21 octobre 2023

Comment avoir des photos nettes : 32 conseils à appliquer immédiatement

Par Gaëtan Berthouly

21 octobre 2023


Une photo floue est l’une des choses les plus frustrante à laquelle un photographe peut être confronté.

Imaginez, vous êtes là à prendre une photo d’un moment spécial (comme l’anniversaire d’un proche), et une fois que vous retournez à la maison vous constatez avec effroi que 90 % de vos photos sont floues.

Mais pas un joli flou, non, le flou de photos ratées.

En effet, par défaut, on cherche à avoir une photo aussi nette que possible, avec le plus de détails. Une photo où tous les éléments sont parfaitement figés.

Pourquoi ?

Car c’est généralement ce qui fonctionne le mieux avec la plupart des scènes, et ce que les spectateurs apprécient le plus.

Bien sûr, une photo bien nette n’est pas la seule possibilité. On peut aussi jouer avec le flou de mouvement avec une longue pose avec les cascades par exemple, ou encore créer du mouvement intentionnel avec le flou de bougé.

Dans cet article, je vais vous donner un maximum de conseils pratiques pour avoir des photos nettes. Comme vous allez le voir ça dépend de pas mal de paramètres, pas uniquement du temps de pose.

En avant Guingamp !


Les bases de la photographie vous intéressent ?

Inscrivez-vous à ma formation gratuite sur les bases de la photographie


Qu’est-ce que la netteté en photographie ?

Je vous parle de netteté, de photo nette, mais c’est quoi une photo nette ?

Ça, c’est une photo nette :

https://unsplash.com/fr/photos/u0ZgqJD55pE

En photographie, la sensation de netteté est créée grâce au contraste entre les bords des éléments et des détails clairement rendus (nets). Parfois, on peut aussi considérer qu’une photo est nette lorsque le sujet principal est net, avec des lignes nettes, des détails précis et sans flou.

La netteté dépend de nombreux facteurs :

  • le temps de pose (un court temps de pose permet souvent d’obtenir une photo plus nette) ;
  • les ISO (moins de bruit permet souvent d’obtenir une photo plus nette) ;
  • l’ouverture (impact la zone de netteté acceptable, la zone floue et la diffraction) ;
  • la mise au point (permet de positionner le plan net, et a un impact sur l’étendue de la netteté acceptable) ;
  • l’objectif (piqué, microcontraste et aberration sphériques) ;
  • le capteur (pour une même ouverture, un capteur plus grand réduit la zone de netteté acceptable, un capteur avec plus de photosites peut capturer plus de détails, un capteur plus grand permet d’avoir des photos avec moins de bruit) ;
  • la distance d’observation de la photo (une photo vue de plus loin ou en plus petit nous paraîtra plus facilement net, si on a une bonne acuité visuelle) ;
  • et le post-traitement (qui peut aider à renforcer la netteté).

« Je t’avoue que je ne comprends que la moitié de ce qu’il y a entre parenthèse…« 

Tout va bien, je vais passer en revue tout ces points dans l’article.

1-Bien régler les ISO

De manière générale, pour une photo présentant des basses, moyennes et hautes lumières, augmenter ses ISO entraîne une augmentation du bruit numérique. Et le bruit réduit les détails affichés et rend la photo moins nette.

Bruit visible sur une photo zoomée

Pour être plus précis, pour les appareils photo à ISO variants, dans les zones les plus obscures, augmenter les ISO permet de réduire le bruit de lecture (et donc le bruit). Mais comme bien souvent une photo est aussi composée de moyenne et hautes lumières (où le bruit photonique domine), il vaut mieux garder ses ISO aux plus bas pour réduire le bruit dans ces zones. Pour mieux comprendre, vous pouvez lire mon article sur le bruit numérique.

Ainsi, de manière générale (sauf en astrophotographie, et en photo de nuit), il vaut mieux régler votre appareil photo sur la valeur ISO « de base » la plus basse. L’ISO de base sera souvent 100 ou 200 ISO pour la plupart des appareils photos. La valeur ISO de base produit des images de la plus haute qualité et d’une netteté maximale.

ISO de base 200 sur un Canon EOS RP

« Sur mon appareil photo j’ai des valeurs inférieures à 100 ISO, je me règle dessus ?« 

Non.

Les valeurs inférieures à 100 sont des ISO étendues et ne sont pas encore très au point, il vaut mieux les éviter car elles dégradent la qualité de l’image.

« Donc, quoiqu’il arrive, je dois toujours garder mes ISO au plus bas ?« 

Ce n’est pas vraiment l’idée.

La philosophie est la suivante : privilégiez toujours une valeur ISO faible si vous êtes en mesure d’obtenir un temps de pose et une ouverture qui conviennent. Ce que permet souvent un trépied : en effet sur trépied vous pouvez allonger votre temps de pose et ainsi réduire vos ISO sans craindre de flou de bougé (mais ça n’empêche pas le flou de mouvement). Je reperlerai du trépied plus tard.

Mais ne devenez pas « bruitophobe » (non, ce mot n’existe pas). Ce que je veux dire par là c’est que vous NE devez PAS avoir peur d’augmenter vos ISO si nécessaire. En effet, la technologie s’améliore avec le temps et sur les boîtiers récents on peut facilement pousser les ISO jusqu’à

  • 800-1600 ISO sur APS-C
  • et 1600-3200 ISO sur 24×36

sans que le bruit ne soit trop visible à l’échelle de la photo.

« Ah, tiens, les grands capteurs permet d’augmenter un peu plus les ISO« 

En effet, les appareils photo 24×36 (plein format) offrent une plus grande marge de manœuvre, car la plus grande surface du capteur qui recueille la lumière permet d’obtenir moins de bruit numérique (voir mon article sur pourquoi les capteurs 24 x 36 ont de meilleures performances en basse lumière).

Le mieux reste de connaître son appareil photo et sa propre tolérance au bruit. Passez un peu de temps à tester votre appareil photo dans différentes conditions lumineuses et voyez à partir de quelle valeur ISO le bruit numérique commence à dégrader la netteté à l’échelle de la photo.

1600 ISO – sport en intérieur
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/hommes-femmes-jouer-sport-6203514/

Par ailleurs, dans les environnements sombres, utiliser une sensibilité ISO élevée permet de régler un temps de pose suffisamment court pour limiter le flou de bougé et/ou de mouvement, et garder une photo nette. Par exemple, si vous photographiez un sport en intérieur, il est préférable d’augmenter la sensibilité ISO plutôt que de sous-exposer toutes vos photos ou d’avoir des photos floues.

Augmenter les ISO ajoute du bruit et un aspect granuleux à la photo, mais il vaut mieux une photo avec un peu de bruit, qu’une photo inexploitable.

Le bruit est plus problématique dans les zones qui devraient être lisses, ici par exemple, un nuage

Dans certains cas, l’aspect granuleux peut donner à l’image un aspect plus net. Cependant, l’effet granuleux n’est pas souhaitable dans les zones qui n’ont pas besoin d’être nettes, comme les grandes zones de couleur sans détail : la peau d’une personne, un ciel sans relief, et même les zones de la scène qui ne sont pas mises au point. Avec une valeur ISO plus basse, les zones non détaillées de la scène sont plus lisses et plus propres, ce qui accentue et intensifie la netteté des zones plus détaillées.

Si possible, ne poussez pas les ISO au-delà des limites de votre appareil photo. Le bruit numérique et l’accentuation de la netteté en post-traitement ne font pas bon ménage. Si vous essayez d’augmenter les détails de votre image en utilisant le curseur d’accentuation de la netteté au post-traitement, selon le programme que vous utilisez, vous risquez également d’augmenter le bruit et d’autres artefacts.

La réduction du bruit réduit les détails

Notez que vous pouvez également réduire le bruit en post-traitement avec des fonctions de réduction du bruit. Mais cela s’accompagne aussi d’un lissage des détails baissant la qualité de l’image.

https://unsplash.com/fr/photos/QbX8A8eHfzw

Par ailleurs, quand on pense aux ISO et au bruit, il faut aussi garder en tête le média final de la photo. En fonction de la taille d’affichage et de la distance d’observation finale, le bruit sera plus ou moins visible. Par exemple, si vous publiez sur les réseaux sociaux, les photos sont affichées en tout petit, les gens défilent rapidement les photos, le bruit n’est pas très visible. En revanche, si vous faîtes des impressions grand format pour les exposer avec un public qui prend le temps de regarder vos photos, le bruit peut être plus visible.

De nombreux appareils photo actuels disposent de 2 fonctions intéressantes à combiner pour gérer le bruit :

  • la fonction de plage ISO automatique, cette option permet à votre appareil photo de mesurer la lumière et d’ajuster la sensibilité ISO en conséquence tout en fixant des limites maximales et minimales à ne pas dépasser ;
Plage ISO automatique
  • la fonction de limitation du temps de pose, cette option permet d’indiquer le temps de pose au plus long à ne pas dépasser, ce qui très pratique si la quantité de lumière diminue et que la vitesse d’obturation passe en dessous de 1/100 s par exemple (si vous êtes à 100 mm sur 24×36), l’appareil photo augmente automatiquement les ISO pour maintenir un temps de pose égal ou inférieur à 1/100 s (cela permet d’appliquer la règle de la distance focale inversée qu’on verra aussi dans cet article).
Limitation du temps de pose

Si la combinaison de ces deux paramètres vous intéressent j’ai écrit un tutoriel complet à ce sujet.

Certains appareils photo ne disposent pas de la fonction de plage d’ISO auto. Dans ce cas, je vous conseille de régler manuellement vos ISO. En effet, les ISO en automatique risquent d’augmenter à votre insu pendant la séance, et vous pourriez en faire la découverte une fois rentré chez-vous seulement.

Voir mes articles sur

2-Choisir un temps de pose suffisamment court

Le temps de pose (ou vitesse d’obturation) correspond à la durée pendant laquelle le capteur de l’appareil photo est exposé à la lumière. C’est un paramètre essentiel pour garantir une netteté maximale.

L’idée principale à retenir est que si le temps de pose est trop long :

  • les éléments en mouvement de votre photos présenteront du flou de mouvement,
Flou de mouvement
https://unsplash.com/fr/photos/y4iF0-lGh6g
  • et, à main levée, votre appareil aura le temps de bouger, ce qui enregistrera du flou de bougé.
Flou de bougé
https://unsplash.com/fr/photos/F8xnZbVMcMo

Pour éviter le flou de bougé, je vous en parle dans le conseil juste en-dessous. En ce qui concerne le flou de mouvement voici un tableau pour vous repérer.

SujetTemps de pose (au plus long)
Oiseaux en vol1/2000 s
Sport et action1/500 s – 1/1000 s
Photo de rue/personnes en mouvement1/125 s – 1/500 s
Paysage1/125 s – 1/4 s
Mouvement panoramique1/15 s – 1/60 s
Cascade d’eau1/8 s – 2 s
Eau en filé1/2 s – 5 s
Feux d’artifice2-8 s
Ciel étoilé15-25 s
Traînées d’étoiles15 minutes et plus long

Globalement, à main levée, et pour n’importe quel sujet, si le temps de pose est égal ou supérieur à 1/250 s, vous devriez être en mesure d‘avoir une photo nette, sauf si le sujet bouge rapidement ou si vous utilisez un long téléobjectif (voir la règle de la distance focale inversée en-dessous).

Prenez une ou deux photos et vérifiez si votre image est floue. Regardez vos photos sur l’écran au dos de votre appareil photo à 100 % et assurez vous que tout est net.

  • Si votre photo est net, vous pouvez même tester d’allonger votre temps de pose pour réduire l’ouverture et/ou les ISO.
  • Si votre photo est floue utilisez un temps de pose plus court que 1/250 s, comme 1/500 s.

Quand on est contraint de trop augmenter vos ISO et/ou d’ouvrir pour maintenir un court temps de pose cela signifie qu’on n’a pas assez de lumière. En intérieur, ouvrez les fenêtres pour laisser entrer la lumière ou allumez les lumières, vous pouvez aussi utiliser un flash, ou encore un trépied pour ne pas vous soucier du flou de bougé.

Dans de nombreuses situations, il est possible d’obtenir des photos nettes avec un temps de pose un peu plus long, voici deux exemples :

  • Sujets immobiles sur trépied, comme par exemple un paysage, vous pouvez régler à peu près n’importe quel temps de pose (attention à l’exposition et au mouvement des nuages cependant). Cela donne une plus grande flexibilité quant à l’ouverture, ce qui permet de mieux contrôler la profondeur de champ.
  • Flou intentionnel, un temps de pose plus long est nécessaire si vous essayez de capturer du flou de mouvement (comme les traînées d’étoiles dans le ciel nocturne, les traînées lumineuses des véhicules la nuit ou encore l’effet filé, il faudra un trépied et un déclencheur à distance pour toutes ces situations), ou encore si vous essayez de capturer du flou de bougé (comme le mouvement intentionnel, le mouvement panoramique).

« Comment je fais pour régler mon temps de pose ?« 

  • Le mode priorité à la vitesse (mode TV ou S) permet de sélectionner son temps de pose avec précision, l’ouverture et les ISO (si en auto) se régleront automatiquement.
  • Vous pouvez aussi vous mettre en mode priorité à l’ouverture (Av ou A), qui est souvent le mode automatique par défaut qu’on utilise. Pointez votre appareil photo vers l’objet que vous souhaitez photographier et appuyez à moitié sur l’obturateur. En bas du viseur ou de l’écran LCD, vous devez voir le temps de pose propos. Il faudra garder un œil dessus et l’ajuster : ouvrir plus (ou augmenter les ISO) permettra de raccourcir le temps de pose, fermer plus (ou baisser les ISO) permettra d’allonger le temps de pose.

Gardez à l’esprit que la vitesse d’obturation a un impact sur l’exposition. Raccourcir le temps de pose diminuera l’exposition du capteur, il faudra compenser avec une plus grande ouverture et/ou des ISO plus élevés.

Voir mon article sur le temps de pose.

3-La règle de la distance focale inversée

Cette règle s’applique pour les photos prises à main levée uniquement (donc sans trépied). La règle stipule que le temps de pose doit égal, au plus long, à l’inverse de la distance focale réglée sur l’objectif.

Formule de la règle de la distance focale inversée

« Gné ?« 

Par exemple, si votre objectif est zoomé à 125 mm, votre temps de pose doit être de 1/125 s au plus long pour avoir une photo sans flou de bougé à main levée. À 1/100 s il y a des chances d’enregistrer du flou de bougé à cause du mouvement de vos mains.

Ce « calcul » fonctionne pour les capteurs 24×36 (full frame). Si vous possédez un boîtier avec un capteur plus petit, vous devez ajuster la règle en fonction du facteur de recadrage (crop factor en anglais).

Par exemple, pour les boîtiers Nikon le facteur de recadrage est de 1,5. Pour ajuster la règle, il faut multiplier le résultat de la règle par 1,5. À 135 mm, cela donne 1 / (135 X 1.5) = 1/202,5 s. Ça ne tombe pas sur une valeur exacte, donc on va se régler sur la valeur au plus courte qui s’en rapproche : 1/250 s pour être sûr (on pourra aussi tester 1/200 s). Pour les appareils Canon, il faut multiplier par 1,6.

Voici quelques exemples avec les boîtiers Nikon pour mieux comprendre :

  • 50 mm sur Nikon DX (D3500/D5600/D7500) : 1/ (50 mm x 1,5) = 1/75 s (donc 1/80 s)
  • 100 mm sur Nikon DX (D3500/D5600/D7500) : 1 / (100mm x 1.5) = 1/150 s (donc 1/160 s)
  • 150mm sur Nikon DX (D3500/D5600/D7500) : 1 / (150mm x 1.5) = 1/225 s (donc 1/250 s)
  • 200mm sur Nikon DX (D3500/D5600/D7500) : 1 / (200mm x 1.5) = 1/300 s (donc 1/320 s)
  • 300mm sur Nikon DX (D3500/D5600/D7500) : 1 / (300 mm x 1,5) = 1/450 s (donc 1/500 s)

« Intéressant comme règle, mais pour les petits capteurs, ça fait quand même des petits calculs complexes !« 

C’est vrai que sur le terrain, si on a besoin d’être réactif, ce n’est pas une règle très pratique. C’est pourquoi certains photographe font simplement X 2 quand il sont sur un capteur APS-C ou 4/3. Vous pouvez ensuite ajuster en allongeant progressivement le temps de pose et en regardant les résultats zoomés à 100 % sur son écran LCD.

Attention : cette règle fonctionne pour le flou de bougé de l’appareil uniquement. Si vous prenez des photos d’un sujet en mouvement rapide, il se peut que vous ayez besoin d’une vitesse d’obturation plus rapide pour obtenir une photo nette.

Par ailleurs, cette règle est un repère, un phare dans la tempête. Ça ne fonctionne pas tout le temps du premier coup Il se peut qu’un temps de pose plus court soit nécessaire (si vous tremblez beaucoup par exemple), ou qu’un temps de pose plus long soit possible (grâce la stabilisation de l’image ou une meilleure posture par exemple).

La règle n’est pas parfaite. Faîtes attention si vous utilisez un long objectif ou si vous êtes particulièrement instable (par exemple, si vous vous tenez en équilibre). Par ailleurs, sur des objectifs très courts, le calcul ne fonctionne pas très bien non plus, essayez de ne pas descendre en-dessous de 1/60 s même avec un grand angle.

Si malgré l’application de cette règle vos photos présentent toujours du flou de bouger, il est peut-être temps de passer sur trépied.

En complément, voir mes articles sur

4-Gérer l’ouverture et la netteté acceptable

L’ouverture joue un rôle dans la sensation de netteté globale.

En effet, on peut diviser une photo en 3 zones :

  • le plan net (c’est le plan parallèle au capteur passant par là où on fait la mise au point, c’est la seule zone nette) ;
  • la zone de netteté acceptable (c’est subjectif, mais c’est le reste de la photo qui nous semble net, mais l’est moins que le plan net, souvent située à 1/3 avant la mise au point et 2/3 après) ;
  • la zone floue (c’est subjectif aussi, mais c’est le reste de la photo qui nous semble floue).
Les 3 zones de netteté

Cette netteté acceptable dépend de la profondeur de champ, et la profondeur de champ se règle avec l’ouverture.

  • Plus l’ouverture est fermée (chiffre f/ élevé), plus la profondeur de champ est profonde, et plus la netteté acceptable augmente, ce qui augmente la sensation de netteté globale dans la photo. La zone flou est réduite.
  • Plus l’ouverture est ouverte (chiffre f/ bas), plus la profondeur de champ est réduite, et plus la netteté acceptable diminue, ce qui diminue la sensation de netteté globale dans l’image. La zone flou est plus importante. Une faible profondeur de champ rend d’autant plus important le fait de faire une mise au point correcte.
Résumé schématique de l’impact de l’ouverture sur la profondeur de champ

Par exemple,

  • pour la photographie de paysage, on utilise en général une ouverture entre f/8 et f/11, voire f/16 (à noter qu’à partir de f/16, voire f/11, les lames de l’objectif sont si étroitement fermées que la diffraction de la lumière entraîne une perte de netteté),
f/16
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/photo-de-champ-de-tulipes-jaunes-et-rouges-1487010/
  • pour les portraits, on utilise entre f/8 et f/9 en studio, en extérieur on utilise des ouvertures entre f/4 et f/8 en fonction de la quantité de floue voulue en arrière-plan.
f/5.6
https://www.pexels.com/fr-fr/photo/homme-personne-yeux-visage-4556737/

Cette netteté acceptable dépend aussi de divers facteurs, comme l’endroit où la mise au point est faite, la distance focale de votre objectif et de la taille de votre capteur. Pour une même ouverture, une distance focale plus courte et un capteur plus petit entraînent une profondeur de champ plus étendue (donc une plus grande zone de netteté acceptable)

Comme on l’a vu,

  • une grande ouverture donne plus de flou,
  • et une ouverture trop petite rend aussi la photo floue à cause du phénomène de diffraction.

Ainsi, il existe une plage d’ouverture qu’on appelle « juste milieu » (« sweet spot » en anglais). Cette plage d’ouverture est le juste milieu entre la diffraction et le flou d’une faible profondeur de champ. Photographier au sweet spot de votre objectif améliorera la netteté, le contraste et la saturation.

Le « sweet spot » c’est le fait que la plupart des objectifs sont plus nets entre 2 à 3 stops de plus que leur ouverture maximale (en terme d’ouvertures, cela donne en général entre f/5,6 et f/11). Par exemple, si votre objectif a une ouverture maximale de f/4, vous obtiendrez des photos nettes à f/8 (+2 stops).

Voir le tableau des stops ici.

Étant donné que chaque objectif est différent, consultez les informations sur votre objectif pour trouver la plage d’ouverture optimale. Vous pouvez également le faire vous-même en prenant une série de photo d’une même scène, sans bouger, sans changer la distance focale, avec le même cadrage, en changeant uniquement la valeur d’ouverture. Sur votre ordinateur zoomez dans les photos pour identifier les fichiers les plus nets.

Par ailleurs, si vous possédez un zoom, vous pouvez également tester la netteté sur l’ensemble de la plage des distances focale. De nombreux zooms perdent en piqué au fur et à mesure que l’on se rapproche des distances focales extrêmes. En identifiant les distances focales optimales, vous pouvez obtenir des images encore plus nettes.

« Ok ! Maintenant je ne prendrai plus que des photos dans le sweet spot pour une netteté maximale !« 

Ne devenez pas obsédé par le réglage de l’ouverture la plus nette. Même si c’est important, vous devriez toujours utiliser l’ouverture qui vous donne l’effet désiré, qu’il s’agisse d’une longue pose ou d’une faible profondeur de champ, pour obtenir un effet de flou.

« Et fermer l’ouverture, ça m’évite de faire la mise au point ?« 

Non.

Il faut bien comprendre que l’a profondeur de champ’ouverture et la mise au point sont 2 choses différentes.

  1. L’ouverture impact la profondeur de champ, et donc la netteté acceptable,
  2. alors que la mise au point impact le plan net (et donc la netteté).

Si vos images sont floues parce que votre mise au point est ratée l’ouverture ne pourra pas vous sauver. Vous devez travailler votre technique de mise au point (j’en parle aussi dans cet article).

Mais en réduisant l’ouverture (et par conséquent en augmentant la profondeur de champ), cela donne un peu plus de marge d’erreur pour la mise au point.

Notez aussi que réduire l’ouverture diminue l’exposition. Vous devrez donc surveiller l’exposition lorsque vous ferez les ajustements. Vous pouvez compenser en allongeant le temps de pose et/ou en augmentant les ISO, mais ces réglages ont des conséquences importantes comme je l’explique tout au long de cet article.

L’ouverture a un impact sur l’exposition, qu’il faudra compenser d’une manière ou d’une autre

5-Activer l’aperçu de la profondeur de champ

Quand votre appareil photo affiche ce qu’il va capturer dans son viseur ou sur son écran LCD (à l’arrière du boîtier), il ouvre généralement l’ouverture à son maximum.

« Pourquoi ?« 

Car cela permet d’obtenir la vue la plus lumineuse possible, ce qui vous aide à composer et à cadrer votre photo.

Dès que vous déclenchez, l’appareil photo « réduit » l’ouverture à la taille réglée. Ainsi, ce n’est qu’après avoir pris la photo que vous pouvez voir comment le réglage de l’ouverture affecte la manière dont la scène est capturée.

Certains appareils photo proposent une option de prévisualisation de la profondeur de champ. Sur la plupart des appareils photo reflex numériques, cette option est activée à l’aide d’un bouton situé sur le boîtier de l’appareil photo (voir photo ci-dessous). Consultez le guide de l’utilisateur de votre appareil photo pour le trouver.

Bouton de prévisualisation de la profondeur de champ

Lorsque vous activez l’aperçu de la profondeur de champ, la taille de l’ouverture passe à la taille réglée tant que vous maintenez le bouton enfoncé. C’est l’occasion de vérifier si la profondeur de champ (et donc la netteté acceptable) est suffisante pour vous.

Quand l’option est activée, la scène devient plus sombre (sauf si la taille d’ouverture réglée correspond à l’ouverture maximale de l’objectif, dans ce cas vous ne verrez pas la différence).

Les appareils photo sans miroir sont généralement équipés d’un viseur électronique (EVF) plutôt que d’un viseur optique (certains ont toutefois les deux). Ces appareils sont capables d’afficher la profondeur de champ effective en temps réel dans le viseur électronique.

6-Tirez parti de la lumière

Pour obtenir des images nettes, plus il y a de lumière, mieux c’est.

En effet, assez de lumière permet de se régler sur

  1. un court temps de pose,
  2. une sensibilité ISO faible,
  3. et une petite ouverture.

Comme on l’a vu au-dessus, ces 3 réglages permettent d’améliorer la netteté de vos photos.

Par ailleurs, de nombreux appareils photo ont des difficultés à faire la mise au point dans des situations de faible luminosité, plus de lumière facilite donc la mise au point automatique, ce qui favorise la netteté (je reviendrai sur la mise au point).

Lorsque vous ne pouvez pas utiliser la lumière du jour mais que vous souhaitez une photo nette, utiliser un flash cobra est une solution. Utilisez un diffuseur, ou essayez de faire rebondir la lumière sur un mur ou un plafond pour donner à la photo l’impression d’un éclairage naturel. La gestion du flash reste tout même difficile et demande des connaissances et la pratique pour donner de bons résultats.

7-Faire une mise au point correcte

Ce point est très important et souvent sous-estimé. La mise au point de l’appareil photo a un impact direct sur la netteté de l’image.

La mise au point est cruciale, car l’absence de plan net peut entraîner des pertes considérables dans la perception de la netteté globale de l’image. Nous voulons que notre objectif maximise le potentiel de résolution de notre appareil photo et, pour ce faire, notre ou nos sujets doivent être mis au point.

En effet, comme on l’a déjà vu dans la partie ouverture, on peut diviser une photo en 3 zones :

  1. le plan net (géré par la mise au point),
  2. la zone de netteté acceptable (gérée par l’ouverture),
  3. et la zone floue (aussi gérée par l’ouverture).
Les 3 zones de netteté pour rappel

Par ailleurs, réussir la mise au point à la prise de vue est important. Une mise au point incorrecte est difficile à corriger au post-traitement. Bien sûr, vous pouvez apporter quelques petites améliorations si vous manquez légèrement la mise au point. Mais peu de corrections logicielles peuvent compenser la perte de résolution perceptive d’une mise au point ratée.

Parfois, on a un problème de netteté à cause la mise au point, d’autres fois c’est à cause du temps de pose réglé. Apprenons à faire la différence entre un problème de mise au point, un flou de bougé, et un flou de mouvement.

  • Si le sujet est flou, mais que ce qui est plus proche de l’appareil ou plus éloigné est net. Parfois ce flou est sur l’ensemble de la photo et est comparable à une fenêtre embrumée ou à ouvrir les yeux sous l’eau : tout est à sa place mais flou. La cause la plus courante est une mise au point incorrecte. Mais cela peut aussi être dû à un objectif sale, un objectif endommagé ou de mauvaise qualité, une ouverture trop grande, la diffraction ou l’aberration sphérique.
Les arbres sont flous car la mise au point est faite sur les fleurs devant
https://unsplash.com/fr/photos/7wenqezDn_k
  • Si toute l’image est floue de manière homogène, c’est du flou de bougé. Le flou de bougé, c’est comme regarder par la vitre latérale lorsque vous conduisez une voiture ou que vous prenez le train. Au lieu d’objets nets, vous voyez de longues traînées qui s’étendent sur l’image dans la direction du mouvement. Les causes courantes du flou de bougé sont les vitesses d’obturation trop longues et le bougé de l’appareil photo dû à sa prise en main, il ne s’agit pas d’un problème de mise au point, utilisez un temps de pose plus court.
Flou de bougé
https://unsplash.com/fr/photos/F8xnZbVMcMo
  • Si un objet se déplaçant rapidement sur votre photo est flou, c’est du flou de mouvement, il ne s’agit pas d’un problème de mise au point, utilisez un temps de pose plus court.
Flou de mouvement
https://unsplash.com/fr/photos/y4iF0-lGh6g

Si vous avez des difficultés à obtenir une mise au point correcte, voici quelques recommandations.

  • Le manque de lumière peut entraîner un dysfonctionnement de la mise au point automatique (AutoFocus/AF). En condition de faible luminosité la mise au point va « chasser », c’est-à-dire qu’elle n’arrive pas à se fixer. Assurez-vous qu’il y ait suffisamment de lumière pour que votre appareil photo fasse correctement la mise au point.
  • Le collimateur central est généralement le plus précis. Si vous rencontrez des problèmes de mise au point parce que vous avez sélectionné un collimateur différent du collimateur central, resélectionnez le collimateur central, faîtes la mise au point, bloquez-la (avec un bouton dédié ou en passant mise au point manuelle) et recomposez.
  • De nombreux appareils photo vous permettent de sélectionner un bouton du côté de l’écran pour la mise au point, sans avoir à toucher au déclencheur. Cela permet de faire la mise au point avec son pouce, tout en appuyant sur le déclencheur avec son index. Il faut un certain temps pour s’habituer. Cependant, c’est très utile. De cette manière vous pouvez bloquer facilement la mise au point en relâchant le bouton, ce qui évite de dérégler la mise au point en déclenchant. Cette fonction est idéale pour vous permettre de faire la mise au point, puis de réajuster votre composition ou de suivre un sujet qui se déplace rapidement.
  • Gardez la même distance appareil photo-sujet et/ou la même distance focale après avoir fait la mise au point. En effet, le réglage de la mise au point ne fonctionne que pour une certaine distance par rapport au sujet et une certaine distance focale. Si vous changez un de ces deux paramètres, la mise au point ne sera plus correcte, et vous devrez la refaire.
  • Le système de mise au point automatique (AutoFocus/AF) fonctionne en évaluant le contraste autour du collimateur. Par exemple, si vous essayez de faire la mise au point sur un mur blanc et propre, l’appareil ne pourra pas faire la mise au point, car il ne verra aucune zone de contraste sur laquelle « se fixer ». En revanche, si vous avez un mur blanc sur lequel se trouve un objet sombre et que vous placez votre collimateur entre le mur et l’objet, votre appareil photo fera rapidement une mise au point correcte. Ainsi, si vous avez du mal à faire la mise au point, placez le collimateur sur une zone présentant le plus de contraste. Par exemple : les bords des objets, les lignes séparant des couleurs différentes, les chiffres et les lettres imprimés sur les objets, etc. Il faudra ensuite bloquer la mise au point et recadrer.
  • Faites la mise au point plusieurs fois jusqu’à ce que vous puissiez voir clairement dans le viseur que l’objet est net. Pour cela, vous devez disposer d’un bon viseur et d’une bonne vision. Certains reflex numériques d’entrée de gamme ont un très petit viseur, ce qui rend difficile, voire impossible, de voir si la mise au point est correcte. Dans ce cas, il n’y a pas grand-chose à faire. Il faudra prendre plusieurs photos tout en réajustant constamment la mise au point et vérifier la netteté sur l’écran LCD de l’appareil photo.
  • Cela semble évident, mais pour obtenir des photos nettes, vous devez vous assurer que votre appareil photo fait la mise au point sur votre sujet et nulle part ailleurs. Il peut parfois arriver d’avoir des problèmes de « back focus » (mise au point faîte un peu en décalé derrière), il faudra alors faire réparer l’objectif.
  • Parfois, il arrive aussi que l’autofocus s’interrompe ou cesse complètement de fonctionner. Dans ce cas, vous devrez réparer l’objectif ou en acheter un nouveau.
  • En général, un réglage sur un seul collimateur fonctionne pour les sujets immobiles, tandis qu’un groupe (ou zone) de collimateur AF ou une forme de suivi AF est préférable pour les sujets en mouvement.
  • Lorsque vous effectuez la mise au point sur des sujets en mouvement rapide, veillez à regarder dans le viseur et non sur l’écran LCD. Effectuez un panoramique de votre appareil photo en même temps que les sujets bougent (et continuez à effectuer ce panoramique, même après avoir appuyé sur le déclencheur). Voir mon article sur le mouvement panoramique.
  • Lorsque vous faites la mise au point sur des sujets immobiles, il est souvent préférable d’utiliser la technique de mise au point et recomposition, qui consiste à faire la mise au point sur le sujet, à continuer d’appuyer à mi-course sur l’obturateur (ce qui verrouille la mise au point), puis à recomposer jusqu’à ce que vous obteniez le résultat désiré. Ce n’est qu’à ce moment-là que vous devez appuyer à fond sur l’obturateur pour déclencher. Comme on l’a vu, mettre la mise au point sur un bouton différent facilite la pratique de cette technique.
  • Votre appareil photo dispose d’un certain nombre de collimateurs de mise au point automatique qu’il utilise pour vérifier la présence d’un sujet. Les collimateurs sont visibles dans le viseur. Pour plus de précision dans votre mise au point, sélectionnez manuellement le ou les collimateurs sur lesquels vous souhaitez faire la mise au point. Et utilisez la fonction de verrouillage de la mise au point si nécessaire pour recadrer sans perdre la mise au point. Consultez le manuel d’utilisation de votre appareil photo pour savoir comment choisir les collimateurs.
  • Il existe plusieurs modes de collimateurs. Le mode de zone autofocus simple : pour prendre des photos nettes de paysages et d’autres sujets statiques, le mode zone dynamique : pour prendre des photos nettes d’actions et d’autres sujets en mouvement, le mode zone de groupe : pour prendre des photos nettes de groupes, mode zone AF yeux : pour obtenir des portraits très nets de personnes et d’animaux sauvages.
  • Après avoir pris une photo, utilisez la fonction de lecture de votre appareil photo et zoomez à 100 % pour vérifier la netteté de la photo. Si vous constatez un flou, vous pouvez reprendre la photo immédiatement. Attention tout de même le mode de visualisation en direct (live view) consomme plus de batterie.Sur trépied, quand on a le temps, on peut passer en mode Live View et zoomer sur l’endroit où on veut faire la mise au point et vérifier qu’il soit bien net. Lorsque je prends des photos à l’aide de mon trépied, j’active la plupart du temps le mode de visualisation en direct pour vérifier que tout est bien net ou pour décider si je dois améliorer la netteté de mes images à l’aide de techniques plus avancées, comme le focus stacking (empilement de mise au point). C’est également la meilleure astuce pour prendre des photos macro nettes et des paysages larges.
  • Assurez-vous que la dioptrie de votre viseur est réglée en conséquence. La dioptrie est réglable avec la petite roue placée à côté de votre viseur, elle permet d’ajuster la netteté de l’image du viseur. La dioptrie est particulièrement utile pour les personnes ayant une mauvaise vue, car elle permet de compenser une mauvaise vision (ainsi, vous n’aurez pas forcément à porter de lunettes lors de vos prises de vue !)
  • Une mauvaise vision peut aussi diminuer la netteté de l’image ! Il se peut que vous ne parveniez pas à obtenir une mise au point parfaite, que vous fassiez accidentellement la mise au point au mauvais endroit ou que vous ne remarquiez pas que votre objectif a un problème de mise au point. Faites donc vérifier vos yeux ! Le fait d’avoir de nouvelles lunettes peut améliorer vos photos.
  • Même si vous maîtrisez la mise au point, je vous recommande de toujours vérifier la mise au point après avoir pris la photo. Comme on l’a vu, une mise au point incorrecte est quasiment impossible à corriger au post-traitement.

« Ok, j’en prends note, mais sais-tu où je faire la mise au point en photo de paysage ou de portrait par exemple ?« 

En photo de paysage, le mieux est de faire la mise au point sur la distance hyperfocale lorsque vous souhaitez que le premier plan et l’arrière-plan soient nets. De cette manière vous maximiserez la profondeur de champ sur l’ensemble de la scène : tout ce qui se trouve à la moitié de cette distance jusqu’à l’infini sera d’une netteté acceptable. En pratique on utilise plutôt la technique de la « double distance de mise au point », ce qui revient à peu près à faire la mise au point sur la distance hyperfocale. Lorsqu’il n’y a pas d’objet apparent sur la photo, il est plus difficile de déterminer où faire la mise au point. Dans ce cas, vous faites la mise au point à environ 1/3 du bas du cadre. Voir mon article sur la mise au point en photo de paysage.

En photo de portrait humain ou animalier, faites toujours la mise au point sur l’œil le plus proche de vous (aussi appelé « œil proximal »). C’est là que nos yeux sont naturellement attirés. C’est très important, surtout à de grandes ouvertures, car la profondeur de champ sera très faible et une mise au point incorrecte sera bien plus visible. Tant que l’œil du sujet est net, l’image semblera nette, ou du moins avec la bonne netteté.

En macro, on fera la mise au point manuellement, puis on prendra plusieurs photos en rafale en bougeant l’appareil photo d’avant en arrière en espérant avoir quelques photos avec la bonne mise au point dans le tas. Voir mon guide complet sur la macro.

8-Le bon mode de mise au point automatique

Par défaut, votre appareil photo essaie de faire la mise au point automatiquement, c’est-à-dire que vous n’avez qu’à appuyer sur le déclencheur à mi-course ou un bouton pour que l’appareil photo fasse la mise au point tout seul.

En fonction du sujet, il est essentiel d’utiliser le bon mode de mise au point automatique pour obtenir les images les plus nettes possible. En général, pour capturer plus de détails dans vos images en fonction de votre sujet, utilisez :

  • Mode de mise au point unique, souvent appelé « AF-S » (par Nikon) ou « One Shot AF » (par Canon). Il utilise le collimateur que vous avez sélectionné (ou par défaut). En regardant dans le viseur de votre appareil photo, alignez le sujet derrière le collimateur sélectionné. Appuyez ensuite à moitié sur le bouton de l’obturateur (ou sur le bouton dédié à la mise au point automatique, le cas échéant), ce qui verrouille la mise au point. Ensuite, vous pouvez éventuellement recadrer la photo sans relâcher le bouton de l’obturateur. Enfin, appuyez à fond sur le bouton de l’obturateur pour prendre la photo. Cela permet d’obtenir les résultats d’autofocus plus rapides. Cette fonction est idéale pour les sujets immobiles ou se déplaçant lentement, tels que les paysages ou les foules.
  • Mode de mise au point servo continue/AI, ce mode AF, appelé « Continu/AF-C » (par Nikon), ou « AI Servo » (par Canon) : permet à l’appareil photo de faire sans cesse la mise au point tant que vous appuyez à mi-course sur le déclencheur. Il vous suffit d’appuyer à moitié sur le bouton de l’obturateur (ou d’appuyer à fond sur le bouton dédié à la mise au point automatique, le cas échéant). Votre appareil photo suit alors le(s) sujet(s) qui se déplace(nt) dans la scène et tente de maintenir la mise au point sur le(s) sujet(s). Cette fonction est idéale pour suivre les sujets qui se déplacent rapidement, notamment des photos d’oiseaux, de sport et d’autres sujets en mouvement. Cela fonctionne même si vous déplacez votre appareil photo ou si la distance entre l’appareil photo et le sujet change.
  • Mode de mise au point hybride simple/continu, souvent appelé AF-A (AutoFocus hybride) : est un mélange des deux options d’autofocus et laisse le logiciel de l’appareil photo décider de la mise au point en basculant automatiquement entre le mode de mise au point unique et le mode de mise au point continue. Le mode choisi dépend de l’apparence de mouvement du sujet. Il s’agit d’un bon mode AF polyvalent si vos sujets sont variés ou si vous ne savez pas quel mode AF utiliser. Il s’agit d’une option globalement solide, mais votre appareil photo peut avoir du mal à faire la mise au point tout seul dans des conditions difficiles. Utile pour prendre des photos de groupe nettes et d’autres situations où le sujet peut être statique ou en mouvement.

Personnellement, je trouve tout ça un peu compliqué, et passer d’un mode à l’autre rend peu réactif.

Ce que je fais c’est que je me mets en mode de mise au point continue (donc « Continu/AF-C » sur Nikon, ou « AI Servo » sur Canon), et je mets la mise au point sur un bouton dédié, qui se situe à l’arrière du boîtier (voir photo ci-dessous).

Bouton dédié à la mise au point

De cette manière,

  • je peux rester appuyé sur le bouton si je veux rester en mise au point en continue pour les sujets en mouvement,
  • et si je veux bloquer la mise au point pour un sujet immobile et recadrer, je relâche le bouton.

9-Passer en mise au point manuelle en faible luminosité

La mise au point automatique est généralement plus pratique que la mise au point manuelle.

Mais les appareils photo ne sont pas infaillibles et certains sujets peuvent être particulièrement difficiles à mettre au point automatiquement, et vous devez vous rabattre sur la mise au point manuelle (MF).

Vous pouvez sélectionner le mode MF à l’aide d’un commutateur situé sur le barillet de l’objectif (voir photo ci-dessous). S’il n’est pas disponible sur votre objectif, il le sera dans les paramètres de votre appareil photo. Consultez le mode d’emploi de votre appareil photo pour savoir comment procéder.

Mise au point en mode mnauel (MF)

C’est souvent ce qui passe en photo de nuit ou en astrophotographique comme pour la photographie de la Voie Lactée ou des aurores boréales.

Le mieux pour prendre des photos nettes avec une mise au point manuelle est d’utiliser

  1. un trépied,
  2. le mode Live View.

Une fois votre appareil photo installé sur trépied, passez en mode live view et zoomez sur une lumière lointaine, comme la lune ou une étoile brillante. Déplacez lentement la bague de mise au point jusqu’à ce que tout vous paraisse net. C’est la meilleure astuce pour prendre des photos d’étoiles nettes.

En général, lorsque le sujet est immobile, la mise au point manuelle est une bonne option. C’est le cas des paysages et de la macrophotographie.

10-Activer le focus peaking

Si vous utilisez la mise au point manuelle pour prendre des photos nettes en cas de faible luminosité ou dans d’autres situations, la plupart des appareils photo modernes intègrent des aides à la mise au point comme le focus peaking.

Grâce au focus peaking, votre appareil photo met en évidence les zones mises au point de votre image dans une couleur vive (généralement en rouge) afin que vous puissiez ajuster et prendre des photos nettes à l’aide de la mise au point manuelle.

La zone mise en rouge est mise au point (nette)
Source : TonusamuelWikipédia

Le focus peaking change également la donne lorsque vous utilisez des objectifs entièrement manuels comme les objectifs Rokinon, Laowa et autres pour photographier la Voie lactée.

11-Améliorer sa stabilité

À main levée, il y a deux facteurs qui impactent le flou de bougé

  • le temps de pose (comme on l’a déjà vu, plus le temps de pose est long, plus les images risquent d’être floues) ;
  • vous.

Lorsque vous tenez un appareil photo à la main : votre position, votre respiration, et votre manière de tenir l’appareil photo jouent un rôle important dans vos tremblements (et donc la stabilisation) de l’appareil photo, et l’obtention de photos nettes. Et plus le temps de pose est long, plus c’est le cas.

Pour la position, tenez-vous :

  • les pieds écartés de la largeur des épaules ;
  • un pied devant l’autre pour une meilleure répartition du poids de votre corps et plus d’équilibre ;
  • tenez votre boîtier d’une main et placez une deuxième main sous l’objectif ;
  • une fois l’appareil photo à hauteur des yeux, gardez vos bras près du corps, serrez les coudes ;
  • dans la mesure du possible, allongez-vous, appuyez-vous sur un mur, un arbre ou un autre élément stable pour obtenir un soutien supplémentaire ;
  • lorsque vous appuyez sur le bouton de l’obturateur, faites-le aussi doucement que possible, assurez-vous que votre doigt est en contact avec le bouton au début (plutôt que de le survoler) et appuyez progressivement sur le bouton plutôt que de le pousser rapidement, une fois le bouton enfoncé, maintenez votre doigt en place jusqu’à ce que l’appareil photo ait fini de prendre la photo.

Pour la respiration (notamment à des vitesses d’obturation longues, comme 1/10 s), il existe plusieurs techniques lorsqu’on prend sa photo :

  • expirer,
  • retenir sa respiration,
  • respirer lentement et doucement,
  • entre deux respirations lorsque vous êtes relativement immobile :
  • personnellement j’inspire profondément et je retiens ma respiration.

Essayez et voyez ce qui fonctionne pour vous.

Une bonne technique de prise en main permet d’améliorer considérablement la netteté, mais elle n’est pas infaillible.

12-Réduire le flou de bougé de votre sujet

Lorsque vous travaillez avec des temps de poses un peu longs, même si vous faites tout ce qu’il faut, vos images peuvent être floues parce que votre sujet a bougé pendant que l’obturateur était ouvert.

Les mouvements du sujet seront enregistrés sous forme de flou de mouvement.

Le sujet bouge, du flou de mouvement est enregistré
https://unsplash.com/fr/photos/eQt1stmvdvg

Donc, si vous photographiez une personne par exemple, demandez-lui de bouger le moins possible pendant que vous la prenez en photo.

Parfois, les gens aiment l’effet de flou de mouvement, en particulier pour les sujets se déplaçant rapidement, cela donne une sensation de mouvement.

https://www.pexels.com/fr-fr/photo/femme-marche-sur-sentier-en-bois-1544945/

Pour reproduire cet effet, réglez vous en mode priorité à la vitesse, puis réglez l’obturateur entre 1/100 s pour commencer. Si le temps de pose devient trop long à main levée, mettez-vous sur trépied, comme sur cette photo.

1/6 s
https://unsplash.com/fr/photos/FvfK16cHRrE

13-Activer la stabilisation de l’image

De nombreux appareils photo et objectifs sont équipés de différentes formes de stabilisateurs : réduction de vibration (VR sur Nikon) ou la stabilisation d’image (IS sur Canon).

Grâce aux améliorations apportées à la technologie de réduction des vibrations, nous pouvons désormais photographier à main levée à des vitesses d’obturation impossibles à atteindre il y a quelques années, ce qui nous permet de prendre des images plus nettes en photographie animalière et dans bien d’autres genres. Dans certaines situations de faible luminosité, vous pouvez même vous passer d’un trépied.

Dans des conditions optimales, la stabilisation peut vous donner jusqu’à 3 stops d’exposition supplémentaires, ce qui peut faire la différence entre une photo floue et une photo nette (en réduisant les ISO et / ou en fermant plus grâce à l’allongement du temps de pose).

Cette technologie compense les petits mouvements de l’appareil photo pendant la prise de vue. De nombreux objectifs sont dotés d’un système de stabilisation de l’image. Sur certains appareils photo reflex, la stabilisation est intégrée au boîtier de l’appareil plutôt qu’à l’objectif, elle fonctionne en déplaçant automatiquement le capteur pour compenser les mouvements de l’appareil.

Donc si vous prenez des photos à main levée, et que votre objectif est équipé de cette fonctionnalité, activez-la, ça permet de photographier à des temps de poses plus longs que ce que la règle de la distance focale inversée indique.

Pour activer la stabilisation de l’image, recherchez un loquet sur le barillet de l’objectif (voir photo ci-dessous). Sinon, l’option peut se situer dans les paramètres du menu du boitier.

Stabilisateur d’image

Attention : sur trépied cette option produira des photos floues, il faudra donc la désactiver. Ça peut sembler contradictoire, mais le stabilisateur d’image « déstabilise » vos photos si l’appareil est déjà stable. Gardez aussi à l’esprit que cette technologie consomme beaucoup de batterie.

La stabilisation de l’image permet de compenser les mouvements de l’appareil photo (flou de bougé), mais pas ceux des éléments en mouvement (flou de mouvement). Par conséquent, si vous photographiez des scènes d’action en basse lumière, elle n’améliorera pas la netteté (bien que certains objectifs offrent des gains de netteté lors des panoramiques en basse lumière, pour plus de détails, consultez le manuel de l’objectif).

14-Nettoyer vos objectifs et votre capteur

Un photographe m’a approché un jour et m’a demandé des conseils pour avoir plus de contraste et de netteté à ses photos. Lorsque j’ai vu la lentille frontale de son objectif, la première réponse était simple : nettoyer.

Le verre de son objectif était tellement sale que je n’arrivais pas à croire qu’il arrivait encore prendre des photos. Un excellent objectif ne sert à rien s’il est sale.

Après des mois et des années d’utilisation, la poussière, la saleté, les taches, les empreintes de doigts, le pollen, etc, s’accumulent sur les objectifs. Cela peut paraître anodin, mais un objectif sale rendra les photos moins nettes. Un verre d’objectif sale et gras est la garantie d’une mise au point imprécise et d’une perte de contraste de l’image.

Pour nettoyer, le mieux est d’investir dans un kit de nettoyage pour objectif, ils sont bon marché et disponibles en ligne et dans tous les magasins d’appareils photo. Ces kits sont composés au minimum d’un pinceau spécial pour objectif et d’une soufflette.

Kit de nettoyage pour objectif

Consacrez une heure ou deux au nettoyage de tous vos objectifs. Vous devrez travailler avec soin, car une mauvaise technique de nettoyage peut rayer ou tacher de façon permanente les éléments de vos objectifs.

  1. Passez un coup de soufflette pour enlever les potentiel grains durs (qui pourraient rayer l’objectif si vous le frottez directement).
  2. Nettoyez le verre avec le côté « balayette » du pinceau pour objectif.
  3. Avec la partie feutrée de pinceau, nettoyez l’objectif avec des mouvements circulaire, du centre vers l’extérieur.

Si il reste des taches, ne forcez pas et n’utilisez pas d’alcool, vous pourriez abimer le revêtement du verre. Il vaut mieux utiliser un produit spécial pour les verres d’objectifs (trouvables dans les kits), avec un chiffon non pelucheux sur l’objectif afin de réduire les risques de rayures (chiffon microfibre).

D’ailleurs, la poussière sur la partie avant de votre objectif n’aura aucune incidence sur votre image car elle est en général imperceptible. Si il reste des taches sur vos photos, c’est sans doute la poussière sur la partie arrière de l’objectif à l’intérieur de l’appareil photo qui est en cause. Elle peut faire une énorme différence sur votre photo, alors pensez bien à nettoyer ce côté aussi !

Écouvillons et produit nettoyant pour capteur

Si vos photos sont toujours tachetées ou floues, envisagez de nettoyer votre capteur.

En effet, si l’objectif peut être sale, le capteur aussi ! Surtout si vous utilisez un boîtier sans miroir, ces capteurs accumulent plus facilement la poussière car ils n’ont pas de miroir devant pour faire barrière à la saleté. La poussière qui s’infiltre sur le capteur peut provoquer des taches indésirables sur vos photos.

Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec l’exercice, je vous recommande de confier le nettoyage du capteur à des professionnels, car il peut être dommageable s’il est mal fait.

15-Protéger son matériel

Housse anti-pluie

La condensation, les champignons et l’humidité piégés à l’intérieur de votre objectif peuvent nuire à la netteté générale de votre image.

Si vous êtes du genre baroudeur (ou baroudeuse, je ne vous oublie pas mesdames),

  • investissez dans une housse de protection contre la pluie, cet accessoire limitera l’infiltration de l’humidité dans votre appareil photo (mais comme l’humidité est dans l’air ça ne l’empêchera pas totalement) ;
  • et ayez toujours sur vous un chiffon en microfibres, dans les régions brumeuses ou très humides, de la buée ou des gouttes peuvent rapidement se former sur la lentille frontale de l’objectif, la façon la plus simple de s’en débarrasser est de nettoyer la lentille avec votre chiffon.
  • si vous étiez sous une forte pluie, une serviette vous permettra de bien essuyer votre appareil photo avant de le mettre dans votre sac limitera l’infiltration de l’humidité.

Pour éviter les champignons, il faut

  • stocker son matériel au sec ;
  • limiter l’humidité dans l’appareil photo, comme on l’a vu juste avant (housse de protection, nettoyage de l’objectif frontal, essuyer l’appareil avant de le mettre dans le sac), mais il faut aussi se méfier des changements de température brusques, ainsi, avant d’ouvrir votre sac photo chez vous attenez que le sac soit à la même température que la pièce, certains mettent aussi leur appareil photo dans un sac plastique ou ajoutent des sachets de silice dans le sac photo et/ou le sachet.

Voir mes articles sur

Si un champignon est présent dans votre objectif, les rayons du soleil le détruiront mais de la poussière restera dans l’objectif seul un professionnel pourra le nettoyer.

16-Utiliser un trépied et un déclencheur à distance

https://unsplash.com/fr/photos/4LFdfif3FvE

Le trépied est l’équipement photographique le plus élémentaire, juste après l’appareil photo et l’objectif. Bien qu’un trépied entrave votre maniabilité et peut-être même votre créativité, il est indispensable dans des conditions de faible luminosité, en particulier pour les poses longues et l’astrophotographie.

Investissez dans un trépied robuste et résistant, capable de supporter votre reflex numérique ou votre appareil photo sans miroir avancé (pas un petit trépied frêle pour appareil photo compact). Un modèle bon marché en plastique n’offrira que des avantages limités (et peut même augmenter le flou).

De plus, les différents niveaux à bulle d’un bon trépied vous permettront d’obtenir une photo plane sur un sol irrégulier.

Pour prendre des images nettes avec un trépied,

  • assurez-vous qu’il est stable et déplié sur une surface stable,
  • essayez de le maintenir aussi bas que possible ,
  • n’allongez pas la colonne centrale à moins que cela ne soit nécessaire (cela augmente la prise au vent),
  • si vous devez déplier les pieds, faîtes le en partant du haut vers le bas, car les pieds inférieurs sont les plus instables, étendez les pieds du bas en cas de nécessité uniquement ;
  • par défaut, on positionne un pied devant, dans la direction de l’objectif, et les 2 pieds de part et d’autre du photographe ;
  • ajouter votre sac d’appareil photo comme contrepoids si votre trépied est équipé d’un crochet pour augmenter la stabilité de l’ensemble, certains photographes transportent aussi avec eux un « sac à pierres » vide qu’ils peuvent remplir de pierres.

Même les trépieds les plus robustes ne résistent pas aux vents violents. Pour éviter que le vent ne fasse trembler votre appareil photo et ne vous empêche de prendre des photos nettes, essayez de :

  • bloquer le vent avec votre corps,
  • trouver un abri naturel, comme un arbre, un gros rocher ou un buisson,
  • enlevez la sangle de l’appareil photo ou enroulez-la autour du trépied ou de l’objectif, afin que le vent ne s’y engouffre pas comme dans une voile,
  • alourdir votre trépied en le poussant vers le bas avec tout votre corps (ou avec du leste accroché à un crochet).

Avant de prendre votre trépied, demandez-vous si il est vraiment pratique de l’emporter avec vous. Si votre trépied est lourd et que vous partez pour une longue randonnée ou que vous voyagez en avion, il vaut peut-être mieux vous en passer.

Si vous aimez faire de la photographie en voyage, investissez dans un bon trépied de voyage (comme le trépied A255C2+BH-35L de K & F Concept), ils sont plus légers et compacts.

Déclencheur à distance sans fil

Utiliser un déclencheur à distance permet aussi d’améliorer la netteté en minimisant le bougé de l’appareil dû aux petits vibrations lors de la pression sur le bouton de l’obturateur.

Un déclencheur à distance, est vivement recommandé si vous décidez de prendre de longues expositions, ou d’utiliser le mode bulb.

Voir mon article sur le mode bulb.

Symbole du mode retardateur

On peut aussi utiliser le mode retardateur de l’appareil photo. il se situe souvent au même endroit que le mode rafale.

Une fois activé, il s’écoule quelques secondes (en fonction du mode choisi) entre le moment où vous appuyez sur l’obturateur et le déclenchement. Ce qui laisse suffisamment de temps pour que les vibrations ou les mouvements s’arrêtent.

En basse lumière, un trépied combiné à un déclencheur à distance (ou le mode minuteur) permet d’allonger votre temps de pose sans risquer d’enregistrer du flou de bougé dû au mouvement de l’appareil photo. Pour photographier les orages, les feux d’artifice, les lumières de la ville et d’autres choses intéressantes la nuit, un trépied est indispensable !

Et d’ailleurs, même par bonne luminosité, un trépied en combinaison d’un déclencheur à distance rendront vos photos plus nettes. Ces deux accessoires sont très utilisés en photo de paysage, ainsi que pour les situations où vous utilisez un long objectif (plus de 100 mm par exemple).

« Et si je n’ai pas de trépied pour le moment, comment je fais ?« 

  • essayez de poser votre appareil photo sur une surface plane, nous sommes entourés d’objets et de surfaces qui constituent de parfaits trépieds naturels, posez votre appareil photo sur un mur ou coincez votre objectif entre les fils d’une clôture peut vous aider à obtenir un peu plus de stabilité, à maintenir votre appareil immobile et à réduire le flou de vos photos ;
  • essayez d’améliorer votre stabilité (voir la partie à ce sujet déjà traitée) ;
  • utilisez le mode retardateur de votre appareil photo ;
  • utilisez un trépied humain, si vous êtes accompagné, posez l’objectif sur l’épaule de la personne.

17-Activer le verrouillage du miroir

Les appareils photo reflex numériques sont équipés d’un miroir qui se trouve entre la monture de l’objectif et le capteur de l’appareil photo.

Le miroir représenté en jaune en 2 et qui se soulève au déclenchement en 5
Source : Wikipédiaen:User:Cburnett

Pour qu’une photo soit prise, l’appareil photo soulève le miroir temporairement pour permettre à la lumière d’atteindre le capteur et de créer la photo. Le poids et la vitesse du miroir peuvent provoquer des vibration et créer un léger flou de bougé. Il en résulte souvent des photos floues, en particulier lors de l’utilisation d’objectifs plus longs.

Verouillage du miroir

Heureusement, la plupart des reflex numériques disposent d’un réglage de verrouillage du miroir. Celui-ci maintient le miroir en position ouverte. Il ne bouge donc pas lorsque vous appuyez sur l’obturateur, il n’y a donc pas de vibration de l’appareil et les photos sont nettes.

Cette option de verrouillage du miroir se trouve dans le menu de votre boîtier (lisez le manuel de votre appareil photo pour savoir comment procéder).

Si vous utilisez un appareil photo sans miroir récent, l’option de verrouillage du miroir fera partie du passé. Pour la bonne raison que votre appareil photo n’a tout simplement pas de miroir.

Voir mon article sur le fonctionnement d’un appareil photo.

18-Le choc de l’obturateur mécanique

Les appareils photo sans miroir ne sont pas confrontés au problème du « choc du miroir » vu juste avant, mais ils peuvent présenter un problème de « choc de l’obturateur » (également présent dans les appareils photo reflex numériques).

Le problème technique est le même qu’avec le miroir: des vibrations dans l’appareil photo. Mais, dans ce cas, causées par l’obturateur mécanique.

Pour éviter ce problème et obtenir des images plus nettes avec votre appareil photo sans miroir, vous devez activer le mode « Obturateur électronique à rideau frontal ». Ce mode présente quelques inconvénients (voir mon article sur les obturateur mécaniques et électronique), mais il vous permettra généralement d’obtenir des photos nettes.

19-Prendre des photos en mode rafale

Symbole du mode rafale

Réglez votre appareil photo sur le mode « prise de vue en continu » (également appelé mode rafale), puis photographiez votre sujet en rafale en maintenant simplement le bouton de l’obturateur enfoncé.

C’est une technique très utile si vous photographiez un sujet en mouvement, comme des enfants. Parfois, vous obtiendrez juste assez du visage (d’un enfant qui court joyeusement, par exemple) pour faire la mise au point, puis tout le reste sera flou en raison du mouvement, ce qui vous permettra d’obtenir un bel isolement qui met en évidence l’émotion de ce moment.

Effet de filé avec le mouvement panoramique
https://unsplash.com/fr/photos/KtHOD9ZjgR8

Avec un peu de panoramique pour suivre votre sujet, vous pouvez obtenir des photos nettes même si votre sujet ne reste pas immobile !

C’est aussi utile si vous n’êtes pas sûr de votre capacité à faire la mise au point ou si vous avez du mal à maintenir votre appareil photo stable pour prendre des photos nettes. Surtout lorsque vous photographiez un évènement important et rare (comme un mariage) qui ne vous laissera pas de seconde chance.

https://unsplash.com/fr/photos/P_HRPYpFTNA

Le mode rafale vous permet d’augmenter vos chances d’obtenir une photo parfaite. Vous disposerez d’une multitude d’images à trier pour choisir celle qui présente la meilleure netteté.

Selon le modèle d’appareil photo dont vous disposez, vous pourrez définir le nombre d’images que vous pouvez capturer par seconde lorsque vous maintenez le bouton de l’obturateur enfoncé. Avec la plupart des boîtiers actuels, vous pouvez prendre au moins 3 photos par seconde, et souvent plus de 4 ou 5 (et encore plus sur les boîtiers sans miroir).

Utilisez la technique du mode rafale avec parcimonie, il vaut même mieux vous en passer dès que vous le pouvez, car

  • vous devrez passer beaucoup de temps à trier vos photos une fois rentré chez-vous ;
  • le mode rafale sollicite davantage le miroir (sur reflex uniquement), et les obturateurs mécaniques seront aussi d’avantage sollicités (sur reflex ou sans miroir). Donc si vous utilisez systématiquement le mode rafale, l’obturateur et le miroir s’useront davantage au fil du temps.

Voir mon article sur le nombre de déclenchement et la durée de vie.

Par ailleurs, il vous faudra peut-être une carte mémoire plus grande, surtout si vous photographiez en RAW pour encaisser le plus grand nombre de photo pris plus rapidement.

20-Communiquer avec le sujet

Ne gardez pas le secret sur ce que vous faites. Parlez à vos sujets chaque fois que vous le pouvez et expliquez-leur ce que vous faites ou essayez d’accomplir. Ils pourront ainsi vous aider. S’ils veulent de bonnes photos, ce qui est le cas de la plupart des gens, ils seront prêts à vous aider un peu.

Malheureusement, certains sujets (les enfants et les animaux, par exemple) ne sont pas les plus coopératifs. Dans les situations où vous ne pouvez pas communiquer avec votre sujet :

  • décidez si une faible profondeur de champ est appropriée, cela ne sert à rien si vous savez que toutes les photos seront ratées ;
  • n’utilisez une faible profondeur de champ que lorsque vous avez le dessus, si vous prenez l’exemple des enfants et des animaux, attendez qu’ils soient immobiles ou, dans le cas des enfants, créez ce scénario (une photo de famille en position assise, par exemple) ;
  • sur-photographiez en mode rafale comme déjà décrit.

21-Utiliser le bon boîtier

Prendre des images nettes avec un appareil photo d’entrée de gamme est facile dans certains domaines, comme le paysage ou le portrait.

Cependant, si vous photographiez des animaux sauvages ou des sports, la vitesse de mise au point de votre appareil photo jouera un rôle important dans la réalisation de photos nettes.

La taille du capteur de votre boîtier est également importante, car elle influe sur la qualité de l’image finale. Une plus grande résolution du capteur permet aussi de capturer plus de détails, ce qui augmente la sensation de netteté, et est important pour les grandes impression. Par ailleurs, pour une même ouverture, un capteur plus grand donnera une profondeur de champ plus réduite (moins de netteté acceptable).

Voir mon article Capteur full frame : avantages et inconvénients (le guide complet)

22-Utiliser le bon objectif

L’objectif de votre appareil photo est un facteur clef qui influe sur la netteté de la photographie. Investissez dans les meilleurs objectifs que vous pouvez vous offrir, car ils peuvent avoir un impact majeur sur la netteté de l’image.

Les zooms des kits (comme le 18-55 mm souvent fourni avec les appareils photo débutants) sont des objectifs moins piqué avec moins de microcontraste, surtout comparé aux objectifs spécialisé, de gammes « professionnelles » ou à distance focale fixe.

« Mais c’est quoi le piqué ?« 

C’est la capacité d’un objectif à restituer des détails, même dans les zones non mises au point indépendamment du contraste. L’aberration sphérique est généralement la principale cause d’un manque de piqué, sur quelques rares objectifs, c’est même un paramètre réglable.

« Et c’est quoi le microcontraste ?« 

C’est la capacité d’un objectif à afficher une variation tonale perceptible (donc plus ou moins clair ou sombre) entre 2 zones voisines d’une partie de l’image. Cela accentue la sensation de tridimensionnalité et la sensation de netteté. Dans nos rêves les plus fous on aimerait avoir un objectif piqué et microcontrasté, mais en pratique on ne pourra avoir que l’un ou l’autre.

La qualité du verre de l’objectif contribue à la netteté, au contraste et à la saturation de l’image. Dans l’ensemble, les objectifs Nikon et Canon de la série professionnelle (plus chers) produisent des images plus nettes que les modèles d’objectifs moins chers ou les objectifs de fabricants tiers.

À noter que certains objectifs ont révélé que des fabricants tiers (comme Sigma ou Tamron) offraient une meilleure netteté globale que leurs homologues Nikon ou Canon.

L’utilisation et le budget sont des facteurs importants, mais gardez à l’esprit qu’un verre bon marché, en général, vous désavantagera pur créer des images d’une grande netteté. Des objectifs de bonne qualité font une grande différence dans la netteté de vos photos, et changer d’objectif peut être très coûteux, mais considérez cela comme un investissement pour de meilleures photos. Surtout qu’un objectif ça peut se garder des années !

Les objectifs de type « jouets » peu chers, et certains modèles plus expérimentaux négligent souvent la netteté globale au profit de l’effet et de l’esthétique d’ensemble.

Les objectifs zooms sont excellents pour apprendre facilement quand on début, ça permet de ne pas trop se prendre la tête sur le cadre. Mais au fur et à mesure que vous deviendrez plus habile en photographie, vous remarquerez rapidement que la netteté de ces objectif ne sont pas terribles.

Ce phénomène est notamment observable aux distances focales extrêmes.

  • C’est pour cette raison que si vous faites beaucoup de photos au téléobjectif zoom, je vous recommande d’investir dans un téléobjectif de haute qualité.
  • Les objectifs zoom grand angle bon marché sont beaucoup moins nets sur les bords. Avant d’acheter un objectif, pensez toujours à consulter les commentaires pour connaître sa netteté sur l’ensemble de la plage focale. Si vous possédez un objectif qui n’est pas net sur les bords, tenez-en compte lorsque vous prenez des photos : assurez-vous de composer votre photo de manière à pouvoir recadrer les parties non nettes au post-traitement sans supprimer les éléments principaux.

Pour toutes ces raison : optez pour des objectifs à distance focale fixe. Ils sont généralement peu coûteux et offrent une meilleure qualité d’image car ils sont conçus pour une seule tâche, ils n’ont pas à faire de compromis pour couvrir une gamme de longueurs focales. Je recommande un 50 mm (très populaire), 40 mm (« pancake » notamment, très sous-estimé) ou un 35 mm f/1,8.

Vous pouvez également rechercher des zooms de niveau professionnel sur le marché de l’occasion, vous pouvez souvent les obtenir pour la moitié du prix que vous paieriez pour un article neuf.

D’ailleurs, avant de dépenser une fortune pour un nouvel objectif, demandez-vous si vos objectifs sont-ils vraiment si « mous » (pas assez nets) ? Est-ce que vous maîtrisez déjà les autres points de cet article ? En aurez-vous vraiment l’utilité ? De nombreux objectifs sont suffisants, surtout si vous vous contentez de partager vos images sur les réseaux sociaux.

Comme on l’a vu avec la règle de la distance focale inversée, utiliser des focales plus longues favorise l’enregistrement du moindre bougé de l’appareil photo. Utiliser une distance focale plus courte permet donc de limiter l’apparition de flou de bougé. Rapprochez-vous physiquement pour compenser l’angle de champ si nécessaire (cependant, à une distance focale plus court donnera l’impression d’avoir plus d’espace entre les plans et élargit l’arrière-plan).

23-Utiliser un objectif plus rapide

Hors histoire de piqué et de microcontraste, utiliser un objectif rapide permet d’ouvrir très grand (plus grand que f/4) et ainsi d’utiliser des temps de pose très courts permettant de figer une grande variété de sujets. Et par faible luminosité, une grande ouverture permet d’utiliser une sensibilité ISO plus faible et donc d’avoir une photo plus nette.

Les objectifs à lentille fixe (donc à une seule distance focale, comme 50 mm) sont beaucoup plus rapides que la plupart des zooms et constituent d’excellents choix pour la photographie en basse lumière. En raison de la faible profondeur de champ, les objectifs rapides sont également capables de produire des photos avec beaucoup de flou en arrière-plan (souvent très apprécié en photo de portrait par exemple).

Le seul inconvénient c’est que ces objectifs ne permettent pas de « zoomer ». Par ailleurs, les objectifs rapides à lentille fixe ont généralement une qualité optique supérieure due à une conception plus simple et sont optimisés pour fonctionner sur une seule distance focale.

Voir mon article sur les objectifs rapides.

24-Recadrer pour gagner en netteté

Lors de la composition de vos prises de vue, gardez à l’esprit que différentes zones de l’image seront moins nettes que d’autres. Le centre du cadre sera toujours plus net, tandis que l’image deviendra de plus en plus floue au fur et à mesure qu’on se rapproche des bords du cadre. Ce phénomène est plus marqué sur les objectifs de mauvaise qualité, notamment les objectifs zoom grand-angle.

Bien qu’il soit souvent nécessaire de décentrer le sujet pour des raisons de composition, gardez en tête un potentiel recadrage au post-traitement. Ce recadrage vous permettra de conserver la zone centrale plus nette et de vous débarrasser du reste plus flou.

Gardez tout de même en tête qu’nlever trop de pixel peut faire chuter la résolution de l’image et donc la netteté. Cela dépend de la taille d’affichage de la photo et de la distance d’observation de la photo.

25-Rapprochez-vous au lieu de recadrer

Un recadrage trop serré peu rendre une photo floue

Ici, je vous parle du cas opposé au précédent.

Imaginons que vous preniez en photo un sujet assez éloigné en vous disant que vous recadrerez au post-traitement pour lui faire occuper tout l’espace dans le cadre.

À la place, vous devez vous rapprocher du sujet que vous photographiez, si possible.

En effet, recadrer un petit sujet au post-traitement réduira la résolution de l’image et, par conséquent, sa netteté. Même avec des appareils photo à haute résolution, les photos deviennent bien moins nettes lorsque vous les recadrez fortement.

Par ailleurs, si le sujet que vous photographiez est éloigné, le risque qu’il soit affecté par la brume augmente rapidement. Un filtre polarisant peut aider, mais il est toujours préférable de se rapprocher. D’ailleurs, parlons filtres.

26-Méfiez-vous des filtres

Les filtres pour objectif sont des outils créatifs formidables qui permettent de polariser, de réaliser des expositions longues à la lumière du jour et de remplir de nombreuses autres fonctions.

Cependant, ils peuvent être une arme à double tranchant si vous cherchez à prendre les images les plus nettes.

  • La lumière peut filtrer à travers les filtres ND lors d’expositions très longues, ce qui entraîne des artefacts et des coulées de couleur difficiles à corriger.
  • D’autres filtres, comme les filtres UV, ont un impact sur la netteté finale de vos images.

Il ne sert à rien d’investir une somme d’argent considérable dans un objectif de qualité supérieure pour ensuite placer un morceau de verre bon marché devant lui.

Mon conseil pour prendre des photos nettes est d’utiliser les filtres de l’objectif de votre appareil photo à bon escient et d’éviter d’utiliser des filtres UV. En effet, chaque morceau de verre supplémentaire placé devant le capteur réduit la netteté. Ainsi, même si vous utilisez des filtres ultramodernes, vos photos perdront en qualité.

28-Photographier au format RAW

La prise de vue au format RAW permet d’enregistrer plus d’informations ce qui nous donne plus de possibilité au post-traitement. Vous pouvez ajuster de nombreux paramètres après avoir pris la photo, notamment la netteté et le bruit.

Voir mes articles sur :

28-Augmenter la netteté au post-traitement

Lors de la prise de vue en JPEG, l’appareil photo applique généralement une accentuation de la netteté automatiquement à la photo. En revanche le RAW est un format bruit, ce qui fait que la photo peut paraître un peu floues à sa sortie de l’appareil photo.

Tous les photographes ne sont pas du même avis au sujet de l’accentuation de la netteté au post-traitement. Certains l’applique à toutes leurs photos, d’autre ne l’utilise que sur certaines de leurs photos, et d’autres… pas du tout.

L’accentuation de la netteté ne fait pas de miracles : une photo totalement floue restera floue. Mais si la photo est légèrement floue vous constaterez une amélioration de la netteté de la photo lorsque vous appliquez l’accentuation. L’accentuation de la netteté permet d’augmenter le contraste le long des bords, ce qui produit une meilleure séparation entre les objets et donne l’impression d’une image plus nette.

  • Dans Lightroom, vous pouvez augmenter la netteté dans le module Développement, d’aller dans Détail > Netteté.
Développement > Détail > Netteté
  • Dans Photoshop, vous pouvez ajouter de la netteté en allant dans Filtre > Renforcement > Accentuation. Ajustez les paramètres en fonction de votre scène, commencez par les valeurs suivantes : Quantité 100 %, Rayon 1,5, Seuil 4, puis ajustez à partir de là.
Filtre > Renforcement > Accentuation

Il existe aussi vous des logiciels spécialisés dans l’accentuation de la netteté comme Topaz Photo AI.

Vous pouvez aussi appliquer l’accentuation de manière sélective. Il arrive qu’un groupe d’arbres bénéficie d’un feuillage plus net ou qu’un affleurement rocheux présente des détails fins que vous souhaitez faire ressortir.

  • Vous pouvez le faire dans n’importe quel logiciel de retouche de base à l’aide d’outils sélectifs, tels que les filtres de dégradé, les filtres radiaux ou le pinceau.
  • Dans Photoshop dessinez un masque de calque sur la partie de l’image que vous souhaitez améliorer et appliquez une accentuation sélective à l’aide de l’un des outils d’accentuation disponibles dans Photoshop.

Enfin, lorsque vous accentuez la netteté d’une photo pensez à la destination finale de votre photo. Par exemple, sur certaines surfaces, l’encre peut s’étaler sur l’impression, entraînant une perte de résolution perçue. De nombreuses boîte e-mail et sites web (notamment les réseaux sociaux), compressent les images pour économiser de l’espace de stockage. Cela entraîne des pertes de détails visibles.

Dans les deux cas ajouter un renforcement de la netteté avant ou lors de l’exportation de nos fichiers finaux peut être utile. Par exemple dans Lightroom vous pouvez choisir la netteté en fonction de la destination quand vous paramétrez l’exportation.

Dans Lightroom vous pouvez choisir la netteté en fonction de la destination quand vous paramétrez l’exportation

Si vous souhaitez imprimer l’une de vos photos en grand format et que vous avez besoin d’une résolution supérieure à celle offerte par l’appareil photo lui-même, vous pouvez utiliser Gigapixel AI par exemple.

Veillez à ne pas avoir la main trop lourde sur l’accentuation de la netteté. Il est préférable de l’utiliser avec parcimonie et de laisser la photo légèrement floue plutôt que d’en faire trop au point que l’image semble pixélisée ou trop texturée. Son effet est d’autant plus visible sur les photos imprimées.

29-Réduire le bruit au post-traitement

Par défaut, la réduction du bruit diminue le détail d’une image.

Mais à l’échelle de la photo, une légère réduction du bruit a améliore souvent l’apparence d’une image en adoucissant l’aspect granuleux et souvent en éliminant totalement le bruit de couleur.

Une réduction du bruit excessive donnera un aspect cireux (un peu comme sur l’exemple à droite ci-dessus à+75). Comme pour l’accentuation de la netteté, allez-y avec parcimonie, par exemple sur adobe Lightroom je conseille de pousser les curseurs de réduction de bruit de luminance et couleur à +25 pour commencer et d’ajuster légèrement si besoin.

Curseurs de réduction de bruit de luminance et couleur à +25

Par ailleurs, dans les logiciel vous pouvez souvent compenser le lissage de la réduction. Sur Lightroom vous pouvez utiliser les curseur détails et la partie netteté.

Netteté et détails

Certains photographe émulent même du grain argentique pour améliorer la perception de la texture (de la peau notamment) ou donner un effet vintage.

Émulation de grain

Il existe de nombreux logiciel sur le marché, j’utilise personnellement Adobe Lightroom mais il existe des logiciels plus spécialisés comme Denoise AI qui permet de conserver les détails après l’application de la réduction du bruit. Je vous avoue qu’à ce niveau, c’est assez la jungle, par ailleurs les résultats sont subjectifs, alors le mieux reste de tester vous-même et de vous faire votre propre avis.

30-Agrandir ses photos pour l’impression

Si vous avez besoin d’agrandir vos images pour créer une impression de qualité, je vous recommande vivement un outil appelé Gigapixel AI qui vous permet d’agrandir vos images sans compromettre la qualité.

31-Utiliser un logiciel pour récupérer les images floues et les rendre plus nettes

Parfois, vous pouvez suivre tous les meilleurs conseils pour prendre des photos nettes, mais il y a des circonstances inattendues : une rafale de vent qui secoue votre trépied, un mouvement soudain de votre sujet… il y a beaucoup de situations où prendre l’image la plus nette est hors de notre contrôle !

Dans les cas où vous avez légèrement raté la mise au point, vous pouvez utiliser l’un des logiciels spécialisés comme par exemple Sharpen AI pour rendre les photos floues nettes.

32-Essayez l’empilage de la mise au point (focus stacking)

L’empilement de la mise au point est une technique de post-traitement populaire utilisée principalement en photographie de paysage et en macro pour obtenir une photo globalement plus nette.

Pour réaliser cette technique, vous devez prendre au moins trois photos avec le même cadrage et la même composition, mais avec des mises au points faîtes à des endroits différents. Ensuite, sur un logiciel (comme ON1 ou Photoshop) vous allez « empiler » ces photos et ne gardez que les zones les plus nettes. De cette manière, vous obtenez une photo finale avec divers plans nets et zones de nettetés acceptables empilées qui donne une netteté globale impossible à avoir avec une seule photo.

Conclusion

Il n’est pas impossible d’obtenir des images d’une grande netteté, mais cela implique de faire autant de « petites choses » que possible. Chacune d’entre elles peut ne faire qu’une infime différence, mais l’effet cumulatif se traduira par des photos beaucoup plus nettes.

Moi je vous laisse ici à votre netteté et je vous dis à bientôt sur les internets mondiaux !

J’ai aussi une chaîne YouTube !

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>