novembre 22

0 comments

Comment prendre la voie lactée en photo ?

Par Gaëtan Berthouly

novembre 22, 2020


Vous aimez la photo ?

Quelle coïncidence !

Vous aimez les étoiles ?

MAIS QUELLE COÏNCIDENCE !

VOUS AIMEZ LA K-POP ?

Rien à foutre.

Bref, aujourd’hui on parle d’astrophotographie, et pas de K-POP (désolé, en fait, non).

Et on va spécialement plancher sur la photo de la voie lactée ou MILKY WAY comme on dit outre-Atlantique..

J’avais déjà fait un article assez généraliste sur la photo de ciels étoilés, que vous pourrez trouver ici (auto pub).

J’espère que ça ne fera pas trop de redite. Et ne pas me faire gronder par le dieu Google par un “duplicate content”.

Matériel, réglages, astuces et post-traitement. Voilà le menu qui nous attend…

…alors à table !

Cet article est plus court qu’à l’accoutumé.

Mais comme d’habitude, à travers cet article le but est d’écrire une véritable ressource sur ce sujet.

Vous allez donc trouver beaucoup d’informations. Que je mettrai à jour, et remettrai en forme avec le temps !

Repérez-vous aux grands titres ou utilisez la commande “ctrl+f” pour activer la fonction recherche de votre navigateur !

Allez, en avant Guingamp !

milky way on mountains
Denis Degioanni
@denisdegioanni

Matériel

Et c’est le classique point matériel.

Un trépied : vous allez évidemment avoir besoin de cet équipement indispensable car votre vitesse d’obturation va être longue, sans stabilisation votre photo sera FLOUE, et nous on veut quoi ? Du détails !

Un boîtier : shootez avec un full frame est toujours intéressant en photo en basse lumière (notamment si vous recherchez à avoir des photos nettes et sans bruit).

Mais si vous shootez avec un boîtier plus petit qu’un full-frame, c’est important que vous sachiez que peu importe la longueur focale affichée par votre objectif il faudra la multiplier par le crop factor de ce type de capteur pour avoir la longueur focale réelle.

Concrètement shooter avec un boîtier avec un crop facteur (qui allonge votre longueur focale) peut être un choix, si vous voulez vous rapprocher des étoiles ! 

C’est aussi important de connaître la réelle longueur focale car quand vous allez régler votre vitesse d’obturation, vous allez utiliser une petite formule.

Pour la formule, si vous shootez avec un 300 mm mais avec un facteur de crop de 1.5 il faudra alors une vitesse inférieur à 1/(300*1.5) donc 1/450 pour avoir une photo nette, alors que que sans la facteur de crop vous tombez à 1/300. Vitesse d’obturation à ne pas dépasser pour avoir photo nette = 1/(Distance focale objectif x facteur de crop)

C’est important aussi que votre boîtier dispose d’un mode manuel.

Un objectif grand angle (entre 12 et 28 mm), et plus vous pourrez ouvrir grand (donc plus le f/nombre est petit), mieux c’est. Et c’est généralement plus cher, pas de chance si vous êtes pauvre du coup.

La lampe / lampe frontale/ torche, bref un truc pour pouvoir éclairer, peu importe comment vous l’accrochez sur vous. Et éventuellement vous pourriez-aussi vous en servir pour vous amuser à rajouter un peu de light-painting à votre illustre photo.

Photos gratuites de astronomie, caillou, célébrités
Pixabay

Où prendre en photo la voie lactée ?

Vous avez quelques applications qui vont vous permettre de débusquer cette tant convoitée voie lactée :

PhotoPills (iOS)

SkyGuide (iOS)

Stellarium Mobile (Android)

Pour le lieux : dans l’hémisphère Nord c’est mieux.

Cherchez à vous éloigner de la pollution lumineuse.

Pour trouver un endroit sombre (autre que votre âme) vous pouvez aller sur le site darksitefinder.com.

C’est une carte avec les zones lumineuses et les zones SOMBRES. Donc souvent éloignées des villes alors préparez-vous bien ! Attention aux animaux aussi (ou pire, aux humains, principal prédateur de l’humain).

Les parcs nationaux, sont en général de bons endroits pour faire de l’astrophotographie. Être en hauteur aussi.

shore under outer space digital wallpaper

Zoltan Tasi

@zoltantasi

Le meilleur temps pour voir le coeur de la voie lactée

Les temps d’été : de mars à novembre vous pourrez photographier le lumineux centre de la galaxie et de octobre à avril vous pourrez photographier les bords extérieurs de la voie lactée avec la constellation d’Orion.

Il faudra photographier durant une nuit sans lune et sans nuages (et sans chemise sans pantalon).

Pour la lune, vous prenez par exemple le site https://www.calendrier-365.fr/lune/calendrier-lunaire.html et vous avez le calendrier lunaire, avec les pourcentages de visibilité.

Donc, comme vous l’aurez compris, plus le pourcentage de visibilité de la lune est faible mieux c’est pour vous.

Et c’est autour de la nouvelle lune que c’est le mieux de prendre en photo la voie lactée !

Au niveau de l’orientation, il faudrait que vous soyez orienté vers le sud, sud-est.

Ou plus tard dans l’été vous pourrez vous orienter vers le sud ouest.

time lapse photography of star

Andrew Seaman

@amseaman

Sur le terrain

Vous pouvez vous rendre sur le terrain avant que la nuit ne tombe.

Ça vous évitera notamment de potentiellement vous casser la gueule et de devoir aller chez le dentiste.

N’oubliez pas d’apporter une lampe ou lampe frontale à moins que vous soyez nyctalope.

Avec vos différentes applications vous pourrez ainsi localiser où sera la voie lactée, comment elle sera orientée, à quelle moment on la verra bien et vous positionner en fonction.

Bien souvent sur les photos de voie lactée, elle est positionnée à la verticale ou quasi-verticale.

Pour cela vous allez potentiellement devoir attendre qu’elle se positionne comme cela vous convient (en fonction de votre géolocalisation et l’époque de l’année les positionnements ne sont pas les mêmes).

Milky Way galaxy at night
Will Truettner
@willy_teee

Faire la mise au point

Déjà il va falloir passer en mise au point manuelle, si vous restez en mise au point automatique, votre appareil va sans arrêt changer de mise au point, car les conditions sont trop spéciales et l’autofocus sera totalement pommé.

Si votre objectif en est équipé, mettez-le en mise au point sur l’infini.

Si vous êtes pauvre et avez donc un objectif sans marquage, tournez la bague dans un même sens plusieurs fois fera l’affaire : pour Canon et Sony il faudra tourner vers la gauche, et pour Nikon et Fujifilm vers la droite, le mieux c’est que vous testiez ça en plein jour, pour être sur de la direction de mise au point vers l’infini de votre objectif.

Pour être sûr que votre mise au point ne bouge pas, vous pouvez mettre un peu de ruban adhésif sur la bague de mise au point.

Attention : si vous éteignez votre appareil il faudra refaire le focus.

Ensuite 2 méthodes de mise au point s’offrent à vous :

-1ère méthode : en journée vous pouvez faire la mise au point sur quelque chose qui est le plus loin possible de vous.

-2 ème méthode (mieux ?) : sur votre écran LCD arrière, mettez vous en mode liveview. Zoomez au maximum pour voir à quel point vous êtes net sur l’étoile la plus brillante, et ensuite en fonction, vous ajustez votre focus avec votre bague, le but est d’avoir l’étoile la plus petite possible (la moins floue du coup) pour avoir le bon focus bien net.

brown and gray wooden house under stars on sky during nighttime
Casey Horner
@mischievous_penguins

Les réglages

Mettez vous en mode manuel.

C’est un véritable réflexe à prendre pour les conditions particulières.

Et mettez vous aussi en focus manuel aussi (comme vu ci-dessus).

Choisissez le format RAW et le maximum de pixels.

Choisissez la balance des blanc MANUELLE et sélectionnez par exemple “lumière du jour” pour avoir toujours la même balance et corriger facilement après en post-traitement.

Si vous en êtes équipé et si vous souhaitez réduire le temps de traitement de votre photo à chaque prise de vue, vous pouvez désactiver la réduction de bruit pour longue exposition.

Si vous photographiez au grand-angle, choisissez la longueur focale la plus courte possible, ou presque, car bien souvent aux valeurs focales aux extrémités des zoom, le piqué sera moins bon !

Pour avoir l’image la plus nette possible, désactivez tout ce qui est stabilisation automatique d’image comme steady shot ou réduction de bruit ou “stabilizer” sur l’objectif.

Si vous n’avez pas de déclencheur ou d’intervalomètre vous pouvez activer le retardateur de 2 secondes, pour ne pas toucher et faire bouger votre appareil pendant le prise de vue.

Pour l’ouverture c’est pas compliqué : OUVREZ AU MAXIMUM (donc le plus petit chiffre possible).

Pour la vitesse d’obturation : vous pouvez utilisez la règle des 500, vous prenez 500 et vous divisez par votre longueur focale.

Si je prends en photo avec l’objectif réglé sur la longueur focale à 15 mm, je divise 500/15, ce qui va donner à peu près 30 secondes.

Si vous avez un crop factor, n’oubliez pas de multiplier votre longueur focale par ce dernier. Ici ça pourrait être 500/(1.5*15).

Cette règle marche bien pour les capteurs à facteur de crop ou autour des 24 méga pixels, ce n’est pas une règle EXTRÊMEMENT précise, mais elle peut être un repère intéressant pour commencer vos réglages, ou si vous êtes débutants et que vous êtes pommax un max.

Au delà de la valeur de vitesse d’obturation obtenue suite à l’application de la formule vous risquez d’obtenir des traînées de lumières stellaires.

Ce n’est pas mieux ou moins bien mais juste 2 styles différents.

Et maintenant vous en connaissez la limite : si vous êtes à une vitesse d’obturation inférieur au résultat de la formule vous êtes dans le net, supérieur au résultat obtenu, vous êtes sur de la traînée (pas d’insulte, évidemment) !

En terme de vitesse d’obturation, au delà de la formule (si vous n’aimez pas cette approche), vous pouvez essayer de commencer entre du 15 – 30 secondes de temps de pose.

Retenez aussi que plus votre longueur focale est courte, plus votre vitesse d’obturation peut être longue.

Vous pouvez aussi utiliser ce calculateur : https://www.lonelyspeck.com/milky-way-exposure-calculator/

Vous entrez dans un premier temps les possibilités de votre matériel et ensuite, le calculateur vous affiche une exposition de départ conseillée.

Le dernier truc à régler c’est les ISO !

Vous pouvez commencer entre du 2000 et 3200 ISO et en fonction du résultat baisser ou augmenter les ISO.

En photo d’astres, avoir des ISO élever va jouer un rôle important.

Et contrairement à la règle habituelle qui dit que FORT ISO = FORT GRAIN (donc perte de netteté), quand on est dans des conditions avec vraiment très peu de lumière, de bas ISO vont entraîner plus de grain que si on a de hauts ISO.

Donc bref n’hésitez pas à augmenter les ISO et regarder les résultats, et oubliez la logique habituelle de garder les ISO au plus bas.

person with flashlight near lighted green tree on mountain under starry night
Brent Cox
@brentcox

Composition / premier plan

Comme pour beaucoup de photo prises au grand-angle.

Mettre un premier plan à votre photo de voie lactée, va la rendre beaucoup plus intéressante.

Ça peut être un arbre, un vieux bâtiment, une voiture, votre pote qui ne sert à rien habituellement…

Ce n’est pas obligé que ça soit le plus incroyable des sujets (ça peut être votre belle-mère !).

Juste, avoir quelque chose au premier plan va rendre votre photo plus convaincante.

Par ailleurs, vous pouvez facilement être distrait par les superbes étoiles qui apparaissent sur vos clichés.

Et complètement oublier votre composition, par exemple vous retrouve avec un élément coupé ou des éléments indésirables.

Donc, même si les étoiles c’est beau, restez vigilant sur votre composition et ne la sous-gérez pas !

green leafed tree under starry skies
Jacob Dyer
@jacobdyer

Trompé par son écran

Pour une fois, ce n’est pas un humain qui vous a trompé.

Mais pire, votre fidèle compagnon l’appareil photo !

Quand vous allez checker vos magnifiques clichés sur votre écran LCD.

Votre photo va apparaître plus claire qu’elle ne l’est réellement.

Vous allez vous dire que c’est lumineux, qu’on voit bien, « wouaaa ».

QUE NENNI quand vous allez regarder vos photos sur PC elles seront sombres.

Donc pour éviter cette mauvaise surprise.

Allez dans votre menu et baissez au maximum la luminosité de votre écran LCD.

Vous obtiendrez un résultat plus réaliste de la véritable photo que vous aurez sur votre ordinateur.

silhouette of trees and mountain under blue sky at nighttime
Jeremy Thomas
@jeremythomasphoto

Jamais seul

Pour ce type de photo, on doit aller de nuit, dans des endroits isolés.

C’est un peu une petite aventure, une expédition.

Et dans ce type de configuration, prévenez toujours un ou plusieurs proches de là où vous allez et ce que vous allez faire.

Le téléphone bien chargé, donner des nouvelles régulièrement.

Et de préférence, n’y allez pas seul !

Attention aux animaux ou pire AUX HUMAINS !

silhouette of man standing on rock while looking in sky
Greg Rakozy
@grakozy

Lighpainting + premier plan

Ce que vous pouvez faire c’est par exemple, dans un premier temps, prendre une photo avec un ciel bien exposé.

Puis, si vous avez un arbre en premier plan par exemple.

Vous allez prendre une seconde photo avec des ISO plus bas (comme ISO 400, à 30S de temps d’exposition) et faire du light-painting sur cet arbre. 

Si votre lampe torche est très puissante, vous pouvez aussi rétrécir votre ouverture, ça ajoutera un peu de détails !

Et surtout ne bougez pas votre appareil ! Gardez la même composition !

Avant de déclencher et de partir faire votre peinture, mettez le retardateur sur 10 secondes pour vous laisser le temps d’aller sur votre arbre (ou autre élément du premier plan).

Faîtes votre painting depuis un côté : comme ça déjà, on ne vous verra pas, mais surtout ça va ajouter des ombres et du détail (un peu de sidelighting).

Vous pouvez prendre une photo pour chaque côté.

Vous pouvez faire des ronds, en vous déplçant un peu pour créer une lumière un peu plus douce.

Si vous utilisez une lampe torche très puissante, vous allez pouvoir baisser vos ISO et/ou rétrécir votre ouverture, et ça vous permettra vraiment d’avoir plus de détails au premier plan.

Faîtes le montage sur photoshop.

Milky Way
Bryan Goff
@bryangoffphoto

Post-traiter ses photos de voie lactée sur lightroom comme un grand

Vous êtes une brave bête.

Vous avez eu le courage et la motivation de partir à l’aventure dans la nuit.

Pendant peut-être des heures. D’essayer encore et encore.

Vous ramenez vos magnifiques trophées à la maison tel le chasseur ramène sa gallinette cendrée !

Maintenant, place à la touche finale, le post-traitement.

Balance des blancs

Si la balance des blancs aura un très grand impact (si ce n’est le plus grand) sur l’ambiance générale de votre photo stellaire… 

…C’est aussi et surtout une question de goût personnel. 

Si vous aimez que vos photos intergalactiques soient légèrement bleutées.

Règlez la balance des blancs sur une températurede 3800 Kelvin lors de la prise de vue. 

Cela créera des images proches de la neutralité ou légèrement bleutées (ce qui naturellement ce que nous voyons ou avons en tête). 

N’oubliez pas de prendre en RAW pour corriger facilement peu après, et choisir une balance des blancs personnalisée fixe.

Essayez les différents réglages de la balance des blancs dans Lightroom pour voir ce qui vous plaît le plus.

Les réglages Lumière du jour ou Nuageux rendront l’image plus jaune-orange ; Tungstène rendra bleu ; et Fluorescent rendra plus violet.

Corrections de l’objectif

Cela varie selon l’objectif que vous utilisez, mais vous allez avoir de la distorsion (donc l’image est tordue par rapport à la réalité, ce qui tout le temps le cas en grand angle) et aussi du vignettage

Si votre objectif forme du vignettage (ce qui est souvent le cas des grand-angle) il faut penser à vous en occuper avec la correction de distorsion, à moins que vous aimiez ça et voulez le garder, mais généralement on cherche à voir le plus et le mieux la voie lactée et l’ensemble de la photo donc on enlève ça.

Il vous faudra donc cliquer sur le panneau “Lens Corrections” dans le module Developpeur, puis cocher la case “Enable Profile Corrections” ou “autoriser le profil de correction”. 

Si votre objectif n’est pas automatiquement reconnu par Lightroom, sélectionnez le dans la liste déroulante du menu “Lens Profile” / “profil de l’objectif”. 

Pour peaufiner si nécessaire vous pouvez  ajuster le curseur “Vignetting” / “vignettage” à la valeur qui vous convient pour supprimer un peu plus les bords et les coins sombres qui pourraient subsister.

Exposition

Il est possible que votre image soit un peu sombre (notamment si vous vous êtes fait avoir par la luminosité de votre écran comme expliqué juste avant), alors n’hésitez pas à augmenter l’exposition.

Voire trop d’exposition.

Au risque que votre image paraisse trop claire, mais vous atténuerez ça en ajoutant du contraste à l’image. 

L’idéal serait de prendre une photo avec une exposition un peu plus claire par rapport à ce que vous voyez sur votre écran. 

Par ailleurs, augmenter l’exposition dans Lightroom ajoute du bruit à la photo, donc restez attentif et zoomez si nécessaire..

Contraste

En ajoutant du contraste, la Voie lactée va vraiment bien ressortir. 

Il y a plusieurs façons d’ajouter du contraste à l’image, vous pouvez utilisez les curseurs Contraste, Blancs et Noirs. 

Le but de ces réglages est d’accentuer les parties claires et sombres de l’image, en particulier dans le ciel, pour faire ressortir davantage la Voie lactée.

Il n’y a pas LE bon réglage, ça va vraiment dépendre de votre photo, de vos goûts, de vos choix, regardez les résultats et ajustez.

Jouez avec les curseurs pour obtenir l’aspect que vous souhaitez et qui fait ressortir plus de détails dans le cœur galactique.

Hautes lumières et ombres

Il n’est pas forcément nécessaire de faire des ajustements sur les hautes lumières et les ombres.

Mais vous pouvez baisser un peu quelques potentielles haute lumières dans les étoiles de la Voie lactée et ajouter un peu plus de lumière dans les zones trop sombres de votre premier plan. 

La différence est subtile, c’est du détail, MAIS C EST ÇA QUI FAIT TOUT ! Le détail ! 

Faites de petits changements, regardez, ajuster, n’hésitez pas utiliser le avant-après, faire des poses dans vos retouches puis y revenir, éventuellement regarder sur des écrans différents..

Réduction du bruit

À ce stade, il est possible que l’image semble un peu bruitée après avoir remonté les curseurs d’exposition et d’ombres. 

La fonction de réduction du bruit dans Lightroom a été grandement améliorée, et c’est généralement ce qui sera nécessaire d’utiliser quand vous voudrez réduire le grain dans votre image. 

Veillez toutefois à ne pas aller trop loin, car cela affecterait les détails. 

Dehaze (débrumage)

C’est le héros méconnu du traitement des images de la Voie lactée. 

Il est vraiment destiné à réduire la brume dans l’atmosphère (d’où son nom), mais il fait aussi un excellent travail pour augmenter le contraste et rendre la Voie lactée vraiment éclatante.

Il est tentant d’utiliser le curseur au maximum pour ce réglage, mais essayez de garder quand même un aspect naturel à votre cliché.

Brosse de réglage

Vous pouvez vous servir des brosses de réglage pour accentuer davantage les détails dans le noyau de la Voie lactée. 

Pour ce faire, utilisez deux brosses distinctes, l’une pour les blancs et l’autre pour les noirs.

L’utilisation du paramètre de superposition de masque vous permet de voir où vous avez brossé les ajustements.

Autres corrections

Ce sont des éléments qui varient en fonction de votre photo. 

Si vous avez par exemple une lumière qui dérange vous pouvez utiliser l’outil Gradient et réduire l’exposition et la saturation uniquement sur une partie de l’image. 

Ensuite, vous pouvez utiliser une brosse de réglage a été utilisée pour redonner de la couleur à des parties de votre votre ou appliquer des réglages spécifiques à des zones ou éléments. C’est une solution rapide, et pas parfaite, mais qui fait quand même l’affaire (pour la précision, photoshop est préférable).

Si vous voulez vous débarasser totalement d’éléments indésirables vous pouvez vous emparer de l’outil “Spot Removal”.

Milky Way
Yong Chuan Tan
@yongchuan

Conclusion

Eh bien, je crois que nous avons fait le tour.

J’espère que ça vous aura plu.

Globalement on est sur de la photo en conditions difficile, il faudra donc passer en manuel.

Faîtes attention à vos réglages, il va sans doute vous falloir faire pas mal d’essais pour obtenir un résultat convaincant.

Attention si vous partez vous isoler dans la nuit, ne vous mettez pas en danger !

Le post traitement va être important et vraiment faire la différence.

J’avais déjà écrit un article sur la photo d’étoiles plus généraliste ici.

Mais celui-ci de cette page est plus précis : sur la voie lactée.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Recevez votre guide gratuit

Plus de 20 pages réparties en 6 axes : exposition, composition, créativité, matériel, post-production et conseils en vrac :

>