19 octobre 2022

Comment utiliser la réflexion dans ses photos de paysage

Par Gaëtan Berthouly

19 octobre 2022


Les photos de paysages les plus emblématique sont sans doute celles avec de grandes surfaces d’eau miroitante. Ces photos sont impressionnantes. Typiquement, de belles montagnes qui se reflètent sur un lac. Alors comment bien repérer les lieux ? Quel est le meilleur temps et la meilleure lumière ? Quels réglages utiliser ? Quel matériel ? Comment composer ? C’est ce qu’on va voir ensemble dans cet article. En avant Guingamp !

Version vidéo:

L’ESSENTIEL

Pas le temps ? 

Téléchargez le résumé de l’article à emporter partout avec vous !

Trouver de l’eau calme pour de beaux reflets

Je commence par le plus évident. Pour une photo de réflexion réussie il vous faudra… une eau calme. En journée, trouver des arbres ou des collines qui abritent votre étang ou votre lacs du vent favorisera une eau bien lisse (et donc un beau reflet).

« Et au niveau de la taille de cette surface d’eau ? »

On pense souvent qu’il faut ABSOLUMENT de grands lacs pour obtenir de beaux reflets de paysage. Et c’est vrai c’est un bon choix, et c’est une très belle configuration.

Mais si vous n’avez pas de lacs sous la main (c’est pas facile à transporter), même une petite flaque d’eau peut suffire. Il faudra juste veiller à bien descendre votre matériel photo pour s’en rapprocher suffisamment. De cette manière, la petite surface d’eau prendra beaucoup d’espace dans le cadre.

https://unsplash.com/photos/ZLygSfE2wtk

D’ailleurs, les plans d’eau plus petits et moins profonds donnent de meilleurs reflets. Les flaques d’eau ne coulent pas et le vent n’affecte pas la surface aussi facilement qu’une grande étendue d’eau. Pareil pour les étangs (dans une moindre mesure).

Si vous ne trouvez pas de flaque d’eau, partez en quête de bords calmes d’un ruisseau, d’une rivière ou d’un lac.

Dans un ruisseau ou une rivière, les sections les plus larges seront moins profondes, avec une eau qui se déplace plus lentement et peut-être même avec de petits  » tourbillons  » où l’eau est presque immobile.

Les lacs ont également tendance à avoir de petites sections du rivage où les eaux sont moins perturbées.

En recherchant soigneusement ces zones, vous obtiendrez un meilleur reflet, en particulier lorsque l’eau est très agitée en raison d’un fort débit d’eau ou de vents violents.

« Tu as une idée de la vitesse du vent pour avoir un bel effet d’eau lisse ?« 

Idéalement, la vitesse du vent doit être inférieure à 5 km/h et la vitesse des rafales inférieure à 8 km/h. Sous ces vitesses vous obtiendrez une eau digne d’un miroir (vous pourrez même lui demander qui est la plus belle).

Remarque

Vous pouvez utiliser des applications météorologiques (comme windy) et croiser les informations. Ou encore regarder les prévisions locales.

Remarque

D’autres surfaces réfléchissent aussi, mais pas nécessairement avec la même intensité et la même perfection qu’une eau plate. L’eau en mouvement, les surfaces humides, la glace, le métal poli, le verre et le plastique peuvent aussi fonctionner pour créer des reflets.

https://unsplash.com/photos/eWk5u40S8cc

Comment gérer au mieux le vent avec le repérage ?

Le vent n’impactera pas tous les lieux de la même façon. Pour les plus motivés et investis d’entre vous, appliquez toujours le même conseil en photo de paysage : le repérage.

  1. Choisissez votre spot (=endroit de prise de vue). L’outil le plus simple pour ça c’est Google Street View sur Google Maps, il vous donnera une idée générale du lieu. (Exemple avec le lac d’Annecy).
  2. Choisissez une grande étendue d’eau (ou trouvez une petite flaque ou un étang).
  3. Faites le tour de l’endroit, considérez les différents points de vue, angles, dangers et éclairages. Vérifiez dans quelle direction souffle le vent. Vous trouverez peut-être des parties de l’étang ou du lac qui sont calmes et abritées, ainsi que d’autres parties plus ondulées.
  4. Prévoyez d’arriver tôt pour avoir plus de temps pour repérer les lieux. Prévoyez aussi de revenir plusieurs jours à ce même endroit. En effet, sur UNE SEULE journée vous aurez probablement très peu de temps calme. Et donc d’eau bien lisse. Et puis, pour faire une jolie photo de paysage, la lumière aussi est importante. Il faut donc se retrouver à des moments où l’eau vous convienne ainsi que la lumière.

« OLALA !« 

Oui, olala, en effet. La patience est une qualité très importante en photo de paysage. 2-3 jours sur un même spot peuvent vous garantir, AU GLOBAL, quelques heures d’eau stagnante (et un reflet parfait).

Mais je dois vous avouer quelque chose : je suis une baleine. Non en fait, en pratique, il est difficile d’obtenir une surface d’eau parfaitement immobile. De légères ondulations sont souvent présentes peu importe l’heure ou la météo.

« C’est si problématique ?« 

À moins de chercher ABSOLUMENT une surface parfaitement miroitante, non, ce n’est pas grave.

D’ailleurs, vous savez, parfois, il faut arrêter de vouloir aller à l’encontre des éléments et plutôt les embrasser FOUGUEUSEMENT !

Par exemple :

  • Vous n’avez pas beaucoup de lumière ? Faîtes une longue pose, au lieu d’ouvrir plus grand ou de faire péter les ISO.
  • Vous n’avez pas de trépied pour la longue pose ? Essayez vous au mouvement intentionnel de l’appareil photo.
  • Votre sujet est à contre-jour ? Prenez une photo de silhouette, au lieu de galérer à compenser l’exposition.

Au lieu de lutter contre les éléments, allez dans leurs sens. Dans le cas de photos de reflets, le fait d’avoir un reflet un peu « brouillé » n’est PAS SI GRAVE ! Le rendu est simplement différent. C’est l’occasion d’obtenir des photos plus abstraites ou picturales (je détaille dans la partie suivante).

Et au pire vous reviendrez demain (ou un autre jour) !

Malgré toute la préparation de possible, la photo de réflexion de paysage c’est aussi une question de chance et de patience. Restez plusieurs jours à un même lieu ne suffit pas toujours. Il est difficile de prévoir ce que la nature nous réserve. Parfois, vous obtenez le reflet comme prévu, et parfois non.

https://unsplash.com/photos/YFFGkE3y4F8

Obtenir des reflets abstraits avec l’ondulation de l’eau

N’excluez pas les prises de vue par temps venteux ! Il peut être intéressant de passer du temps à photographier des reflets déformés par les ondulations. Au lieu de bouder le vent (je vous vois hein), profitez du mouvement et des formes obtenues !

MAIS !

Pas n’importe comment. Voici 2 conseils :

  1. l’élément qui se reflète dans l’eau doit être intéressant, contrasté grâce à ses couleurs ou sa forme (voir la photo à droite ci-dessous),
  2. essayez aussi de cadrer uniquement le reflet à l’envers (voir de nouveau la photo à droite ci-dessous).

Cette approche plus abstraite incluant les ondulations de l’eau donne à la photo retournée une qualité picturale et fracturée, lui ajoutant un soupçon d’impressionnisme.

Exemple des 2 approches (à gauche avec un reflet bien lisse, à droite avec quelques ondulations) :

Source : https://www.photocrowd.com/blog/174-brief-guide-water-reflection-photography/

Remarque

J’ai beaucoup parlé de vent, mais la pluie aussi peut venir perturber votre parfait reflet !

Ou vous offrir une nouvelle opportunité de photo abstraites (en fonction de si vous voyez le verre à moitié vide ou a moitié plein !)

https://unsplash.com/photos/_LuLiJc1cdo

Les meilleurs moments et lumières pour la réflexion de paysages

Les meilleures conditions sont le matin, juste avant et après le lever du soleil, et le soir, juste avant ou après le coucher du soleil (donc aux heures dorées et aux heures bleues).

À ces moments, la brume et les nuages colorés du coucher ou lever du soleil se reflétant dans l’eau constituent un excellent sujet photographique. Autre avantage non négligeable : le matin l’air est presque inactif pendant les premières heures de la journée.

Les temps nuageux sont aussi pertinents avec les reflets. En effet, les ciels couverts seuls peuvent manquer d’intérêt (par leur manque de formes et de textures), le reflet dans l’eau peut rajouter de l’intérêt à votre photo. Et c’est pareil avec les ciel sans aucun nuages de type « grosse bande bleue uniforme ».

Vous pouvez également rechercher l’ombre sur votre surface réfléchissante, une zone ombragée mettra en valeur le reflet.

https://unsplash.com/photos/z_L0sZoxlCk

Équipement pour la photo de réflexion de paysage

Un boîtier : celui que vous possédez déjà devrait faire l’affaire. Si votre appareil dispose d’une large plage dynamique, c’est encore mieux (mais pas nécessaire). Exposez bien pour les hautes lumières, si les conditions sont extrêmes, ou utilisez la technique du HDR.

Un trépied : on est en photo de paysage. Et en photo de paysage un trépied c’est très UTILE (pour la stabilité, la netteté, prendre le temps de composer…). Et la photo de réflexion de paysage bénéficient aussi de ces avantages.

La particularité ici est que le trépied devra être assez petit pour vous permettre de photographier à une hauteur basse (pour se rapprocher de la surface de l’eau comme déjà vu au début).

Un autre intérêt du trépied est de pouvoir empiler facilement des photos avec exactement le même cadrage en post-traitement. Pour obtenir une exposition correcte de l’ensemble de la photo et/ou empiler différents plans mis au points pour avoir un maximum de netteté sur la photo.

Enfin, un trépied est inévitable pour les expositions longues.

Un déclencheur à distance : est aussi utile pour éviter les tremblement et les longues poses.

Objectifs : une plage focale comprise entre 15 et 30 mm (sur 24×36) fonctionne généralement bien bien. Pour être plus précis, c’est surtout la scène qui va vous dicter la distance focale :

  • Un objectif ultra grand angle (sous 24 mm) ou grand-angle ne fonctionne que si le sujet occupe une place importante au milieu dans la scène physique. Le sujet et son reflet deviendront insignifiants sur la photo avec la distorsion de ce type d’objectif.
  • Si votre sujet est éloigné, vous pouvez envisager un objectif standard (autour de 35 mm). Avec un objectif de longueur moyenne, vous obtenez un sujet majestueux et un reflet suffisamment grand au premier plan. Cela permet aussi d’isoler un reflet de son environnement, comme dans les photo ci-dessous, un téléobjectif peut être utile.
https://www.photocrowd.com/blog/174-brief-guide-water-reflection-photography/

Un objectif de 200 mm a été utilisé pour se concentrer sur la surface de l’eau et isoler les reflets des arbres ». (Dans ce cas on n’est plus vraiment sur de la photo de paysage). – https://www.photocrowd.com/blog/174-brief-guide-water-reflection-photography/

Remarque

Plus la distance focale est courte (donc l’angle de champ est grand), moins les légère turbulence en surface seront visibles. En revanche, plus la distance focale augmente, plus la turbulence est visible.

« Et tu conseilles plutôt un objectif à lentille variable ou fixe ?« 

Bien que les objectif à lentille fixe aient pleins d’avantage (piqué, moins d’aberrations chromatiques…), leur inconvénient majeur (ne pas pouvoir zoomer) risque de nous limiter ici. Par exemple, si vous avez un rocher au milieu de l’eau que vous voulez avoir comme premier plan, s’approcher devient pratiquement impossible.

L’avantage des objectif zooms est aussi de pouvoir contrôler la taille de nos sujets dans le cadre (avec les pieds ce n’est pas toujours possible).

Le mieux est d’apporter un zoom et un objectif à lentille fixe. Commencez à cadrer avec l’objectif à lentille fixe, si il n’offre pas la composition souhaitée, passez au zoom.

Filtre polarisant : habituellement on s’en sert pour réduire l’éblouissement sur les surfaces humides (comme les rochers en photo de cascades) ou métalliques, et réduit les reflets. Réduire les reflets rendra plus visible ce qui se situe sous la surface de l’eau, ce qui permet de créer un mélange de ce qui se trouve sous la surface et juste un reflet des teintes du paysage.

Un filtre polarisant peut aussi être utile pour réduire un éblouissement direct sur certaines parties de l’eau provoqué par le soleil (qui se traduit par des taches blanches à la surface de l’eau). Dans ce cas, faites simplement pivoter le filtre légèrement, cela réduira l’éblouissement mais laissera votre reflet intact.

Certaines scènes aux reflets colorés bénéficient d’une polarisation créative. Pour cette photo, des couleurs de l’automne se reflètent dans un ruisseau, le filtre a été tourné jusqu’à faire ressortir les meilleures couleurs. Cette technique ne fonctionne pas toujours, les scènes avec beaucoup d’eau et des surfaces humides éclairées semblent les plus appropriées.

Adirondack State Park, USA. Canon EOS 5D camera, Canon TS-E 90mm f/2.8 Tilt-Shift lens, polarizer filter, ISO 50, f/16, 0.6 seconds. – https://www.outdoorphotographyguide.com/article/tips-for-capturing-great-photos-of-reflections/

Filtre à densité neutre ND : parfois, lorsque vous partez à la chasse aux reflets, la moindre brise peut saccager votre reflet avec les ondulations dans l’eau provoquées. Pour contourner ce problème, utilisez un filtre à densité neutre pour allonger votre pose (j’en parle dans les réglages).

Attention, pas de miracles. Cette technique ne fonctionnera que si les ondulations sont mineures, et le résultat obtenu n’est pas comparable à l’effet d’une eau bien plate. Un filtre ND filtrant entre 3 et 6 stops (équivalence puissance d’un filtre ND et stop) devrait suffire à obtenir une exposition suffisamment longue pour lisser l’eau. Si le filtre est trop sombre il faudra recalculer votre exposition manuellement.

Filtre à densité neutre gradué : si vous avez besoin d’équilibrer l’exposition, vous pouvez utiliser des filtres à densité neutre gradué.

Parapluie : vous pouvez emporter un parapluie compact dans votre sac de photographe. Comme je vous le disais, en plus de vent, la pluie peut gâcher votre effet de réflexion. Si vous êtes très près de l’eau ou qu’il s’agit d’une petite surface, un parapluie tenu au-dessus de votre trépied permet de préserver le reflet. Mais c’est totalement inutile quand le reflet se trouve plus loin sur l’eau. Ça protège aussi votre matériel de la pluie au passage (notamment la lentille frontale).

https://unsplash.com/photos/E7w_Ti4BSSs

Réglages de l’appareil photo

Blocage du miroir : si vous avez un boîtier reflex numérique, relevez le miroir avant de prendre une photo. Si vous êtes un maniaque de la netteté parfaite, cela réduira les vibrations et donc les possibles micro flous de bougés dû au mouvement du miroir..

ISO : réglez-les au minimum au début. Avec des ISO au plus bas la plage dynamique est plus large et le bruit est réduit. Si vous êtes en longue vous n’aurez sans doute pas à y toucher !

Mode de prise de vue : pour avoir un contrôle total de l’exposition, le mode manuel est idéal si vous êtes à l’aise avec. Vous pouvez aussi choisir un mode semi automatique, on choisit généralement le mode priorité à l’ouverture en photo de paysage pour jouer sur la profondeur de champ et la netteté acceptable perçue. Si c’est le mode que vous choisissez, surveillez votre temps de pose, pour que l’eau corresponde au rendu final que vous souhaitez.

Ouverture : en photo de paysage on sélectionne généralement une petite ouverture (commencez avec une ouverture de f/9.0 ou f/10, si cela ne suffit pas, passez à f/11 voire f/16). Cela permet d’avoir une plus grande profondeur de champ et donc une plus grande netteté acceptable dans la photo (voir ma formation gratuite pour plus de détails), souvent apprécié en photo de paysage. Une petite ouverture entraînera probablement une temps de pose un peu long, ce n’est pas un problème avec un trépied (attention à l’effet sur le reflet en revanche)

Remarque

Une faible profondeur de champ peut bien fonctionner avec des scènes abstraites (voir photo ci-dessous à f/2.8, les feuilles flottant sur l’eau sont rendues floues).

f/2.8 – Source : https://www.photocrowd.com/blog/174-brief-guide-water-reflection-photography/

Temps de pose : au moins 1/250 s si vous voulez que les reflets soient nets (il y a quasiment toujours du vent et des perturbations). Avec un court temps de pose on appuiera ici plutôt sur un parfait reflet et l’effet de symétrie.

Autre option : avoir un reflet lissé avec une longue pose qui donnera un sujet net et une eau lisse (mais moins qu’avec une eau plate et un court temps de pose). Un long temps de pose recentrera l’attention sur le sujet. Entre 3 à 10 secondes, avec f/11-18 et ISO 100-200 sont des exemples de réglages. Le tout maintenu sur un trépied bien stable.

Attention

Avec une longue pose gardez l’œil sur les autres parties de la scène : les nuages pourraient commencer à former des filets, le soleil pourrait se déplacer, ou des zones pourraient être surexposées.

120 s – Source : https://www.photocrowd.com/blog/174-brief-guide-water-reflection-photography/

Mode de mesure d’exposition : cela va vraiment dépendre de votre scène, mais si vous n’avez pas le soleil dans le cadre et que vous photographiez tôt le matin ou en fin d’après-midi, la lumière devrait être assez homogène. Dans ce cas, vous pouvez sélectionner mode de mesure évaluative ou matricielle.

Je rappelle, qu’en numérique on expose toujours pour les hautes lumières, c’est-à-dire règle notre appareil photo à la limite de surexposer les hautes lumières (il s’agit généralement du ciel ici qu’on peut mesurer en mode spot, car le reflet est environ un stop moins exposé que le sujet réel). Vous pourriez aussi essayer la compensation d’exposition entre +1/3 et +1 stop pour récupérer des informations dans le reflet (si vous photographiez en RAW). Enfin, si besoin, utilisez un filtre gradué neutre pour rééquilibrer la luminosité de la scène.

Si vous n’êtes pas satisfait de vos photos, et que la scène semble émettre une plage dynamique trop large pour votre boîtier : faites du bracketing/HDR. Prennez trois photos à un stop d’écart. Fusionner-les en post-traitement. Si les écarts entre les photos bracketées sont trop importants, il sera difficile de les fusionner, faîtes donc plus de 3 photos avec moins de stops d’écart si besoin.

Mise au point : vous pouvez faire la mise au point sur le sujet en mode automatique ou sur le premier tiers de la photo en partant du bas (dans ce cas bloquez la mise au point, puis recadrez).

Faire du bracketing pour faire du focus stacking et/ou du HDR

Pour l’empilement de mise au point, en prenant au moins 3 photos, une pour le premier plan, une pour le sujet réel et une entre les deux. Empilez ensuite toutes les photos ensemble en post-traitement. Cette étape peut être obligatoire si vous avez des objets au premier plan très proches de votre objectif.

Pour une scène qui semble émettre une plage dynamique trop large pour votre boîtier : faites du HDR sur le même principe.

Si vous devez effectuer un bracketing pour l’exposition et la mise au point, vous devez prendre un total de photos bracketées multiplié par les photos de mise au point. Exemple : si vous avez besoin de 3 prises de vue pour la mise au point et 3 pour l’exposition, vous devez prendre un total de 9 prises de vue (3 expositions pour chaque image mise au point).

C’est une autre raison pour laquelle une exposition manuelle est recommandée. Lorsque vous placez votre appareil photo en mode priorité ouverture ou tout autre mode semi-automatique, il peut ajouter ou soustraire quelques tiers de stops dans un sens ou dans l’autre. Il sera très difficile dans ce cas d’obtenir une photo finale homogène en la retravaillant en post-traitement.

Ratio : le classique 2:3 est souvent utilisé en photo de paysage, en effet c’est le ratio de nombreux boîtiers par défaut. Mais c’est rarement le plus adapté aux photos de paysage, et encore moins aux photos de reflets (surtout si elles sont symétriques). C’est la scène qui dicte le ratio à utiliser (lisez mon article sur le meilleur ratio pour la photo de paysage). Le ratio 1:1 fonctionne bien pour la symétrie. Si vous devez inclure des motifs, des détails sous l’eau peu profonde (au premier plan), poussez le sujet réel un peu plus haut dans la composition. Sinon essayez le 16:9 si vous avez des éléments intéressants en largeur, essayez aussi le 4:3 ou le 4:5.

Balance des blancs : automatique, ou un préréglages ou encore faire la balance des blancs manuellement.

Format de prise de vue : le format RAW. C’est toujours mieux pour le développement, et notamment pour corriger la balance de blancs.

https://unsplash.com/photos/as2fQa6eC8Y

L’angle de prise de vue est très important pour les photos de reflets

Rapprochez-vous pour obtenir un angle aussi bas que possible par rapport à l’eau. Parfois, vous pouvez vous retrouver avec les pieds de votre trépied dans l’eau avec le bout de votre objectif qui se trouve à peine à quelques centimètres au-dessus de la surface ! (Votre trépied doit être bien stable, et votre appareil photo bien accroché, sinon PLOUF !)

Il peut être utile d’emporter un petit trépied, de nombreux trépieds traditionnels (en particulier ceux dotés d’une colonne centrale) ne peuvent pas descendre assez bas pour trouver un reflet dans les plus petites flaques.

Se baisser vous permet de trouver un reflet dans les plus petites flaques d’eau (de nombreuses possibilités de composition se présentent après une pluie). Beaucoup de photographes passent à côté des flaques, pas vous ! C’est particulièrement utile dans le désert où il y a très peu de plans d’eau .

En vous rapprochant de la surface du plan d’eau, vous remarquerez que vous couvrirez davantage le second plan (milieu de la photo) dans le reflet et que cela sera d’autant plus prononcé que l’objectif sera presque parallèle à la surface.

Par ailleurs, pensez que les reflets sont générés grâce à une source de lumière. Mais ce n’est pas pour autant que cette source de lumière doit apparaître dans votre photo. Vous devez veiller à ce que le soleil n’entre pas dans le cadre.

S’il est présent dans votre composition, il se reflétera dans le lac et gâchera votre cliché. En effet, le soleil réduit considérablement la réflexion de votre sujet et le contraste de la scène. En gros, il rendra votre reflet presque totalement illisible (et c’est con car on parle que de ça depuis tout à l’heure !).

Ajuster votre position ou celle de votre appareil photo, et vous assurer que le soleil n’entre pas dans votre image. Ce sera le meilleur angle pour faire rebondir les rayons de lumière sur la surface du miroir que vous choisirez.

https://unsplash.com/photos/KNUp-YBwBSE

Conseils de composition pour les photos de reflets

Remarque

Au début, il peut être plus facile de photographier des reflets. Vous pouvez vous entraîner en ville ou autour de chez vous. Trouvez une flaque d’eau reflétant un bâtiment par exemple, et faîtes vos tests de composition.

Faites attention aux lignes directrices

Les lignes directrices sont des outils très efficaces dans la photographie de paysage. Elles sont encore plus importantes lorsque vous photographiez des reflets, car l’un des principaux objectifs est d’obtenir un sentiment de symétrie.

Une petite inclinaison de l’horizon peut rendre la photo finale pratiquement inutile. Vous pouvez redresser l’horizon en post-traitement, mais c’est toujours plus simple de le faire correctement à la prise de vue.

Oubliez les règles de composition pour des reflets plus intéressants

Parmi les règles les plus courantes en photographie figurent la règle des tiers. Cette règle consiste à excentrer le sujet en le positionnant sur une ligne de tiers ou un point de force.

Pour les reflets, la symétrie est la solution ! vous voudrez faire exactement l’opposé de cette règle, franchir les interdits ! Cela est dû à la nature « géométrique » des photographies de reflets.

Si on prend l’exemple d’une photo de reflet sur la surface calme d’un lac, équilibrez la composition le long d’une ligne centrale en plaçant la ligne de réflexion en plein milieu du cadre pour obtenir une parfaite symétrie.

Assurez-vous qu’il y a la même quantité de ciel ou d' »air » au-dessus et au-dessous. La symétrie des reflets apporte un sentiment de tranquillité à une photo.

« Je suis obligé de faire comme ça ?« 

Pas du tout, mais essayez ce que je viens de vous dire (enfin d’écrire), car ça fonctionne bien en général, en plus d’un ratio 1:1.


Laisser respirer son sujet le reflet

Laissez un peu d’espace négatif autour de votre sujet et de son reflet. Une composition très serrée semblera la plupart du temps déséquilibrée.

Inclure des nuages

Avec le sujet et son reflet, le milieu et le premier plan ont un élément intéressant. Avoir quelques nuages dans le ciel peut ramener un peu d’intérêt à cette dernière partie de la photo.

Photographie de nuit

Les étoiles peuvent constituer un arrière-plan idéal. Lorsque vous essayez de photographier un reflet pendant la nuit, faites-le un jour de pleine lune ou du moins lorsqu’elle est à une semaine ou plus de celle-ci.

« Pourquoi ?« 

Simplement car vous aurez besoin d’une lumière vive pour éclairer votre sujet et, éclairer également le reflet plus sombre (comme déjà évoqué).

« Mais la Lune ne masquera pas les étoiles ?« 

Oui certaines, mais les étoiles les plus brillantes brilleront toujours sur votre arrière-plan.

Surveillez votre temps de pose. Les longs temps de pose créent des traînées d’étoiles. Pousser les ISO trop haut ajoutera du bruit numérique.

Position du soleil

Essayez de photographier lorsque le soleil est positionné derrière vous. Si vous décidez de photographier avec le le soleil face à vous, assurez-vous que le soleil se trouve vers l’horizon et pas trop haut dans le ciel.

Parfois, pour obtenir les tons bleus et cyan qui se reflètent dans l’eau, il est préférable de photographier lorsque le soleil est beaucoup plus haut. En effet, les longueurs d’onde bleues seront faibles ou absentes au début et à la fin de la journée (à l’exception de l’heure bleue).

Peu importe ce que vous choisissez, inclure le soleil dans votre carde rendra le mesure de l’exposition bien plus compliquée. Adoptez un angle qui évite la réflexion du soleil dans votre cadre.

Utiliser les reflets pour créer un contraste de couleurs

Les couleurs reflétez peuvent être différentes des couleurs du reste de la photo. Jouez avec cette information !

Par exemple dans cette photo, des couleurs de l’automne se reflètent dans les eaux troublées par le vent. Un zoom avant permet de créer une étude abstraite des couleurs et des formes.

Le feuillage d’automne était exposé à la lumière du soleil, tandis que l’herbe des marais n’était éclairée que par la lumière réfléchie par le ciel bleu au-dessus. La juxtaposition de ces deux couleurs opposées crée un effet artistique agréable.

Acadia National Park, USA. Canon EOS 5D Mark III camera, Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS USM lens, polarizer filter, ISO 100, f/22, 2 seconds – https://www.outdoorphotographyguide.com/article/tips-for-capturing-great-photos-of-reflections/.

Inclure des éléments au premier plan

Là aussi c’est un conseil qui fonctionne bien de manière générale en photo de paysage, comme le cadrage, cela ajoute un sentiment de profondeur. Inclure des éléments d’avant-plan dans la scène, entre le spectateur et le reflet, est une façon simple de créer de la profondeur. Cela permet aussi de rendre la scène moins abstraite et plus réelle.

Ne coupez pas votre sujet

C’est peut-être évident, mais on voit encore trop de photos magnifiques où la pointe de la montagne est coupée dans le reflet, soit par le bord du cadre, soit par un élément de premier plan.

La plupart des compositions sont meilleures si elles incluent le reflet dans son intégralité. Ce conseil est important pour maximiser l’avantage de la composition du reflet, qui consiste à introduire de l’ordre et de la symétrie dans la photo.

Tout retourner

Une technique marrante et créative est de retourner complètement la photo. Vous déformez la réalité en montrant un monde à l’envers, comme dans Inception.. C’est sans doute plus simple à faire en post-traitement. Vous pouvez aussi dans Windows faire un clic droit sur le fichier et cliquer sur pivoter.

Vous pouvez aussi cacher votre autoportrait dans le reflet, ou une silhouette. Il faut être plus doué en post-traitement.

Enfin ne vous limitez pas qu’aux reflets naturels. Regardez des bâtiments, des piscines artificielles ou même des objets étincelants. Ils offrent tous d’excellentes possibilités de reflets créatifs en photographie.

Les reflets pour améliorer vos photos

Le principal sujet de cet article est la photo classique de réflexion de paysage. Le reflet sera donc un des éléments principaux de votre photo (et c’est normal).

Mais les reflets ne doivent pas toujours être un élément proéminent de vos photos. Dans la photo ci-dessous par exemple, les reflets de l’eau de pluie fraîche sur les rues de la ville contribuent à apporter de la couleur et de la luminosité aux dalles sombres. Au lieu d’être un élément important de la photo, les reflets ne font qu’ajouter de l’intérêt.

Conclusion

Les reflets sont un excellent moyen d’ajouter une touche de mystère et un peu de style supplémentaire à vos photos. Quel que soit l’endroit où vous prenez des photos, soyez toujours à l’affût des surfaces réfléchissantes et réfléchissez toujours à des moyens créatifs d’intégrer les reflets dans vos images.

Moi je vous laisse ici à vos reflets et je vous dis à bientôt sur les internets MONDIAUX !

J’ai aussi une chaîne YouTube !

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Inscrivez-vous à une formation vidéo GRATUITE de plus de 8 heures sur les bases de la photographie

La formation est organisée en 7 modules + 1 bonus, avec de nombreuses ressources, schémas et tableaux.

Module 1 : fonctionnalités & boutons

Module 2 : prise de vue

Module 3 : composition

Module 4 : matériel

Module 5 : post-traitement

Module 6 : impression

Module 7 : créativité

Bonus : conseils en paysage, conseils en portrait, le plan de 16 semaines, preset

>
%d blogueurs aiment cette page :