fbpx

4 juin 2022

Comment prendre une photo macro de fleur ?

Par Gaëtan Berthouly

4 juin 2022


Mon guide complet sur la macrophotographie en 12 étapes

Lorsque le printemps arrive et que toutes les fleurs apparaissent dans le jardin, il n’y a rien de plus satisfaisant que de prendre son appareil photo et de partir immortaliser des fleurs. Vos photos pourraient être décevant, alors aujourd’hui on va voir quels réglages utiliser, quel matériel, comment composer et quelques idées créatives. En avant Guingamp !

Conseil

L’article étant assez dense, repérez vous aux grands titres pour naviguer à travers l’article et lire ce qui vous intéresse le plus !

Version vidéo ici :

Planifier ses photos de fleurs

La photographie de fleurs dépend beaucoup du lieu, des conditions météorologiques et du moment de la journée. Comme pour la photo de paysage, prévoir et planifier vont favoriser l’obtention de jolies photos de fleurs.

Essayez de repérer l’endroit et de vérifier les conditions météorologiques à l’avance (applications, internet ou à la télé). Le moment de la journée aura un impact sur la dureté, l’intensité et la température (couleur) de la lumière.

Le début de matinée et la fin d’après-midi ont une lumière plus douce et moins intense que le milieu de journée. Et la fin de la journée a une lumière plus chaude que le matin.

Le printemps probablement la meilleure saison pour photographier des fleurs. Les conditions sont optimales, et les fleurs s’épanouissent. (Mais cela ne veut pas dire que les autres saisons ne peuvent pas offrir de superbes photos).

https://www.pexels.com/fr-fr/photo/petales-centrale-fleur-pollen-5083103/

La meilleure lumière pour la photo de fleur

Il n’y a pas UN TYPE obligatoire de lumière à utiliser pour la photo de fleur, vous avez plusieurs options.

La lumière naturelle de la fenêtre fait ressortir les textures et les couleurs de votre sujet d’une manière que les autres lumières ne peuvent pas faire. Si la lumière de votre fenêtre semble un peu dure, essayez de suspendre un rideau transparent blancs pour la diffuser (sans motifs de préférence).

La lumière par temps nuageux dans ces conditions la lumière du soleil est diffusée. Cela permet d’obtenir un éclairage uniforme et doux (plus facile à exposer au passage). La lumière douce est particulièrement efficace pour faire ressortir les couleurs. Visez les jours fortement couverts avec des gros nuages). Plus le ciel est couvert, plus la lumière sera douce. En effet, des nuages épars n’aideront pas à réduire la dureté de la lumière, et entraîneront même des variations imprévisibles. Ne prenez pas de photos trop tard ou trop tôt, ou vous n’aurez plus assez de lumière !

L’heure dorée se produit une heure (ou 2) après le lever ou avant le coucher du soleil. La lumière devient dorée et douce, et donne à vos sujets un éclat magnifique. Faîtes attention à la direction de la lumière (lumière arrière, latérale ou frontale par rapport à la fleur). Chacun de ces types de lumière donne un effet différent.

La lumière frontale frappe l’avant de la fleur (et passe par-dessus l’épaule du photographe) et donne un aspect uniforme à la lumière. C’est facile à exposer et ça fonctionne bien pour les fleurs, vous obtiendrez de magnifiques photos dorées.

Le contre-jour vient de l’arrière de votre fleur. Vous pouvez trouver le contre-jour en pointant votre appareil photo vers le soleil, puis en le positionnant à l’arrière de la fleur. Le rétroéclairage des fleurs peut être particulièrement utile pour mettre en valeur la transparence et l’aspect délicat des pétales. Vous pouvez aussi le faire avec de la lumière artificielle !

Attention

À moins d’être un as de l’exposition, évitez, si possible, la lumière dure du soleil de midi. Si ce n’est pas possible, recherchez l’ombre ou utilisez un réflecteur ou une grille pour diffuser et adoucir la lumière.

Parfois la lumière du soleil ne suffit pas. Et il faudra utiliser un peu de lumière artificielle pour assister la lumière naturelle et ajouter un coup de lumière aux endroits où cela est nécessaire.

La lumière artificielle, projetée sur un sujet avec un arrière-plan sombre (en mode clair-obscur), peut également être assez saisissante. Veillez à orienter votre lumière de manière à éclairer votre sujet sans éclairer votre arrière-plan. Vous pouvez diriger la lumière en utilisant des morceaux de carton et en le plaçant sur les bords de la source lumière.

https://unsplash.com/photos/2_Ip8Tfi8jM

L’éclairage LED est aussi une option intéressante. Vous pouvez par exemple utiliser un système d’éclairage de deux bras articulés avec de petites ampoules LED (voir photos ci-dessous). Ces LED créent des points lumineux précis dans la scène, ajoutent de la texture et du volume aux photos de fleurs.

Exemple de configuration d’éclairage LED
Exemple de résultats avec l’éclairage LED

Éclairage au flash : lorsque les LED ne suffisent pas, l’éclairage au flash est votre baroud d’honneur. Il est beaucoup plus puissant et donc très intéressant en macro (où, je le rappelle, on manque de lumière). Le flash vous donnera plus de souplesse dans le placement de votre lumière et vous pourrez obtenir une lumière très naturelle sans trop d’efforts (veillez bien à DIFFUSER sa lumière). Testez en rapprochant et éloignant votre flash externe (ou à en modifier l’intensité) pour voir comment cela affecte votre photo.

Ce système de double éclairage surpasse la lumière naturelle la plupart du temps. Il en résulte des images à l’aspect plus artificiel. Mais il permet également de figer le mouvement.
Exemple de résultat au flash, plus de diffusion serait nécessaire pour un résultat plus naturel
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/photographie-de-mise-au-point-selective-d-une-rose-rouge-593655/

Matériel pour la photographie macro de fleur


Le boîtier : tout appareil photo à objectifs interchangeables fera l’affaire. Certains photographes préfèrent un capteur 24×36 offrant plus de détails et une meilleure gestion des situations en faible luminosité. D’autres préfèrent un capteur à facteur de recadrage (crop factor) allongeant le distance focale effective, ce qui vous évite d’avoir à vous rapprocher du sujet, il offre également une profondeur de champ plus importante qu’avec un 24×36.

L’objectif : le mieux serait d’être équipé d’un objectif macro, un objectif avec un agrandissement de 1:1 minimum (à vérifier dans la fiche technique, la mention « macro » est parfois purement marketing). Cela signifie que la taille de votre sujet peut être la même que celle de votre capteur. Si vous avez un boîtier avec un capteur mesurant 36 mm x 24 mm, vous pouvez remplir tout le cadre avec un sujet de 36 mm x 24 mm. Cela vous permet de vous approcher au plus près du sujet et d’en capturer tous les détails. 100 mm (sur 24×36) est une bonne distance focale. Vous pouvez utiliser des tubes d’extension ou une bague d’inversion, les filtres macro pour gros plans. Je parle d’une configuration à petit budget dans cette vidéo. Si vous n’avez rien de tout ça, passez en revue votre équipement et trouver l’objectif dont la distance minimale de mise au point est la plus courte.

Flash : en macro on manque souvent cruellement de lumière, la puissance d’un flash peut permettre de combler ce manque. Un flash permet aussi raccourcir notre temps de pose, et bien figer la fleur (utile en extérieur si il y a du vent) ou si votre appareil photo n’est pas stable (on évite le flou de bougé). Le mieux serait d’utiliser un flash externe (mais si vous n’avez que le flash interne de votre boîtier, on fera avec !).

Diffuseur / modeleur : très important si vous utilisez un flash. Le plus simple est d’avoir un flash cobra monté sur la griffe et une mini boîte à lumière montée dessus. Il adoucit la lumière et fait ressortir les détails et les couleurs. Vous pouvez aussi utiliser des dômes ou une MagSphere, ou simplement placer un tissu devant le flash ou le faire rebondir avec une carte blanche.

Un réflecteur : en macro on manque souvent de lumière, surtout si on photographie UNIQUEMENT en lumière naturel. Parfois c’est même votre propre objectif qui bloque la lumière (ironique) ! Une façon de combattre ce problème est d’utiliser un réflecteur. Vous pouvez en acheter ou le fabriquer un vous-même. Une feuille de papier blanc ou un morceau de carton blanc peut être efficace pour renvoyer la lumière vers votre sujet et combler d’éventuels « creux » de lumière. Du papier ciré translucide peut diffuser la lumière pour l’adoucir.

Lumière directe du soleil (à gauche) et cette même lumière adoucie par un diffuseur (à droite).

Le trépied : lorsque vous photographiez de près, le moindre mouvement sera enregistré. Et ça, même avec la stabilisation d’image. Vous pouvez éliminer (ou du moins minimiser) le risque de bougé en plaçant votre appareil photo sur un trépied solide et de qualité. Pour les fleurs très basses, l’utilisation d’un trépied peut être gênante. Allongez vous à plat sur le sol et appuyez vous sur vos coudes. L’inconvénient est que le trépied limite votre mobilité (temps d’installation, changement de position…), ce qui vous empêche de prendre rapidement des photos sous différents angles D’ailleurs, si il y a un insecte sur votre fleur, il y a de fortes chances pour qu’il s’en aille avant que vous ayez installé votre trépied. Prendre la photo à main levée peut être une solution dans ce cas : gardez vos coudes contre votre corps, ce qui vous donnera du soutien et réduira les risques de tremblement de l’appareil. Pour vous rapprocher de la fleur vous pouvez raccourcir les deux pieds avant et placer un poids sur le pied arrière pour maintenir le tout.

Le déclencheur : en complément du trépied, pour éviter les vibrations transmises lors du déclenchement.

Le vaporisateur : tous les héros ne portent pas de cape, et c’est le cas de cet accessoire. Combinées à une lumière latérale, les gouttelettes d’eau créées par un vaporisateur ajoutent de la texture et de l’intérêt à votre photo macro de fleurs.

Remarque sur l’équipement

Les longues promenades dans la nature avec un équipement lourd ne sont pas forcément aisées pour tout le monde.

Voici une version réduite du nécessaire : un boîtier avec un objectif macro de 100 mm, un petit trépied léger, un déclencheur à distance et quelques feuilles de papier blanc et de papier ciré (à utiliser comme réflecteurs et diffuseurs de lumière naturelle).

https://www.pexels.com/fr-fr/photo/fleur-rose-54323/

Les réglages importants pour la photographie macro de fleurs

Temps de pose

On pourrait croire que les fleurs ne bougent pas beaucoup. Mais la moindre brise (à moins que vous soyez en intérieur) peut créer un effet de flou de mouvement lorsqu’on photographie très cadré ou à une courte distance. Pour le vent, il n’y a pas grand-chose que l’on puisse faire. Vous pouvez attendre un jour calme ou ramener votre sujet à l’intérieur.

Et même avec l’appareil monté sur un trépied (évitant le flou de bougé uniquement mais pas le flou de mouvement), il est primordial de sélectionner le temps de pose adéquat pour figer votre fleur.

Sur trépied, vous pouvez régler votre temps de pose sur 1/200 s ou plus court pour figer l’action. (Sans trépied je vous invite à lire cet article sur la règle de la distance focale inversée pour avoir des photos nettes à main levée).

Remarque

Si vous utilisez flash, le mouvement de la fleur sera figé. MAIS si le temps de pose est trop long, il se peut que la lumière ambiante soit encore suffisante pour montrer le mouvement.

Cela se traduira dans votre photo sous forme d’images fantômes. La fleur sera nette et bien éclairée, mais vous pourrez voir des bords flous dus à la lumière ambiante qui expose le mouvement (et que le boîtier enregistre).

Dans ca cas 3 solutions :

-prendre des photos tôt le matin peut être utile, car la brise est alors moins forte.

-Utiliser un morceau de fil de fer pour ancrer la fleur et l’empêcher de bouger (couché, pas bougé !).

-Expérimenter différents réglages de votre flash, temps de pose et ouverture pour éliminer les images fantômes.

Ouverture (et profondeur de champ)

En macro, par définition, vous allez être très proche du sujet, ce qui réduit immédiatement la profondeur de champ.

Si vous utilisez un (véritable) objectif macro et une ouverture de f/4 (ou plus avec un objectif rapide), vous n’obtiendrez qu’une profondeur de champ totale de 1 à 2 mm. C’est très peu ! La zone d’une netteté visuellement acceptable sera très faible ! Autrement dit : une grande partie de la photo sera floue.

La solution ? Utiliser une ouverture plus petite. À f/16-f/22, vous pouvez facilement obtenir 5-6 mm de profondeur de champ.

MAIS !

Avec une si petite ouverture, vous aurez besoin de BEAUCOUP de lumière, pour à peine plus de netteté visuellement acceptable d’ailleurs !

Pour compenser le manque de lumière, 3 solutions :

  1. Un temps de pose plus long
  2. Une lumière artificielle comme un flash (voir la partie sur le matériel et la lumière)
  3. Des ISO plus élevés

La profondeur de champ est très important pour guider le regard et attirer l’attention. Nos yeux sont attirés par les parties nettes et « nettes » de la photo. Le flou de séparer l’arrière-plan et d’obtenir une composition plus nette sans éléments gênants (regardez cette vidéo sur 3 façons de détacher son sujet de son fond si le sujet vous intéresse).

Si vous voulez que vos spectateurs remarquent uniquement les étamines de la fleur, vous utiliserez une profondeur de champ très faible (ouverture à f/9 ou moins), et vous laisserez les pétales et les autres détails de la fleur flous dans le flou. Les éléments devant et derrière le plan de mise au point (plan focal) seront flous

À gauche photo à f/32. À droite photo à f/5.6, cela permet d’obtenir une profondeur de champ plus faible et une meilleure séparation sujet / arrière-plan.

Remarque

Si vous êtes doué en post-traitement vous pouvez aussi faire du « focus stacking » (voir la partie sur le post-traitement à la fin de l’article).

Remarque

Si vous êtes curieux de savoir quelle est la profondeur de champ de votre équipement, il existe des calculateurs en ligne de profondeur de champ. Ces données peuvent vous aider à déterminer le nombre de photos que vous devez prendre pour le focus stacking, ou la partie du sujet qui sera nette lors de la prise de vue.

Format de prise de vue : RAW

Le format RAW permet de capturer plus d’informations, pour, par la suite, développer votre photo. Vous pourrez notamment modifier avec précision la balance des blancs, les couleurs, le contraste etc.

ISO

Il existe une peur assez commune parmi les photographes, notamment débutant, c’est d’augmenter leurs valeurs ISO. Vous avez sans doute entendu que si on augmente trop ses ISO on verra l’apparition de bruit numérique.

Et c’est vrai !

Mais, de nos jours, les boîtiers ce sont réellement améliorés, et vous pouvez monter facilement à 800-1600 ISO sur APS-C et 1600-3200 ISO sur 24×36. Et en macro, je vous le répète on est en manque permanent de lumière, donc n’hésitez pas à vous donner un petit coup de pouce en augmenter votre valeur ISO (vous vous remercierez, en vous errant tout seul la main).

Rappelez-vous : il vaut mieux une photo avec un peu de bruit, qu’une photo totalement inexploitable.

Mode de mesure de l’exposition

Le mode à prédominance centrale ou spot devrait être intéressant pour vous concentrer sur votre sujet.

Mise au point

La mise au point automatique (AF) est souvent perturbé en macrophotographie, il suffit parfois de quelques millimètres pour que la mise au point soit incorrecte. À main levée, vous pouvez la mise au point automatique en mode « One-Shot AF ». Ce mode de mise au point plus fiable car elle verrouille la mise au point.

Vous pouvez faire la mise au point sur le point le plus proche, comme l’étamine, et laisser les pétales tomber dans l’arrière-plan flou. Vous pouvez également faire la mise au point sur les pétales de façon à ce que la fleur soit nette, mais que les étamines soient un peu floues.

Utilisez le mode Live View vous permettra de mieux voir où est faîtes votre mise au point

La mise au point manuelle est la meilleure solution si vous utilisez un trépied et si vous contrôlez la position de l’appareil photo. Vous avez un bien meilleur contrôle sur votre composition et moins de risques d’erreurs en mise au point manuelle.

Vous pouvez également faire la mise au point manuellement, vous positionnez sur un monopode et balancer lentement votre appareil photo d’avant en arrière tout en déclenchant (en rafale éventuellement). Vous aurez peut-être quelques photo avec la mise au point souhaitée dans le tas !

https://unsplash.com/photos/SSscnz7VDYU

Conseils de composition pour la macrophoto de fleurs

Arrière-plan

Le but est d’avoir un arrière-plan simple, et qui met en valeur votre sujet, voici plusieurs possibilités :

  • Utilisez des couleurs chaudes sur votre sujet, et des couleurs plus froides en arrière-plan, cela permet de créer un contraste de couleur. Évitez les couleurs vives, surtout si votre sujet est de couleur plus pâle.
  • Des textures qui contrastent, comme des gouttes d’eau et les matériaux brillants et réfléchissants peuvent créer un merveilleux effet pour votre arrière-plan.
  • Si l’arrière-plan est désordonné mettez-le dans le flou (grande ouverture pour le rendre flou, grande distance entre votre sujet et l’arrière-plan, longue distance focale)
  • Déplacez-vous pour trouver l’arrière-plan idéal.
  • Disposez un morceau de tissu ou de papier de bricolage derrière votre fleur pour créer un arrière-plan uni et isoler votre fleur.
  • Utilisez d’autres fleurs en arrière-plan, cela permet de créer une répétition de formes et de couleurs.
  • Au niveau de la lumière : des taches de lumière brillantes ou des zones sombres très étendues qui détourneraient le regard.
  • Et ne prenez pas de photo tant que vous n’avez pas trouvé un bon arrière-plan !

La règle des tiers

Suivre la règle des tiers et utiliser l’espace négatif (avec un arrière-plan uni) sont d’excellents moyens de créer de l’intérêt dans votre photo. C’est une technique de composition ancestrale en photographie.

Vous devez placer votre sujet floral le long de l’une de ces lignes de tiers (qui coupent la photo en trois) et/ou sur un point de force (croisement de 2 lignes de tiers). Comme vous l’avez probablement remarqué, les macrophotos basées sur la règle des tiers sont équilibrées. Elles ont quelque chose de spécial, c’est pourquoi elles ont un tel impact sur les spectateurs.

Quelques exemples d’utilisation de la règle des tiers pour la macro photographie de fleurs :

https://www.pexels.com/fr-fr/photo/fleur-rouge-avec-des-gouttelettes-d-eau-442188/

Idées créatives pour vos photos macro de fleurs

L’abstraction

Nous pouvons nous identifier aux choses que nous sommes capables de voir à l’œil nu. Lorsque nous augmentons l’agrandissement, les choses deviennent rapidement abstraites (et c’est aussi une approche valable !.

Et ça tombe bien car, les photos macros de fleurs offrent aux photographes une occasion unique de pratiquer la photographie abstraite. En isolant un fragment de fleur, vous pouvez attirer l’attention sur la couleur, la texture, la forme pour transmettre un sentiment ou une impression.

Ce qui est marrant avec la photo abstraite, c’est que le spectateur peut avoir ce « moment aha » lorsqu’il réalise que c’était une marguerite qu’il regardait depuis le début. D’autres fois, vous restez dans le mystère.

La technique la plus simple pour prendre une photo macro de fleur abstraite est d’augmenter l’agrandissement. En vous rapprochant, vous commencez à transformer la fleur en belles formes et lignes. Vous perdez la vision « commune » de la fleur, et vous commencez à montrer aux gens quelque chose de nouveau..

Credit: Sue Bishop – https://www.amateurphotographer.co.uk/technique/top-macro-flower-photography-tips-117800

Rapprochez-vous

« Si vos photos ne sont pas assez bonnes, c’est que vous n’êtes pas assez près. »

Robert Capa

Vous avez probablement entendu le conseil « remplissez bien votre cadre ». Eh bien ça s’applique aussi à la photo macro de fleurs !

Faites toucher le bord du cadre à votre fleur ,ou faîtes la déborder entièrement (principe de continuité de la théorie de Gestalt). Parfois, en se rapprochant, on trouve une composition plus flatteuse.

Jusqu’où pouvez-vous vous rapprocher ? Cela dépend de la distance minimale de mise au point. Et à certains point, comme on l’a vu juste avant, vous tomberez dans de la photo abstraite.

Un autre avantage de se rapprocher et d’obtenir une profondeur de champ plus étroite et plus de flou dans la photo.

Changez d’angles

Bien souvent, par défaut, on prend une photo de fleur depuis notre hauteur de géant humain. C’est simple, ça ne demande pas trop d’effort (aïe le dos).

Essayez de photographier votre fleur sous différents angles : au-dessus, en-dessous, de côté, de dos en regardant vers le ciel, mettez la fleur (ou vous-même) à l’envers.

Astuce

Jetez toujours un coup d’œil à travers un appareil photo à main et installez votre trépied lorsque vous avez trouvez le bon angle.

Pensez aussi point de vue : mettez-vous au niveau de la fleur, plutôt que vu du dessus. Regardez dans le viseur lorsque vous vous déplacez : chaque petit changement d’angle par rapport à la fleur affectera radicalement l’image.

Vous pouvez aussi vous essayer à l’angle hollandais !

Jouez sur les chiffres

Photographiez les fleurs en grappes. Le fait d’avoir beaucoup de fleurs au centre ou à l’arrière-plan permet de créer des motifs et des répétitions. Si vous photographiez un petit groupe de fleurs, essayez de les photographier par trois (ou un nombre impair) pour obtenir une composition plus harmonieuse.

Vous pouvez aussi positionner votre sujet devant un champ de fleurs similaire, l’arrière-plan flou fera un rappel du sujet.

Mettez de la couleur

Recherchez des couleurs contrastées en arrière-plan pour faire ressortir votre fleur. Généralement avoir des couleurs chaudes pour votre sujet et froides en arrière-plan fonctionne (j’en parle dans mon article sur comment utiliser la couleur dans vos compositions).

Noir et blanc

On ne voit pas beaucoup de photos de fleurs en noir et blanc. Et pourtant, c’est un choix possible ! Retirer la couleur permet de mettre en avant la texture ou le ton d’une photo.

Utilisez un accessoire

Essayez de photographier votre fleur sur ou dans quelque chose d’intéressant. Les vases sont parfaits Vous pouvez aussi utiliser quelque chose de différent : des fleurs sortant du bec d’un arrosoir, une cuillère pleine de fleurs ou des fleurs posées sur un objet réfléchissant donneront une nouvelle perspective à vos photos.

Les imperfections

Les photographes recherchent souvent des fleurs parfaites, mais les fleurs imparfaites ont un caractère et un intérêt que les fleurs parfaites n’ont pas.

Vous pouvez aussi jouer sur le contraste avec des juxtaposition intéressante : photographiez une fleur parfaite à côté d’une fleur plus ancienne (et imparfaite). Ou encore un bouton de fleur (ou les bourgeons qui viennent de s’ouvrir) à côté d’une fleur mature (voire fanée laissant tomber ses pétales).

Sous la pluie

Essayez de prendre des photos juste après une pluie. Les perles d’eau s’accumulent à la surface de la fleur, ce qui crée de l’intérêt. Et les gouttes d’eau à l’arrière-plan peuvent un effet intéressant. Essayez d’ajuster un peu votre ouverture pour changer le flou. Pas de pluie ? Essayez de « brumiser » vos fleurs à l’aide d’un tuyau d’arrosage ou d’un vaporisateur (voir la section matériel).

Les invités imprévus sont la bienvenue

Les insectes fréquentent les fleurs, alors ne soyez pas surpris si vous en voyez un ! Il peut-être agréable de trouver une araignée (sauf pour les arachnophobes), une fourmi ou une abeille accrochée à une fleur que l’on photographie. Alors déclenchez ! Vous pourriez prendre une belle photo, même si ce n’était pas prévue au départ.

Utilisez des guirlandes pour créer des arrière-plans étonnants

Les guirlandes lumineuses sont petites, bon marché et très utiles pour améliorer vos arrière-plans macro. Sortez vos guirlandes pour prendre des photos à la tombée de la nuit. Le soleil doit s’être couché ou être sur le point de se coucher.

Une fois que vous avez trouvé votre sujet principal, placez soigneusement les guirlandes lumineuses derrière la fleur (ni trop près, ni trop loin), 15 cm est une bonne distance.

Enfin, utilisez une grande ouverture pour rendre l’arrière-plan flou, et déclenchez ! Vous obtiendrez une photo comme ci-dessous :

Source : https://www.photoworkout.com/flower-macro-photography/

Le mouvement intentionnel pour des photos de fleurs abstraites

Le mouvement intentionnel de l’appareil photo est très simple à mettre en œuvre. Utilisez cette technique pour obtenir des photos de fleurs abstraites. Tout ce que vous avez à faire est de :

  • trouver une fleur, idéalement d’une seule couleur vive.
  • Allongez le temps de pose entre 1/20 et 1/2 seconde.
  • Déplacez votre appareil photo, puis déclenchez sans arrêter le mouvement.
Source : https://www.photoworkout.com/flower-macro-photography/
Source : https://www.photoworkout.com/flower-macro-photography/

Les fleurs mortes sont aussi d’excellents sujets

Par défaut, on se dit que l’on doit photographier des fleurs fraîches et colorées. Mais parfois, les fleurs mortes peuvent aussi être d’excellents sujets (voir ci-dessous). Lorsqu’une fleur est morte, et que tous ses pétales sont tombés, elle commence à préparer des graines. Ces graines sont très belles et peuvent être de bons sujets de macrophotographie.

https://unsplash.com/photos/SSscnz7VDYU

Conseils de post-traitement pour la photo de fleurs

Focus stacking

Si vous êtes doué en post-traitement et patient une autre option existe : le « focus stacking ». Vous allez prendre plusieurs photos en faisant la mise au point sur différentes parties du sujet. En post-traitement, vous allez les empiler pour ne garder que les zones mises au point.

Installez votre appareil photo sur un monopode, commencez faire la mise au point sur la partie la plus proche du sujet (ou l’arrière). Puis vous allez ensuite légèrement pencher en avant ou en arrière, puis déclencher, ainsi de suite. Le nombre de photos dépend de la taille de votre sujet.

Quelques conseils de développement

L’outil de suppression des défauts : le pollen peut ajouter de l’intérêt à une photo macro de fleur, mais parfois il se retrouve sur une partie de la fleur qui détourne l’attention du spectateur. Les fleurs peuvent également présenter de minuscules taches de saleté et de poussière que vous ne verrez pas sur l’écran de votre appareil photo ou dans le viseur. Ils apparaissent souvent en post-traitement lorsqu’ils sont visualisés sur un écran plus grand. Prenez le temps de gommer tout ça !

Équilibrez votre balance des blancs : vérifiez comment l’image se présente lorsqu’elle est froide ou chaude. C’est un de ces changements faciles qui peut faire une énorme différence.

Augmenter le contraste : voyez si la photo a besoin d’un renforcement du contraste. Beaucoup de photos souffrent d’un contraste trop faible, assurez-vous que ça ne soit pas le cas de votre œuvre.

Renforcez les couleurs de votre fleur : augmentez légèrement la saturation, jouez avec le curseur vibrance ou encore avec le color grading / split toning, c’est vous qui décidez !

Inspiration pour la photo macro de fleurs

Dans cette partie je vous liste simplement quelques macrophotographes :

https://unsplash.com/photos/YJ1yEwk7Z7E

Conclusion

Si, après avoir fait tout ce que vous avez lu tout cet article, vous prenez des photos qui ne sont pas nettes, ne vous découragez pas. Soyez patient et continuez à vous entraîner. Vous finirez par obtenir de belles photos macro de fleurs. En macro, bien souvent, plus de la moitié des photos sont à jeter !

Retrouvez ici 39 idées de photos macro,

Moi je vous laisse ici à vos photos macro de fleur, et je vous dis à bientôt sur les internets MONDIAUX !

J’ai aussi une chaîne YouTube !

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Inscrivez-vous à une formation vidéo GRATUITE de plus de 8 heures sur les bases de la photographie

La formation est organisée en 7 modules + 1 bonus, avec de nombreuses ressources, schémas et tableaux.

Module 1 : fonctionnalités & boutons

Module 2 : prise de vue

Module 3 : composition

Module 4 : matériel

Module 5 : post-traitement

Module 6 : impression

Module 7 : créativité

Bonus : conseils en paysage, conseils en portrait, le plan de 16 semaines, preset

>
%d blogueurs aiment cette page :