octobre 17

0 comments

Comment prendre les étoiles (et un ciel étoilé) en photo ?

Par Gaëtan Berthouly

octobre 17, 2020


Comme disait notre ami Buzz l’éclair : « vers l’infini et l’auuuuuuuuuuu-delàààààààà ».

J’aime bien toy story alors je voulais caser ça là.

Notre sujet d’aujourd’hui se rapproche de ce personnage et de cette réplique culte.

Nous allons détailler aujourd’hui pas mal de choses qui vont grandement vous aider à prendre des photos de ciels étoilés.

C’est difficile ? Quel matériel ? Komenkon fait ? Je vé pas i arrivé ! qfjqfqfkmkqfjqzkl

On voit ça tout de suite ! Calmez-vous svp !

Comme d’habitude je vais vous détailler un maximum ce sujet, prenez-le comme un endroit ressource, n’hésitez pas à user du « ctrl+f » pour chercher avec un mot clef, repérez vous aussi aux grands titres !

Bref, c’est parti décollage !

LE POINT MATÉRIEL

Et oui ne peut y échapper, c’est le point matos (je déteste dire matos).

Plus important :

  • Un appareil photo avec de bonnes performances en basse lumière (rime bien souvent avec assez grand capteur et notamment capteur full-frame MAIS PAS OBLIGATOIRE), avec une possibilité de mode manuel (ISO, ouverture, vitesse d’obturation), d’images en RAW et un mode « bulb » (permet de garder l’objectif ouvert tant que le bulb est enclenché), inutile d’avoir le dernier appareil à la mode pour prendre ce type de photos, des réglages manuels suffiront pour commencer !
  • Un objectif avec une grande ouverture (entre f/2.8 et f/1.2) : vous allez avoir besoin de capter beaucoup de lumière, il faudra donc pouvoir ouvrir au maximum ! De plus vous voulez capter un maximum de d’étoile, votre angle devra donc être capable de « voir large », il vous faudra un grand angle ou ultra-grand angle VOIRE un fish-eye (mais onéreux). Allier (ultra) grand angle et grande ouverture peut mener à des objectifs chers, sachez que ce n’est pas nécessaire vous pouvez très bien commencer avec un simple grand angle n’ouvrant qu’à f/5.6 par exemple.
  • Une lampe frontale (pour éviter de se casser la gueule et voir ce qu’on fait)
  • Des batteries de rechanges : longues poses signifie qu’on aura besoin de beaucoup d’autonomie, de plus de nuit, il est possible qu’il fasse froid et que les batteries se déchargent plus vites ! Alors assurez le coup, et pensez à bien charger vos batteries !
  • Un trépied (longue pose => stabilité nécessaire, LA BASE )
  • Un déclencheur (de préférence sans fil / à distance : dans ce cas veillez à avoir un mode « WiFi » sur votre appareil, ), assurez-vous bien qu’il est compatible avec votre appareil ! Par ailleurs : certains appareil photos disposent d’un logiciel ou application installable sur votre Smartphone vous offrant la possibilité de l’utiliser comme déclencheur et donc de vous éviter d’en acheter un.

Plus facultatif :

  • Un pare-soleil : surtout important si des lumières subsistent autour de vous
  • Intervallomètre : c’est un déclencheur plus « poussé » vous permettant de programmer avec précision le temps d’exposition de votre appareil photo, mais aussi le nombre de photo qui sera pris, et l’intervalle de temps entre chaque prise => bref un super déclencheur, vous pouvez par exemple décider de prendre 10 photos de 50 secondes.
  • Filtre spécial pour la photo astronomique

Avant la photo

On est là pour ça.

Choisir sujet

Vous pouvez tout à fait choisir de ne photographier uniquement que le ciel étoilé mais vous pouvez aussi choisir d’intégrer un “décor” en plus ou des éléments. Alors n’hésitez pas à faire vos petits repérages en amont pour préparer votre photo (c’est aussi ça qui différencie une photo « amateur » d’une photo « pro »).

Sélectionnez un lieu

Pour avoir les cieux les plus sombres possibles, il va falloir faire des kilomètres !

Si vous le pouvez, partez à 100 ou 160 kilomètres des lumières de la ville et montez en altitude. 

Cela va vous permettre de limiter la pollution lumineuse. 

Par ailleurs : en haute altitude l’atmosphère est plus fine ce qui a donc un effet sur la réfraction de la lumière : en photographiant à travers moins de particules (qui dispersent la lumière), on obtient des images plus nettes et plus lumineuses, avec une plus grande transparence et un meilleur contraste.

Choisir sa phase lunaire

Vous pouvez décider d’inclure la lune dans votre photo, mais au-delà de ce choix, la phase lunaire va impacter votre photo comme nous verrons plus après.

Maintenant que avez choisi un sujet de photographie, recherchez les différentes phases de la lune et les constellations à l’aide d’applications comme « Star Walk » (pour iPhone) ou » Google Sky Map » (pour Android) qui vont vous montrer la vue du ciel depuis des endroits spécifiques à tout moment de la nuit.

Habituellement, la phase “pleine lune” est la plus populaire des huit phases de lune à photographier.

Mais voulez peut-être faire le dissident et vous la jouer différemment !

Vous voudriez peut-être photographier une phase différente comme la nouvelle lune par exemple (qui permet notamment de capturer les constellations avec beaucoup de détails).

Sachez, lecteurs, lectrices, qu’l y a des avantages et des inconvénients à photographier sous chaque phase de lune. (nous allons les aborder plus après).

Le point météo

N’oubliez surtout pas DE vérifier la météo et la qualité de l’air qui pourraient potentiellement venir obscurcir vos objectifs et votre sujet ou du moins troubler vos plans étoiles.

Ça serait dommage d’avoir tout préparé au poil pour se retrouver sous des nuages…

Recherchez des nuits fraîches et claires sans lune (à moins que vous ne souhaitiez spécifiquement photographier la lune !)

Mais…

Quelle est la meilleure phase lunaire ou lunaire pour la photographie de nuit ?

Il n’y pas vraiment de « meilleur moment », c’est une question de choix.

Donc ici on va parler des différentes phases, de leurs inconvénients et avantages, ce qui vous permettra de faire votre choix de manière plus éclairée.

La nouvelle lune :

Si vous voulez photographier la Voie lactée ou que voulez capturer des étoiles et des paysages d’étoiles qui ont des luminosités spécialement faibles (le cas d’étoiles lointaines) : photographiez sous une nouvelle lune pour avoir le moins de lumière possible et donc moins cacher ces étoiles peu visibles. 

Inconvénient : la faible luminosité augmente le bruit ou les pixels aberrants qui peuvent se produire avec les réglages habituels liés aux paysages nocturnes, tels qu’une ISO élevée et une longue exposition. 

Avantage : photographier sous une nouvelle lune plutôt que sous la lumière vive d’une pleine lune permet aux silhouettes sombres des caractéristiques géologiques de se détacher sur un ciel étoilé, et d’afficher un maximum d’étoiles.

Pleine lune :

Avantage : la prise de vue sous une pleine lune basse dans le ciel permet d’éclairer le premier plan de votre scène et d’éviter au maximum la pollution lumineuse potentielle.

Inconvénient : cette technique n’est pas toujours idéale pour la photographie céleste car elle obscurcit les étoiles peu lumineuses.

Quart de lune ou croissant de lune

Aucune des 2 phases précédentes ne vous conviennent ?

Vous cherchez le compromis : un avant-plan détaillé et un ciel étoilé ? 

Préférez alors des photos avec un croissant de lune ou un quartier de lune derrière vous pour éclairer le premier plan de votre scène. 

Si vous photographiez en direction de l’ouest, faites-le en début de nuit (lorsque la lune est basse dans le ciel oriental). 

Si vous photographiez en direction de l’est, faîtes tôt le matin (lorsque la lune est basse dans le ciel occidental).

Sélectionner « RAW »

Vous avez l’intention d’imprimer ? Les fichiers RAW sont comme des négatifs et permettent une plus grande souplesse d’édition.

Ce type de format va aussi grandement facilité toute la post-production !

Conseil : économisez de l’espace de stockage photographiant en RAW, mais supprimez les photos d’essai.

Pendant la photo

Installez votre trépied

Comme pour toute photographie de nuit, vous aurez besoin d’un trépied. 

Voici comment bien l’installer en 3 étapes :

  1. Placez un pied du trépied vers votre sujet afin de pouvoir vous placer entre les deux autres pieds.

2. Le montant central du trépied doit être vertical et perpendiculaire ; confirmez (si vous le pouvez) cet alignement à l’aide d’un niveau à bulle.

3. Procurez-vous un support en L au lieu d’une plaque de montage standard pour que le poids de votre appareil soit uniformément centré sur le trépied.

Lâchez tout : on passe en manuel !

Tout d’abord, vous devez mettre l’appareil en mode manuel (généralement « M » sur le sélecteur de mode), ainsi qu’en mode de mise au point manuelle (généralement via un interrupteur sur l’objectif). 

Si votre appareil n’a aucune de ces options, essayez de trouver au moins un mode d’exposition longue et un moyen de régler la mise au point sur l’infini.

Exposition : ajustez les paramètres de votre appareil photo pour capturer un maximum de lumière

Vous l’aurez compris, nous allons nous retrouver dans une situation de faible luminosité (à moins que vous ne preniez que la lune, ou quelle occupe une grande partie de la photo).

Il va donc falloir capter UN MAXIMUM de lumière. Comme d’habitude vous allez jouer avec votre triangle d’exposition.

En premier, ouvrez l’ouverture en grand (les nombres de diaphragmes bas représentent des ouvertures plus grandes : entre f/1.2 et f/5.6 ). 

Ensuite, en fonction de ce qu’affiche votre appareil, ajustez la vitesse d’obturation : généralement pas plus de 20 secondes, au-delà de cette durée les étoiles commenceront à devenir floues.

Ce paramètre va aussi dépendre de l’effet que vous souhaitez donner à votre photo, ici on part du principe que vous souhaitez une photo d’étoile sans effets type traînées par exemple.

Enfin, sélectionnez les ISO, vous allez probablement devoir les augmenter (généralement entre 1600 et 6400 : cela dépend des capacités de votre appareil), il faut toujours essayer de garder au minimum possible pour éviter le grain, cela dépendra de la capacité de votre appareil photo à gérer la basse lumière. Si vous souhaitiez une image nette vous allez devoir jouer entre les ISO et la vitesse d’obturation : entre netteté des étoiles et grain.

Réglez la balance des blancs entre 2800°K-4000ºK. Vérifiez l’histogramme après avoir pris la photo pour vous assurer que l’image est correctement exposée. Il est facile de sous-exposer les étoiles ou de surexposer un avant-plan.

Allumez la fonction de réduction du bruit d’exposition longue de l’appareil photo.

Envisagez de faire une série d’expositions pour que l’avant-plan se confonde avec les étoiles sous la forme d’un composite HDR.

Prendre plusieurs photos surexposées pour composer et détecter la pollution lumineuse

De nombreuses zones apparaîtrons blanches, mais ici la qualité n’a pas d’importance, c’est la composition qui prime.

En sur-exposant vos photos test vous allez pouvoir examinez vos clichés pour détecter les éléments désirables (comme les rochers ou les arbres) ou indésirables (comme un horizon incliné, des points lumineux causés par la pollution lumineuse ou des nuages). 

Prenez soin de noter la mise au point des étoiles et des objets de premier plan.

Le mieux pour minimiser la pollution lumineuse est de trouver où elle se trouve.

Pour ce faire, prenez des photos successives tout autour de l’horizon en utilisant un ISO très élevé élevé (au maximum), simplement pour limiter le temps d’exposition de chaque photo.

Ces clichés ne seront pas conservés, mais ils sont précieux pour savoir quelles parties de l’horizon trop polluée et donc à éviter.

Ajuster la composition

Tournez et faites un panoramique de la caméra pour cadrer la scène souhaitée.

Inclinez la pour niveler l’horizon et faites la mise au point si nécessaire.

Assurez-vous que votre trépied est stable et correctement positionné.

Faites un zoom sur l’image sur l’écran LCD pour vérifier la netteté.

La mise au point

L’une des choses les plus difficiles dans la photographie d’étoile est de faire la mise au point. 

Il fait généralement trop sombre pour que votre appareil photo fasse automatiquement la mise au point, alors utilisez le mode de mise au point manuelle. 

Une astuce consiste à utiliser l’écran LCD de l’appareil photo et à zoomer sur les étoiles brillantes qu’il capte, puis à utiliser la mise au point manuelle pour rendre l’étoile nette.

Une fois que c’est fait, appuyez sur le bouton de déclenchement de la télécommande et attendez. 

Une fois le temps écoulé, vous devriez avoir une image des étoiles que vous pouvez utiliser comme référence pour ajuster vos réglages si nécessaire, et aussi pour recomposer toute partie de la prise de vue.

Selon le type de photo d’étoile que vous souhaitez prendre : vos paramètres varieront légèrement.

Cadrez votre scène ou votre sujet

Classiquement vous pouvez-vous servir de la règle des tiers pour composer.

Cadrez un tiers de l’horizon contre les deux tiers de votre ciel étoilé nocturne avec votre viseur et vérifiez une seconde fois avec l’écran LCD de votre appareil.

Préservez votre vision nocturne

Laissez vos yeux s’adapter à l’obscurité en éteignant les possibles lumières que vous utilisez pendant 45 minutes.

Si vous avez besoin d’éclairer le sentier ou les commandes de la caméra :

Couvrez un œil lorsque la lumière est allumée comme ça l’œil protégé restera adapté à l’obscurité. 

Si vous avez besoin d’une lampe frontale, utilisez-en une comme la Tikka de Petzl, sa LED rouge n’affectera pas votre vision nocturne.

Pour les plus curieux qui veulent savoir pourquoi il faut utiliser une lumière rouge :

L’œil est composé de photorécepteurs appelés bâtonnets et cônes qui convertissent la lumière en signaux électriques que votre cerveau peut interpréter. 

Les bâtonnets sont responsables de la faible vision nocturne et sont plus nombreux que les cônes ; ils contiennent un pigment biologique appelé : rhodopsine.

Lorsque la rhodopsine est exposée à une lumière vive, elle est photo-blanchie. Il peut s’écouler jusqu’à 30 minutes avant que vous ne retrouviez complètement votre vision nocturne d’où le temps d’attente cité précédemment.

La lumière rouge (utilisée dans de nombreux modèles de phares) a une longueur d’onde plus longue et perturbe moins votre vision que la lumière à présente à l’autre extrémité du spectre.

Photographier et éclairer le premier plan

En utilisant un objectif grand angle ou fisheye, vous pouvez également incorporer le premier plan dans vos images.

Selon le sujet, l’avant-plan sous forme de silhouette peut améliorer l’image globale, ou les détails de l’avant-plan peuvent compléter le ciel nocturne.

L’avant-plan peut également être éclairé à l’aide de diverses techniques.

High Dynamic Range (HDR) : une technique consiste à prendre plusieurs photos, en bracketing ou en faisant varier le temps d’exposition réel, et à les fusionner sous forme de HDR que vous pouvez composer avec l’image finale du ciel correctement exposé.

Peindre à la lumière est une autre technique qui peut être utilisée si le premier plan est suffisamment proche. Il y a deux façons de peindre avec la lumière : en utilisant une source de lumière constante comme une lampe de poche ou avec un Speedlight (avec des gels colorés ça ajoutera un caractère unique à vos photos ! ).

  • Source de lumière constante : lorsque l’obturateur est ouvert, utilisez une source de lumière constante pour éclairer l’avant-plan. Déplacez la lumière pendant toute la durée de l’exposition pour ne pas vous retrouver avec des points chauds.
  • Speedlights : lorsque l’obturateur est ouvert, appuyez sur le bouton Flash du Speedlight. Comme pour la lumière constante, déplacez le Speedlight à travers la scène pour permettre au flash d’éclairer tout l’avant-plan.

Traînée d’étoiles ou photo nette ?

Le sujet déterminera souvent si je poursuis des traînées d’étoiles ou des points de lumière Si une scène a beaucoup de choses au premier plan, les étoiles représentées comme des points de lumière peuvent compléter la scène, plutôt que de la submerger.

Les erreurs courantes en photo d’étoiles et comment les corriger

Erreur 1 : laisser le réglage de l’autofocus de l’appareil photo activé, ce qui aura pour résultat des clichés floues.

Solution :

Régler l’appareil photo en manuel et régler la longueur focale sur l’infini. 

Vérifiez que les étoiles lointaines sont nettes en prenant une photo d’essai, puis revoyez la photo en zoomant sur l’étoile la plus brillante du ciel sur l’écran LCD. 

Si elle apparaît floue, ajustez en conséquence.

Erreur 2 : juger de l’exposition d’un cliché en regardant l’écran LCD.

Solution :

Confirmer l’exposition correcte en utilisant l’histogramme – un graphique qui montre la gamme de lumière d’une image. Si le graphique a la forme d’une montagne ou d’une chaîne, votre image est correctement exposée. Si la forme de la montagne a des bords en forme de falaise aux extrémités du graphique, continuez à ajuster les paramètres.

Erreur 3 :

L’utilisation de la réduction automatique du bruit pour chaque shoot. 

Même si il améliore la qualité de l’image, il double également la durée de prise de vue de chaque photo et réduit donc drastiquement la durée de vie de vos batteries.

Solution :

Désactivez la réduction du bruit (dans le menu des paramètres de votre appareil photo) pour les photos d’essai. 

Réinitialisez-le pour votre dernière exposition UNIQUEMENT.

Vous ne prévoyez pas d’imprimer votre photo ? Pour le numérique, vous pouvez nettoyer les écrans basse résolution et le grain à la maison en utilisant les filtres de bruit des logiciels de montage de base.

Le guide des réglages

Pour les plus amateurs d’entre vous, je sais que vous donner des réglages peut vous « rassurer ».

Sachez qu’il n’existe jamais « le » bon réglage mais « des réglages qui fonctionnent ».

En effet vos réglages vont dépendre

  • du rendu que vous voulez
  • mais aussi de l’environnement
  • et de votre matériel.

Ici je vais donc vous donner des réglages qui fonctionnent, ils vous permettront au moins de vous donner des repères !

A vous ensuite de tester et d’ajuster.

Réglages pour photographier des traînées d’étoiles

Temps d’exposition : 32 min (utiliser un intervallomètre)

Ouverture : f/16

ISO : 400

Ajustements : expérimentez avec des temps d’exposition allant de quelques minutes à plusieurs heures. Des durées plus longues montreront des traînées d’étoiles plus longues.

  • Pour capturer des arcs de lumière, faites de longues expositions par nuit claire (les nuages obscurcissent les étoiles et donc vos traînées).
  • Pour les cercles de type vortex : centrez votre prise de vue sur l’étoile polaire.

Réglages pour photographier les étoiles statiques dans le ciel

Temps d’exposition : 8 secondes ou plus 20 secondes maximum si vous voulez rester net

Ouverture :  entre f/1.2 -et f/5.6 (plus le nombre est petit, mieux c’est)

ISO : 1600 ou plus

Ajustements : utilisez des ISO élevés (supérieur à 1600 si possible) afin que le capteur de l’appareil photo puisse enregistrer une faible luminosité malgré des temps d’exposition suffisamment courts pour figer les étoiles et avoir une phot nette.

  • Si vous voulez prendre la voie lactée : c’est dans le ciel du sud qu’elle est la plus brillante ; allez au sud des villes et orientez-vous vers le sud.
  • Pour les aurores boréales, allez au nord des villes et pointez vers le nord.

Réglages pour photographier la lune

Temps d’exposition 1/250s

Ouverture : f/11

ISO : 100

Ajustements : la lune est brillante (et se déplace rapidement dans le ciel). Il va vous falloir utiliser une vitesse d’obturation rapide pour capturer les détails de sa surface sans les surexposer. 

Zoomez avec votre objectif la plus grande distance focale et faites la mise au point sur les détails de la lune. 

Recadrez les photos avec un logiciel d’édition de photos par la suite (pour faire prendre à la lune plus de place sur votre photo).

Si vous sortez pour photographier spécifiquement la lune, faites des recherches sur les phases de la lune, afin de savoir à quelle heure la lune se lèvera et se couchera chaque soir, pour savoir quand planifier votre prise de vue. Notez également la direction dans laquelle elle se déplacera dans le ciel pour planifier votre composition.

Réglages pour photographier un paysage éclairé par la lune

Temps d’exposition : 2 minutes

Ouverture : f/16

ISO : 1600

Ajustements : utilisez un petit diaphragme pour donner à votre image une plus grande profondeur de champ afin de pouvoir mettre au point les éléments proches et éloignés en même temps.

Un quart de lune peut projeter suffisamment de lumière pour éclairer une scène.

  • Lors des nuits nuageuses, attendez-vous à des images sans ombre.
  • Lors des nuits claires, les ombres peuvent être dures.

A noter que ce type de photo peut-être très compliqué à gérer en question de la large plage dynamique qui sera présente et notamment si vous avez un premier plan.

Exposer pour le premier plan peut entraîner une surexposition de la lune, et exposer pour la lune peut entraîner une trop grande obscurité au premier plan.

Dans ce cas, la solution optimale peut être de créer une exposition multiple ou un composite.

Superposition d’images : Il existe plusieurs façons d’ajouter la lune à une autre image pour obtenir une composition plus intéressante. L’une de ces techniques consiste à utiliser la fonction de superposition d’images qui est incorporée dans de nombreux appareils photo reflex numériques.

Composite de post-production : Une autre technique consiste à photographier la lune et le paysage comme des images séparées et à les combiner ensemble à l’aide d’un programme de retouche d’images.

Utilisez la même longueur focale d’objectif que celle avec laquelle vous photographiez le paysage, lorsque vous photographiez la lune, pour obtenir l’aspect le plus réaliste possible dans le composite final. 

Cela facilite également le compositing proprement dit. Si vous utilisez un objectif grand angle et que la lune est un petit élément, l’image globale ne souffrira probablement pas si la lune est soufflée sans aucun détail visible.

N’oubliez pas d’utiliser une vitesse d’obturation d’environ 1/15 de seconde ou plus, car la lune se déplace en fait assez rapidement dans le ciel.

Comment photographier un ciel étoilé : les techniques avancés

Photo par couches

Créez une scène qui fusionne vos plans de nuit préférés en un seul. 

Prenez une image de base sous-exposée de votre scène, puis ajoutez de la lumière ou modifiez les paramètres d’exposition dans les prises de vue suivantes pour accentuer différents éléments ou objets au premier plan, étoiles ou lueurs sur le paysage.

Dans Photoshop ou un autre logiciel d’édition photo, superposez votre image de base plus sombre avec les autres photos aux réglages différents, et utilisez votre panneau de calques pour les masques de calques afin d’obscurcir ou de révéler les éléments que vous souhaitez inclure dans l’image finale. 

Superposez vos photos avec un logiciel de superposition gratuit comme StarStax.

Ce type de technique est particulièrement adapté lorsque vous

Capturez des images nettes de cibles en mouvement

La rotation de la Terre peut venir « brouiller » la lune et les étoiles sur vos photos lors de longues expositions. Ajustez vos ISO (augmentez-les) et votre diaphragme (ouvrez-le plus grand) pour minimiser le temps d’exposition, éliminant ainsi le flou dû au mouvement.

Déterminez le temps d’exposition maximum à l’aide de cette équation :

400 divisé / la distance.

Le résultat est la limite de votre temps d’exposition en secondes.

Comment peindre avec la lumière en photographie de nuit

Essayez d’utiliser des lampes et autres lumières pour montrer les détails de votre premier plan afin de prendre des photos plus dynamiques. 

Pour peindre avec la lumière, laissez votre obturateur ouvert pendant que vous « peignez » et utilisez une source de lumière pour dessiner des images à travers la scène comme si vous aviez un tableau blanc imaginaire.

Jouez avec plusieurs de ces techniques avancées pour ajouter une dimension créative :

  • Illuminez les objets : Pendant une longue exposition, faites clignoter ou balayez votre lampe frontale au-dessus des arbres, des personnes ou des rochers. Vous les illuminerez sur la photo finale, tout en exposant pour capturer le ciel. Vous pouvez également éclairer avec une lampe frontale dans une tente (allumez-la pendant plusieurs secondes pendant la prise de vue) pour lui donner un aspect lumineux.
  • Écrivez avec un faisceau : pointez votre lumière directement sur l’appareil photo lorsque l’obturateur est ouvert et « écrivez » avec elle à travers votre cadre. Expérimentez avec un temps de pose long et un ISO faible, comme 100 par exemple.
  • Épellez des mots : les lettres seront enregistrées comme des images miroir ; griffonnez-les à l’envers pour qu’elles soient lisibles sur la photo finale.
  • Changez votre éclairage : Profitez des différentes températures, intensités et tailles de faisceau de lumière émises par les LED multicolores, les ampoules fluorescentes et incandescentes et les bougies. Utilisez des sources de lumière différentes pour peindre différentes zones d’une même scène. Par exemple, sur une photo, utilisez une lampe frontale pour éclairer une tente, une lanterne pour éclairer une personne et une LED « plus concentrée » pour écrire des mots.

Comment faire des photos de la Voie lactée

Les pistes stellaires sont une forme d’astrophotographie plus accessible, et que vous pouvez réaliser plus facilement avec un équipement moins coûteux. Tout ce dont vous avez besoin, c’est de temps et d’un ciel clair.

Là encore, vous devrez installer votre équipement sur un trépied et planifier votre composition avec soin. Vous voudrez faire quelques photos d’essai avant de vous engager dans votre image finale pour vous assurer que tout est comme vous le souhaitez – vous ne voulez pas perdre des heures sur une photo qui n’est pas tout à fait correcte !

Vous voudrez également avoir une idée de la direction que prendront les sentiers des étoiles. Dans l’hémisphère nord, un conseil facile est de trouver l’étoile polaire, qui reste fixe. Toutes les autres étoiles sembleront tourner autour de l’étoile nord, donc si vous utilisez l’étoile nord dans votre composition, vous obtiendrez des traînées d’étoiles circulaires.

Une fois l’image correctement cadrée et composée, vous devez décider de la durée d’exposition. Si vous utilisez un appareil photo de haute qualité, la meilleure option est de faire une série d’expositions plus courtes, d’environ trente secondes, que vous pouvez ensuite empiler dans un logiciel comme Adobe Photoshop.

Si vous faites une série d’expositions plus courtes de trente secondes et que vous les empilez ensuite dans un logiciel, vous obtiendrez des images plus nettes, car les expositions très longues (plus de 30 secondes) peuvent donner des images avec des pixels aléatoires de couleur différente, ce qu’on appelle le bruit du capteur. Pour réaliser une telle série, vous aurez besoin d’un intervallomètre, qui se chargera de prendre la séquence de clichés pour vous.

Si vous prenez des photos avec un smartphone ou un appareil photo doté d’un capteur plus petit, comme un reflex numérique, un appareil compact ou un appareil sans miroir, vous voudrez probablement utiliser des vitesses d’obturation plus longues afin de faire entrer toute la lumière. Vous pouvez également réduire la sensibilité ISO à un niveau plus raisonnable de 100 à 400. Je vous suggère d’essayer pour des expositions d’une heure ou plus et de voir comment vous vous en sortez.

Comment prendre des photos d’étoiles avec les smartphones Android ou iOS

Il est possible de prendre des photos du ciel nocturne avec un iPhone ou un smartphone Android, mais n’attendez pas de résultats miracles. Les petits capteurs à l’intérieur d’un smartphone limitent ce que vous pouvez faire, mais c’est certainement possible. Les photos des aurores boréales, par exemple, sont plus que possibles avec un smartphone – voir notre guide de la photographie des aurores boréales pour en savoir plus.

Vous aurez toujours besoin d’un trépied et d’une sorte de déclencheur à distance, ainsi que d’une application qui vous permet de prendre des photos plus longues. Par exemple, sur l’iPhone, vous pouvez télécharger l’application NightCap Camera, et sur Android, il existe une application appelée Long Exposure Camera 2.

Certains smartphones récents ont intégré des modes d’astrophotographie, comme les téléphones à pixels de Google. Si vous montez ces caméras sur un trépied, le téléphone détectera qu’il est immobile et vous offrira la possibilité de prendre une photo du ciel nocturne. Cela prendra un certain temps (de 30 secondes à quelques minutes), mais donnera de bien meilleurs résultats.

Alors que la plupart des smartphones sans mode nocturne ou astrophotographique dédié ne pourront probablement pas capter les étoiles individuelles dans le ciel, de très longues expositions (mesurées en minutes ou en heures), vous permettront de capturer des photos de traînées d’étoiles. Si vous vous sentez plus avancé, vous pouvez coupler un smartphone avec un téléobjectif, qui vous permettra de prendre des photos de sujets tels que la lune.

Enfin, si vous avez accès à un télescope, vous pouvez placer l’appareil photo de votre smartphone sur l’oculaire, en utilisant un adaptateur comme celui-ci, ce qui vous permettra d’obtenir de très beaux résultats d’objets comme la lune et de profiter de l’optique de votre télescope.

Après la photo : la retouche

Vous pouvez augmenter l’exposition d’un diaphragme ou plus, et utiliser la réduction du bruit dans la section « détails » pour réduire tout « bruit » indésirable (ces fâcheux pixels blancs, rouges ou bleus supplémentaires qui apparaissent lorsque vous poussez la sensibilité ISO trop élevée).

Exemple de réglages lightroom :

1) Dans le premier panneau vous pouvez faire monter les blancs à +46 et descendre les noirs à -52. Cela permet de mettre en valeur les étoiles par rapport au ciel sombre. Pousser la clarté à +55 aide aussi à définir les étoiles par rapport au ciel. Vous pouvez enfin augmenter la saturation pour faire ressortir toutes les couleurs du ciel.

2) Dans le deuxième panneau, vous pouvez un peu accentuer l’image, également pour faire ressortir les étoiles. En même temps, vous pouvez augmenter la réduction du bruit à 33 pour atténuer le bruit qui pourrait apparaître, et augmenter la couleur à 25 pour les mêmes raisons.

C’est ici que vous pouvez vous amuser avec la retouche. Jouez avec les glissières des teintes pour faire apparaître les couleurs de votre ciel comme par magie. Vous pouvez par exemple rajouter un peu de turquoise dans la partie inférieure du ciel, et jouant sur l’accentuation de cette couleur dans le curseur ombres de la partie « virage partiel ».

Vous pouvez également modifier la couleur du ciel en jouant avec les curseurs de température et de teinte pour obtenir de magnifiques photos d’étoiles.

Recevez votre guide gratuit

Plus de 20 pages réparties en 6 axes : exposition, composition, créativité, matériel, post-production et conseils en vrac :

>