3 juin 2024

Qu’est-ce qu’un objectif photo rapide : le guide ultime

Par Gaëtan Berthouly

3 juin 2024


Peut-être avez-vous déjà lu ou entendu les termes « objectif » et « rapide » juste à côté l’un de l’autre, et que vous ne comprenez pas bien ce que cela signifie.

  • C’est un objectif qui fait rapidement la mise au point ?
  • C’est un objectif qui est rapide à connecter à son boîtier ?
  • C’est un objectif qui court vite et est difficile à rattraper ?

Peut-être que vous n’osez pas poser la question, donc vous faîtes vos petites recherches et vous tombez sur mon article. Félicitations, vous êtes au bon endroit. Aujourd’hui on va voir ensemble ce qu’est un objectif rapide (on peut aussi retrouver l’expression « objectif lumineux »).

Allez en avant Guingamp !

Les bases de la photographie vous intéressent ?

Version vidéo :

Version podcast audio :

Qu'est-ce qu'un OBJECTIF RAPIDE ? (différence, avantages et utilité) PhotoManiac

Dans cet épisode on va qu'est-ce qu'un objectif rapide, ses différences par rapport à un objectif "normal", ses avantages et en quoi ça peut vous être utile. ►Formation vidéo gratuite sur les bases de la photo : https://photomaniac.fr/landing-page-inscription-formation ►Guide gratuit sur les bases de la photo : https://photomaniac.fr/guide-gratuit-sur-les-bases-de-la-photo ►Version vidéo du podcast : https://youtu.be/sJ8bSS9J2Gc ►Version article du podcast : https://photomaniac.fr/quest-ce-que-cest-un-objectif-rapide-bordel — Send in a voice message: https://podcasters.spotify.com/pod/show/photomaniac/message

C’est quoi un objectif rapide ?

La « vitesse » d’un objectif est directement liée à son ouverture maximale. Plus l’ouverture maximale est grande, plus l’objectif est dit « rapide » (ou « lumineux »). 

Voilà fin de l’article, CIAO ANTONIO !

Bon pour les plus curieux, l’article continue…

Lorsqu’on parle d’un objectif, il est généralement décrit par 2 caractéristiques :

  • sa distance focale, par exemple on parle « d’objectif 50 mm » (ou « d’un 50 mm ») pour désigner un objectif dont la distance focale est de 50 mm, ou « d’un objectif 300 mm » (ou « d’un 300 mm ») pour désigner un objectif dont la distance focale est de 300 mm etc ;
  • son ouverture maximale, il s’agit généralement d’un nombre précédé d’un « f /», par exemple « un objectif f/1.8 » ou « un objectif f/4 », plus le chiffre est petit, plus l’ouverture maximale est grande, pour retenir ça facilement rappelez-vous que f/x est une division, donc plus le chiffre en bas est petit plus le résultat final est grand.

« Mais c’est quoi l’ouverture ? »

L’ouverture (ou diaphragme) est la taille du trou dans l’objectif qui laisse entrer la lumière. Au niveau de l’exposition : plus l’ouverture maximale est grande, plus votre objectif laisse entrer de lumière.

https://www.pexels.com/fr-fr/photo/objectif-de-camera-noir-19671/

Et si l’ouverture vous laisse la possibilité de faire rentrer plus de lumière car elle est plus grande, cela va vous permet :

  1. de raccourcir votre temps de pose ;
  2. et/ou de diminuer vos ISO.

Nous ici on va s’intéresser à la première possibilité : raccourcir le temps de pose.

Temps de pose VS vitesse d’obturation

Ici, je parle de « temps de pose » car c’est plus exact. En effet ce paramètre est exprimé avec une unité de temps, en secondes (s) et non avec une unité de vitesse, comme le mètre par seconde (m/s) par exemple.
Mais habituellement vous devez sans doute parler de « vitesse d’obturation ».

Ainsi ouvrir plus grand permet d’avoir une « vitesse d’obturation plus rapide » (= temps de pose plus court). Et c’est pourquoi, plus un objectif peut ouvrir grand, plus il est considéré comme « rapide ».

TADAAAAAAAAA, voilà pour l’explication de qu’est un objectif lumineux.

Pour résumer : une grande ouverture permet de capter plus de lumière, ce qui qui permet d’avoir une vitesse d’obturation plus rapide (= un temps de pose plus court). Et donc les objectifs qui permettent d’ouvrir spécialement grand, son qualifiés comme « rapides ». On peut d’ailleurs aussi retrouver le mot « lumineux » au lieu de « rapide » pour qualifier ce type d’objectif.

Cette découverte amène d’autres questionnements pour les plus curieux d’entre vous, comme « Mais, c’est quoi l’utilité d’un objectif rapide ? » ou encore « À quelle occasion en aurais-je besoin ? ». Et ces questions, on va y répondre dans la suite de ce somptueux article (je pèse mes mots).

https://unsplash.com/fr/photos/UOFaKUU2v1w

Quelle est l’utilité d’un objectif rapide ?

Les objectifs rapides peuvent être avantageux par rapport aux objectifs plus « lents » (donc qui peuvent ouvrir moins grand au maximum) dans certaines conditions de prise de vue, et certains types de photographie.

Les objectifs rapides sont particulièrement utiles lorsque :

  • la lumière est faible (photos en intérieur, à l’aube aube, au lever du soleil, au coucher du soleil, au crépuscule, astrophoto, les villes la nuit etc),
  • vous ne pouvez pas utiliser votre flash (comme à des concerts, des spectacles en intérieur etc),
  • vous devez utiliser un temps de pose court pour figer le mouvement d’un sujet rapide (la photographie de sports ou même d’animaux sauvages).
  • vous devez utiliser un temps de pose court pour éviter le flou de bougé,
  • pour isoler un sujet avec sa très faible profondeur de champ, ce qui peut être utile pour marquer la séparation figure/fond (voir la théorie de Gestalt).
https://unsplash.com/fr/photos/tLK02oHjT8c

Les photographes ont-ils vraiment besoin d’objectifs rapides ?

Comme on va l’aborder plus loin, cette rapidité se paie. Les objectifs rapides sont généralement plus chers que de les objectifs à ouverture plus modeste. C’est pourquoi il est important de réfléchir si les possibilités offertes par un objectif rapide seront vraiment profitables à vos photos.

On va donc voir ici ce que permet un objectif rapide pour pouvoir vous faire votre propre opinion.

Isoler des sujets plus facilement

Comme je vous le disais précédemment : un objectif rapide permet d’ouvrir plus grand. Et plus l’ouverture est grande, plus la profondeur de champ est faible. Donc une très grande ouverture permet une profondeur de champ très étroite.

Et une faible profondeur de champ, fait que vous obtiendrez une faible netteté acceptable dans votre photo, donc beaucoup de flou dans votre photo autour de votre plan net là où vous faîtes la mise au point.

https://unsplash.com/fr/photos/rDEOVtE7vOs

« Tu parles de plan net, de netteté acceptable je suis assez perdu(e) »

J’en parle plus en détail dans cet article sur la profondeur de champ.

Mais pour le faire courte, la zone la plus nette de votre photo est le plan parallèle à votre capteur qui passe par le point (=l’endroit où vous faîtes la mise au point). Et tout ce qui se situe avant et après ce plan, et qui semble net, l’est en fait moins que ce plan net, on dit que cette zone est d’une « netteté acceptable » (c’est la profondeur de champ). Au-delà de cette zone de netteté acceptable on a le flou.

Et bref, avec une grande ouverture vous aurez donc très peu de netteté acceptable et plus de flou.

Et au niveau de la lecture d’une image, ce qui est net attire plus le regard que ce qui est flou, ce qui est net a plus de poids visuel. Donc en ouvrant plus vous allez pouvoir facilement isoler un sujet de son fond même si des éléments perturbateurs sont très proches de ce dernier.

Cette technique est utile chaque fois qu’il y a des éléments qui font de la concurrence visuelle à votre sujet, et que vous n’avez pas d’autres choix que les mettre dans le flou, pour attirer l’attention sur le sujet principal. En voici quelques exemples :

https://unsplash.com/fr/photos/jS8kSqzEflI
https://unsplash.com/fr/photos/z2XF-7G70F4
https://unsplash.com/fr/photos/vGo1odpniYM

Remarque

Il ne faut pas oublier que ce qu’il y autour de sujet apporte aussi à la photo et donne du contexte. Donc, ce n’est pas toujours pertinent de plonger l’arrière-plan dans un flou important qui ne nous laisse plus voir aucun détail.

Par ailleurs, au-delà de f/4 se créait un « effet rideau », c’est-à-dire que les différents plans semblent confondus en un seul plan. Généralement, quand on veut « flouter » un peu autour du sujet, ouvrir entre f/4 et f/5.6 suffit amplement.

Robustesse et qualité d’image supérieure

Les objectifs rapides sont généralement d’une qualité supérieure à leurs cousins aux ouvertures maximales plus modestes. La qualité, c’est un terme un peu vague, mais généralement les objectifs rapides sont :

  • physiquements plus robustes (matériaux de construction plus résistants, moins plastique) ;
  • plus résistants aux intempéries et/ou à la poussière ;
  • offrent une qualité d’image supérieure (meilleure netteté globale, le rendu des couleurs et l’éclairage relativement uniforme, bord à bord, sur toute l’image).

Pouvoir travailler sans trépied

L’un des super avantages d’avoir un objectif rapide, c’est de pouvoir travailler à main levée (ou plus souvent qu’à l’accoutumé en tout cas).

Et oui, comme déjà dit, on capte plus de lumière, donc on peut prendre des photos avec des temps de pose plus courts. Un temps de pose plus court ne laisse pas le temps au capteur d’enregistrer du flou de bougé. Ce qui va aider à avoir des photos nettes plus facilement et souvent sans avoir à sortir absolument votre trépied.

Et donc c’est pas mal pour les situations où vous n’avez pas le droit ou pas le temps de sortir un trépied, comme : des lieux de culte, des musées ou des concerts.

Capturer des sujets rapides

Un temps de pose plus court ne limite pas que l’enregistrement du flou de bougé, mais aussi celui du flou de mouvement. Un temps de pose plus court permet de figer des mouvements plus rapides de sujet.

Si vous faîtes de la photo sportive ou animalière, avoir un objectif rapide peut donc être intéressant si vous savez que votre sujet fétiche est véloce.

https://unsplash.com/fr/photos/34OTzkN-nuc

Plus de flexibilité

Ce type d’objectif sera aussi apprécié des photographes professionnels et plus particulièrement de mariage car il va permettre d’avoir des photos nettes plus facilement, d’avoir moins de « déchets », et ça même en conditions difficiles de faible luminosité.

Les photographes documentaires et les photojournalistes préfèrent également les objectifs rapides étant donné les conditions de faible luminosité dans lesquelles ils peuvent se retrouver. De manière générale, les objectifs rapides sont appréciés par tous les photographes travaillant hors studio, et photographiant des opportunités fugaces qui ne se représenteront pas de sitôt.

https://unsplash.com/fr/photos/mW8IZdX7n8E

Ouverture d’un objectif rapide et recontextualisation

Dans cette partie on va un petit peu resituer l’ouverture d’un objectif rapide par rapport à ce qui existe. On va planter le décor.

Une ouverture de f/16, par exemple, est considéré comme une ouverture très petite et laisse passer très peu de lumière (voir schéma ci-dessous), elle vous apportera une grande profondeur de champs très appréciée en photo de paysage (surtout si vous avez un premier plan). Voir mon article sur la mise au point en photo de paysage pour maximiser votre profondeur de champ.

Inversement, f/2 est une ouverture large qui laisse passer beaucoup plus de lumière sur le capteur.

La grande majorité des objectifs disponibles aujourd’hui offrent la possibilité de régler l’ouverture entre f/4 et f/16. Ces ouvertures permettent de réaliser diverses photos dans diverses conditions. Et les objectifs dont l’ouverture est plus large que f/1.4 sont rares, il en va de même pour les ouvertures plus petites que f/32.

En général, un objectif est rapide quand il a une ouverture maximale plus large que f/4 comme f/2.8, f/1.8, f/1.4…

Dans le schéma ci-dessous entre 2 valeurs côte à côte il y a un stop de lumière d’écart. Par exemple, entre f/1.4 et f/2 vous avez un stop d’écart :

  • de f/1.4 vers f/2 vous faîtes rentrer 2 fois moins de lumière par l’ouverture,
  • dans l’autre sens, de f/2 vers f/1.4 vous faîtes rentrer 2 fois plus de lumière par l’ouverture.

Donc, une ouverture de f/2 permet de laisser passer quatre fois plus de lumière qu’avec un objectif ordinaire d’une ouverture maximale de f/4. Car on a 2 stops d’écart et donc on fait x2 x2 = x4, 4 fois plus de lumière. Donc un objectif qui ouvre à f/2, ça ne paraît être que 2 chiffres d’écart mais pourtant c’est bien plus lumineux !

Pour vous aider à mieux visualiser physiquement les différences d’ouverture, voici une petite illustration de derrière les fagots :

Schéma comparant les différentes tailles d’ouvertures

La liste complète des ouvertures de f/1.4 à f/32 avec un écart de 1 stop est la suivante : f/1.4 – f/2 – f/2.8 – f/4 – f/5.6 – f/8 – f/11 – f/16 – f/22 – f/32. Ce n’est pas forcément utile en soit mais c’est pour vous donner un ordre d’idée.

Et entre chacun de ces stops vous avez en fait des 1/3 de stops, d’ailleurs quand vous faîtes tourner la roue crantée sur votre boîtier, un cran vous décale d’un tiers de stop.

Si vous voulez en savoir plus sur les stops je vous conseille d’aller voir mon article à ce propos.

https://unsplash.com/fr/photos/hft66-cCMh8

Les inconvénients des objectifs rapides

Pour arrêter tout suspens immédiatement il y a principalement 2 inconvénients autour des objectifs rapides : leurs poids/volume et leur prix !

Le poids

De par sa conception ce type d’objectif a tendance à être plus lourd et plus volumineux que les autres objectifs. Alors attention au transport et au stockage. Si vous êtes par exemple photographe de mariage, vous allez sans doute avoir pas mal de matériel sur vous, certains s’équipent de harnais pour mieux supporter le poids de leur matériel.

Le prix

Comme on l’a vu, un objectif rapide comporte de nombreux avantages et peut être très utile. Mais malheureusement, ces avantages se paient à l’achat.

Oui hélas vous allez très probablement devoir vendre une de vos testicules ou ovaires, ou éventuellement vendre le petit Jimmy (qui, soyons honnête, vous a apporté plus de problèmes qu’autre chose).

Cependant, si vous souhaitez un objectif rapide plus économique, vous pouvez vous procurer des objectifs à lentille fixe comme un 50 mm. Par exemple, Nikon et Canon ont tous deux de beaux objectifs rapides dans cette longueur focale.

Juste après, je vous partage quelques exemples d’objectifs rapides qui pourraient vous intéresser.

https://unsplash.com/fr/photos/TduXmZMD2uQ

Quelques exemples d’objectifs rapides

Canon

Objectif rapide pour 24×36 (dit « full frame » ou plein format), et APS-C (mais crop factor) :

Objectif rapide pour capteur APS-C :

Objectif Canon EF-S 24mm f/2.8 STM pancake

Objectif rapide pour capteur APS-C fabriquant autre que Canon :

Objectif Tokina Opera 50mm f/1.4 FF

Objectif rapide pour boîtier sans miroir :

Nikon

Objectif rapide pour capteur pour 24×36 (dit « full frame » ou plein format), et APS-C (mais crop factor) :

Objectifs Sigma intéressants :

Objectif rapide pour capteur APS-C :

Objectif Nikkor AF-S DX 35mm f/1.8G

Sony

Objectif rapide pour appareils photo Sony a7, a7R ou a7S :

Objectif rapide pour capteur APS-C :

Si vous êtes un peu confus à propos des différents types de capteur mon article sur les différents types de capteur avec un tableau les listant tous pourrait vous intéresser.

https://unsplash.com/fr/photos/9UuQOl_2mPQ

Objectif rapide à lentille fixe ou zoom ?

Pour vous la faire courte, et comme vous l’aurez remarqué dans la liste du dessus, un objectif rapide est bien souvent un objectif à lentille fixe. C’est-à-dire que vous ne pourrez pas changer la distance focale. Par exemple un objectif 50 mm est un objectif à lentille fixe, et vous ne pourrez pas passer à 49 ou 51 mm, ça restera toujours 50 mm.

Et même si certains zooms sont rapides, ils ne le seront souvent pas autant qu’une lentille fixe, ou alors ils seront beaucoup plus chers pour une même ouverture maximale.

En plus de cela sur un zoom, l’ouverture maximale change en fonction de la distance focale réglée : plus la distance focale s’allonge, plus l’ouverture maximale est étroite (sauf sur certains modèles très chers).

Donc globalement un objectif à lentille fixe délivre une meilleure qualité d’image, et dans le cas d’un objectif rapide à lentille fixe, il sera plus rapide pour un même budget qu’un objectif zoom.

Le seul compromis à faire c’est la focale fixe qu’on ne peut pas changer, ce qui peut être contraignant notamment si vous ne pouvez pas vous déplacer physiquement. Mais de la contrainte née la créativité !

Voir mon article sur 21 critères pour choisir son objectif.

https://www.pexels.com/fr-fr/photo/photographie-en-gros-plan-de-l-objectif-de-l-appareil-photo-792224/

Pourquoi un zoom est moins rapide qu’un objectif à lentille fixe ?

Dans le cas d’un zoom 18-55 par exemple, l’objectif doit avoir une conception rétrofocale, car à l’extrémité large (18 mm), on descend à une distance focale effective beaucoup plus petite que la distance physique entre l’objectif et le capteur ne le permettrait autrement.

Or, une conception rétrofocale signifie que beaucoup plus d’éléments à l’intérieur de l’’objectif, notamment des lentilles de verre, sont nécessaires. Une conception rétrofocale revient en gros à combiner un objectif standard avec un téléobjectif à l’envers. Ainsi, un objectif zoom est plus complexe dans sa conception, il comporte plus d’éléments (entre 10 et 15 lentilles environ) , et pour les faire tenir dans l’espace disponible, ils doivent avoir une certaine taille les uns par rapport aux autres, ce qui limite considérablement l’ouverture maximale.

De plus, un objectif à focale variable (« zoom ») utilise les mêmes éléments optiques sur toute sa plage focale : il ne « change » pas d’éléments selon la distance focale réglée. Ainsi, un zoom qui descend jusqu’à un grand angle (par exemple 18 mm dans le cas d’un objectif 18-55 mm) doit utiliser le même nombre d’éléments optiques, même à l’extrémité la plus éloignée (par exemple 55 mm dans le cas d’un objectif 18-55 mm), et ça sur toute la plage de zoom.

Par conséquent, la limitation de l’ouverture maximale imposée par la conception rétrofocale complexe pour permettre la photographie grand angle persiste sur toute la plage de zoom.

De plus, l’ouverture est cotée par rapport à la longueur focale f (oui le « f » de « f/[nombre de l’ouverture] » signifie focale), donc il est plus difficile d’obtenir une plus grande ouverture au fur et à mesure que la distance focale est allongée. C’est pourquoi sur un objectif zoom, on ne voit jamais le nombre d’ouverture s’améliorer au fur et à mesure que l’on zoom, l’ouverture est toujours plus petite (ou constante au mieux). Par exemple un zoom peut être f/3.5-f/5.5 du grand angle au téléobjectif, mais les chiffres ne vont jamais dans la direction opposée.

Par conséquent, les objectifs zoom dont l’ouverture maximale est plus grande que f/4 sont chers et lourds. Car un zoom a une conception plus complexe comme on l’a vu, et c’est donc plus compliqué de rendre un zoom lumineux. C’est particulièrement vrai pour les zooms qui intègrent des focales type ultra grand-angle et/ou des focales type super téléobjectif.

https://www.pexels.com/fr-fr/photo/objectif-zoom-noir-2272760/

Et si je veux absolument un zoom rapide, quelles sont les alternatives ?

Les objectifs zoom offrent un certain confort de prise de vue pour les photographes : ils permettent d’être réactif. En effet, en passant rapidement d’une longueur focale à une autre, ils permettent de s’éloigner ou se rapprocher optiquement de la scène devant nous. Et donc, cette flexibilité permet de ne pas avoir à bouger physiquement, en tout cas, moins qu’avec une focale fixe.

Cependant, la plupart des zooms sont limités par leur capacité à capter la lumière dû au fait qu’ils peuvent ouvrir moins grand de par leur conception. Cela a pour conséquence de :

  • réduire les chances de créer des images avec une faible profondeur de champ ;
  • limiter les possibilités de faire des photos sans trépied ni flash, dans des conditions de faible luminosité ;
  • d’enregistrer du flou de bougé et/ou de mouvement (bien que vous puissiez augmenter vos ISO  pour réduire le temps de pose et figer le mouvement, mais une augmentation d’ISO peut aussi rendre le bruit numérique plus visible).

« Alors comment je fais si je veux absolument du flou en arrière-plan avec un zoom ? »

Cependant, tout n’est pas perdu. Il existe trois facteurs qui déterminent la profondeur de champ.

  • l’ouverture choisie ;
  • la distance focale utilisée ;
  • la distance entre le sujet mis au point et l’appareil photo.

Donc typiquement si vous êtes en portrait et que vous souhaitez ajouter du flou dans l’image, vous pouvez :

  • allonger votre distance focale (donc « zoomer », évitez la plus longue distance focale, elles offrent généralement une qualité d’image moindre),
  • vous rapprocher du sujet (pas moins de 3 m pour éviter la déformation),
  • avec l’ouverture la plus large possible.

Ce cette manière vous devriez obtenir une faible profondeur de champ vous permettant d’obtenir un flou acceptable.

« Et comment je fais en situation de faible luminosité ? »

Il n’y pas 36 solutions, pour compenser le manque de luminosité malgré une petite ouverture vous pouvez  :

  • allonger votre temps de pose, mais il faudra améliorer sa stabilité avec un trépied, ou en appuyant votre appareil photo sur une surface stable ;
  • augmenter vos ISO, on peut facilement monter à 800-1600 ISO sur APS-C et 1600-3200 ISO sur 24×36, le mieux est de connaître les performances de votre boîtier dans ce domaine, pensez aussi que la tolérance au bruit va dépendre de la taille d’affichage finale de votre photo, avec une photo plus petite et vue de plus loin on verra moins le bruit ;
  • raccourcir la distance focale (sur les zoom une distance focale plus courte peut permettre d’ouvrir plus grand) ;
  • rajouter une source de lumière comme un flash (mais le flash n’est pas évident à gérer).

« Et pour ce qui est du flou de mouvement de bougé et de mouvement »

Cela va se jouer sur le temps de pose, il faudra le raccourcir, si votre ouverture est déjà à son ouverture maximale, vous ne pouvez plus jouer que sur :

  • la stabilité (pour le flou de bougé uniquement) ;
  • raccourcir la distance focale (pour le flou de bougé uniquement)  ;
  • augmenter les ISO (pour raccourcir le temps de pose) ;
  • l’ajout d’une lumière supplémentaire (pour raccourcir le temps de pose).
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/lentille-d-appareil-photo-et-lunettes-noires-57542/

L’objectif rapide, ça fait tout ?

Non.

Je sais que je semble déballer beaucoup de points positifs au sujet des objectifs lumineux, mais le matériel ça ne fait pas tout.

La photographie est une activité physique et modifier la relation de votre appareil photo avec votre sujet est aussi un élément à prendre en compte. La meilleure façon d’explorer ce concept est de se déplacer et de changer la distance entre l’appareil photo et le sujet. Vous pouvez obtenir des compositions bien plus intéressantes et convaincantes que si vous aviez simplement zoomé avec votre objectif.

La distance focale réglée, comme on l’a vu juste avant, fera également la différence. Mais n’oubliez pas de vous déplacer. Cela ne coûte rien et peut produire des résultats très créatifs.

Bien que l’objectif rapide ait de nombreux avantages (notamment celui de pouvoir photographier avec de courts temps de pose) c’est la façon dont vous utilisez cet objectif qui contribue à votre capacité à produire des photos vraiment uniques. Qu’il s’agisse d’un objectif rapide fixe ou zoom, tirez le meilleur parti de cet objectif en adoptant une approche plus physique de votre photographie.

Donc, se procurer le meilleur objectif possible c’est bien, mais n’oubliez pas de vous déplacer à la recherche d’une meilleure lumière, d’un meilleur angle, d’un meilleur cadrage, pour améliorer la composition et obtenir une perspective plus intéressante. Et bien sûr, maîtriser l’exposition et le post-traitement ça compte aussi !

https://unsplash.com/fr/photos/Ll_H0Q1Hhg4

Conclusion

On arrive à la fin de cet article sur les objectifs dit « rapides » ou « lumineux ». J’espère que maintenant vous comprenez mieux ce qu’est un objectif, ses avantages et ses inconvénients.

Au cas où pour résumer :

  • un objectif rapide est nommé ainsi car il peut ouvrir (très grand) et avoir une vitesse d’obturation rapide (= un temps de pose court)
  • un objectif rapide sera souvent plus utile aux professionnels qui ont besoin d’un haut taux de réussite de leurs photos peu importe les conditions lumineuses ;
  • c’est un type d’objectif intéressant grâce à sa flexibilité, il permet de capturer plus de lumière et donc de raccourcir le temps de pose (évitant l’enregistrement de flou de bougé et de mouvement), ça peut aussi nous éviter d’avoir besoin d’utiliser un trépied ,permet de baisser ses ISO (et donc d’avoir moins de bruit), permet d’obtenir une très faible profondeur de champ pour isoler un sujet.
  • si vous pratiquez en amateur et que n’avez pas les moyens, c’est inutile de vous ruiner, il faudra compenser comme vous pouvez ;
  • un objectif rapide sera généralement une lentille fixe qui sont des objectifs avec des ouvertures maximale plus grande que les zooms ;
  • les 2 inconvénients majeurs d’un objectif rapide sont le prix et le poids/volume), et c’est encore plus le cas avec un objectif zoom.

Moi je vous laisse ici à vos objectifs rapides et je vous dis à bientôt sur les internets MONDIAUX !

J’ai aussi une chaîne YouTube !

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

LE (VRAI) GUIDE POUR

BIEN DÉMARRER EN PHOTO

PLUS DE 50 PAGES D’EXPLICATIONS SYNTHÉTIQUES

EXPOSITION - PRISE DE VUE - LUMIÈRE - CRÉATIVITÉ  MATÉRIEL - COMPOSITION - DÉVELOPPEMENT

En vous inscrivant à cette newsletter, vous consentez à ce que PhotoManiac, en sa qualité de responsable de traitement, collecte vos données afin de vous envoyer des communications par voie électronique. Vous pourrez vous désabonner à tout moment. Pour faire valoir votre droit d'accès, de rectification, d'opposition ou d'effacement consultez notre politique de confidentialité.

>
Shares