fbpx

novembre 11

0 comments

Comment photographier le brouillard ?

Par Gaëtan Berthouly

novembre 11, 2021


Avez-vous déjà entendu parler du dicton : « Jour brumeux, photographe heureux. » ?

Non ? Et c’est normal car je viens de l’inventer.

On se dit souvent que pour faire une bonne photos il faut : une « belle lumière », de « belles couleurs », un « beau contraste », une vue bien dégagée, de la profondeur (en paysage notamment).

Mais le brouillard (en photo de paysage) a la fâcheuse tendance de NE PAS nous offrir tous les ingrédients qui font habituellement une SUPERBE photo de paysage.

Enfin du moins au premier abord c’est ce qu’on se dit…

Et si je vous disais…

Qu’il existe un monde où le brouillard est votre ami.

Où le brouillard devient un élément intéressant de votre photo de paysage.

Où le brouillard ne délave pas totalement vos photos les rendant aussi inintéressantes que des promesses électorales.

Et bien je vous le dis. Dans cet article on va voir comment photographier des paysages avec du brouillard.

En avant Guingamp !

Version vidéo ici :

Le matériel pour la photo de brouillard

Filtre UV : les jours de brume, de minuscules gouttelettes d’eau peuvent se déposer sur votre objectif, ce qui affecte la netteté de l’image. Le fait de pouvoir les essuyer sans trop de délicatesse est donc un plus.

Filtre polarisant : la brume et le brouillard sont réfléchissants, et les filtres polarisants aident à réduire les reflets.

Trépied : bien plus confortable pour expérimenter et notamment des temps de poses un peu longs

Équipement pour temps humide : de quoi essuyer, un sachet plastique (mais j’y reviens plus en-dessous).

Objectif : un grand angle vous permet de montrer les différences de tonalité entre le premier plan et l’arrière-plan brumeux de manière progressive. Il est conseillé d’utiliser un objectif plus court lorsque le brouillard est vraiment dense : cela permettra de garder vos sujets visibles. Si le brouillard est très faible et que vous souhaitez mettre l’accent sur l’atmosphère, choisissez plutôt un téléobjectif.

https://unsplash.com/photos/79LohGqACKU

Réglages

Balance des blancs : assurez-vous que votre balance des blancs est bien réglée pour équilibrer les teintes froides que génère ce type de temps. Généralement le préréglage « Nuageux/temps couvert » fonctionne bien (après tout vous êtes dans un nuage en quelque sorte).

Mise au point : l’autofocus détecte les différences de contraste pour faire mise au point. Sauf que comme je l’ai déjà dit : ici on a peu de contraste. Vous pouvez faire une première mise au point en autofocus ( si ça fonctionne) puis affiner en mise au point manuelle. Fermer l’ouverture pour augmenter la profondeur de champ permet d’augmenter la netteté acceptable de votre photo (mais ça ne vaut pas une mise au point correcte). Mais ça peut faire illusion. Par exemple, vous pouvez faire la mise au point sur un arbre entouré par le brouillard ou utiliser un élément au premier plan, comme une clôture, une personne ou un autre sujet proche de l’appareil photo.

Format : RAW. Je respire RAW. Je mange RAW. Je fais des RAW (blague douteuse). Bref prenez en RAW surtout lorsque les conditions sont difficiles. Ça permet de « rattraper » plus facilement certaines choses comme la balance des blancs par exemple. Mais jamais RÉELLEMENT l’exposition (c’est à la prise de vue seulement).

Temps de pose : il est essentiel de garder votre appareil photo STABLE lorsque vous prenez des photos dans le brouillard. Sa texture et sa dispersion peuvent varier considérablement, ce qui permet de prendre des photos aux effets et aux ambiances très variés. Le temps de pose est le meilleur moyen de capturer ces différences. Un temps de pose court : empêche la texture de devenir trop lisse et conserve sa texture. Un temps de pose long : pour uniformiser le brouillard (j’y reviens plus après).

https://unsplash.com/photos/150XDyqrENQ

Brouillard, brume et brume atmosphérique : quelle différence ?

La brume et le brouillard se forment tous deux lorsque de minuscules gouttelettes sont suspendues dans l’air. Proche du sol. Limitant ainsi la visibilité.

Mais la brume limite moins la visibilité que le brouillard.

Dans la brume, vous pouvez voir à plusieurs kilomètres de distance, alors que le brouillard est plus dense et peut limiter la visibilité à quelques mètres seulement.

Photographier dans la brume ou le brouillard est très différent que de photographier par temps clair.

« Mais c’est pas vrai ?« 

Si si je vous le jure. Dîtes-vous que la brume et le brouillard se comportent comme une boîte à lumière naturelle.

« Et du coup quel est l’impact concrètement ?« 

  • La lumière sera diffusée
  • Peut entraîner une distorsion de la direction et de l’intensité de la lumière
  • Vous aurez peu de contraste
  • Vos couleurs seront désaturée.
  • Les plans étant peu visibles vous pouvez manquer d’effet de profondeur aussi
  • Vous aurez besoin de temps de poses plus longs
  • L’air sera plus réfléchissant : ce qui peut perturber le posemètre de votre appareil photo (il « pensera » qu’il faut réduire l’exposition : ce qui n’est pas le cas).

ET DONC sans le savoir-faire nécessaire, ces phénomènes météorologiques peuvent rendre vos photos globalement : PLATES et MORNES. Un peu comme ma grande tante Gertrude.

Globalement tout comme pour la prise de vue dans des conditions de neige, vous devrez prévoir une certaine compensation de l’exposition lorsque vous photographiez dans le brouillard.

La brume atmosphérique, contrairement à la brume ou au brouillard, se produit lorsque de très petites molécules sèches sont suspendues dans l’air. Cette brume est rarement recherchée par les photographes, car elle ne fait souvent rien d’autre que de rendre les photos légèrement floues. Une solution peut être d’utilisé un filtre UV dans ce cas là.

https://unsplash.com/photos/pRiUWB0YVeQ

Comprendre le brouillard

Le brouillard se forme généralement au milieu ou à la fin de la soirée et dure normalement jusqu’au lendemain matin.

Des conditions brumeuses peuvent se développer n’importe où. Mais le brouillard est plus courant près de la surface de l’eau et dans les zones de basse altitude (les vallées, par exemple) ou dans une grande étendue de végétation humide (le brouillard qui passe entre les arbres fonctionne très bien). Il apparaît généralement lorsque l’eau est légèrement plus chaude que l’air ambiant.

« Euh ok mais quand est-ce qu’il se produit exactement ?« 

  • Quand le taux d’humidité dépasse 90 % et que température atteint le point de rosée. Un petit site pour calculer tout ça : https://www.deleze.name/marcel/physique/rosee/rosee.html
  • Les nuits froides suivies d’une hausse rapide de la température matinale (généralement les matins d’automne ou de printemps).
  • Les fortes pluies lors d’une chaude journée d’été dans les zones boisées.
  • Les nuages très bas avec un vent très faible.

Attention

Le brouillard se développe parce qu’il y a de l’humidité dans l’air. Vous devez donc faire attention à la condensation et aux gouttelettes qui se condensent sur la surface de votre objectif ou dans votre appareil photo.

Apporter un chiffon pour objectif et des sacs étanches pour appareil photo. Surveiller régulièrement votre matériel.

https://unsplash.com/photos/sf_urbkOffE

Se préparer

Oui je sais c’est un conseil bateau. Mais je le rappelle quand même. Si votre souhait est de « chasser » le brouillard il va falloir un peut ANTICIPER cette histoire.

Généralement un réveil matinal est obligatoire. Les prévisions météorologiques peuvent vous aider à planifier votre voyage et de nombreux sites vous indiqueront les endroits où l’on prévoit du brouillard.

Vous pouvez aussi rechercher des photos de votre lieu cible capturé dans les mêmes conditions. Pour vous donner des idées avant de vous rendre sur place.

https://unsplash.com/photos/DVKz4ebq8_I

Conseils pour accentuer la profondeur dans le brouillard

Une autre difficulté à laquelle nous devons faire face dans le brouillard est : la profondeur des photos.

Pour rappel le brouillard :

  • Affecte le contraste
  • Rend moins visibles certains plans

Et du coup votre photo peut manquer de profondeur visuellement.

Je vous le cache pas : il s’agit d’un problème extrêmement difficile à résoudre.

Mais un bon premier conseil si vous voulez maintenir un sentiment de profondeur dans vos photos est de vous assurer que vous avez un premier plan proche de l’appareil photo. Il peut s’agir d’une personne, d’un buisson ou d’un élément du paysage.

Le fait d’avoir un objet proche de l’appareil photo garantit qu’au moins une partie de votre photo aura de bonnes couleurs et aura du contraste.

Cela permet également d’accentuer l’ambiance du brouillard en arrière-plan.

Il s’agit d’un moyen simple d’apporter de l’intérêt à votre photo tout en soulignant la beauté du brouillard.

2 autres moyens de retrouver de la profondeur aussi :

  • Utiliser des lignes directrices
  • Utiliser le framing (qui revient un peu à rajouter une premier plan)
https://unsplash.com/photos/89PFnHKg8HE

Comment capturer des silhouettes dans le brouillard

L’une des plus belles façons de capturer un sujet en photographie de brouillard est de capturer une forme ou une silhouette. Ça peut être très beau mais aussi très mystérieux.

C’est un excellent angle d’attaque quand :

  • vous n’avez rien de proche à photographier au premier plan
  • le brouillard est particulièrement épais et masque tout éclairage de votre scène

« Mais comment faire ?« 

Le secret : vous devez régler votre exposition en fonction du brouillard. Et non du sujet. Pour avoir cet effet de silhouette.

  1. Donc mettez vous en mesure spot.
  2. Mesurez à côté du sujet : dans le brouillard.
  3. Rajoutez +1 ou +2 stops.
  4. Bloquez l’exposition.
  5. Déclenchez.

Une autre façon d’utiliser l’exposition pour créer ce look consiste à appliquer une compensation d’exposition négative. Ainsi, le sujet de vos photos ne sera pas trop lumineux et apparaîtra plutôt comme une jolie forme sombre au milieu du brouillard.

Conseil

Les silhouettes dans les brumes peuvent très bien ressortir en noir et blanc ! (Gardez ça dans un coin de votre tête).

https://unsplash.com/photos/RO9nomDWJk8

Cherchez les rayons de lumière

L’un des meilleurs moments pour prendre des photos de brouillard est lorsque le soleil commence à percer. La lumière du soleil peut projeter de belles ombres dans la brume et le brouillard, créant ainsi beaucoup de textures sur vos photos.

C’est aussi un bon moment pour prendre les rayons de lumière qui filtrent à travers la brume. Ces rayons de lumière apparaissent le plus souvent tôt le matin, mais peuvent parfois être vus le soir ou immédiatement après un orage.

Lorsque le brouillard et la brume se dissipent, le soleil apporte de la couleur à certaines parties de la photo, tandis que d’autres sont encore assez monochromes : là aussi un bon moment pour prendre des photos.

https://unsplash.com/photos/e2uTOpgW5Ec

Tout est une question de timing

Votre timing va avoir un impact direct sur la façon dont la lumière apparaît dans votre photo. Selon le type de brouillard auquel vous avez affaire, cette lumière peut se déplacer en différents groupes et épaisseurs dans la scène.

Le brouillard est toujours en mouvement et changeant, vous devez donc être prêt à bouger et à changer avec lui. Vous devez tenir compte de la texture du brouillard lorsque vous prenez des photos (Oui. Il a une texture).

Prenez votre temps pour attendre la répartition la plus intéressante du brouillard. Il est fort probable que vous ne deviez attendre que quelques minutes, car le brouillard se déplace et change constamment.

Lorsque vous avez cette texture parfaite : assurez-vous d’utiliser un temps de pose court.

« Pourquoi un temps de pose court ?« 

L’utilisation d’un temps d’exposition trop long peut lisser l’aspect du brouillard. Et donc faire disparaître cette belle texture que vous avez tant attendu.

Ce qui serait dommage.

Pour capturer la texture visez un temps de pose d’une seconde ou moins. Si le brouillard se déplace lentement, vous pouvez probablement utiliser un temps de pose légèrement plus long.

D’ailleurs aller sur un temps de pose plus long peut vous permettre de diminuer vos ISO et le bruit.

Remarque

En photo de brouillard il est parfois difficile de discerner la texture du brouillard du bruit numérique.

Vous pouvez photographier et utiliser le brouillard de 3 façons :

  1. En faire votre sujet principal
  2. L’utiliser comme un élément de la photo
  3. S’en servir comme diffuseur

Je détaille…

https://unsplash.com/photos/5QyPh6O9tfw

Photographier le brouillard lui-même

Faire du brouillard le sujet principal de votre photo peut très bien fonctionner.

Le conseil le plus important pour une bonne photo du brouillard est de trouver un bon point de vue. Le fait de photographier le brouillard du dessus accentue la nature du brouillard. Si vous le pouvez : les prises de vues par drone peuvent être un très bon choix ici.

Vous ne voulez pas qu’une mauvaise exposition cache le brouillard avec des hautes lumières crâmées ou des ombres extrêmement profondes.

« Mais comment y remédier ?« 

L’utilisation de filtres à densité neutre (ND) pour d’obtenir le bon équilibre des valeurs d’exposition est une bonne option. Un filtre ND8 (réduction de 3 stops) fera parfaitement l’affaire.

https://unsplash.com/photos/5W4C-HMYw1Y

Photographier le brouillard comme un élément de la photo : l’espace négatif

Le brouillard peut être un équilibre visuel, un objet de premier plan ou d’arrière-plan, ou un sujet à placer dans le cadre de la règle des tiers. Le brouillard peut également être utilisé pour masquer ou mettre en valeur un autre élément visuel de la scène.

Un principe de composition (j’en parle d’ailleurs dans ma formation gratuite) c’est de SIMPLIFIER une photo.

Eh bien ça tombe bien car le brouillard permet très facilement de faire ça de part sa nature. Il vous offre la possibilité de l’utiliser comme espace négatif.

Pour rappel : l’espace négatif consiste à laisser une grande partie de la photo occupée par une même texture, une même couleur, quelque chose d’uniforme. Pour équilibrer votre photos : vous allez mettre un sujet (ou éventuellement plusieurs).

Donc avec le brouillard : votre espace négatif est tout trouvé ! D’ailleurs, utiliser un filtre à densité neutre peut vous aider à uniformiser le brouillard (avec un exposition longue) et donc à renforcer cet effet d’espace négatif. Dans ce cas : trépied obligatoire !

https://unsplash.com/photos/NIyqowE5aDE

Le brouillard comme un diffuseur géant

Comme j’en ai un peu parlé au début : le brouillard fonctionne comme une boîte à lumière géante ! (Mais surtout gratuite).

Au lieu de regarder le brouillard de l’extérieur, ici, nous sommes immergés dans le brouillard.

Le fait de filtrer la lumière lui donne une qualité douce que l’on ne voit pas souvent dans les scènes extérieures éclairées par le soleil.

Au lieu de voir le verre à moitié vide, voyez le à moitié plein ! Un faible contraste peut très bien fonctionner notamment si vous êtes relativement proche du sujet.

Pour utiliser le brouillard comme diffuseur c’est très simple : photographiez à travers le lui.

Attention

Il n’est pas recommandé de photographier avec un flash, car il rebondira sur les gouttelettes d’eau dans l’air, réduisant encore plus la visibilité.

https://unsplash.com/photos/jU-JOEZ2saQ

Faîtes 2 photos

« Quoi je ne fais que 2 photos sur toutes ma séance ?« 

MAIS NAN !

Chaque fois que vous prenez une photo : essayez de la prendre deux fois. Et comparez pour voir laquelle capture le mieux l’ambiance de votre scène.

« Mais je change un truc ?« 

Oui !

  • Sur la première : exposez pour l’objet dominant de votre scène
  • Sur la seconde : exposez pour le brouillard lui-même.

« Mhm d’accord mais pourquoi ?« 

  • Dans la première photo : vous capturerez l’objet tout en perdant certains détails du brouillard
  • Dans la seconde photo : vous obtiendrez plus de détails et de texture dans le brouillard, tout en perdant des détails de l’objet dominant.

L’écran LCD n’étant pas très fiable, en cas de doute gardez les 2 (enfin si vous pouvez).

Prendre des photos de brouillard la nuit

La partie la plus difficile de la photographie de brouillard de nuit est de trouver le brouillard. Car c’est… assez rare.

Le brouillard nocturne est techniquement appelé brouillard de rayonnement. Il se produit comme le brouillard « normal ». Ce type de brouillard ne dure généralement pas longtemps après le lever du soleil. Il est donc essentiel de le trouver le plus tôt possible après la tombée de la nuit.

L’automne est une bonne période pour trouver du brouillard la nuit. Lorsque les nuits commencent à s’allonger, le ciel devient clair et sans nuages la nuit.

Ce type de brouillard est également plus fréquent dans les zones abritées ou vallonnées, sans vent, ou près d’un plan d’eau.

Si on annonce des nuits calmes et sans nuages avec une baisse significative de la température, c’est le bon moment pour partir à la chasse au brouillard nocturne.

« Mais quel intérêt ?« 

Contrairement à la journée, le brouillard nocturne peut en fait faciliter la prise de photos. Cette capacité à diffuser la lumière signifie que les photos sont plus lumineuses.

Ce qui vous permet d’ailleurs d’utiliser des réglages d’exposition moins extrêmes.

Si vous prenez vos photo de brouillard nocturne dans une villes, les lumières des réverbères ou des phares des voitures auront un rendu très intéressant.

En photo de brouillard de nuit il est d’autant plus important d’avoir un POINT D’ANCRAGE !

« Woua mais c’est quoi ça ?« 

Et bien ça rejoint un peu ce qu’on a déjà dit : en gros un sujet intéressant, au premier-plan éventuellement, avec des lignes directrices.

Typiquement en ville : un bâtiment vu depuis le bas. Qui s’efface progressivement dans le brouillard et la nuit.

https://unsplash.com/photos/fV5RjTaKH4o

Les routes : un bon sujet en photo de brouillard

Les routes constituent un autre type de sujet très photogénique et très accessible pour la photo de brouillard.

Il suffit de repérer un beau tronçon lorsque vous conduisez, de vous arrêter (en toute sécurité) et de prendre des photos.

La visibilité limitée permet également de filtrer les éléments éloignés pour les routes.

Remarque

L’avantage de prendre des photos par ce type de temps n’est pas seulement de vous offrir des points de vue inhabituels. Avec si peu de monde autour de vous, vous avez également plus de chances de croiser des animaux sauvages de près et de les prendre au dépourvu.

https://unsplash.com/photos/wmFTP3vbYKU

Mettre en valeur la lumière

Les gouttelettes d’eau dans le brouillard ou la brume font que la lumière se disperse beaucoup plus qu’elle ne le ferait autrement.

« Et concrètement ?« 

Et bien cela va adoucir considérablement la lumière, mais rend également visibles les traînées lumineuses provenant de sources lumineuses concentrées ou directionnelles.

Pour prendre un exemple classique de cette effet on pense à une photo dans une forêt avec la lumière du petit matin : lorsque la photo est prise dans la direction de cette lumière, les rayons de lumière descendent des arbres et se dispersent dans l’air lourd du matin.

L’astuce pour faire ressortir les rayons lumineux consiste à planifier soigneusement votre point d’observation. Les rayons lumineux seront plus apparents si vous vous trouvez à proximité (mais pas à l’endroit) où vous pouvez voir directement la source lumineuse. Cette perspective  » hors angle  » garantit que la lumière diffusée sera à la fois brillante et bien séparée de l’air plus sombre.

En revanche, si le brouillard est très dense ou si la source de lumière est extrêmement concentrée, les rayons lumineux seront clairement visibles. Peu importe le point d’observation.

https://unsplash.com/photos/zyiKqZCzHsY

Gérer la condensation

Si des gouttelettes d’eau se condensent dans l’air, vous pouvez être sûr que ces mêmes gouttelettes sont vont se condenser sur la surface de votre objectif ou à l’intérieur de votre appareil photo.

Si votre appareil photo est à une température similaire à celle de l’air et que le brouillard n’est pas trop dense, vous ne remarquerez peut-être aucune condensation.

En revanche, attendez-vous à une condensation importante si votre appareil photo était auparavant à l’intérieur et qu’il fait plus chaud dehors.

Heureusement, il existe un moyen simple de réduire la condensation causée par le passage de l’intérieur à l’extérieur.

« Woua trop bien mais c’est quoi ?« 

Avant d’emmener votre appareil photo et votre objectif dans un environnement plus chaud et humide, placez tous les dans un sac en plastique et assurez-vous qu’il est bien fermé hermétiquement.

Vous pouvez ensuite emporter ces sacs fermés à l’extérieur, mais vous devez attendre que tout ce qui se trouve dans les sacs ait atteint la même température qu’à l’extérieur avant d’ouvrir les sacs.

Remarque

Pour les grands objectifs d’appareil photo comportant de nombreux éléments, cela peut prendre 30 minutes ou plus si la différence de température entre l’intérieur et l’extérieur est importante.

Malgré toutes ces précautions, un peu de condensation est parfois inévitable. Alors pensez aussi à apporter un chiffon.

https://unsplash.com/photos/pdi61Oqn6Kc

Post-traitement

Ne soyez pas horrifié si vos photos ont l’air complètement délavées lorsque vous les voyez sur votre écran d’ordinateur.

« Ah ?« 

Et oui c’est parce que les photos prises dans un brouillard dense manquent de contraste et de saturation. (Et plus c’est dense plus c’est le cas !)

Voici un processus pour vous aider sur Adobe Lightroom :

Étape 1 : utilisez l’outil « pipette » pour équilibrer la balance des blancs, puis ajoutez manuellement un peu de bleu pour que la photo paraisse plus naturelle.

Étape 2 : poussez le curseur « Correction du voile ».

Étape 3 : utilisez les curseurs « Noirs » et « Blancs » pour ajouter du contraste. Tirez le curseur des « Noirs » vers la gauche et le curseur des « Blancs » vers la droite.

Étape 4 : Si votre photo est particulièrement plate, essayez d’appliquer le contraste localement. Pour ce faire, utilisez un filtre gradué ou radial. Puis déplacez les curseurs Blancs et Noirs en fonction (n’allez pas trop loin quand même).

Étape 5 : Si vous augmentez la clarté, vous accentuerez les gouttelettes d’eau et obtiendrez une photo bruyante. Cela se produit également lorsque vous ajoutez trop de netteté. Il faut parfois réduire légèrement le bruit et accentuer la netteté à l’aide d’un masque, pour éviter d’accentuer les gouttelettes d’eau.

Vous pouvez aussi essayer de passer vos photos de brouillard en noir et blanc.

« Tu nous parles de post-traitement mais est-ce possible d’ajouter du brouillard ?« 

Oui c’est plus ou moins possible. Le réalisme du brouillard dépendra de la photo. Voici une technique simple ici :

  1. Créez un calque de remplissage de couleur et réglez-le sur blanc.
  2. Réduisez l’opacité de ce calque à environ 50 % et
  3. à l’aide d’un gradient linéaire du noir au blanc : faites-le glisser du bas de la photo jusqu’à mi-hauteur.
  4. assurez-vous que le masque de remplissage de couleur est sélectionné lorsque vous ajoutez le gradient.
https://unsplash.com/photos/OrNbFNnDiCU

Conclusion

On arrive à la fin de cet article sur le brouillard.

J’espère que vous y voyez maintenant PLUS CLAIR !

Moi je vous laisse ici et je vous dis à bientôt sur les internets MONDIAUX !

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Inscrivez-vous à une formation vidéo GRATUITE de plus de 8 heures sur les bases de la photographie

La formation est organisée en 7 modules + 1 bonus, avec de nombreuses ressources, schémas et tableaux.

Module 1 : fonctionnalités & boutons

Module 2 : prise de vue

Module 3 : composition

Module 4 : matériel

Module 5 : post-traitement

Module 6 : impression

Module 7 : créativité

Bonus : conseils en paysage, conseils en portrait, le plan de 16 semaines, preset

>