fbpx

décembre 17

0 comments

Comment prendre des photos de neige sans mourir et détruire votre matériel ?

Par Gaëtan Berthouly

décembre 17, 2020


C’est l’hiver.

Il fait froid.

Et POTENTIELLEMENT des gouttes d’eau totalement gelées tombent du ciel : oui, je parle de flocon !

Et ça c’est une bonne nouvelle, cela dépend d’où vous habitez, mais la photographie en condition de neige a ses spécificités !

Et vu qu’on est en hiver, je me suis dit : tiens si j’écrivais un article à ce sujet.

Peut-être, habitez vous aussi dans des zones tout le temps ou très souvent enneigées et que vous me lisez !

Entre 2 batailles de boule de neige (et on ne glisse pas de cailloux dans sa boule de neige même si on a très envie de gagner svp), c’est l’occasion de s’expérimenter à ce style.

Comme d’habitude, à travers cet article le but est d’écrire une véritable ressource sur ce sujet.

Vous allez donc trouver beaucoup d’informations. Que je mettrai à jour, et remettrai en forme avec le temps !

Référez-vous au sommaire du début, pour naviguer dans l’article en cliquant sur les titres.

Allez, en avant Guingamp !

(Et aussi je préviens : cet article comporte ce qu’on appelle des « liens d’affiliations ».

C’est-à-dire que si vous cliquez sur un lien et que vous achetez un ou des trucs à partir de ce lien, une partie de l’argent dépensé me revient, environ 10 %. Le prix d’achat n’augmente pas pour vous. Cela permet de me soutenir, MAIS SURTOUT de renflouer mon budget pute mensuel, car je n’ai pas le temps de draguer).

1- Le matériel

Nécessaire

  • Boîtier : donc n’importe quel boîtier fonctionne en soi, s’il est tropicalisé (il n’y a pas de normes donc en fonction des marques ce n’est pas le même niveau de protection), c’est-à-dire qu’il est conçu pour résister aux intempéries et conditions extrêmes, c’est mieux !
  • Objectif + cache : cela va dépendre de ce que vous voulez prendre en photo, préférez un zoom pour éviter d’être obligé de changer d’objectif trop souvent, grand-angle pour les paysages/astrophotographie, téléobjectif pour les animaux/portraits/photos abstraire/isolement de sujet, macro pour les flocons. À savoir que vous pouvez aussi trouver des objectifs tropicalisés, il est bien plus efficace et sûr d’avoir et le boîtier ET l’objectif tropicalisé. Et donc un cache pour protéger votre lentille, si vous êtes sur de la photo d’animaux, le cache peut vous faire perdre du temps et donc vous faire rater des photos.
  • Des vêtements chauds : notamment, protégez bien vos extrémités, essayez de trouver des gants chauds, mais fins pour manier facilement votre appareil, j’en reparle plus en dessous, mais vous avez cette marque notamment : ici. Une technique 3 couches dans des conditions extrêmes est conseillée (première couche respirante : pas de coton, du synthétique, deuxième couche : isolation/chaleur fibre synthétique polaire ou duvet, troisième couche : protégé du vent et humidité).
  • Plus de batteries que d’habitude : même si vous les conservez de manière isolée, on ne sait jamais, alors prévoyez entre 1 et 3 batteries supplémentaires. VOIRE ramener la batterie de votre voiture.
  • Un sac zip : pour protéger votre appareil en fin de footing, je vous en parle aussi plus après.

Facultatif

  • Filtre polarisant (contre les reflets notamment)
  • Filtre ND (longues poses)
  • Objectif zoom (pas obligatoire, mais mieux si les conditions sont un peu extrêmes)
  • Sac plastique en tant que housse
  • Housse appareil photo
  • Pare-soleil

2- Protéger son matériel

Garder le cache

Une fois que votre appareil photo est sorti de votre sac, gardez le capuchon d’objectif en place lorsqu’il n’est pas utilisé pour éviter que les flocons de neige ne tombent, et éventuellement ne fondent sur l’avant de votre objectif. Si vous êtes sur de la photographie d’animaux, que vous avez des chiffons et qu’il n’y a pas trop de flocons, c’est discutable.

Frotter plutôt que souffler

Si votre objectif s’embue ou s’éclabousse, évitez de souffler de l’air chaud sur lui, pour éviter qu’une fine couche de glace ne le recouvre.

Faites confiance à vos chiffons en microfibres (comme ça ou ça) et n’ayez pas peur d’en emporter plusieurs.

Éviter la buée en retenant son souffle

En retenant votre souffle lorsque vous amenez votre appareil photo sur votre visage pour prendre une photo, vous éviterez peut-être aussi la formation de buée sur votre écran LCD et votre viseur. Bon, ne vous étouffez pas on ne vous essoufflez pas, si vous voyez que ce n’est pas trop problématique, inutile de le faire.

Vous n’êtes pas un(e) biathlonien(ne) bordel !

Garder votre matériel parfaitement propre

De manière générale il est important de garder votre matériel propre, mais dans un environnement glacé cela peut s’avérer vite compliqué !

Dans ces conditions les choses deviennent vite humides et sales ! (Dans d’autres conditions aussi, mais je ne ferai pas la blague).

Donc une solution simple est de garder (dans l’une de vos nombreuses poches de votre grannnnnnnnd manteau) un ou plusieurs chiffons microfibres.

Il est conseillé d’en avoir un dédié à la lentille extérieure de vos objectifs comme ceux-ci par exemple : ici.

Et d’en gardez en un autre, plus gros, pour le boîtier de votre appareil, comme ça si votre appareil est couvert de saleté, de neige ou d’humidité vous aurez votre petit chiffon spécifique à cette tâche (potentiellement plus sale), vous pouvez utiliser ceux-ci par exemple : ici.

Garder son matériel AU SEC

La plupart des boîtiers professionnels sont résistants aux intempéries et au gel.

Mais si vous n’êtes pas un professionnel, vous n’avez probablement pas un boîtier qui résiste parfaitement aux conditions difficiles.

Notamment si vous faites tomber votre matériel dans la neige, vous seriez bien baisé (mais pas comme vous le voulez), d’ailleurs n’oubliez pas votre dragonne.

Alors voyons dans cette partie la solution classique et son alternative éco+ pour protéger votre bien le plus précieux : votre matériel photo !

La housse de protection

La protection classique c’est la housse de protection imperméable qui ressemble globalement à ça :

Tapez simplement « Housse imperméable appareil photo » sur Google (ou n’autre moteur de recherche hein) et vous aurez le choix ! (Mais pas dans la date).

Bref ça va vous permettre de bien imperméabiliser votre boîtier et votre objectif, ces housses sont normalement équipées de ficelles qui vous permettent de parfaitement sceller votre appareil pour vous assurer que NI FLOCONS NI GOUTTES D’EAU ne pénètrent le tout.

Ces petites bâches ont aussi l’arrière transparent (veillez à ce que ce soit le cas), pour que vous puissiez faire vos réglages.

Par exemple pour Canon et Nikon vous avez celui-ci : ici.

Ou encore pour du plus universel (Canon, Nikon, Sony, Olympus, Pentax, Panasonic) vous avez celui-ci : ici.

Alternatif, le sachet zip

Si vous êtes fauché, radin ou que vous n’avez juste pas envie de dépenser de l’argent en matériel, il existe une solution alternative.

Vous pouvez aussi simplement utiliser un sac plastique alimentaire que vous pourriez retrouver dans votre cuisine (si vous en avez une).

Concrètement, petit tuto :

  1. Vous faites un trou à l’opposé de la fermeture (donc en bas du sac).
  2. Commencez par faire une petite ouverture puis écartez-la petit à petit pour y glisser votre objectif.
  3. Vous pouvez sceller le tout avec du ruban adhésif, le gris de plombier notamment.
  4. Vous n’avez plus qu’à ouvrir le zip arrière pour passer vos mains dedans.

Et voilà, ça vous fait une petite housse de fortune, mais qui fera bien l’affaire si vous ne réalisez pas souvent ce type de photo !

Acclimatez votre appareil pour éviter de l’endommager

Passer d’un endroit chaud à un endroit froid va affecter votre équipement photographique.

Et revenir de l’extérieur : c’est risqué.

C’est exactement comme quand vous portez des lunettes et que vous vous retrouvez avec de la vapeur dessus dès que vous rentrez quelque part.

La même chose se produit avec l’objectif de votre appareil photo.

L’humidité qui pénètre à l’intérieur de l’objectif peut provoquer un « champignon de lentille » (ce qui est beaucoup plus difficile à solutionner que l’acclimatation progressive, il vaut mieux prévenir que guérir).

Pour éviter cela, vous devez acclimater lentement votre équipement ce qui nous amène au point suivant…

En fin de séance photo, mettez votre appareil dans un sac plastique.

Un peu long comme titre, mais au moins c’est clair.

Donc tout en long de cette journée humide de la condensation a pu s’infiltrer dans votre appareil et cela peut mettre du temps avant qu’elle ne sèche totalement.

Avant de rentrer chez vous, pensez à mettre votre appareil photo dans un petit sac plastique à zip et le fermer.

IMPORTANT : pensez bien aussi à enlever les cartes mémoires de votre appareil, si vous ne faites pas ça vous allez devoir attendre que la condensation parte complètement avant de récupérer vos cartes mémoires.

Laisser la condensation s’accumuler dans le sac (et non dans l’appareil).

Garder ses batteries au chaud

Quand on est dans des conditions difficiles, aussi bien en température trop chaude ou trop froide : ce n’est jamais bon pour nos amies les batteries.

Quand vous êtes dans le froid, vous devez absolument garder vos batteries de manière isolées.

Si vous les gardez simplement dans votre poche extérieure ou dans votre sac photo, elles vont se refroidir et perdre de leur autonomie, voire s’abîmer !

À la place, essayez de les mettre dans une poche intérieure de votre manteau pour qu’elles puissent bénéficier de votre chaleur corporelle (et de votre odeur de transpiration, mais elles n’ont pas de nez).

Elles seront peut-être moins faciles à attraper, MAIS au moins vous pourrez conserver leur autonomie standard !

Appareils photo et froid

La plupart des appareils photo ne sont pas conçus pour être utilisés dans des conditions particulièrement froides au départ.

La plage de température typique est de 0 à 40 °C pour un appareil photo DSLR avancé ou sans miroir.

La réalité est que, la plupart du temps, vous pouvez utiliser les appareils photo dans des environnements beaucoup plus froids que cela avant qu’ils ne commencent à tomber en panne.

Toutes les fonctions ne fonctionneront pas aussi bien que d’habitude, mais c’est normal.

Votre batterie ne durera pas aussi longtemps, et il y a de fortes chances que votre taux de IPS (images par seconde) maximal diminue. Mais il faudra des températures terriblement basses pour endommager la plupart des caméras du marché.

snow-covered tree lot during daytime
Fabian Mardi@fabianmardi

3- Astuces sur le terrain

Utilisez un zoom

Certains crieront (vraiment, oui ils vont chier) qu’une focale fixe c’est mieux blablabla.

Déjà ça dépend de vous et d’autres paramètres.

Mais quand on est dans de la photo en territoire enneigé, cela peut être HOSTILE pour votre matériel.

En fait ici, le zoom va vous permettre d’avoir cette flexibilité pour changer de distance focale, qu’un objectif à focale fixe ne pourrait pas nous offrir.

Si vous aviez l’habitude d’être en focale fixe et de changer vos objectifs à focale fixe, dans ces conditions c’est plutôt déconseillé pour DEUX RAISONS :

  • 1re raison : non seulement s’il neige, et même sans ça, il y a un risque que des flocons rentrent dans votre appareil et sur votre capteur (mais ce n’est pas le plus embêtant)
  • 2e raison : il peut se former de la condensation sur vos lentilles et votre capteur, et ça, c’est chiant !

Donc, pour éviter ces problèmes et vous faciliter la vie préférez la flexibilité d’un zoom pour vous éviter de devoir changer d’objectifs trop souvent.

Utilisez votre pare-soleil

Oui vous savez, cet accessoire que vous avez acheté, mais que vous n’utilisez JAMAIS ?

« Gnagnagna moi je l’utilise » => OK philippine.

Pour les autres, ça va être une occasion de le dépoussiérer et de l’utiliser.

Donc ici ça ne va pas seulement servir pour sa fonction habituelle c’est-à-dire : éviter les projections du soleil allant directement dans votre objectif et pouvant donc créer des aberrations optiques (halo lumineux, perte de contraste, taches colorées dans les zones sombres) si vous avez du soleil…

MAIS ICI il va nous servir à protéger un petit peu notre objectif de potentiels dépôts de neige sur sa lentille !

Flocons qui vont d’ailleurs fondre et se transformer en poutrelles et venir déformer votre image.

Ça peut être un style, mais si vous voulez éviter d’avoir des taches : utilisez le pare-soleil !

Filtre polarisant et filtre à densité neutre

Comme pour le pare-soleil, ils font sans doute partie des très nombreux accessoires que vous achetez, mais que vous n’utilisez pas !

Et bien pour cette occasion vous pouvez sortir ces 2 filtres.

  • Le filtre polarisant va vous permettre de réduire l’éblouissement, car aura très probablement lieu à cause de la neige ! Et il rendra aussi votre ciel un petit peu plus bleu au passage et pourra ramener un peu de contraste souvent difficile à obtenir sur ce type de photo.
  • Le filtre à densité neutre (appelé « filtre ND » pour les intimes) va quant à lui vous permettre de réduire la quantité de lumière entrant dans votre appareil photo ce qui vous permettra notamment de prendre des photos avec une profondeur de champ plus faible (donc en ouvrant plus) même si vous êtes dans un jour très lumineux, ce qui est intéressant si vous êtes sur de la photographie de sujet. Il peut aussi vous servir pour effectuer des expositions longues (longues poses).

Le trépied

Apporter un trépied

Bon j’ai la sensation de le dire à quasiment chaque article, mais…

Amenez votre (seul) ami le trépied !

Mais…

Pourquoi amener un trépied ?

Généralement c’est quand on n’a pas assez de lumière et qu’on ne peut pas avoir de vitesse d’obturation assez rapide et de photo assez nette. Et que donc on doit allonger le temps d’exposition et on a besoin de plus stabilité.

Mais ici tout est blanc et on va avoir plus que ce qu’il faut comme lumière.

MAIS RAPPELEZ-VOUS, vous pouvez avoir l’envie de faire de longues expositions.

ET DE SURCOÎT si de la neige tombe sur votre scène et que vous voulez « l’enlever » de la photo.

Avec une exposition d’une bonne longueur, les flocons ne seront pas pris en compte. Mais pour ça vous devez faire une pose longue.

Et qui dit pose longue dite trépied. Et vous pouvez aussi utiliser votre filtre à densité neutre.

Donc, faire disparaître les flocons de neige = longue exposition + filtre ND + trépied.

Un trépied peut aussi vous permettre de manipuler plus facilement votre appareil avec vos gants.

Le cas du trépied en aluminium

L’isolation d’un trépied en aluminium est obligatoire en cas de températures négatives.

En cas de températures extrêmement basses, le trépied en aluminium devient trop froid pour être touché.

Si vous essayez d’ajuster le trépied en aluminium à mains nues, une partie de ce froid se transmettra à vos mains.

Pour éviter ça, isoler le trépied est une excellente solution. Il est facile de le faire en recouvrant les pieds du trépied à l’aide d’un tuyau en mousse.

Les tuyaux en mousse peuvent être achetés dans n’importe quelle quincaillerie.

Vous pouvez utiliser des fermetures éclair ou du ruban adhésif pour fixer les morceaux de mousse aux pieds de votre trépied.

Attention à vos pas empreinte de pas

Lorsque vous marchez dans la neige, gardez à l’esprit le plan que vous avez prévu.

Faites attention à ne pas traverser une zone que vous espérez inclure dans un futur cliché… à moins que les empreintes de pas ne soient le but.

Par ailleurs si vous cherchez à fuir quelqu’un qui vous poursuit, faites aussi attention à vos empreintes de pas de manière générale pour qu’il ne remonte pas jusqu’à vous.

Ne jamais supprimer ses images sur le terrain

Il peut être tentant d’effacer une image juste après l’avoir regardée sur son petit écran LCD ou lorsque vous craignez de manquer de place sur la carte de votre appareil photo.

Si vous le pouvez, ne supprimez pas une image avant d’avoir eu la possibilité de la visionner sur un écran plus grand à l’intérieur.

Utilisez votre histogramme pour déterminer l’exposition, ou apportez simplement des cartes mémoire supplémentaires.

À moins que votre photo soit bien évidemment complètement ratée et illisible bien sûr…

person holding ski poles in the middle of snow during winter season
jasper guy@jasperguy

4- Gérer l’exposition

Surexposer pour la neige

Le plus dur quand vous prenez des photos de paysages enneigés, ce n’est pas les stalactites ni les stalagmites, mais c’est d’obtenir une exposition précise et équilibrée.

Le problème c’est que la neige est tellement brillante et blanche que ça va perdre votre calculateur d’exposition de votre appareil photo, rappelez-vous que votre mesure d’exposition voit le monde comme un gris à 18 %.

Vous pouvez faire le test, si vous ne faites rien et que vous prenez une photo avec uniquement du blanc, comme de la neige par exemple, votre appareil va interpréter ça comme du gris et va exposer ça pour obtenir du gris (ce ne sera peut-être pas le cas pour des appareils très récents/haut de gamme).

Donc si vous prenez en photo votre sol enneigé et que vous regardez votre histogramme, vous verrez qu’il est situé au milieu (gris moyen) au lieu d’être situé vers la droite (blanc).

Histogramme d’un sol enneigé par défaut

Pour corriger tout ça, nous allons simplement devoir surexposer la scène en utilisant votre correcteur d’exposition.

Il va falloir tester le résultat en choké votre photo et aussi votre histogramme.

Si vous tirez en RAW vous pourrez récupérer du détail dans les noirs, mais tirez sans surexposer pour ensuite le faire sous lightroom donne généralement de moins bons résultats que de le faire directement.

Il vaut mieux donc lors de votre prise de vue sur le terrain surexposer entre 1 et 2 stops.

Choisir la mesure d’exposition évaluative (ou matricielle)

Choisissez la mesure d’exposition évaluative quand vous photographiez la neige. Cela fonctionnera bien mieux généralement.

S’il fait vraiment beau, vous pouvez aussi essayer la mesure Spot ou Partielle pour voir si ces dernières gèrent mieux la lumière.

Passer en mode priorité à l’ouverture ou manuel

Pour pouvoir surexposer facilement et jouer avec la profondeur de champ, il est intéressant de se mettre en priorité à l’ouverture. Et éventuellement si vous êtes à l’aise, en mode manuel.

Utiliser son histogramme (plutôt que son écran)

Comptez sur la lecture de votre histogramme plutôt que sur votre écran LCD pour une lecture précise de la scène.

CAR comme vos proches, IL PEUT VOUS TRAHIR !

Tout comme il peut être difficile pour votre appareil photo de lire et de mesurer correctement la scène, il peut être difficile pour vous de juger une image sur un écran LCD pour diverses raisons :

  • Taille de l’écran trop petite
  • Soleil brillant
  • Vous êtes au milieu d’un paysage enneigé très réfléchissant
  • le rétroéclairage est légèrement éteint

Ce qui fait que les images sous-exposées paraissent brillantes et les images correctement exposées ont l’air délavées.

Il peut être très tentant de supprimer des images en se basant sur ces aperçus, mais, comme déjà mentionné, ne supprimez aucune image sur le terrain, ne vous souciez pas de savoir à quel point elles semblent merdiques sur la caméra.

Utilisez votre histogramme pour déterminer l’exposition réelle de votre appareil photo. Vous pouvez également utiliser votre histogramme comme guide pour ajuster vos réglages lors de la prise de vue en mode manuel.

Trouver la bonne balance des blancs

La balance des blancs automatique peut conduire à la photographie de neige très bleue ou très grise. V

Autre appareil photo ne lit pas correctement la scène de blanc éclatant, et pense que le monde devrait être gris !

Si vous voulez régler votre WB manuellement, essayez-le à environ 6500 k, puis faites de petits ajustements si nécessaire.

Le plus souvent, la neige se lira du côté bleu du spectre des couleurs et apparaîtra donc des images bleutée sur votre appareil.

Si vous cherchez un réglage de la balance des blancs pour commencer : utilisez le réglage « flash » qui est généralement adapté au bleu.

Il est destiné à compenser l’éclairage bleuâtre du flash et peut réchauffer votre image remplie de neige.

Ensuite si vous tirez en RAW, vous pourrez corriger ça sur lightroom.

Utiliser le bracketing

Une technique populaire à utiliser pour la photographie d’hiver est le bracketing.

Cela signifie que vous prenez plusieurs photos avec des expositions différentes afin d’obtenir la gamme dynamique complète de la scène.

Il va donc falloir régler votre appareil photo sur le mode « Auto Exposure Bracketing » et de régler le bracketing sur 1,5 ou 2 stops.

En général, ce sera la photo surexposée qui sera correcte. Cependant, il ne s’agit pas simplement de surexposer pour toutes les photos de neige, car cela dépend du contenu de la photo. Cette méthode est rapide et garantit une exposition correcte, quelle que soit la scène.

La raison pour laquelle cette technique est utile pour la photographie en hiver est simple : la couleur blanche de la neige perturbe votre évaluateur d’exposition automatique de l’appareil photo, ce qui signifie que vous pouvez avoir du mal à éviter de couper les hautes lumières tout en conservant les détails dans les ombres.

En prenant plusieurs photos en bracketing, il sera plus facile d’obtenir une image finale bien détaillée.

Faut-il absolument tirer en RAW ?

En fait pour ce type de photo et vu notre technique de surexposition IL VA ABSOLMENT FALLOIR prendre en format RAW pour pouvoir post-traiter de manière descente sur votre ordinateur.

Comme je vous disais, nous allons surexposer et allons donc devoir rééquilibrer la photo en diminuant l’exposition.

Dans le cas où vous tirez en JPEG vous allez passer de ça :

À ça :

Les hautes lumières seront complètement coupées et perdues.

Alors qu’en format RAW vous aurez beaucoup plus de données et d’informations pour faire vos modifications, et vous obtiendrez

focus photo of round clear glass bowl
Aaron Burden@aaronburden

5- Composition et technique

Idées de composition

  • La lumière produite par un lever de soleil mettra réellement en valeur un paysage hivernal enneigé. Vous pouvez par exemple composer le plan de manière à ce que le soleil se lève à travers les branches d’un arbre, pour créer un joli rayon de soleil.
  • Une autre idée est de se rapprocher, de s’abaisser et d’utiliser un angle ultra large pour vraiment montrer la grandeur des arbres enneigés.
  • Une bonne idée pour la photographie de la neige est de recadrer les petits détails qui rendent le paysage hivernal spécial. Comme par exemple des branches, des éléments d’une ville, des barrières recouvertes de neige pour créer des images intéressantes et quelque peu abstraites.
  • Prendre la neige entrain de tombée (j’y viens après)
  • Prendre des bulles de savon gelées (j’y viens après)

Comment photographier la neige qui tombe

Et bien secouez vos cheveux et déclenchez AHA !

Bon, plus sérieusement si vous photographiez de la neige qui tombe, passer en mode manuel afin de contrôler la vitesse d’obturation.

Ensuite libre à vous de vouloir photographier la neige sous forme de flocons individuels ou de capturer le mouvement de la neige qui tombe, sous forme de stries/lignes.

Une exposition plus longue (moins de 1/100 s) commencera à montrer le mouvement. Une exposition plus longue montrera des flocons ou des taches de neige – poussez la vitesse d’obturation encore plus, et les flocons commenceront même à « disparaître ».

Faites donc des expériences, en fonction de l’ambiance que vous souhaitez évoquer.

Cependant, une vitesse d’obturation plus rapide peut mieux évoquer cette sensation de neige qui tombe, car si l’obturateur est trop lent, il peut commencer à créer une image brumeuse ou floue.

Essayez donc une exposition de 1/250 ou plus pour figer les flocons de neige dans l’air, tout en conservant une légère sensation de mouvement.

Si vous photographiez des chutes de neige la nuit, vous pouvez aussi essayer de mettre un flash sur votre appareil photo et de le pointer vers le haut.

Vous pouvez même utiliser votre flash intégré, si votre appareil en possède un et que vous n’avez pas de flash.

  1. Réglez votre appareil photo en mode manuel avec en mode de mesure matriciel.
  2. Ensuite, faites une lecture de l’exposition sans que le flash soit allumé, afin d’exposer la scène dans son ensemble.
  3. Gardez vos réglages sur Manuel pour que la mesure reste la même.
  4. Puis allumez votre flash.

Vous aurez alors des flocons de neige surexposés au premier plan, avec un arrière-plan et une scène globale bien exposés.

Ne boudez pas les nuages

Alors qu’une journée nuageuse peut facilement ruiner vos plans pendant d’autres saisons, en hiver c’est MOINS LE CAS les nuages bas, la brume et le ciel incolore peuvent donner une atmosphère différente à votre photo.

En fait, les scènes de neige vierge typiques de l’hiver correspondent parfaitement à l’ambiance hivernale.

Pour certains types de prises de vue, il est même préférable de photographier par temps couvert plutôt que par temps ensoleillé.

Donc, sortez toujours et photographiez, même si les conditions ne sont pas prometteuses !

Geler des bulles de savon

La seule condition requise pour ce type de photographie est… le froid.

Mais vraiment pas mal froid.

Pour que les bulles commencent à geler, elles doivent être placées à une température de -10 degrés Celsius (au moins !).

Il vous faudra donc sortir dans un environnement très froid pour photographier ces bulles gelées.

Pour avoir des bulles de savon résistantes :

  1. 2 mesures d’eau.
  2. 1/2 mesure de sucre.
  3. Mélangez jusqu’à dissolution totale du sucre (ne remuez pas trop, il ne faut pas obtenir de mousse).
  4. 1 cuillère à thé d’amidon (pour avoir des bulles bien résistantes).

Trouver de la couleur et passer aux noir & blanc

Qui dit paysage de neige.

Dit neige.

Qui dit neige.

Dis blanc.

Donc du BLANC plein partout sur votre photo, ce blanc va être prédominant et va rendre photo très MONOCHROMATIQUE.

Ça peut être un choix, mais vous pouvez essayer 2 méthodes qui fonctionnent bien dans ce cas là.

  • Trouver un ou quelques élément(s) coloré(s) à introduire dans votre cadre : comme une personne avec un manteau bien rouge pétant ou un panneau de signalisation jaune par exemple
  • passer en noir & blanc : si la scène est vraiment très monochromatique et que vous n’avez pas spécialement de couleurs qui en ressortent vous pouvez réfléchir au fait de passer votre photo en noir & blanc : faîtes des tests restez en couleur ou sans et choisissez le réglage qui vous plaît le plus. Si vous passez en noir & blanc, il faudra probablement ajouter du contraste et de la texture à votre photo.

Les photographies de ski

Dans les sports d’action, l’élément le plus crucial de votre exposition est de pouvoir figer le mouvement.

Pour cela, il faut une vitesse d’obturation rapide.

Selon le sport, il est recommandé de choisir au moins 1/250 siècle

À partir de ce réglage, réglez votre ouverture (ou mettez-vous en mode priorité à la vitesse).

Si vous êtes en manuel, essayez de vous diriger vers une petite ouverture (vers f/11) pour avoir une profondeur assez importante pour vous laisser de la marge dans la zone de netteté vu que votre sujet se déplacera.

Selon la luminosité des conditions, vous devrez peut-être augmenter légèrement la sensibilité ISO pour compenser la vitesse d’obturation rapide et l’ouverture étroite, qui réduisent toutes deux la quantité de lumière reçue par l’appareil.

Si vous êtes dans une journée ensoleillée, avec la neige qui va bien refléter la lumière, vous allez pouvoir bien figer les mouvements sans sacrifier la qualité (sans augmenter trop les ISO donc).

Capturer de la neige fraîche et photographier tôt

En fonction de votre région, ce conseil aura plus ou moins de valeur.

Mais l’idée est que les plus belles neiges sont celles qui viennent de tomber et forment un manteau lisse qui recouvre l’ensemble.

Si vous attendez trop, il est possible qu’elles fondent et que des trous se forment ou tout simplement que des humanoïdes roulent ou marchent dessus (encore que : faire une composition avec des pas peut être intéressant !)

Si la neige tombe dans la soirée essayez de vous lever tôt le matin, vous aurez non seulement une belle neige, mais aussi une belle lumière !

La neige reflète la lumière d’une manière étincelante (voire trop). Mais le matin, vous pouvez attraper des lumières surréalistes.

L’heure dorée ne durera pas trop longtemps, vous devrez donc vous réveiller avant le lever du soleil.

Soyez prêt à l’endroit où vous voulez photographier, et attendez les premiers rayons !

Pour cela, vous devez suivre les prévisions météorologiques. (Vous vous épargnerez ainsi quelques photos inutiles lors des matins d’hiver nuageux).

Utiliser des lignes et des contrastes forts

Et ça pour 2 raisons, une technique et l’autre artistique :

  • Raison technique : Lorsque tout est recouvert de neige, il serait assez difficile de faire la mise au point sur un sujet particulier en utilisant un mode autofocus. En effet ; le mode autofocus fonctionne mieux dans les cas où le contraste est disponible. Par conséquent, si vous souhaitez toujours utiliser le mode autofocus, appuyez sur l’obturateur de votre appareil photo jusqu’à mi-chemin et essayez de faire la mise au point sur des objets plus sombres comme l’écorce d’un arbre.
  • Raison artistique : comme déjà évoqué, le blanc va être très prédominant, et à moins que vous soyez dans de la photo abstraite, pour rendre lisible votre photo il va falloir jouer sur les lignes (lignes de la forêt, des montagnes, des dunes de neiges) et le contraste (la pierre sombre des montagnes, l’écorce ou les feuilles sombres des arbres, du vieux bois).

Ajouter de la couleur en plus du contraste : l’intérêt d’ajouter de la couleur et du contraste à vos images est de donner à vos spectateurs un point de mire. Si tout semble trop blanc, il peut s’écouler un certain temps avant que les gens ne comprennent ce qu’ils regardent. Et si vous n’attirez pas leur attention en un instant, il y a de fortes chances qu’ils perdent rapidement tout intérêt pour vos photos.

Expérimenter la profondeur de champ et la vitesse d’obturation dans la neige

Pour obtenir la bonne vitesse d’obturation, vous devrez peut-être faire des expériences en utilisant différentes vitesses.

Et une vitesse d’obturation lente peut rendre l’image floue.

Une image à vitesse d’obturation rapide arrêtera toutes sortes de mouvements.

Si vous souhaitez capturer la neige qui tombe, vous devez ajuster la vitesse d’obturation en fonction de vos besoins.

  • En cas de vitesse d’obturation rapide, les flocons de neige apparaissent sous forme de points.
  • En cas de vitesse d’obturation lente, les flocons de neige apparaîtront comme des traînées blanches.

Avant d’appuyer sur l’obturateur, visualisez ce que vous voulez voir dans votre photo finale. Voulez-vous inclure les montagnes en arrière-plan ou voulez-vous les garder hors du cadre ? Quel que soit votre choix, assurez-vous que c’est exactement ce que vous voyez dans votre viseur.

Pour mettre en valeur le paysage enneigé, placez l’horizon haut dans le cadre.

N’oubliez pas que le ciel doit contribuer à rehausser l’ambiance de votre image, mais pas la dominer.

Au bout du compte, le paysage doit toujours être au centre de l’attention.

Photographier, se poser des questions et ajuster

Une fois que vous avez choisi votre composition, photographiez et puis ajustez.

Vos principaux problèmes seront probablement l’exposition et la balance des blancs. Posez-vous les bonnes questions :

  • Trop de lumière ? Diminuez l’exposition ou la compensation de l’exposition.
  • Trop sombre ? Augmentez l’exposition ou la compensation de l’exposition.
  • Neige trop bleue ou jaune ? Ajustez votre balance des blancs.
  • Image manquant de contraste ? Vérifiez que votre objectif ne s’embue pas ou ajustez votre composition.
  • Le sujet est-il trop mou ? Assurez-vous que vous utilisez un autofocus à point unique, et si nécessaire, essayez la mise au point manuelle.

Prendre des photos dans des conditions différentes

L’émotion dégagée par un paysage peut changer radicalement au cours de la journée. Pour évoquer différentes émotions dans vos images, essayez de capturer des paysages à différents moments de la journée et dans différentes conditions météorologiques.

Vous serez surpris de voir à quel point un endroit peut paraître pittoresque si vous le prenez avant le lever du soleil.

De la même façon, capturer un paysage par temps couvert donne une atmosphère complètement différente de celle que l’on obtient lorsque le soleil est levé. Mettez-vous au défi et apprenez à prendre des photos, quelles que soient les conditions. Vous serez récompensé par une magnifique collection de photos d’hiver.

shallow focus photography of snowflake
Damian McCoig@damianmccoig

6- Essayez la photographie de flocons de neige

Quand on parle de photographie de neige, on imagine généralement des paysages enneigés.

Mais en y réfléchissant, il faut d’innombrables flocons de neige pour construire toute cette grande couverture blanche de neige, n’est-ce pas ?

Alors, utilisez votre appareil photo pour montrer la beauté des détails et essayez la photographie de flocons de neige.

C’est un excellent moyen de guider vos spectateurs vers un monde merveilleux qui n’est même pas visible à l’œil nu.

Le manteau, les gants ou les chapeaux de quelqu’un peuvent donner un joli arrière-plan aux flocons de neige tombés. Une surface plus foncée peut mettre en valeur les formes de façon magnifique.

snowy mountain
Tom Coomer@tomcoomer

7- Comment prendre en photo dans le froid ?

D’un point de vue opérationnel, le plus grand problème dans la photo de neige : c’est d’utiliser votre appareil photo avec VOS GANTS !

Selon la caméra dont vous disposez, il peut être plus facile ou plus difficile d’effectuer les réglages appropriés…

Certains photographes utilisent des mitaines (gants sans doigts) ou gants convertibles pour contourner ce problème, mais cela ne fonctionne que dans des environnements légèrement froids.

S’il fait très froid et qu’il y a beaucoup de vent (gelé), les gants sans doigts présentent un risque bien trop élevé de gelures.

La pratique et l’utilisation d’un trépied peuvent aussi vous aider.

Après quelques recherches je suis tombé sur une marque spécialisée dans les gants pour photographes : Vallerret, ils sont assez chers, mais ça été créé par 2 photographes, si vous prenez souvent des photos dans le grand froid, et que vous avez fini votre croissance c’est donc un bon investissement. Ce qui est bien c’est que vous pouvez juste découvrir le bout de l’index et du pouce !

Ça peut aussi être une bonne idée d’emporter quelques sachets chauffants pour pouvoir vous réchauffer les mains si vous devez les exposer.

snowy mountain during nighttime
Massimiliano Morosinotto@therawhunter

8- Astrophotographie et neige

Un genre de photographie qui peut être étonnant en hiver est l’astrophotographie.

Bien que le centre de la Voie lactée soit généralement plus visible en été (comme mentionné dans cet article ici), les autres sujets célestes sont bien meilleurs pris en hiver.

Un exemple évident est celui des aurores boréales (à la fois les lumières du nord et du sud).

Elles figurent sur les listes de choses à faire de nombreux photographes pour des raisons évidentes, et l’hiver est généralement le meilleur moment pour les voir.

En effet, il faut un ciel sombre pour voir les lumières, et les endroits situés près des pôles (où l’activité des aurores est la plus forte) ne voient pas beaucoup d’obscurité avant le milieu de l’automne et au-delà.

De plus, même l’observation régulière des étoiles peut bénéficier des niveaux d’humidité généralement plus faibles dans l’air lorsqu’il fait froid. L’une des choses les plus décevantes à voir en astrophotographie est une fine brume ou un brouillard qui nuit à vos photos.

Cela arrive parfois en hiver, bien sûr, mais ce n’est pas aussi fréquent. L’air froid ne peut tout simplement pas contenir autant d’humidité que l’air chaud.

Mieux encore, le fait qu’il fasse nuit plus tôt en hiver signifie que vous n’avez pas besoin de rester debout aussi tard pour observer les étoiles. En supposant qu’il ne fasse pas trop froid dehors, cela vous donne plus d’occasions de voir (et de photographier) des choses comme les pluies de météores pour lesquelles vous ne serez peut-être pas réveillé en été.

Par ailleurs en hiver, vous pouvez faire des timelapse et des photos de traînées de météorites plus longs que d’habitude pendant l’hiver. L’hiver vous donnera plus de flexibilité en termes de calendrier.

Photos gratuites de arbres, blanc, bois
https://www.pexels.com/fr-fr/@souvenirpixels

9- Les émotions de l’hiver

La neige, par nature, est visuellement et émotionnellement « vide » : pas ou peu de relief, lisse, blanche.

Cela va simplifie la scène présente devant vous.

Tandis qu’en été, un paysage de montagne peut présenter des rochers, des herbes et des étangs qui attirent tous l’attention.

En hiver, tous ces éléments peuvent être recouverts d’une couche de neige « vide ».

Cela vous donne la possibilité de prendre des photos en grand espace négatif qui traduisent le vide, l’isolement, la solitude, la dureté, etc.

Pendant les mois chauds, il est difficile de capturer ces émotions aussi fréquemment, à part les journées très brumeuses.

Cette dureté de la neige est exacerbée par le fait que les environnements en conditions de neige ont souvent beaucoup moins de couleur que la normale. La neige rendra vos scènes presque monochromes et semblera sombre et dure, ce n’est pas forcément les émotions que vous voulez transmettre, mais ce seront celles qui fonctionneront le plus facilement de manière évidente pour vos sujets (surtout s’il n’y a pas de soleil).

Vous n’êtes pas totalement limité aux noir et blanc dans des conditions de neige, bien sûr.

Si votre sujet a des couleurs vives comme par exemple, une personne portant du rouge se distinguera. Cela offre beaucoup de potentiel si vous voulez donner une certaine importance à votre sujet principal.

De plus, la neige étant très réfléchissante, elle a tendance à imiter les couleurs de la lumière et des ombres. Au coucher et au lever du soleil, cela conduit souvent à un contraste de couleur bleue/or atmosphérique qui attire l’œil. Ces couleurs sont souvent extrêmement paisibles, surtout avec la simplicité supplémentaire que la neige peut apporter.

Donc, vous l’aurez compris il est plus facile que d’habitude de capturer un sentiment de dureté pendant l’hiver.

Il est donc recommandé de rechercher au moins occasionnellement des sujets qui fonctionnent pour ce message émotionnel.

Vous pouvez photographier des sujets comme des montagnes escarpées, des arbres endormis ou morts, des barrières en bois, de vieilles maisons, des éléments très texturés de manière générale ou encore des marcheurs isolés perdus dans l’immensité blanche.

Ce sont des scènes intenses, souvent chaotiques et leurs émotions correspondent bien aux conditions difficiles qui les entourent.

La neige faisant facilement perdre les repères est aussi l’occasion d’effectuer des photos abstraites, en cadrant assez serré et en enlevant le ciel avec l’ambiance monochrome mènera rapidement à ce type de photo.

eyeworm view photo of tree with white leaf
Tim Tiedemann@timtied

10- L’hiver abstrait

Comme évoqué juste avant, pour la photographie abstraite, les conditions de neige sont un terrain de jeu absolu.

La glace prend des formes remarquables, de près comme de loin, et la nature inhabituelle des conditions de neige fait qu’il est plus difficile que d’habitude de dire exactement ce qui se passe dans une photo.

Si vous souhaitez prendre des photos abstraites en hiver, il sera judicieux d’utiliser un objectif long, ou au moins en apporter un. Ce n’est pas nécessaire pour les gros plans de glace, mais pour les paysages plus éloignés la capacité du téléobjectif à isoler les détails leur sera bénéfique.

Si vous n’habitez pas dans une région où il y a beaucoup de paysages à photographier, ce n’est pas grave !

Les bulles de glace font de beaux sujets, et les textures en gros plan que vous pouvez capturer sont tout aussi efficaces. Vous pouvez même faire des photos macro de glaçons ou des photos super-macro de flocons de neige. Il y a beaucoup de possibilités pour le travail abstrait en hiver.

animal covered in snow
Diana Parkhouse@ditakesphotos

11- Animaux et faune sous la neige

Lors de la prise de vue d’animaux sauvages, les photographes cherchent souvent à obtenir une mise au point précise du sujet, les autres éléments de l’arrière-plan étant flous.

Pour y parvenir, il faut disposer d’une grande ouverture.

Souvent, pour les animaux sauvages qui se déplacent rapidement, il est nécessaire d’avoir une vitesse d’obturation très élevée pour réduire le flou de bougé, au moins 1/125 siècle lorsque vous photographiez dans des conditions légères et ensoleillées, ces réglages devraient vous permettre de conserver une sensibilité ISO faible pour réduire le bruit.

Certes une bonne majorité des animaux passent les mois d’hiver sous terre et ne sont pas aussi actifs que le reste de l’année.

Cependant, ce n’est pas le cas pour tous !

Certains animaux préfèrent la neige, et leurs activités hivernales peuvent être très intéressantes à documenter, car peu de gens les voient.

Et notamment, qui dit hiver des MIGRATIONS ! Et l’activité de cette faune atteint souvent son apogée pendant les mois d’hiver, lorsque les animaux migrent vers le sud.

Les migrations spécifiques à votre région varient bien sûr. Il se peut qu’il n’y en ait pas là où vous vivez (BAISÉ).

Néanmoins, même dans les endroits les plus froids, il y a généralement des animaux à photographier en hiver. Lorsque c’est le cas, vous pouvez ajouter une autre dimension à vos images d’animaux sauvages que personne n’a encore vues.

Si vous photographiez des animaux sauvages dans des conditions de neige, votre sujet paraîtra intrinsèquement rustique et impressionnant (surtout par temps de plus en plus rigoureux).

Ce ne sera pas toujours l’émotion que vous transmettrez, mais si c’est une émotion que vous voulez transmettre, l’hiver est un bon moment pour le faire.

Même avec des sujets « courants » de tous les jours, les conditions hivernales ajoutent une touche intéressante à une prise de vue de la faune.

Un écureuil jouant dans la neige fait instantanément monter son jeu de magnanerie de plusieurs crans.

person in black jacket and pants walking on snow covered ground during daytime
Paul Melki@paulmelki

12- Portraits sous la neige

En fonction de la luminosité des conditions, les portraits d’hiver seront réalisés de la même manière que les photographies de la faune.

Gardez l’ouverture large (f/2 ou f/1.4) pour garder la mise au point sur le sujet, ce qui laisse le reste de la photo floue.

Une vitesse d’obturation de 1/125 ou plus devrait être suffisante pour capturer les mouvements normaux de vos sujets.

Réglez votre ISO en conséquence.

house on top of snow covered hills and mountains during day
Mattéo Catanese@matteocatanese

13- Un mot sur le post-traitement

Les paysages d’hiver méritent souvent un rehaussement de contraste.

Plutôt que d’augmenter le contraste directement avec le curseur dédié, il est préférable d’éclaircir les hautes lumières et les blancs.

Ensuite, assombrissez les ombres et les zones sombres. Cela donnera plus de relief à votre photo.

Bien que le blanc soit la couleur la plus importante dans un paysage d’hiver, n’ignorez pas les modifications de couleur. La balance des blancs peut être encore affinée, non pas pour des raisons de précision, mais pour créer une ambiance. Par exemple, l’ajout d’une touche de bleu donne une impression de froid à l’image. Ou ajoutez une touche jaune ou orange pour réchauffer l’ensemble, allez-y doucement.

Ajuster les valeurs de luminance d’une seule couleur peut également contribuer à donner à l’image une sensation spécifique. Surtout si vous utilisez la couleur pour guider votre composition.

Vous pouvez utiliser les panneaux : hue Saturation Luminance ou HSL dans Lightroom.

aerial view of body of water
Alec Cooks@aleccooks17

Conclusion

Voilà voilà on arrive une fois de plus à la fin d’un article ultra complet (j’espère) sur la photo dans la neige.

J’espère que ça vous plaira.

Globalement : faites très attention à votre matériel, surexposés et cherchez le contraste et la couleur.

La neige fraîche et se réveiller tôt le matin avec une superbe lumière : c’est pas mal.

Mention spéciale aux bulles de savon (ajouter de l’amidon pour plus de résistance).

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Inscrivez-vous à une formation vidéo GRATUITE de plus de 8 heures sur les bases de la photographie

La formation est organisée en 7 modules + 1 bonus, avec de nombreuses ressources, schémas et tableaux.

Module 1 : fonctionnalités & boutons

Module 2 : prise de vue

Module 3 : composition

Module 4 : matériel

Module 5 : post-traitement

Module 6 : impression

Module 7 : créativité

Bonus : conseils en paysage, conseils en portrait, le plan de 16 semaines, preset

>