus le diamètre est grand, plus le filtre sera cher ! Rappelez-vous qu’il vaut mieux investir dans de la qualité que d’être frustré par la mauvaise qualité !
  • Orientation : l’appareil photo doit être pointé à angle droit par rapport au soleil pour un effet maximal.
  • Ralentit : le réglage du filtre peut ralentir votre prise de vue (il faut pivoter pour trouver le bon réglage).
  • Visualisation du résultat: il peut être difficile de prévisualiser les résultats dans le viseur ou sur l’écran LCD de l’appareil photo.

Peut-on utiliser un filtre polarisant et un filtre ND en même temps ?

Les filtres ND et polarisant doivent être utilisés séparément pour résoudre des problèmes spécifiques. Par exemple, les reflets sur une surface réfléchissante comme de l’eau et les ciels délavés sont deux problèmes qu’un filtre ND ne peut pas résoudre.

Par ailleurs, combiner les 2 filtres produit des effets bizarres. Et chaque filtre supplémentaire que vous placez entre la scène et l’objectif crée un obstacle à la lumière.

Même un filtre UV, souvent utilisé pour protéger l’objectif de l’appareil photo, peut disperser la lumière, provoquer des éclats et des reflets, etc.

L’achat de filtres de haute qualité réduira la tendance à la perte de qualité de l’image, mais même ainsi, il y a toujours un risque d’éblouissement et de reflets indésirables.

Filtre polarisant circulaire VS post-traitement

Les logiciels de post-traitement, bien que très puissant pourront difficilement reproduire les effets d’un filtre polarisant circulaire. Et pour s’en rapprocher cela demandera du temps, et le résultat pourrait paraître artificiel.

Par ailleurs, l’éblouissement produit par une lumière polarisée, provoque une perte d’information à l’enregistrement de la photo. Cette perte d’information ne peut-être régénérée par un logiciel de post-traitement.

Rappelez-vous qu’une prise de vue, au format RAW, c’est avant tout une action technique qui consiste à recolleter un maximum d’informations non détériorées pour pouvoir développer sa photo par la suite.

Une détérioration se produit par manque de lumière (sous exposition) ou par un « trop plein de lumière » (surexposition), ou dans notre cas par des reflets/éblouissements dû à de la lumière polarisée par réflexion ou diffusion.

Concrètement : les reflets, la brume et les éblouissements détériorent l’information, et ne peuvent être que difficilement supprimés en du post-traitement pour récupérer de vrais détails.

S’équiper d’un filtre polarisant, vous permet de gagner du temps et de capturer de manière plus intacte l’information via la lumière.

Ai-je besoin d’un filtre polarisant ?

Leur facilité d’utilisation, la souplesse de leurs applications et la simplicité de leur mécanisme en font un investissement à faible risque et à forte rentabilité pour améliorer vos photos. Un filtre polarisant est très facile à maîtriser, et c’est une pièce d’équipement photographique abordable.

Ils vous permettent de couper de diminuer les surbrillances et les reflets, d’améliorer la clarté et les couleurs et travailler avec une gamme plus large de couleurs nettes, améliorer le contraste et obtenir de meilleurs détail. Ils peuvent donner à vos photos plus de profondeur, de drame et d’intensité sans exiger trop effort supplémentaire de votre part (juste tourner le filtre).

Et même si il est vrai que vous pouvez faire des choses intéressantes avec l’éblouissement et les reflets, la plupart du temps ces taches de lumière vives entraînent une perte d’informations et donnent aux couleurs un aspect délavé, ce qu’il vaut mieux éviter donc !

Ce n’est peut-être pas un filtre à garder en permanence sur votre objectif, mais il n’y a aucune raison de quitter la maison sans !

Conclusion

On arrive à la fin de cet article extrêmement complet sur les filtres polarisant (je pense que vous ne trouverez pas plus complet, même sur une autre planète).

Vous êtes maintenant un expert du filtre polarisant ! Bon j’avoue qu’il y a des expertises plus stylées, mais c’est déjà ça.

Moi je vous laisse ici à votre polarisation et je vous dis à bientôt sur les internets MONDIAUX !

J’ai aussi une chaîne YouTube !

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Inscrivez-vous à une formation vidéo GRATUITE de plus de 8 heures sur les bases de la photographie

La formation est organisée en 7 modules + 1 bonus, avec de nombreuses ressources, schémas et tableaux.

Module 1 : fonctionnalités & boutons

Module 2 : prise de vue

Module 3 : composition

Module 4 : matériel

Module 5 : post-traitement

Module 6 : impression

Module 7 : créativité

Bonus : conseils en paysage, conseils en portrait, le plan de 16 semaines, preset

>