octobre 21

0 comments

Qu’est-ce que la vitesse d’obturation en photo ?

Par Gaëtan Berthouly

octobre 21, 2020


L’un des trois paramètres du triangle d’exposition en photographie est la vitesse d’obturation, les deux autres paramètres sont l’ouverture et la sensibilité ISO.

La vitesse d’obturation est responsable de deux choses en particulier : la modification du niveau de luminosité de votre photo et la création d’effets, soit en figeant l’action, soit en rendant le mouvement flou.

Comme à l’accoutumé, pas mal d’informations dans cet article, alors n’hésitez pas à vous laisser guider par les gros (et moins gros) titres et à utiliser votre meilleur ami la fonction recherche : ctrl + f si vous n’avez » pas le temps de niaiser ».

Comment ça fonctionne en gros ?

La vitesse d’obturation est gérée par l’obturateur de votre appareil photo : c’est une sorte de rideau (pas comme ceux de votre grand-mère) situé devant le capteur de la caméra qui reste en position « fermée » jusqu’à ce que vous déclenchiez la prise de vue.

Lorsque l’appareil photo se déclenche, l’obturateur passe en position ouverte et expose entièrement le capteur de l’appareil photo à la lumière traversant votre objectif.

Une fois que le capteur a fini de capter la lumière, l’obturateur se ferme immédiatement, empêchant la lumière de frapper le capteur de nouveau.

Le bouton qui déclenche l’appareil photo est également appelé « obturateur » ou « bouton de l’obturateur », car il déclenche l’ouverture et la fermeture de l’obturateur.

La vitesse d’obturation est la durée pendant laquelle l’obturateur de la caméra est ouvert, exposant la lumière sur le capteur de la caméra.

C’est concrètement le temps que votre appareil let à prendre une photo.

Ou encore autrement : c’est la durée d’ouverture de votre obturateur.

(oui je sais ça fait beaucoup de façons de le dire mais il est important de comprendre ce que c’est, la base, et tout le monde n’est pas réceptifs aux mêmes tournures de phrases, alors je varie !)

Dans les temps anciens, à l’aube de l’humanité, à l’époque de la photo argentique (toujours utilisée par les bobos), il s’agit de la durée d’exposition du film à la scène que vous photographiez et, de même, en photographie numérique, la vitesse d’obturation est la durée pendant laquelle votre capteur d’images « voit » la scène que vous essayez de capturer.

Cette vitesse va avoir un impact direct sur le rendu de votre image.

Différentes vitesses, différents effets

Certains appareils vous offrent la possibilité de filmer en mode « B » (ou « Bulb »).

Le mode « Bulb » n’est pas seulement marrant à prononcer mais vous permet de garder l’obturateur ouvert aussi longtemps que vous le maintenez enfoncé.


Lorsque vous décidez de la vitesse d’obturation à utiliser pour une image, vous devez toujours vous demander si quelque chose dans votre scène bouge et comment vous souhaitez capturer ce mouvement.

S’il y a du mouvement dans votre scène, vous avez le choix entre geler le mouvement (pour qu’il ait l’air immobile) ou laisser l’objet en mouvement se brouiller intentionnellement (pour lui donner une impression de mouvement).

Vitesse lente (ou temps d’exposition long)

Lorsque vous utilisez une vitesse d’obturation longue : votre capteur capte plus longtemps de la lumière, et donc plus de lumière comparé à une vitesse plus rapide (plus courte) pour des réglages d’ouverture et d’ISO identiques.

Le premier grand effet, si votre vitesse d’obturation est longue : c’est le flou de mouvement. Les sujets en mouvement sur votre photo apparaîtront flous dans la direction du mouvement.

Dans la photo ci-dessous, seul la rame de métro est flou le reste est net (signe de contrôle et de choix du photographe), ce flou indique donc le mouvement du trame mais aussi de détacher le sujet (lui net).

Cet effet est assez souvent utilisé dans les publicités de voitures et de motos, où la sensation de vitesse et de mouvement est communiquée au spectateur en rendant intentionnellement floues les roues en mouvement, ou les carrosseries ou le décor.

Wouaaa ce mec est un pilote ça va beaucoup trop vite tout est flou autour de lui (fun fact : Jean-Michel-Moto était en vérité à 15 km/h)

shallow focus photo of man riding on yellow sport bike during daytime

Les vitesses d’obturation lentes sont également utilisées pour photographier la Voie lactée ou d’autres objets la nuit (auto pub gratuite : mon article sur la photo de nuit ici), ou dans des environnements sombres avec un trépied.

Une technique bien connue et utilisée par les photographes paysagistes est d’utiliser de longues vitesses d’obturation pour créer un sentiment de mouvement sur les rivières et les chutes d’eau, tout en gardant tout le reste parfaitement net.

landscape photography of waterfalls

Vitesse rapide (ou temps d’exposition court)

D’autre part, la vitesse d’obturation peut aussi être utilisée pour faire TOTALEMENT L’OPPOSÉ !

C’est-à-dire : figer le mouvement.

Si vous utilisez une vitesse d’obturation particulièrement rapide, vous pouvez éliminer le mouvement même des objets qui se déplacent rapidement, comme les oiseaux en vol ou les voitures qui passent devant vous.

La photo ci-dessous est un cas d’école, on est sur une photo de course de vroum vroum.

Donc ici on sera sur une vitesse d’obturation très rapide, on suivra notre objet en mouvement en mode rafale pour obtenir le résultat suivant : la vroum vroum nette et le reste flou.

speeding formula-1 race car on race track during day

Lorsque vous prendrez des photos d’eau (petite auto pub pour mon article sur la prise de photo sous la pluie ici), chaque gouttelette restera en suspension dans l’air de manière complètement nette, un effet intéressant car pas naturellement visible par nous faible humain sous-développé.

water droplet

Distance focale et vitesse d’obturation

Un autre élément à prendre en compte lors du choix de la vitesse d’obturation est la distance focale de l’objectif que vous utilisez.

Une distance focale plus longue accentuera les vibrations de l’appareil et vous devrez donc choisir une vitesse d’obturation plus rapide (sauf si votre objectif ou votre appareil photo est équipé d’un système de stabilisation d’image).

La « règle » à utiliser avec la longueur focale dans les situations où l’image n’est pas stabilisée) est de choisir une vitesse d’obturation dont le dénominateur est plus grand que la longueur focale de l’objectif.

Cas concret : si vous avez un objectif de 50 mm et que vous êtes réglé à 1/60 s, cela ne pose pas de problème, mais si vous avez un objectif de 200 mm, il vaudra mieux prendre une photo aux alentours des 1/250 s.

Comment la vitesse d’obturation est-elle mesurée ?

L’unité de mesure de la vitesse d’obturation est la seconde et généralement la fraction de seconde (mais elle n’est pas affichée comme tel), lorsqu’elle est inférieure à une seconde.

Par exemple, 1/4 signifie un quart de seconde, tandis que 1/250 signifie un deux cent cinquantième de seconde (ou quatre millisecondes pour les plus mathophiles).

Plus le dénominateur (chiffre en-dessous ou à droite de la barre de division) est grand, plus la vitesse est rapide (c’est-à-dire que 1/1000 est beaucoup plus rapide que 1/30, car en effet 1/1000 = 0,001 s et 1/30 = 0,033 s. 0,001 s est plus petit que 0.033 s).

Les vitesses d’obturation dont vous disposez sur votre appareil photo doublent généralement (approximativement) les unes par rapport aux autre à chaque coup de molette.

Par conséquent, vous aurez généralement le choix entre les vitesses d’obturation suivantes : 1/500, 1/250, 1/125, 1/60, 1/30, 1/15, 1/8, etc. Ce « doublement » est pratique à garder à l’esprit car les réglages d’ouverture doublent également la quantité de lumière qui entre, par conséquent, augmenter la vitesse d’obturation d’un diaphragme et diminuer l’ouverture d’un diaphragme devrait vous donner des niveaux d’exposition similaires.

La plupart des reflex numériques et des appareils photo sans miroir (mirrorless) modernes peuvent supporter des vitesses d’obturation allant jusqu’à 1/4000e de seconde, tandis que certains peuvent supporter des vitesses beaucoup plus rapides de 1/8000e de seconde et plus.

D’autre part, la vitesse d’obturation la plus longue disponible sur la plupart des DSLR (= Digital Single-Lens Reflex = APRN = Appareil Photographique Reflex Numérique) ou des appareils photo sans miroir est généralement de 30 secondes.

Vous pouvez utiliser une vitesse d’obturation plus longue en utilisant des déclencheurs à distance externes (ou intervalomètres), si nécessaire.

Vitesse d’obturation et exposition

L’autre impact important de la vitesse d’obturation est, comme discuté au tout début, l’impact sur l’exposition, qui est liée à la luminosité d’une image.

Si vous utilisez une longue vitesse d’obturation, le capteur de votre appareil photo recueille beaucoup de lumière, et la photo résultante sera assez lumineuse.

Si vous utilisez une vitesse d’obturation rapide, le capteur de votre appareil photo n’est exposé qu’à une petite fraction de la lumière, ce qui donne une photo plus sombre.

Cependant, la vitesse d’obturation n’est pas la seule variable qui affecte la luminosité d’une image. Il y a aussi l’ouverture et la sensibilité ISO, ainsi que la luminosité réelle de la scène devant vous. Vous disposez donc d’une certaine souplesse dans le choix de la vitesse d’obturation, mais vous devez choisir vos autres paramètres avec soin.

La vitesse d’obturation peut être un outil essentiel pour prendre une photo avec la bonne luminosité.

Par une journée ensoleillée, vous devrez peut-être utiliser une vitesse d’obturation rapide pour éviter que votre photo ne soit surexposée.

Ou, s’il fait sombre, une vitesse d’obturation longue peut être nécessaire pour éviter une photo trop sombre (qui, à son tour, pourrait nécessiter un trépied, en raison du flou de bougé dû à la prise en main de l’appareil).

Pour de nombreuses personnes, c’est la principale raison d’ajuster la vitesse d’obturation : pour s’assurer que vos photos soient bien exposées.

Cependant, les problèmes de flou de bougé sont également très importants, et ne doivent pas être négligés (trépied trépied trépied trépied trépied trépied trépied trépied trépied trépied trépied trépied [Google en sang qui me pénalise pour abus de mots clefs] trépied trépied trépied trépied).

Vitesses d’obturation et netteté

Une vitesse d’obturation rapide est nécessaire pour figer l’action.

A titre indicatif, si vous prenez un sujet rapide, comme des oiseaux, cela peut être 1/1000e de seconde ou plus.

Toutefois, pour la photographie en général, de sujets se déplaçant plus à une vitesse normale, vous pouvez prendre des photos au 1/200e de seconde, au 1/100e de seconde, voire plus longtemps sans introduire de flou de bougé.

Les vitesses d’obturation longues sont généralement supérieures à 1 seconde.

Dès lors, vous devrez utiliser un trépied pour obtenir des images nettes : c’est vraiment ce qui fait la différence entre des photos « amateur » et « pro ».

Vous utiliserez des vitesses d’obturation longues pour certains types de photographie en basse lumière/nuit ou pour capturer des mouvements intentionnellement (étoiles, traînées d’étoiles, traînées de lumières, eau en mouvement, light painting etc). Si quelque chose dans votre scène bouge lorsque vous utilisez de longues vitesses d’obturation, cela apparaîtra très flou.

Entre les deux, les vitesses d’obturation de 1/100e de seconde à 1 seconde sont toujours considérées comme relativement lentes.

Vous ne pourrez sans doute pas les utiliser sans introduire aucun flou de bougé à cause, principalement, du tremblement de l’appareil photo dans vos mains, surtout autour d’une seconde d’obturation.

De plus, cela dépend fortement de votre objectif. Certains objectifs, sont dotés de technologies spécifiques de stabilisation de l’image (également connues sous le nom de « réduction des vibrations ») qui peuvent aider les photographes à prendre des photos à des vitesses d’obturation très lentes lorsqu’ils tiennent leur appareil à la main, sans introduire de tremblement de l’appareil.

D’autres objectifs n’ont pas de réduction des vibrations, ce qui signifie que vous devez plutôt utiliser la règle de réciprocité pour déterminer la durée de la vitesse d’obturation sans introduire de flou dû au tremblement de l’appareil.

Il est également important que vous sachiez comment tenir un appareil photo, ça ne se tient pas comme un « bigmac sa mère ».

Comment régler la vitesse d’obturation


Si vous réglez votre appareil photo sur le mode « auto » (PETIT JOUEUR AHA, hors blague puéril, il est bien, pour parfaitement comprendre un appareil photo et mieux le maîtriser de passe en mode manuel, au moins par moment) la plupart des appareils photo règlent automatiquement la vitesse d’obturation.

Lorsque l’appareil photo est réglé sur le mode « Auto », la vitesse d’obturation est sélectionnée par l’appareil sans que vous ayez à intervenir (il en est de même pour l’ouverture et la sensibilité ISO).

Cependant, vous pouvez toujours régler la vitesse d’obturation manuellement si nécessaire :

En réglant l’appareil photo en mode « Priorité à l’ouverture » nommé souvent « V », vous choisissez la vitesse d’obturation, et l’appareil photo sélectionne automatiquement l’ouverture.


En réglant l’appareil photo en mode « Manuel », vous choisissez la vitesse d’obturation et l’ouverture manuellement.


Dans ces deux modes, vous pouvez choisir de régler l’ISO manuellement ou automatiquement.

Cela dépendra de votre appareil photo, mais si vous débutez et en règle générale, vous pouvez laisser l’appareil photo sélectionner la vitesse d’obturation qui vous convient.

L’étape suivante sera de passer en semi-automatique donc priorité à l’ouverture ou priorité à la vitesse d’obturation.

Rapidement : passez en priorité à l’ouverture si votre préoccupation principale est la profondeur de champ, passez en mode priorité à l’ouverture si votre préoccupation principale est la netteté.

Enfin de passer en manuel (mais attention on est moins réactifs généralement sur les réglages qu’un mode semi-automatique).

Cependant, veillez à ne pas introduire trop de flou de mouvement dans une photo (ou à figer le mouvement que vous voulez rendre flou).

Comment trouver sa vitesse d’obturation sur son appareil ?


Je ne vous apprendrai pas à trouver l’amour, car je n’y connais rien, et que ce n’est pas le sujet, en revanche je peux vous aider à trouver votre vitesse d’obturation.

Sur les appareils photo qui ont un panneau supérieur, la vitesse d’obturation est généralement située dans le coin supérieur gauche, comme encerclé ci-dessous :

Au niveau de la molette la priorité à l’ouverture sera un « S » pour les Nikon et un un « Tv » pour les Canon.

Si votre appareil photo n’a pas d’écran LCD supérieur, comme certains reflex numériques d’entrée de gamme, vous pouvez regarder dans le viseur, où vous verrez la vitesse d’obturation en bas à gauche.

Et si votre appareil photo n’a ni écran LCD supérieur ni viseur, comme c’est le cas de nombreux appareils sans miroir, vous pouvez voir votre vitesse d’obturation simplement en regardant sur l’écran arrière.

Sur la plupart des appareils photo, la vitesse d’obturation n’apparaît pas directement visuellement comme une fraction de seconde il s’agit généralement d’un nombre entier.

Lorsque la vitesse d’obturation est supérieure ou égale à une seconde, vous verrez quelque chose comme 1″ ou 5″ (avec le signe de citation pour indiquer une seconde entière).

Si vous ne pouvez toujours pas trouver la vitesse d’obturation (vous êtes probablement nul), réglez votre appareil photo sur le mode « Priorité à l’ouverture » et assurez-vous que vous avez désactivé le mode « AUTO ISO » (donc restez sur un ISO fixe).

Ensuite, pointez votre appareil photo vers différentes zones de luminosité (sombre / clair) : le chiffre qui changera sera votre vitesse d’obturation.

Changer votre vitesse d’obturation, va changer d’autres paramètres


Penser à la vitesse d’obturation est indépendante des deux autres éléments du triangle d’exposition (ouverture et ISO) est faux !

Lorsque vous modifiez la vitesse d’obturation, vous devez modifier l’un des autres éléments ou les deux pour la compenser, ou ce sera fait automatique, cela dépend de votre mode de prise de vue..

Par exemple, si vous accélérez votre vitesse d’obturation d’un cran (par exemple de 1/125e à 1/250e), vous laissez effectivement entrer deux fois moins de lumière dans votre appareil.

Pour compenser cela, vous devrez probablement augmenter votre ouverture d’un cran (par exemple de f16 à f11).

L’autre solution serait de choisir une valeur ISO plus élevée (vous pourriez vouloir passer de 100 à 400 ISO par exemple).

Obturateur mécanique VS. obturateur électronique : avantages et inconvénients


Traditionnellement, l’obturateur est une pièce physique qui se déplace de haut en bas à l’intérieur de la caméra.

Mais en qui concerne les caméras des smartphones c’est une toute autre histoire, elles utilisent ce que l’on appelle un obturateur électronique.

Avec les obturateurs électroniques, il n’y a en fait aucune barrière physique (pas de clapet).

Au lieu de cela, une surtension électrique indique au capteur quand il doit enregistrer.

Les obturateurs électroniques permettent souvent aux appareils photo de filmer à des vitesses encore plus élevées, c’est pourquoi certains fabricants d’appareils photo incluent désormais les deux types d’obturateurs dans leurs appareils.

Le problème avec les obturateurs électroniques, cependant, est qu’ils ont tendance à réduire la qualité de l’image en introduisant plus de bruit, ou de minuscules points, dans l’image.

Les obturateurs électroniques sont également difficiles à utiliser en cas d’exposition longue, car ils déchargent la batterie de l’appareil photo.

L’iPhone, par exemple, ne peut pas prendre une exposition plus longue qu’un quart de seconde (pour le même prix vous avez un appareil photo qui peut faire ça lui ! Et ensuite il vous reste assez d’argent pour acheter une maison en plus).

Tableau vitesse d’obturation

Franchement, j’adore les tableaux, ça donne une sensation que tout est là, tout est simple et bien organisé.

Donc voilà un tableau qui vient du site « émotions numériques » lien ici

Qui a d’ailleurs l’air d’être pompé sur un site anglais ? (je dis ça car je vois des mots en anglais, je ne juge pas).

Mais bref ce tableau me semble intéressant alors je le mets là, j’aime bien les tableaux récapitulatifs.

Comment choisir la vitesse d'obturation en fonction du sujet ? – Emotions  numériques

FIN, conclusion & synthèse

On arrive à la fin de cet article.

Je n’aime pas dire au revoir ni bonjour, vous le savez peut-être maintenant.

Donc je ne vais pas dire cela.

Pour résumer la vitesse d’obturation est un des éléments de votre triangle d’exposition.

C’est la durée pendant laquelle votre capteur sera immaculé par la lumière que votre ouverture laisse rentrer.

N’hésitez pas à passer en priorité à la vitesse si vous cherchez à faire des effets, à figer l’image, ou rendre des éléments flous ou phantomatiques ou encore faire du lightpainting !

Essayez de passer en mode semi-automatique ou manuel pour mieux comprendre ce paramètre et apprendre à le gérer.

Je mettrai à jour cet article dès que je peux, je suis très occupé à ne rien faire.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Recevez votre guide gratuit

Plus de 20 pages réparties en 6 axes : exposition, composition, créativité, matériel, post-production et conseils en vrac :

>