5 novembre 2022

Comment prendre des photos sous la pluie ?

Par Gaëtan Berthouly

5 novembre 2022


Une bonne photo, c’est souvent un bon sujet.

« Mais c’est quoi un bon sujet ?« 

Vaste question. Mais pour faire bref, il doit se détacher de votre arrière plan (voir le principe figure-fond), et on doit comprendre que c’est le sujet (notamment grâce la composition attire l’œil vers lui).

Et un bon sujet, c’est aussi un élément intéressant à lui tout seul. Alors, pas la peine qu’il soit extraordinaire. Pas la peine qu’il soit rare. Pas la peine de parcourir le monde pour le trouver.

Je précise, car j’ai remarqué que les photographes (moi compris) nous torturons trop souvent à trouver « LE SUJET ». Alors je vous propose… LA PLUIE !

« Mais c’est pas un peu banal ?« 

Non. Rappelez-vous : la pluie, c’est de l’eau, et l’eau c’est la vie. Et la vie… c’est pas banal !

Plus sérieusement, la pluie ça vous semble peut-être anodin mais comme on va le voir dans cet article le pipi de nuages offre de très nombreuses possibilités photographiques !

En avant Guingamp !

Adoptez une attitude d’aventure

Alors, avant de mordre à pleine dents dans le sujet parlons un petit peu d’état d’esprit.

Le froid, l’humidité, la pluie, être mouillé, à première vue ça donne autant envie que de se jeter dans des orties !

Et vous n’êtes pas la seule personne dans ce cas là : l’être humain est programmé pour désirer le confort et le soleil, bref il est partisan du moindre effort .

Et généralement, lorsque la pluie débarque notre état d’esprit devient négatif, ce qui rendra notre journée photographique probablement catastrophique !

Donc, face au mauvais temps : voyez le verre (de pluie) à moitié plein. Adoptez une attitude d’aventure et engagez-vous positivement dans le mauvais temps qui vous tombe dessus.

Je ne veux pas me la jouer coach en développement personnel, mais, avoir le bon état d’esprit vous permettra de voir les opportunités qui s’offrent à vous et d’en tirer le meilleur parti.

Trouver la beauté dans le mauvais temps

Si vous voyez du mauvais temps pointer le bout de son nuage gris ne l’évitez pas ! Trop de photographes commettent l’erreur de rester chez eux. Ça c’est que font les gens lambda, mais vous vous êtes un(e) photographe et vous voyez les occasions artistiques !

Baudelaire disait : « J’ai pétri de la boue et j’en ai fait de l’or« . Et bien c’est un peu l’idée quand on fait des photos sous la pluie. (Je ne suis pas cultivé, j’ai lu ça par hasard sur Facebook, un peu avant d’écrire mon article).

Et oui ! Les conditions météorologiques extrêmes offrent une multitude d’opportunités photographiques comme on le verra dans cet article. Les nuages sombres ajoutent de la texture, de la tension. La pluie ajoute du « drame », une certaine ambiance, voire de la nostalgie. Ces deux ingrédients réunis donnent lieu à des photos saisissantes.

Remarques

Je précise que je vous encourage à sortir sous la pluie mais pas sous un orage avec des éclairs ! En cas d’orage, mettez-vous d’abord à l’abri, et ne capturez l’orage qu’une fois qu’il vous a dépassé. Vous aurez peut-être l’occasion de photographier des éclairs !

 Will Eades

N’oubliez pas de lever les yeux lorsque vous photographiez la pluie. Si c’est le coucher ou le lever du soleil, les nuages seront particulièrement beaux. Essayez de trouvez un endroit plus élevé pour les capturer sous leur meilleur jour.

La pluie est aussi l’occasion de réaliser des portraits. L’atmosphère froide et humide peut donner une photo magnifiquement lunatique avec un éclairage très doux.

Donc si vous partez pour une séance de photo de portrait et que le temps se gâte, ne pliez pas les gaules ! En changeant l’ambiance de la séance, vous avez la possibilité de ramener des photos encore plus fortes !

Gabriel
Louise Coghill
Madhu Shesharam

Mon matériel est il adapté à la pluie ?

Alors, c’est bien beau d’être gonflé(e) de motivation, mais est-ce que votre matériel peut vous suivre dans votre aventure ?

J’ai écrit un petit article pour savoir si votre appareil photo est résistant à l’eau. Mais pour résumer :

  • Aucun appareil photo n’est imperméable, dans le sens étanche : vous ne pouvez pas plonger votre matériel dans l’eau (sauf quelques modèles spécifiques).
  • Les appareils photos « imperméables » ou « résistants » sont juste résistants aux intempéries (mais pas aux ouragans).
  • Le boîtier ET l’objectif doivent être résistant aux intempéries, si c’est juste un des deux, la protection sera moindre voire nulle.
  • Chaque marque a ses propres désignations (je les détaille dans mon article).
  • Le plus sûr c’est de regarder les caractéristiques de son boîtier et de son objectif.
  • Globalement plus un boîtier ou un objectif est cher/haut de gamme plus il sera résistant aux intempéries.
  • Je vous conseille de recouvrir votre appareil photo d’une housse étanche (ou un sac plastique) pour le protéger. Vous pouvez aussi rajouter du ruban adhésif pour la plomberie au niveau de la connexion objectif/boîtier.
  • Je vous conseille aussi d’avoir un chiffon pour objectif et une serviette pour essuyer le reste.
  • Si vous avez un doute : ne prenez pas de risque.

Après la séance

Lorsque vous avez terminé de prendre des photos sous la pluie, veillez à essuyer votre appareil, à sécher l’objectif avec un chiffon de nettoyage et à détacher l’objectif de l’appareil pendant le processus de séchage. Votre appareil photo sèchera mieux dans un endroit frais et sec.

Préparation

La quantité de préparation requise dépend beaucoup du type de photo. Typiquement, Si vous photographiez un mariage ou faites des portraits à titre professionnel, votre préparation devra être un peu plus poussée.

Non seulement vous devrez éviter que votre appareil photo ne se noie, mais vous devrez également veiller à ce que les gens restent au sec et restent heureux malgré le temps. Vous devez aussi réfléchir à des idées de photos de secours (avec ou sans la pluie).

Vous devez toujours être prêt à faire face à des averses inattendues, surtout si vous travaillez dans un climat sujet à des averses soudaines. Et être bien préparé, ça passe aussi par avoir le bon matériel.

Matériel pour photographier sous la pluie

Pour les prises de vue sous la pluie, vous devrez sans doute être sélectif sur le matériel. Vous ne voudrez pas risquer de tout mouiller ou vous encombrer inutilement.

Boîtier

  • avec une large plage dynamique,
  • avec de bons résultats à des ISO élevés (on ne pourra / voudra pas forcément toujours ouvrir grand et allonger son temps de pose),
  • donc le mieux serait un boîtier avec un capteur 24×36,
  • haut de gamme de préférence (généralement plus le boîtier est haut de gamme plus il résiste aux intempéries et a de bons résultats en basse luminosité).

Rappel

Les smartphones ne sont pas performants par faible lumière avec leur petit capteur. Ce qui leur inutile pour la photo de pluie à moins de pouvoir allonger le temps de pose et d’être parfaitement stable.

Objectif

  • Changer d’objectif sous la pluie est un véritable défi, voire impossible à réaliser proprement.
  • Choisissez votre meilleur objectif polyvalent et gardez-le pour la séance (à moins que vous ne puissiez garantir un endroit sec pour changer d’objectif). Les zooms fonctionnent très bien quand on a besoin d’adaptabilité
  • Le choix de l’objectif dépend de ce que vous voulez photographier, on choisit généralement de courtes focales (ex : 24-70 mm) pour le paysage, de longues focales (ex : 70-200 mm) pour le portrait ou l’animalier, des objectifs standards (autour de 50 mm) pour la photo de rue et macro (ex : 105 mm) pour la… macro.
  • Un zoom 28-200 mm à large plage focale pourrait faire l’affaire si vous avez du mal à choisir (mais ce type d’objectif avec une large plage focale crée des photos de moins bonnes qualités).

Minimiser les changements d’objectif sous la pluie

En fonction du lieu et des risques, vous pouvez laisser votre sac à dos photo dans le coffre de votre véhicule et juste emporter le boîtier et un objectif sur vous.

En choisissant votre objectif avant de sortir, vous éviterez les changement d’objectif et que le capteur et l’élément arrière de l’objectif ne soient mouillés.

Un trépied

  • Certaines scènes de pluie nécessitent de longues expositions pour enregistrer des traînées de pluie. Même si vous n’utilisez pas de (très) longs temps de pose, un trépied élimine le risque de photos victimes de floue de bougé. Généralement, un temps de pose plus long que 1/60 s nécessite la stabilité d’un trépied.
  • Les scènes pluvieuses sont très intéressantes à photographier la nuit, lorsque les lumières créent des reflets. Un trépied est indispensable pour ce type de photos en très faible luminosité (à moins d’avoir beaucoup de lumière externe). Un flash pourrait compenser mais sa portée est limitée à quelques mètres.
  • Si vous ne disposez pas d’un trépied, vous pouvez toujours utiliser une surface plane et stable à la place.

Sachet étanche et sac à appareil photo

  • La plupart des sacs d’appareil photo sont capables de bien résister à une pluie modérée, mais si vous prévoyez de rester longtemps sous une pluie torrentielle, il est préférable de placer votre précieux matériel dans un sac étanche (sac poubelle, sac plastique alimentaire à zip…) à l’intérieur de votre sac d’appareil photo.
  • Permet aussi de garder au sec les batteries de rechange et les cartes SD.
  • C’est aussi le moment déplier la housse de protection contre la pluie fournie avec la plupart des sacs à dos photo (parfois cachée dans une poche).

Remarque

Ne commettez pas l’erreur de remettre votre matériel photo dans un sac à dos humide, assurez-vous de le laisser sécher avant de tout remballer ! Notamment si vous n’avez pas emporté de sachet étanche !

Sachets absorbant l’humidité

Vous voyez ces petits sachets de silice livrés avec certains objets et dont vous ne vous servez jamais ? Collectionnez-les et mettez-en quelques-uns dans votre sac d’appareil photo avant de partir sous la pluie. Ces petits sachet vont absorber une partie de l’humidité et éviter la condensation sur votre équipement.

Ce n’est pas indispensable mais si vous prévoyez de rester dans l’humidité pendant une période prolongée c’est une bonne idée.

Serviettes

Quelques serviettes de toilette peuvent aider à sécher rapidement votre matériel au lieu d’attendre qu’il sèche « naturellement ». Vous pourrez peut-être en profiter vous aussi d’ailleurs…

Flash

Le flash de l’appareil photo peut mettre en valeur les précipitations s’il est utilisé correctement. Vous devrez expérimenter car le flash ajoutera sans doute trop de lumière à votre scène, vous devrez donc probablement baisser vos réglages de quelques stops pour compenser.

Si vous débutez en photo sous la pluie, je ne vous conseille de vous encombrer d’un flash qui demandera des efforts de gestion supplémentaires.

Batteries et cartes SD supplémentaires

  • Je sais, ces accessoires sont normalement inclus dans chaque séance photo, mais je vous le répète : ne quittez jamais la maison sans batteries et cartes SD supplémentaires.
  • Malgré toutes vos précautions, vous risquez toujours de vous retrouver avec une batterie à plat ou une carte SD pleine.
  • Rappel : les batteries se déchargent plus vite dans le froid !

Chiffons pour objectifs

  • Garder votre objectif sans taches d’eau peut être un réel défi. Si votre lentille n’est pas parfaitement sèche vos photos auront un aspect “baveux”.
  • Une façon de minimiser ce problème est de photographier avec votre pare-soleil, ce qui vous permettra de garder votre objectif au sec pendant un certain temps.
  • Quoi qu’il en soit, il est bon d’emporter quelques chiffons pour objectifs afin de pouvoir essuyer rapidement en cas de besoin (ça sera toujours mieux qu’avec votre t-shirt).

Pare-soleil

  • Utile aussi pour garder votre objectif au sec : c’est efficace pour empêcher les gouttes de pluie de tomber sur l’élément frontal.
  • Aidera également à éviter les reflets lorsque vous photographiez dans des conditions plus ensoleillées.
  • Protège également votre objectif des chocs et des éraflures lorsque vous vous promenez, les séances sous la pluie peuvent être mouvementées.

Smartphone

  • Les averses peuvent être imprévisibles, alors emportez un téléphone pour plus de sécurité.
  • Les applications météo (je donne des exemples plus bas) peuvent également vous avertir des périodes d’ensoleillement, ce qui peut donner lieu à de superbes arcs-en-ciel.

Parapluie

  • Permet de garder vos sujets au sec.
  • Vous pouvez aussi utiliser un parapluie pour vous (ou demander à quelqu’un de le tenir à votre place…)
  • Des parapluies aux couleurs vives et aux motifs amusants peuvent ajouter une touche de couleur à un jour maussade.
  • Vous pouvez utiliser un parapluie de nombreuses façons : comme cadre naturel pour votre sujet, comme accessoire pour couvrir les parties inintéressantes d’une scène, comme « filtre » photo s’il est transparent, ou comme réflecteur / diffuseur.
  • Ajoutent aussi de la forme et de la texture à une photo.
  • Pour les mariages, une couleur neutre, ou du noir, permettra de ne pas prendre le risque de dégrader votre composition ou éloigner l’attention de vos sujets.
  • Les parapluies de golf sont souvent mieux que les parapluies traditionnelles car ils sont généralement plus petit, les parapluies de golf sont suffisamment grands pour vous garder au sec, vous et votre matériel (y compris un téléobjectif plus grand), et ils ont tendance à mieux résister au vent.

Porte-parapluie de golf

  • Ils sont conçus pour être attachés à un chariot de golf, mais certains peuvent être attachés à votre trépied ce qui vous libère les deux mains pour utiliser votre appareil photo.

Remarque

La moindre brise transmet les vibrations du parapluie au trépied, ce qui augmenter le flou de bougé et les photos floues . Et pire il y a aussi le risque qu’une grosse rafale de vent emporte votre précieux matériel au sol.

En conséquence, une autre solution est de glisser le manche du parapluie à l’intérieur de votre veste à fermeture éclair bien serrée et de glisser le bas dans votre ceinture. Cela permet d’avoir un support stable pour le parapluie sans les problèmes vus avant.

Parfois , on peut aussi tenir le parapluie d’une main tout en utilisant son appareil photo de l’autre.

Enfin, on peut aussi se servir d’un humain comme assistant pour tenir le parapluie. Si vous êtes tous les deux photographes, à tour de rôle, gardez l’autre au sec avec le parapluie (une expérience qui lie à jamais, c’est certains !).

Une gourde / thermos

Pour une tasse de thé, de café ou de soupe chaude pendant ou à la fin de la journée pluvieuse.

Un imperméable

  • Parfois, il est plus efficace d’utiliser un imperméable plutôt qu’un parapluie. On peut ranger l’appareil photo à l’intérieur lorsqu’on ne photographie pas (vous pouvez utiliser une housse de pluie sur votre appareil photo pour une protection supplémentaire).
  • Si vous vous déplacez en voiture, cela permet de vous arrêter lorsque vous tombez sur une scène intéressante et de sortir rapidement pour prendre une photo, puis de retourner dans le véhicule au chaud et au sec.
  • Lorsque le vent rend l’utilisation du parapluie très difficile, un grand imperméable est bien adaptée pour protéger vous et votre matériel pendant de courtes périodes.

Remarque

Un bon vieux poncho ça marche aussi ! Ce dernier vous permettra de vous couvrir ainsi que votre matériel photo tout en vous laissant une bonne liberté de mouvement !

Des vêtements adaptés

  • Il est inutile de garder votre objectif au sec si vous êtes tellement mouillé et frigorifié que vous ne pouvez pas vous concentrer ou que vous tremblez tellement que vos photos sont floues
  • Adoptez un bon système de superposition avec des couches de base synthétiques ou mérinos (pas de coton), des couches intermédiaires isolantes et une veste imperméable.
  • Il est pratiquement impossible pour un tissu imperméable de résister à une averse pendant plus de 10 minutes, alors ne soyez pas surpris si l’humidité commence à s’infiltrer lentement. L’important est d’avoir de bonnes couches en dessous qui vous garderont bien au chaud même si elles sont mouillées.
  • N’oubliez pas vos pieds. Marcher dans des chaussures humides et froides tuera instantanément votre envie de prendre des photos, alors si vous pouvez porter des bottes ou des chaussures imperméables, faites-le.

Une housse anti-pluie

Comme déjà mentionné, la plupart des reflex numériques sont aujourd’hui résistants aux intempéries et peuvent supporter une légère brume ou quelques gouttes d’eau. Toutefois, si vous vous trouvez sous une pluie torrentielle : protégez votre appareil photo avec une housse anti-pluie.

Pour plus de sécurité, vous pouvez également sceller la zone de connexion entre l’objectif et le boîtier avec du ruban adhésif pour plomberie. Vous pouvez aussi en rajouter un au niveau de la griffe pour le flash externe

Si vous n’aimez pas dépenser de l’argent pour une housse de pluie que vous n’utiliserez que quelques fois par an, il est assez facile de fabriquer la vôtre.

  1. Prenez un sac en plastique transparent, puis placez le sac sur votre appareil photo et votre objectif de manière à ce que le fond du sac se trouve devant l’élément frontal de l’objectif. Votre appareil photo doit être entièrement recouvert par le sac et vous devez pouvoir mettre vos mains entre le sac et l’appareil photo.
  2. Fixez le sac sur votre objectif avec des élastiques, puis découpez un trou pour l’objectif.
  3. Fixez votre pare-soleil, en vous assurant que le sac se trouve entre le pare-soleil et l’objectif. Ajoutez un élastique sur le barillet de l’objectif près du pare-soleil pour une plus grande tranquillité d’esprit.

Remarque

Une autre option consiste à sortir après la fin de la pluie. Vous n’obtiendrez pas de photos de la pluie tombante, mais vous pourrez tout de même capturer l’ambiance d’un jour de pluie.

Photographier depuis l’intérieur de votre véhicule pour rester au sec

Lorsque le sujet que vous avez choisi peut être photographié d’un point de vue ou du bord de la route, prendre des photos depuis l’intérieur du véhicule peut être une option viable qui vous permet, à vous et à votre appareil photo, de rester au sec. Une route bordée de points de vues peut être parfaite pour cela.

Vous pouvez aussi vous installer à l’intérieur ou sous un auvent, une terrasse ou tout autre abri.

Cache d’objectif

Bon normalement vous l’avez, mais je le dis quand même. Cela permet de protéger l’élément frontal de votre objectif de l’eau. À ce sujet il y a deux écoles :

  • ceux qui disent que le cache d’objectif va vous faire rater des opportunités, et qui préfèrent donc ne rien mettre, ou mettre un filtre UV, et essuyer souvent leur objectif avec un chiffon dédié,
  • et ceux qui préfèrent le cache.

Utilisez une application météo pour suivre les tempêtes

Vous avez dans votre poche un outil formidable pour vous aider à planifier vos prises de vue par temps pluvieux : votre smartphone.

Une bonne application météo vous permettra de visualiser l’image satellite avec une animation montrant la trajectoire prévue des nuages. La dernière application météo par défaut des iPhones montre souvent une estimation du moment où une bruine se termine et où une accalmie commence.

Le fait de disposer d’informations sur l’évolution de la tempête vous aidera à maximiser vos possibilités de prise de vue.

Sur Android vous avez par exemple :

  • Météociel
  • Météo France
  • Today Weather
  • Weawow
  • Accuweather
  • Weatherbug
  • The weather channel météo
  • Msw surf forecast
  • Meteoblue

Sur iPhone vous avez par exemple :

  • Météo France
  • La Chaine Météo
  • WeatherPro
  • Yahoo Météo
  • Windy
  • eWeather HD
  • Weather4D Lite
  • Parapluie
  • Weddar

Les réglages pour prendre des photos sous la pluie

Il est difficile de donner « les bons réglages qui marcheront à chaque fois » car ils vont varier en fonction :

  • de la lumière disponible (il y aura sans doute peu de lumière, mais vous pouvez avoir de la lumière artificielle par exemple),
  • du type de photographie que vous souhaitez (figer l’eau ou non par exemple),
  • les capacités de votre matériel (notamment les ISO et la plage dynamique),
  • et enfin le sujet : orages, pluie brumeuse d’automne, arcs-en-ciel, pluie nocturne, pluie tropicale, pluie verglaçante.

Les réglages ci-dessous sont un bon point de départ, mais vous devrez ajuster à chaque fois.

Ordre des réglages

En général, lorsque vous prenez des photos sous la pluie, commencez par régler le temps de pose pour créer des gouttes de pluie nettes ou en traînées (en fonction de votre choix).

À partir de là, votre ouverture et vos ISO fluctueront en fonction de ce que vous capturez et des conditions d’éclairage.

Temps de pose

On peut faire différents types de photos sous la pluie, je vais donc vous conseiller différents temps de pose en fonction.

Capturez des gouttes et des éclaboussures de pluie nettes : 1/500 s – 1/1000 s. Pour des gouttes encore plus nettes, raccourcissez votre temps de pose.

Montrer le mouvement pour un effet « rideau de pluie » : 1/30s (idéalement 1/15 s et plus long). À des temps de pose si long vous aurez sans doute besoin d’un trépied (à moins que vous ne puissiez immobiliser suffisamment votre corps pour éviter les tremblements).

Obtenir un filet d’eau d’une cascade : visez aussi un temps de pose autour de 1/15 s. Là aussi vous aurez besoin d’un trépied.

Réglages macro pour les gouttes de pluie : 1/100 s

Remarque

Que vous souhaitiez une pluie nette ou un rideau de pluie sur vos photos, vous aurez besoin d’une pluie assez forte.

Ouverture

On peut faire différents types de photos sous la pluie, je vais donc vous conseiller différentes ouvertures en fonction.

Capturez des gouttes de pluie nettes : le choix n’est pas facile et va dépendre de la capacité de votre boîtier à monter en ISO. Vous aurez un temps de pose court, votre principale source de lumière sera réduite par la couverture nuageuse donc vous capturez peu de lumière. Et si vous souhaitez figer le mouvement de la pluie, c’est certainement que voulez voir un maximum de la pluie environnante, et donc avoir un maximum de profondeur de champ. Dans ce cas il faudra fermer l’ouverture et compenser avec les ISO. Avec une grande ouverture, seul votre sujet mise au point sera net, le reste tombera rapidement dans le flou. Visez f/8 – f/11 pour une bonne profondeur de champ et essayez de ne pas trop ouvrir plus. Bien sûr, ce n’est peut-être pas le rendu que vous cherchez, dans ce cas, réglez l’ouverture comme bon vous semble.

Montrer le mouvement pour un effet « rideau de pluie » : l’ouverture sera variable en fonction du rendu recherché. Ouvrez assez large (f/4 – f/5.6) pour peu de netteté globale, ou fermez (f/8 – f/11) pour avoir plus d’éléments d’une netteté acceptable. Compensez avec les ISO dans la limite du possible.

Réglages macro pour les gouttes de pluie : f/7, voire plus (la profondeur de champ est extrêmement réduite en macro, vous n’obtiendrez pas une goutte de pluie entièrement nette même avec une petite ouverture).

Globalement retenez que…

Une grande ouverture (f/4-f/5.6) permet de faire entrer plus de lumière jusqu’au capteur, utile pour maintenir temps de pose court notamment si vous ne pouvez trop augmenter vos ISO. Un tel temps de pose peut aussi correspondre aux photos de portrait où on cherche souvent une profondeur de champ plus faible.

Une petite ouverture (f/9-f/11) permet d’avoir une grande zone de netteté acceptable pour avoir plus de pluie et d’éléments visibles discernables dans votre photo, ce qu’on cherche notamment en photo de paysage.

Il faudra expérimenter jusqu’à trouver l’équilibre parfait entre temps de pose et profondeur de champ (aidez vous des ISO si besoin jusqu’aux limites énoncées juste après).

ISO

Qui dit pluie dit nuages et donc peu de lumière. Vous devrez élever vos ISO pour faire face à la faible luminosité.

De manière générale on essaie de rester au plus bas mais on augmentera pour compenser un court temps de pose et/ou une petite ouverture.

Si vous avez un boîtier récent, vous pouvez facilement monter jusqu’à :

  • 800-1600 ISO sur boîtier à capteur APS-C
  • et 1600-3200 ISO sur boîtier à capteur24x36.

Je parle plus précisément de la gestion des ISO au début de cet article.

Utiliser le flash en mode manuel

Vous pourriez avoir besoin d’un peu plus de lumière avec tous les nuages et les parapluies qui vous cernent. En plus d’augmenter l’ouverture, d’augmenter les ISO et d’allonger le temps de pose, il existe une 4ème solution : ajouter de la lumière avec un flash.

Le réglage automatique du flash peut être trop puissant pour éclairer la pluie, alors utilisez le flash en mode manuel et choisissez l’intensité vous-même. en essayant différentes puissances.

Un coup de flash vous aide à maintenir un temps de pose court pour figer le mouvement.

Le flash, rend aussi la pluie visible : vous pouvez faire ressortir les gouttes de pluie lorsque la lumière se réfléchit vers l’appareil photo. C’est pourquoi vous ne devez pas utiliser de diffuseur sur votre flash.

En déclenchant un flash derrière ou légèrement sur le côté, la forme des gouttes de pluie devient évidente au lieu de disparaître dans l’obscurité.

Mise au point

La mise au point automatique sera sans doute perdue avec tout ces mouvements d’eau, cette faible luminosité et ce manque de contraste.

La mise au point n’arrêtera pas de « chasser » sans jamais trouver de point d’accroche, ou risque de faire la mise au point sur une partie insignifiante de la scène.

C’est pourquoi on se met généralement en mise au point manuelle.

Stabilisation de l’image

Vous pouvez parfois avoir envie de vous arrêter et de dégainer rapidement afin de rester le moins longtemps possible sous le mauvais temps.

Ou encore vouloir éviter le temps et les efforts nécessaires à l’installation d’un trépied, notamment si la votre scène se trouve au bord de la route (la circulation est problématique pour un travail lent et méthodique).

Et parfois, vous souhaitez simplement que vos prises de vue soient plus libres et spontanées.

Dans toutes ces situations où on travaille rapidement tenir l’appareil photo à la main est une excellente option.

Et la stabilisation de l’image intégrée dans de nombreux objectifs ou boîtiers peut suffire à produire des photos très nettes (en combinaison avec des ISO un peu élevés et un temps de pose suffisamment court).

Toujours prêt pour ne pas se mouiller

L’idéal, si la pluie est importante, c’est de pré-régler son appareil photo pour le type de photo qu’on veut faire pour éviter de perdre du temps et de s’exposer plus que nécessaire à l’eau.

Composer des photos sous la pluie

La photographie sous la pluie exige plus d’efforts, mais les mêmes principes de composition photographique s’appliquent toujours (lignes directrices, grilles de composition…).

Choisissez un arrière-plan plus sombre

Il est beaucoup plus facile d’obtenir une belle photo de pluie lorsque la scène est globalement sombre et notamment l’arrière-plan (qui sera bien souvent le ciel) :

  • les reflets sur le sol mouillé ressortent mieux,
  • les gouttes de pluie sont plus visibles,
  • et cela correspond bien à l’ambiance générale d’une photo de pluie.

Tout ce dont vous avez besoin, c’est de quelques sources de lumière pour rendre les éclaboussures et les reflets visibles, et vous obtiendrez une photo étonnante.

Utiliser le contraste conceptuel (ou juxtaposition)

Le principe est simple : placer un sujet à côté d’un autre ou dans une scène qui contredit l’idée ou le message initial.

« Gné ?« 

Par exemple mélanger la pluie et le feu, peut donner un cliché puissant et symbolique.

Le plus simple est de trouver quelqu’un en train de faire des choses que les gens ne font pas habituellement pendant une averse : comme faire du sport, ou marcher en t-shirt sans sourciller.

Se concentrer sur les courants d’eau

En ville, les gouttières seront surchargées, dans la nature, les chutes d’eau et les rivières se gorgeront d’eau et s’accélèreront.

Essayez de composer une photo qui montre l’eau courante comme élément principal de votre cliché. Vous pouvez utiliser un filtre polarisant pour réduire l’éblouissement que vous pourriez avoir sur une rivière ou une cascade.

Jouez avec votre temps de pose (comme vu dans la partie réglage). Un temps de pose plus long vous aidera à obtenir des filets d’eau afin de capturer l’effet soyeux de l’eau qui s’écoule pour une ambiance onirique. Cette méthode est la plus efficace par temps couvert.

Les gouttes de pluie sur une vitre

Généralement, quand on « prend des photos de pluie » on s’en sert comme élément supplémentaire dans notre photo pour y ajouter de la consistance.

Ce que je vous propose c’est de renverser la vapeur : essayez plutôt de faire de la pluie le sujet principal de votre photo.

Par exemple : capturez la pluie sur une fenêtre ou même sur votre objectif. Les gouttes peuvent faire de beaux sujets ou même servir de filtre créatif pour un nouveau regard sur le monde. Cette technique peut donner un côté impressionniste à une ville. C’est un excellent moyen de montrer un lieu par la forme, la couleur et les textures.

Dans l’exemple ci-dessous, la mise au point est faite sur les gouttes et une grande ouverture est sélectionnée ce qui plonge la ville est à l’arrière-plan dans le flou. Les toits et les bâtiments ne sont pas nets. Au lieu de cela, l’accent est mis sur les gouttelettes d’eau.

Pour ceux qui ont un objectif macro vous pouvez aller encore plus loin en vous rapprochant encore plus des gouttes. En faisant une mise au point précise sur le petit groupe de gouttes, celles-ci servent de prisme pour le paysage à l’extérieur. Gardez bien votre objectif parallèle à la vitre lorsque vous prenez la photo.

Les gouttes de pluie sur l’objectif

Normalement vous seriez entrain de vous précipiter pour essuyer tout ça, mais pourquoi ne pas utiliser les gouttes à votre avantage ?

Des gouttes disposées à des endroits spécifiques de votre lentilles frontale peuvent produire de jolis effets sur vos photos. Spécialement la nuit en ville, avec la réflexion de la lumière sur ces dernières.

De nuit, testez avec une ouverture large comme f/2.8, car si vous prenez une photo en basse lumière et à main levée il faudra que votre appareil puisse capter un maximum de lumière. Une grande ouverture augmente aussi vos chances d’obtenir des artefacts sympas

Vous pouvez aussi prendre des photos à travers la surface de votre parapluie transparent pour garder “l’aspect goutte” sans avoir à mouiller directement l’objectif. 

Capturer le comportement des humains sous la pluie

Les tempêtes de pluie donnent lieu à des changements de comportement chez les êtres humains. On observe des actions qui se produisent uniquement sous la pluie.

De l’agitation des parapluie à la petite foulée de la personne qui a oublié son imperméable. Ou encore cette personne qui s’abrite sous sa veste, ou l’autre qui protège son précieux smartphone ! Et évidemment le connard d’automobiliste qui arrose tout un groupe de personnes sous un abris bus.

Bref, les scènes urbaines sous la pluie vous offrent tout un panel d’actions à photographier !

Je vous parle d’humain, mais vous pouvez aussi photographier leur jouet préféré : les voitures ! Les véhicules en mouvement et les embruns qu’ils créent des photos intéressantes sous la pluie.

Utilisez un objectif long pour éviter d’être éclaboussé et essayez de photographier depuis une fenêtre ouverte ou l’étage supérieur d’un parking à plusieurs étages.

Photographier les gens, c’est aussi l’opportunité de capturer les émotions : les cycliste luttant contre la pluie, les gens qui rient, dansent, sont tristes (ça devrait pas être trop difficile à trouver en ville)…

En plus de ça, le contexte humide, pluvieux et difficile mélangé à la photo urbaine est un cocktail intéressant pour donner un côté plus « dramatique » et renforcer les émotions

Flaque d’eau, reflets et symétrie

Les trottoirs, les rues et les routes pluvieuses sont parfaites pour tenter des effets artistiques avec les reflets. Les nombreuses flaques d’eau dans les rues d’une ville pendant un orage offrent de nombreuses occasions de créer de la symétrie. C’est un élément de composition souvent inattendu et qui retient l’œil du spectateur..

Partez en quête d’une flaque d’eau qui reflète une scène intéressante. Essayez plusieurs angles différents. Mais généralement ce qui fonctionne le mieux c’est de s’approcher au maximum de la surface immobile d’une flaque : vous devrez presque poser votre appareil photo sur le sol (soyez prêt vous mouiller vos vêtements). Plus vous êtes bas et proche de la flaque plus l’effet sera réussi ! 

Vous pouvez utilisez par exemple un grand angle (16-35mm) avec une ouverture à f/5.6, un temps de pose à 1/250 s et les ISO pour compenser.

Ce qu’il y a de bien avec les reflets, c’est qu’ils permettent de montrer deux faces différentes d’une même zone. Vous obtenez :

  • la texture au premier plan,
  • les bâtiments, les formes et les silhouettes à l’arrière-plan.

Les reflets fonctionnent particulièrement bien la nuit en ville (restez toujours bien visibles pour limiter les risques).  Vous pouvez obtenir un look futuriste à la Blade Runner en explorant les rues humides de la ville la nuit…

Cette photo a été prise à l’aube, vous pouvez observer la richesse des couleurs du néon qui se reflètent sur le macadam mouillé

Faîtes la mesure de l’exposition en mode spot sur la flaque (le reflet sera exposé d’environ – 1 stop par rapport à la scène réelle). Pour la mise au point vous pouvez déplacer le collimateur ou faire la mise au point sur la flaque, la bloquer (en passant en mise au point manuelle), puis recadrer et éventuellement attendre qu’un sujet passe.

Vous pouvez aussi choisir de photographier des reflets au moment où le soleil est presque couché, que les lumières de la ville s’allument. Vous obtiendrez un mélange unique entre les couleurs des lampadaires et de la lumière naturelle mourante.

Les reflets permettent aussi de changer de tester un petit effet créatif en retournant la photo au post-traitement ou en prenant la photo à l’envers sur place.

Vous pouvez aussi tenter des portraits immobiles ou de personnes se déplaçant dans la scène avec un court temps de pose et des ISO élevés.

Créer des portraits avec des parapluies

Les parapluies ajoutent une forme, une couleur, une texture et une notion d’échelle à une photo. Au niveau conceptuel, un parapluie peut par exemple ajouter l’idée de protection.

Avec les parapluies vous pouvez :

  • Prendre des photos d’une personne qui a un parapluie avec des couleurs vives et chaudes comme le jaune ou le orange, ces couleurs ressortiront fantastiquement sur vos photos.
  • Ajouter une dimension narrative à vos photos de pluie : un couple qui se protège de la pluie et du monde extérieur peut transmettre une ambiance romantique.
  • Vous en servir comme un cadre naturel pour votre sujet : avec un parapluie qui bloque les zones moins intéressantes de votre scène, par exemple.
  • Les utiliser comme des éléments abstraits dans votre photo.

Le cadre dans le cadre

On appelle aussi ça le framing. Je vous en parlais juste avant avec les parapluies : c’est une technique composition dans laquelle le sujet est entouré d’un cadre naturel. Il peut s’agir du bord d’un parapluie comme on l’a vu mais aussi d’un toit ou d’un pont, des branches d’un arbre ou même d’une vitre humide.

Vous pouvez choisir n’importe quel cadre naturel disponible pour ajouter « des couches » et une impression de profondeur à votre composition.

Éclaboussures et gouttes d’eau

La photographie de gouttes d’eau se fait généralement dans un studio ou un environnement contrôlé. Mais la beauté d’une forte pluie est qu’elle offre aussi des conditions parfaites pour ce type de photo dans un environnement naturel. Dans une rue pluvieuse, il y a beaucoup d’eau et de voitures qui éclaboussent.

Vous avez besoin d’un temps de pose court et d’un flash rapide. Les boîtiers hybrides sans miroir les plus récents offrent des vitesses de synchronisation du flash élevées.

Vous pouvez également réaliser des portraits de personnes jouant sous la pluie, des photos de mariage de couples dansant et s’éclaboussant, ou des gros plans de fortes pluies tombant sur des surfaces dures.

La photographie abstraite créative

Se concentrer sur la pluie, c’est aussi l’occasion de jouer sur les formes pour des photographies abstraites de la pluie.

Rapprochez-vous des gouttes de pluie pour changer l’idée qui les entoure. Faites en sorte qu’elles occupent une plus grande partie du cadre, et vous verrez qu’elles vous offriront des formes intéressantes. En utilisant un objectif macro, vous pouvez même capturer les reflets à l’intérieur de celles-ci.

Vous pouvez aussi essayer de photographier des feux de circulation à travers les gouttes de pluie sur la vitre de votre voiture. Voyez quelles formes intéressantes vous pouvez créer.

Vous pouvez faire la mise au point n’importe où. En utilisant une grande ouverture, vous permettez la création de bokeh en arrière-plan.

Vous pouvez même essayer de faire de longues expositions avec le mouvement intentionnel de l’appareil photo (ICM) et voir les résultats surréalistes que vous obtenez.

Lumière

Utilisez une source de lumière derrière la pluie

La nuit la pluie peut être presque invisible. Vous devez donc la mettre en évidence et les faire ressorti pour bien les différencier du reste. Utilisez toute source de lumière disponible pour créer un contre-jour (ou éventuellement apportez votre propre réflecteur). Ça se dit aussi backlighter. Les gouttes et les éclaboussures brilleront presque sur un fond sombre.

Dans les rues pluvieuses, il peut y avoir des fenêtres, des lampadaires, des panneaux d’affichage lumineux, des feux de circulation, un rayon de soleil perçant les nuages sombres et d’autres sources de lumière qui peuvent vous aider à faire briller la pluie par derrière (ou légèrement sur les côtés).

Si vous êtes bien préparé et que vous avez un sujet que vous souhaitez mettre en valeur, vous pouvez toujours apporter et utiliser votre propre lumière artificielle pour concentrer le contre-jour exactement là où vous le souhaitez. Comme par exemple en installant un flash déporté derrière votre sujet.

Si la lumière est trop forte, essayez de vous déplacer un peu sur le côté pour qu’elle ne frappe pas directement votre objectif.

Vous pouvez aussi essayer de faire quelques silhouettes d’éléments avec l’éclairage arrière.

Jack Finnigan
Une silhouette sombre et humide traversant une rue vide de Londres est parfaitement contrastée par des cabines téléphoniques rouges et lumineuses.
Jonathan Suckling
Dominik Schröder
Trouvez des lampadaires pour éclairer les gouttes de pluie.
David East
Utilisez la lumière vive du ciel.
Thomas Tucker
Plus original mais plus difficile : les phares d’une voiture.

Observez et travaillez la lumière

Photographie signifie « écrire avec la lumière », et donc logiquement, l’une des principales choses à surveiller c’est l’éclairage.

Les jours nuageux sont une excellente occasion de rechercher un éclairage naturel, et les pauses dans l’orage peuvent créer de beaux effets de lumière céleste à incorporer dans vos compositions. Ce phénomène est éphémère et il vous faudra être patient pour obtenir quelques secondes de lumière céleste. En tout cas, gardez toujours un œil en l’air pour surveiller ça.

Lorsque vous utilisez des parapluies ou des surplombs, faites attention aux ombres, demandez à vos sujets d’incliner légèrement les parapluies pour ajuster l’éclairage si besoin.

Sous la pluie, vous devez vous adapter à des situations d’éclairage imprévisibles et souvent sombres. Mais il peut aussi arriver que es gros nuages d’orage qui arrivent quand le temps se gâte agissent comme un diffuseur de lumière géant. Dans ce là, les nuages créent un éclairage très doux que de nombreux photographes apprécient pour les portraits par exemple.

Et si vous ne parvenez pas à obtenir la lumière parfaite, embrassez l’obscurité en réalisant par exemple un clair-obscur.

Si on y réfléchit bien, tout est réuni pour faire des photos uniques, la difficulté est que tout est DYNAMIQUE (en ville), à vous de vous adapter, n’hésitez pas à mitrailler si vous êtes débutant (le but est, avec le temps, de maîtriser la photo sous la pluie et de prendre moins de photos …Vous trierez par la suite !

Possibilités créatives

Surveillez les conditions spéciales et photogéniques

Ce que je préfère dans un jour de pluie, c’est qu’il apporte souvent des conditions supplémentaires qui profitent à la photographie, parfois de manière assez spectaculaire :

  • Les chutes d’eau qui sont autrement petites ou sèches seront pleines et belles pendant et après les pluies.
  • Les couleurs d’automne seront profondément saturées, et les roches et la terre qui peuvent normalement sembler ternes auront une nouvelle richesse.
  • En conduisant en altitude un jour de pluie, vous serez plongé dans un brouillard plein d’atmosphère, ou vous verrez des ruptures dans les nuages d’où jaillissent des rayons de soleil.
  • Je suis toujours à l’affût des arcs-en-ciel, des éclairs, de la grêle et de la possibilité que la pluie se transforme en neige.
  • Ces conditions météorologiques particulières peuvent apporter le drame dont nous avons besoin en tant que photographes, et elles m’ont fourni certaines de mes images préférées lors d’une journée qui avait commencé par de la pluie.

Chasser les arcs-en-ciel

Si la pluie tombe, qu’il y a encore de l’humidité dans l’air et que le soleil fait son apparition : restez à l’affût des arcs-en-ciel. Un arc-en-ciel se forme lorsque la lumière est réfractée et dispersée par des gouttelettes d’eau dans l’air.

Ce phénomène n’arrive pas systématiquement après chaque orage, mais si vous pouvez attendre, vous aurez le droit à l’une des meilleures lumières possible, mais vous aurez peut-être aussi la chance de capturer un arc-en-ciel.

Si vous pouvez planifiez un peu à l’avance c’est mieux. Trouver une belle toile de fond et croisez les doigts pour que l’arc-en-ciel encadre joliment votre scène.

On utilise rarement un trépied lorsqu’on photographie des arcs-en-ciel, car on se concentre sur lui. Équipez d’un zoom grand angle comme un 9-18mm, car vous serez souvent près de l’arc-en-ciel et réglez vous à f/7.1 par exemple. Vous pouvez ajouter un filtre polarisant pour rehausser les couleurs, mais on évite généralement car si on polarise trop la lumière l’arc-en-ciel disparaît .

S’il n’y a pas de vent, vous pouvez prendre un parapluie pour garder l’appareil photo au sec, mais ça ne fonctionne pas toujours. En général, avec les arcs-en-ciel, le vent souffle dans votre dos.

Calvin Chou

Inclure des nuages sombres pour l’ambiance

La pluie peut donner une certaine ambiance à votre image. Cela dépendra aussi des couleurs, des textures, de l’éclairage et de l’angle de prise de vue. Alors tous les nuages de pluie ne sont pas sombres, mais ceux qui le sont donnent l’impression que l’apocalypse est à l’horizon.

Utilisez cette idée à votre avantage. Recherchez les zones de votre scène qui peuvent influencer votre prise de vue en accentuant l’ambiance. Incluez les gens. Leurs réactions peuvent également avoir un impact sur le poids du temps et de la pluie qui s’annonce.

La pluie n’est pas toujours la même

Tout comme le ciel gris, la pluie se décline en plusieurs variétés, chacune présentant des défis uniques pour le photographe.

  • La bruine est le type le plus léger et relativement facile à travailler. Les gouttelettes d’eau sont plus petites que les gouttes de pluie et peuvent souvent être confondues avec le brouillard. Il sera donc plus difficile de photographier la pluie elle-même. Le sol peut sembler mouillé, bien que dans une bruine légère, l’eau puisse s’évaporer assez rapidement.
  • Les orages sont évidemment beaucoup plus violents et, bien qu’il soit parfois difficile de travailler dans ces conditions, ils offrent d’excellentes occasions de réaliser des images originales, car peu de photographes oseront sortir dans ces conditions ! Les orages accompagnés de tonnerre et d’éclairs sont plus fréquents pendant l’été, en particulier en juillet.
  • La pluie accompagnée de vent est probablement la condition météorologique la plus difficile pour photographier, surtout si la direction du vent fluctue. Il est possible de travailler en tournant le dos au vent, mais vous constaterez qu’il a l’habitude de changer de direction.
  • Une pluie constante est probablement la condition de pluie la plus facile à travailler, et celle qui offre les meilleurs résultats possibles. Regardez le sol : les reflets et la saturation accrue des couleurs ouvrent toutes sortes de possibilités créatives. Sans vent, vous devriez pouvoir travailler confortablement, à condition de prendre les précautions nécessaires en matière d’étanchéité.

Regardez les scènes se transformer

Gardez à l’esprit que la plupart des pluies ne se verront pas sur vos photos : vous en verrez les effets cheveux mouillés, fleurs tombantes, flaques de boue, etc.

Parfois, vous n’avez pas besoin de capturer la pluie elle-même, mais les signes qui indiquent qu’il pleut.

Une bonne façon de photographier une scène de rue sous la pluie est de capturer les parapluies, les imperméables, les flaques d’eau et les reflets des gouttes de pluie sur le sol.

Une intersection normale et quotidienne raconte une histoire complètement différente une fois que le cadre est jonché de parapluies.

Yiran Ding

Une scène de marché lugubre est transformée par l’apparition d’un parapluie violet vif.

Redd Angelo

C’est assez étonnant de voir comment la pluie, en particulier lorsqu’elle est photographiée de nuit, peut transformer un lieu banal en quelque chose de plus spécial.

Café espagnol de nuit

Et il n’est pas nécessaire d’avoir une averse torrentielle pour réaliser une photo intéressante sous la pluie. Dans cet exemple, il y avait juste une légère bruine, mais elle était suffisante pour offrir une surface réfléchissante pour l’éclairage au néon.

Le Blue Swallow Motel

Les jetées et les quais peuvent aussi constituer des sujets de choix à photographier sous la pluie.

Jetée de Swanage, Dorset

Les possibilités créatives avec la pluie

La photographie de pluie vous donne l’occasion de travailler avec des couleurs et des textures uniques. Dans cette partie on va aborder des angles esthétiques possibles la photographie de pluie.

Un faible contraste tonal et des couleurs

Le contraste tonal est l’écart de luminosité entre les parties les plus sombres et les plus claires de votre photo. Et, si la couche nuageuse est épaisse et/ou qu’il y a beaucoup de brume : vous aurez un faible écart entre les zones clairs et sombres. Autrement dit vous aurez un faible contraste

Et pareil pour les couleurs : elles seront peu contrastées. Votre photo de pluie sera composée d’une seule teinte (monochromatique) dégradée (plus ou moins claire).

On pourrait se dire que « c’est nul » et qu’on doit absolument rajouter du contraste et de la texture au post-traitement. Mais pas forcément, on peut aussi jouer à fond la carte de la photo décontrastée.

C’est une excellente technique pour renforcer une certaine humeur : comme la tristesse, le côté morne, monotone, froid. Les photos à faible contraste donne une ambiance dramatique, parfois perçue comme sombre ou effrayante. Ajoutez une pluie battante à cette scène et vous aurez le parfait décor d’un thriller.

Utilisez le mode manuel et exposez pour les hautes lumières, en forçant l’appareil photo à exposer correctement les zones claires et à sous-exposer les zones sombres.

On pourrait aussi choisir de contre balancer tout ça avec une tache de couleur avec une personne qui porte un kaouet jaune par exemple !

par Amin Fahmy
Par Kelly Sikkema

La photographie en noir et blanc

Les photos urbaines, en particulier, fonctionnent bien en noir et blanc. L’abandon des couleurs permet d’accorder plus d’attention aux formes, à la géométrie, à la texture et au contraste.

Dans une photo pluvieuse, si les couleurs sont décontrastées (comme on l’a vu avant), elles n’apportent pas beaucoup d’avantages, mais les formes, les ombres et les reflets, oui.

La photographie en noir et blanc vous apprend à travailler avec quelques éléments importants seulement et à créer des compositions complexes et artistiques. Elle ajoute également du caractère et du drame à vos photos.

La macrophotographie

La macrophotographie est très intéressante à utiliser dans un environnement pluvieux. Les gouttes d’eau, les feuilles et les fleurs, les chaussures boueuses et les matériaux mouillés sont superbes en gros plan.

La pluie transforme le paysage, et même les éléments les plus communs semblent différents. La macrophotographie prend du temps, alors trouvez un bon endroit, éventuellement un trépied ou un monopode et de quoi vous protéger vous et votre appareil photo.

La macrophotographie implique de grandes ouvertures. Cela signifie que l’arrière-plan sera complètement flou. Il peut présenter des couleurs, mais la pluie ajoute de la texture.

Les gouttes de pluie sur les feuilles, les fruits et autres surfaces peuvent ajouter une belle dimension à vos photos.

Des configurations inhabituelles pour une photographie de produit surprenante

La photographie de produits privilégie les situations réelles plutôt que celles qui semblent trop figées. L’utilisation de la pluie apporte des idées et des connotations puissantes à vos produits.

La pluie et les éclaboussures d’eau sont parfaites pour créer un cadre réaliste et atmosphérique. Veillez à utiliser une vitesse d’obturation qui vous permette de capturer et de figer le mouvement des gouttes d’eau.

Photographier sous la pluie pour des photos de mariage uniques

Les mariages se ressemblent tous un peu… et leurs photos aussi. En même temps ce n’est pas facile de toujours trouver des idées originales à chaque fois !

Après avoir fait vos photos de sécurité classiques que vous maîtrisez, vous pouvez expérimenter en combinant la pluie et les photos de couple pour créer quelque chose d’unique.

Profitez de la nature romantique de la pluie pour créer de doux moments que vos clients n’oublieront pas de sitôt. N’oubliez pas de vous préparer avec des vêtements appropriés, un parapluie et un équipement de protection.

Utiliser la condensation à des fins artistiques

Si le temps est humide et froid à l’extérieur, et que la température est chaude à l’intérieur : vous verrez apparaître de la condensation sur toutes les surfaces en verre.

C’est un nouvel élément intéressant que vous pouvez ajouter dans vos photographie de rue pour les rendre un peu plus consistantes et mystérieuses.

Vous pouvez pouvez garder l’identité de vos sujets cachée et obtenir des résultats étonnants en matière de forme et de couleur. Faîtes judicieusement la mise au point sur la vitre, passez en mode manuel si besoin.

Prenez de la hauteur

Une autre possibilité est de vous élever !  Depuis une fenêtre, un toit, un escalier (ne tombez pas svp), et prendre des vues “aérienne” de vos scènes.

Toujours en jouant sur le contraste entre le temps qui donnera une teinte globalement grise à vos photos et les quelques touches de couleurs qui vous seront offertes (parapluies, manteaux, feux etc), mais aussi avec les différentes possibilités de réflexion !

Familiarisez-vous avec votre terrain, prenez des notes et utilisez un téléphone pour enregistrer une ligne d’horizon particulière.

Optez pour des réglages ISO moyens à élevés afin d’obtenir une vitesse d’obturation suffisante pour figer les personnes si elles sont présentes.

Utilisez le flash hors appareil et sur le côté pour créer un faisceau de lumière à travers la pluie qui tombe devant vous.

Profitez du temps avant et après la pluie

Avant l’heure c’est pas l’heure, après l’heure c’est plus l’heure

Et bien si !

Avant la pluie : en journée avec un temps nuageux vous obtiendrez une lumière homogène, possiblement faible (adaptez vos réglages) et ces conditions sont géniales pour faire tout type de photos (portrait et macro notamment).

Attention

Si vous incluez le ciel gris dans une photo de paysage, il faudra sans doute vous servir d’un filtre ND gradué pour réduire les écarts de luminosité et faciliter l’exposition.

Vous pourriez aussi avoir un temps semi nuageux avec des trous de lumière à travers les nuages et des variations de luminosité. C’est plus difficile à exposer correctement mais c’est très joli 

Vous ne voulez pas vous mouiller sous la pluie ? Alors, allez photographier après le passage pluvieux !

S’il fait sombre dehors, vous obtiendrez de beaux sols réfléchissants (parfait pour la photographie de rue). Pendant la journée, vous pouvez obtenir une belle photo d’un arc-en-ciel ou une photo de nuages sombres qui se retirent avec des rayons du soleil qui percent à travers.

Le plus beau après la pluie c’est que la plupart des objets sont encore humides et scintillants, reflétant la lumière. Un simple trottoir mouillé peut avoir un éclat brillant, transformant une photo banale en ce qu’on appelle communément « une jolie photo ».

C’est un vrai régal pour la macro, vous obtiendrez plein de gouttelettes sur : les fleurs, les toiles d’araignées, les vitres. Les gouttelettes d’eau habillent magnifiquement des éléments usuels que vous allez revisiter !

L’éclat de l’eau de pluie augmente également la profondeur apparente de toute photo. En effet, l’eau reflète la lumière dans de multiples directions et intensités. Ce phénomène optique donne une forme à tout ce qui est mouillé.

Post-traitement

Photographier sous la pluie peut produire des fichiers brut très ternes et manquant de contraste. Ce qui est plutôt normal pour un fichier RAW mais ça sera particulièrement le cas ici.

Il peut être pertinent de compenser au cours du développement pour redonner un peu vie à vos photos (bien que ça puisse aussi être un style).

Vous pouvez ajouter du contraste, de la clarté et de la vibrance/saturation supplémentaires par rapport à votre flux de travail standard, cela fera une grande différence (surtout si vous avez pris des photos au format RAW : vous disposez de plus de possibilités).

Parfois, les photos prises par un jour de pluie dans atmosphère brumeuse peuvent être une occasion de passer en noir & blanc pour mettre l’accent sur les formes, les textures et le contraste tonal.

D’ailleurs, j’y pense, si vous réalisez des photos de nuit en ville avec des néons et des lumière vous pouvez essayer de rajouter un effet Orton.

Enfin, les nuages rendent un ciel intéressant et lui donne toute sa profondeur. Vous pouvez utiliser le HDR pour les paysages avec des ciels gris sans filtre ND gradué par exemple ou augmenter la “clarité” sur adobe Lightroom pour donner plus de texture aux nuages. J’ai d’ailleurs fait une vidéo sur le traitement des ciels gris.

Conclusion

Prendre des photos sous la pluie vous fait sortir de votre zone de confort. Vous apprenez à travailler dans des conditions difficiles et à vous adapter à des paysages en constante évolution. Vous apprenez à prendre des photos dans des conditions de faible luminosité et à tenir compte de la météo dans vos compositions. La photographie sous la pluie est spectaculaire et gagne facilement le public et les critiques.

C’était un excellent rappel pour moi, car j’ai repensé à d’autres excursions photographiques dans le passé où la pluie a d’abord refroidi mon humeur, mais a fini par améliorer les possibilités photographiques. Désormais armé d’une nouvelle appréciation des jours de pluie, je vais partager dans cet article dix conseils pour prendre des photos sous la pluie qui m’ont aidé à tirer le meilleur parti des conditions météorologiques humides et à produire certaines de mes photos les plus mémorables.

Moi je vous laisse ici à vos photos de pluie et je vous dis à bientôt sur les internets MONDIAUX !

J’ai aussi une chaîne YouTube !

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Inscrivez-vous à une formation vidéo GRATUITE de plus de 8 heures sur les bases de la photographie

La formation est organisée en 7 modules + 1 bonus, avec de nombreuses ressources, schémas et tableaux.

Module 1 : fonctionnalités & boutons

Module 2 : prise de vue

Module 3 : composition

Module 4 : matériel

Module 5 : post-traitement

Module 6 : impression

Module 7 : créativité

Bonus : conseils en paysage, conseils en portrait, le plan de 16 semaines, preset

>
%d blogueurs aiment cette page :